Quand Amnesty International se fait l'avocat du diable islamiste


Selon le site du Monde Afrique dans un article daté du 17 septembre, les « experts » d’Amnesty International et d’International Cris Groupe qui ont brillé par leur silence jusqu’alors sur les exactions indicibles de la secte islamiste de Boko Haram dans le nord du Nigéria et du Cameroun, s’inquiètent de la réaction violente de l’armée camerounaise face à ladite secte .
Ces fameux « experts » qui sortent pour une fois de leur silence pour faire pleurer dans les chaumières sur le traitement inhumain infligé par l’armée camerounaise aux combattants de la cause d’Allah très connus pour leur respect tout particulier de la Convention de Genève sur les conflits armés et la protection de la population civile, souhaiteraient apparemment au nom des principes généraux du droit international que les militaires camerounais s’offrent en Holocauste aux inoffensifs bouchers de Boko Haram qui n’ont jamais fait du mal à une mouche mais qui appliquent fidèlement les préceptes de l’islam : Piller, massacrer, incendie, violer, asservir, que des nobles valeurs humanistes.
A leurs yeux d’aveugle, les barbares ne sont pas ceux qu’on croit, ce sont les militaires camerounais qui devraient laisser faire ces pauvres militants des droits humains qui ont le souci de la vie humaine comme Mahomet avait le souci des juifs de Médine.
Au nom de l’islam, on a le droit de répandre la mort et la terreur et contre les musulmans extrémistes nul n’est en droit de se défendre bien au contrairen on doit leur faciliter le sale boulot pour se livrer à leurs exercices favoris es brûler les églises, égorger les chrétiens par milliers, enlever les collégiennes, commettre des attentats terroristes sur les marchés, réduire en amas de cendres des villages entiers, afin d’éviter soi-disant toute recrudescence de la violence..
Ainsi à la violence des extrémistes musulmans, il est interdit de riposter dans les mêmes proportions. Il faut être charitable et humaniste.
Boko Haram (https://fr.wikipedia.org/wiki/Boko_Haram) fidèle à l’islam des sources originelles dans sa conception wahhabite doit avoir les coudées franches aidé par ses mentors qatariens pour mettre la région à feu et à sang jusqu’à ce qu’il ait exterminé les derniers chrétiens, animistes voire des pauvres musulmans inoffensifs.
Selon leur logique troublante, on ne doit pas combattre l’horreur par l’horreur et le sang par le sang, le Cameroun ne doit pas assurer la défense de l’intégrité physique de sa population en proie aux attaques incessantes meurtrières depuis plus d’une dizaine d’années de la part du groupe salafo-djihadiste sunnite de Boko Haram, ni avoir une politique de représailles pour ne pas envenimer la situation histoire de ne pas troubler leur bonne conscience.
Il y a tout à parier qu’ils seraient ravis de voir l’armée camerounaise se comporter le plus lâchement du monde à l’image de l’armée nigérienne et dérouler le tapis rouge aux pattes de ces meutes de prédateurs avides de chair humaine.
Salem Benammar
image_pdf
0
0

5 Commentaires

  1. Comme hathoriti et jlriv pour dénoncer le caractère ultra-gôchiste de l’AI ( … ! ) , mais j’en profite aussi pour suggérer une remarque très générale sur toutes ces organisations, c’est qu’elles sont certainement toutes, mais absolument toutes infiltrées par des musulmans qui veillent au grain et à ce qu’elles n’entravent pas, voire favorisent, l’expansion de l’islam et de l’occupation territoriale des musulmans à la surface du globe, en profitant de leur bonsentimentalité , de leur dogmatisme, de leur caractère ultrapanurgien, de leur naïveté et de leur ignorance.
    Je pense même que par exemple Greenpeace France qui se bat contre le nucléaire, et quasiment rien d’autre, pour nous imposer des énergies intermittentes, lesquelles nécessitent obligatoirement le recours aux énergies fossiles, favorise ainsi les intérêts des exportateurs de pétrole, qui ne sont pas super connus pour leur boudhisme ou leur protestantisme.
    Pareil pour les organisations de protection animale en France, à fond gôchistes elles aussi : pas un mot sur l’aïd. Le gôchisme, c’est déjà con en soi ( c’est un gauchiste animaliste qui vous le dit ) , mais infiltré, ça devient un organisme complice du terrorisme islamique international.
    Les jihadistes ne connaissent que la loi du sang, il n’y pas de tergiversations possibles, il faut se défendre à la mesure de l’agression, et ce jusqu’à éteindre toute menace !

  2. Bien asséné, monsieur Ben Ammar ! Amnesty international est un ramassis de pourriture gôchos, tout le monde le sait…excepté les aveugles « humanitaires » !

  3. J’avais lu cette réaction inimaginable hier. Ase demander si le monde a encore toute sa tête et si à force de droit de l’hommisme on n’est pas tut simplement en train d’assassiner l’humanité ( y compris celle qui pense et s’indigne) . La très intéressante réponse du >Ministre camerounais de la communication:
    Je voudrais donc rappeler au bon souvenir d’Amnesty International ces mots du Président de la République Son Excellence Paul BIYA,auxquels, de manière assez paradoxale, cette ONG ne manque d’ailleurs pas de se référer elle-même dans son rapport sur le Cameroun, je cite : « La réalité est simple. Il y a d’un côté, le nôtre, les tenants d’une société moderne et tolérante, garantissant l’exercice des droits de l’homme, dont ceux de religion, ainsi que la démocratie représentative. De l’autre côté, c’est-à-dire du côté de BokoHaram et des mouvements qui lui ressemblent, il y a les partisans d’une société obscurantiste et tyrannique, sans considération aucune de la dignité humaine »,fin de citation.
    BokoHaram n’est donc pas un État avec qui le Cameroun serait en guerre. BokoHaram est une organisation terroriste, au sens même où les définitions intellectuelles et internationales de ce péril à périmètre planétaire voudraient entendre le concept de terrorisme, à savoir « toute action […] qui a pour intention de causer la mort ou de graves blessures corporelles à des civils ou à des non-combattants, lorsque le but d’un tel acte est, de par sa nature ou son contexte, d’intimider une population, ou de forcer un gouvernement ou une organisation internationale à prendre une quelconque mesure ou à s’en abstenir ». (…)Il importe donc pour chacun de nous, de garder bien présent à l’esprit que les notions de terrorisme et d’actes terroristes comme ceux perpétrés par BokoHaram,se situent en dehors du cadre juridique de la guerre conventionnelle et donc du droit de la guerre, tel que défini par la communauté des nations, notamment à travers les Conventions de Genève et leurs Protocoles additionnels.

    • Correction : le nom réel de cette organisation est allahmnesty international, comme chacun sait. Ils s’opposent à l’extermination totale et sans condition des vermines djihadistes qui ne doivent avoir aucun droit et surtout pas à un procès. Ils auraient probablement demandé la compréhension pour les bourreaux nazis ou les khmers rouges.

Les commentaires sont fermés.