Quand Croquignol Macron et Filochard Juppé se rencontraient en secret

Dans un livre à paraître, J’assume (éditions de l’Observatoire), Virginie Calmels – vice-présidente des Républicains – et Le Figaro dans un article intitulé La rencontre secrète Juppé-Macron pendant l’entre-deux-tours de la présidentielle, révèlent qu’Emmanuel Macron et Alain Juppé (à moins que ce soit son célèbre hologramme Ali Juppé) se sont rencontrés en mai 2017, puis en octobre.

D’après la première adjointe du maire de Bordeaux – il doit y avoir une bonne ambiance entre le vieil arrogant toujours à chier sur les bottes des autres – et Virginie (du latin « virgo » signifiant « vierge« ), aide de camp de Laurent Wauquiez. Et de moins en moins vierge politiquement.

A défaut de succomber à La tentation de Venise (qu’il n’a certainement jamais eue, un roublard reste un roublard surtout quand il a l’air d’avoir avalé un manche à balai), Juppé a facilement succombé à la tentation Macron.

L’un étant la copie de l’autre avec un léger décalage temporel, l’un et l’autre étant au service de la même idéologie européiste, globale, immigrationniste, l’un et l’autre ayant la même haine des peuples, les deux hommes ne pouvaient que se serrer chaleureusement les paluches.

Le premier rendez-vous a eu lieu le 1er mai 2017. Pour ces clones des banques mondialisées, ces clowns de la pensée unique libérale, la date était parfaitement choisie. Une sorte de crachat – un de plus – aux petites gens et leur fête du travail.

La réunion organisée par le “dynamique” Gérard Collomb s’est faite dans les locaux parisiens de la Communauté urbaine de Lyon (la Courly). Ainsi des communautés qui se disent “à l’os” d’un point de vue financier, se payent des locaux parisiens ! J’espère que les contribuables lyonnais apprécient le bon usage de leurs impôts.

Alain Juppé prêt à tout pour demeurer quelques minutes supplémentaires sur le devant de la scène ? Rien de surprenant.

L’échange avec le petit Cron a beaucoup plu à Juppé. Il le compare avec les déjeuners avec Sarkozy : « Au moins quand je déjeunais avec Nicolas Sarkozy ça me reposait, il parlait tout le temps. Je n’avais qu’à écouter. Là c’est différent ».

En langue Juppé, cela signifie que, contrairement à Sarkozy qui le méprise, l’autre Cron l’a regardé parler avec amour, rendant ainsi hommage à ce génie des carpettes de la République, à ce reniement sur pattes (en 1990, il proposait la « fermeture des frontières », la « suspension de l’immigration », de « réserver certaines prestations sociales aux nationaux », disait l’« incompatibilité entre l’islam et nos lois »).

Après la révélation de cette rencontre, on comprend maintenant comment Edouard Philippe, avec sa tronche de médecin vous annonçant perpétuellement que vous êtes en phase terminale – il devrait revêtir une blouse blanche et se décorer d’un stéthoscope à chacune de ses interventions – est entré à Matignon.

On comprend aussi pourquoi le Premier “sinistre” de la France a rendu tant d’hommages à Juppé lors de sa visite à Bordeaux : «Je vous appelais “le”, patron, parce que j’ai appris en vous regardant, et parce que j’ai beaucoup aimé travailler avec vous, et que cette expérience accumulée, cette fidélité assumée est constitutive de ce que je suis aujourd’hui

Avec ce genre de fidélité, je ne voudrais pas être l’épouse d’Edouard Philippe, ce type qui a tout de suite trahi les siens après l’échec de Fillon. « Le bras armé de [la] volonté [d’Emmanuel Macron] de dynamiter la droite » dit Virginie Calmels. En ce sens, il est vrai, il est le parfait fils spirituel de Juppé qui, grâce à sa création de l’UMP, avait commencé la destruction de la droite française jusqu’au sixième sous-sol.

Evidemment Ribouldingue Philippe prétend par l’intermédiaire d’un de ses sicaires, cité par Le Figaro, qu’après les législatives « Virginie a proposé ses services à Edouard Philippe ». Dossier d’un DRH monté de toutes pièces pour vider un employé ou élément étayé par quelques preuves ? En tout cas, riposte politicarde.

Le 27 octobre, Juppé et Macron se sont retrouvés pour un nouveau déjeuner (qui paye l’addition ?) afin d’évoquer la création d’un grand mouvement réunissant les Européistes contre les eurosceptiques pour les élections européennes de 2019. Quelques jours plus tard, en novembre, le maire de Bordeaux s’encensait et “en même temps” cirait les pompes de Macron après son discours sur l’Europe : « Il n’y a rien à redire. J’ai bien aimé l’expression “bien commun » utilisée par Emmanuel Macron pour parler des valeurs européennes. Je l’avais d’ailleurs utilisée pendant ma campagne ».

Bientôt, on va apprendre qu’il est le Père du “résident” de la République.

Juppé apparaît une fois encore pour ce qu’il est. Et ce n’est pas forcément brillant.

Les Pieds Nickelés français n’ont pas fini de nous en faire voir.

Marcus Graven

image_pdf
0
0

16 Commentaires

  1. Il est dommage de salir les « pieds nickelés » avec la pourriture politique. Ces BD sont attrayantes et réjouissantes alors que les deux pourris font vomir la France de dégoût.
    La vraie justice consiste à juger les criminels et à les condamner et les deux pourris ne méritent aucune pitié, comme leurs complices politiques.

  2. Philippe chez Macron ? Calmels chez Wauquiez ? Partie carrée ? Une seule femme ?
    Juppé organisateur et voyeur ? Certainement !
    « Identité heureuse et Accommodements raisonnables »

  3. La France et le Français de base, adorent les traîtres, et Edouard Philippe est la plus belle incarnation de ce mot, ce type est le modèle type du collabo, mou insignifiant vendu, mais il a raison, le troupeau est prêt à se soumettre, même à rouler à 80 Kmh, pour satisfaire à ses délires mégalomaniaques ! Quand on le regarde, il n’émane de lui, que de la perfidie !

  4. Juppé est l’incarnation des élites pourries qui ont vendu la France, n’a t’il pas été condamné pour des malversations odieuses, en lieu et place du corrompu en chef, à partir de là, si il avait eu un tant soi peu de morale, il aurait du quitter la vie politique, ce vendu, cet ignoble traître ! Ali juppé !

  5. En 1945, tous ces collabos auraient été fusiller !!! A l’ époque, beaucoup l’ ont été qui n’ avaient pas trahi leur pays !!!!

  6. Juppé se voyait président ;l’affaire était dans le sac,les Français le plébiscitaient .Et puis
    le maire de Bordeaux s’est pris un coup de pied au q tel que dans ses pires cauchemars il ne l’aurait pas imaginé .Macron a du lui mettre un peu de baume sur son coeur meurtri
    en lui affirmant qu’il aura besoin de lui ;que dis je la France aura besoin de lui …Un petit ministère,c’est toujours bon à prendre .Je dirais après les municipales …

    • La meilleure place pour ali Juppé, c’est l’ehpad ! Quoique un piège à cafards lui irait à ravir !

  7.  » Bientôt, on va apprendre qu’il est le Père du “résident” de la République ». Juppé aurai-il fait des galipettes avec Brigitte ?

  8. bonnet blanc et blanc bonnet comme dirai Duclos , ou entre islamiste tout baigne !

  9. Rien de surprenant avec Ali Juppé . Déjà avec Chirac pour ce qui est de trahisons ils s y connaissent . On a eu Giscard au lieu de chaban à cause des magouilles de Chirac et quelques autres , puis on a eu Mitterrand le collabo grâce à Chirac , puis on as eu Jospin grâce à Chirac aussi puis ensuite il a voté pour Hollande ; beau parcours quand même !

    • DE plus qu’il pense que devenir mulâtre, c’est bon pour la race! ça ne marche pas pour les greffes en médecine! Quel chef! De Gaulle l’appelait ‘le grand con! Pauvre peuple français….

      • Platipus : c est bon pour la race : il c est bien que c est faux . C est comme rajouter de l eau dans du bon vin , plus tu en ajoutes plus c est de la merde , comme l eau dans le gas oil ou dans l’ essence .

Les commentaires sont fermés.