Quand Charles Aznavour tenait tête aux obsédés anti-FN…

Publié le 17 octobre 2018 - par - 19 commentaires - 4 366 vues
Share

Ce qui était appréciable chez ce chanteur si français, en plus de son immense talent d’artiste, c’est la simplicité avec laquelle il s’exprimait pour donner son opinion, le tout relevé avec une charmante pointe d’accent de titi parisien (accent maintenant disparu et remplacé par l’accent des cités qui doit beaucoup à l’arabe). Surtout, il n’était pas du genre à essayer de tenir des discours d’intellectuel prétentieux comme le font tant de chanteurs sans talent, incompris qu’ils se disent (comprenez quand même que ce ne sont parfois que des fumistes !) et qui versent pour plaire dans le discours qu’on attend d’eux dans les « merdias » : des flagorneurs au service d’autres flagorneurs (qui ne sont parfois que des faussaires de l’information !). Charles Aznavour avec la droiture qui le caractérisait n’entendait pas, lui, qu’on lui fasse dire ce qu’il ne pensait pas sous prétexte que c’était dans l’air du temps.

Pour illustrer ce propos, j’ai en mémoire l’émission du 22 septembre 2015 du Petit Journal sur Canal Plus où il était l’invité du jour.

Tout partait bien bien au début, l’émission avait été bien préparée au niveau de quelques séquences proposées pleines d’humour, juste récompense d’une carrière et du talent d’un artiste dont aucune des chansons, même les plus anciennes, ne s’est démodée. Par contre, par la suite, ce n’était plus pareil niveau qualité et certaines questions, qui émanaient du « pieuti » animateur du « pieuti » journal, le « pieuti môssieu ».

Yann Barthès, faisaient vraiment tache dans cette émission si bien commencée. Il faut dire que l’animateur est atteint d’une telle allergie au FN que ce parti l’obsède beaucoup et donc, pour lui, toutes les occasions sont bonnes pour aborder le sujet, même de façon incongrue, quitte à être hors sujet, mais espérant toujours entendre certains flatteurs abonder dans son sens. Mais Charles Aznavour, lui, a fait de la résistance quand Yann Barthès a posé une question qui est arrivée comme un cheveu sur la soupe : « Qu’est-ce que ça vous fait de savoir que Marine Le Pen a chanté une de vos chansons ? » (Et de ressortir une vidéo où Marine Le Pen, arrivant dans un studio où passait la chanson La bohème, s’était mise à fredonner). Réponse que Barthès n’attendait pas car, en général, il pose des questions dont il attend la réponse qui ira dans son sens : « Ça me fait très plaisir » !  Et vlan ! ce n’est pas ce qui était attendu, alors le fanfaron va chatouiller un peu plus… « Que pensez-vous de Marine Le Pen ? »… Et là, impassible, visage neutre, réponse brève du chanteur agacé : « Je n’ai rien à en dire ! »… L’autre en a été pour ses frais et n’a pas insisté, au risque d’être encore plus ridicule. Depuis, je suis allergique au « pieuti môssieu » Barthès. Aussi, dès que je le vois apparaître à la télévision, je zappe !

Autre moment plus récent, lors de l’interview au Parisien publiée le 19 janvier 2018, Charles Aznavour n’a pas aimé la balle qu’on lui servait et semble donc l’avoir renvoyée  sans paraître élever la voix mais avec une force sous-jacente qui ne pouvait que ridiculiser le journaliste qui lui avait posé la question con. Et au con de journaliste de ranger, on l’imagine, ses cartouches pour d’autres cons complaisants avec qui on aborderait encore le thème « FN à tuer » avec la énième question con. Lui, avec intelligence, a exprimé son attachement à la démocratie et au respect du suffrage universel des électeurs : « Si un jour Marine Le Pen était élue, elle serait aussi ma présidente »… Camouflet à tous les cons de gauche, mais aussi de droite, de la part de ce si grand serviteur de la langue française.

Parler politique l’agaçait, c’est certain, mais il ne trichait pas cependant pour avoir la paix en faisant mine d’être à gauche. Il ne cachait pas qu’en 2012, il avait voté Sarkozy et qu’en 2017, il n’avait pas voté pour Macron. Il n’aurait pas voté du tout. Magnanime dans ses propos quand il disait : « Mais je ne donne pas de consignes. Je suis une production culturelle pour l’export. Qu’on ne m’emmerde pas pour autre chose. Je ne fais pas de politique. » Son métier, c’était de faire partager ses émotions en chansons grâce à des textes inoubliables, mis en valeur par une musique qui restera pour longtemps dans nos oreilles tant il y avait de talent dans cet homme élégant, grand ambassadeur de la culture française.

Fallait-il qu’il ait été inquiet, ce 7 janvier, quand il avait choqué les immigrationnistes à tout va en disant qu’on « ne pouvait pas avoir tout le monde chez soi. Mais qu’on pourrait faire un tri, en tout cas intéressant »…

Françoise Lerat

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Dunois

Il y a des idiots qui croient que parce qu’un artiste a du talent ou parce qu’il est populaire (Charles avait les deux), il doit être parfait. C’est débile. C’était un homme comme tout le monde et il travaillait dur pour arriver à s’imposer dans le milieu (je connais assez bien). Il n’était pas parfait mais ceux qui le disent sont-ils parfaits ? C’était un artiste, un vrai et il nageait dans un milieu très dur. Maintenant qu’il n’est plus avec nous, merci de lui accorder tout le respect qui lui revient pour ce qu’il a fait de beau.

Bertrand

Un grand bonhomme

patphil

je plains tous ces journalistes obligés par conscience professionnelle de regarder ces émissions

pbk

Moi aussi, Yann Barthes c’est juste pas possible.

Jill

Aznavour n’avait pas besoin d’être à gauche pour sa carrière ;son passé et son talent suffisaient.

pauledesbaux

même pas la FRANCE qui a pourtant contribué à sa carrière jamais d’habit militaire, pourtant il en aurait eu le temps…..ses impôts : nada rien niente tout son fric en SUISSE et vous appelez çà un FRANCAIS et de surcroit une cérémonie aux INVALIDES? LOUIS IV NAPOLEON et tous les invalides de guerres qu’ils ont mené doivent se retourner dans leurs tombes c’est une honte çà fait partie du chauve-bise de la maqueronie UN HONTE DE LA FRANCE encore pire que hollandouille le père la mite, qui ont contribUé au déclin de notre ¨PATRIE à force de non respect de… lire la suite

Aux Armes Citoyens

Paule, je suis tout à fait d’accord avec vous, d’autant qu’il a un gendre musulman dans la finance (il l’a dit dans une entrevue).
La chanson « mes emmerdes » était bien adressée à la France et je ne souscris pas à tous ces honneurs qui lui sont adressés.
Dans son genre, c’était un traître, un faux Français qui savait empocher le fric mais pas payer ses impôts.
Et oui, les traîtres ont droit à tous les égards, à tous les honneurs, qu’ils soient dépravés ou non.

pauledesbaux

les « moins » qui me sont attribués montrent bien que l’HISTOIRE DE FRANCE NE LES A MEME PAS EFFLEURE je suppose que vous pourriez lire tout ce qui a trait à la construction de cet hotel DES INVALIDES celà vous démontrera qu’il n’a pas été constuit pour les stars du show biz mais poue ceux qui ont contribué à LA GLOIRE DE NOTRE PAYS en y laissant leur peau…..même si aznavourian fut un grand de la chanson ses impôts il n’en n’a pas retourné un sou à la FRANCE qui a accueilli sa famille après le triste GENOCIDE DES ARMENIENS par… lire la suite

Emile

Dans le milieu où il évoluait , c’est déjà une performance et la preuve d’une force de caractère d’avoir tenu cette ligne….

bob

bien des chanteurs et autres « artistes » devraient prendre exemple sur sa neutralité

Lin

Alors ne commentez pas !

Ajax

Je ne pense vraiment pas. Le début de votre post est d’une grande lucidité.

Allonzenfan

Charles Aznavour était un en-chanteur français et un grand monsieur qui respectait tout le monde. Il a fait beaucoup pour la promotion de la France à l’Étranger, comme Mireille Mathieu, Patricia Kass, Alain Delon et tant d’autres qui ne sont pas précisément classés « à gauche » de l’échiquier politique…

looping

Il aimait trop la France pour se réjouir de ce qu’elle devient et comme Arménien ,il ne devait pas apprécier les turcs musulmans associés aux empires austrohongrois.
donc je ne vois pas en quoi il serait ennemi du rassemblement national

Vent d'Est, Vent d'Ouest

@ looping
Je plussoie. Et ce d’autant que sa famille de confession chrétienne a dû fuir le génocide arménien perpétré par les turcs musulmans.

Mireio

Ce n’est en effet que votre avis, donc c’est de nulle importance.

Gretch

C’est pas comme le fait de ne pas porter un site dans son cœur mais de toujours y être fourré, un mélange de paranoïa et de schizophrénie.

Sixjours

Ce n’est pas un bovidé qui va décider si l’on doit commenter ou pas son avis !

Yohann le debattant

Vous « pensez » à la place d’un mort? Le mieux est de se taire…