Quand donc Plantu, qui ironise sur la pédophilie de l'Eglise, dessine-t-il Mahomet et Aicha ?

Surfant sur une actualité prospère, Plantu, le caricaturiste du Monde, s’offre un dessin qui lui vaudra sans doute les poursuites de l’Agrif, présidée par Bernard Antony, traditionnaliste catholique.

Favorables à la liberté d’expression, ce dessin ne nous pose aucun problème, d’autant plus qu’en page d’accueil de notre site, nous avons représenté le pape en train de boire un demi, à la place du calice.
Mais ce qui nous pose problème, chez Plantu, est son double discours. En pleine période des caricatures danoises, là où le petit monde des caricaturistes avait montré sa solidarité avec les collèges danois, il avait étonné son auditoire, en tenant ces propos : « Je revendique le droit à la nuance. Il faut continuer à faire des dessins énervants, mais bien faire comprendre aux croyants que l’on s’en prend à l’intolérance et pas à leur croyance (…) Je ne comprends pas pourquoi ils (les dessinateurs danois) s’en prennent tant à Mahomet, l’urgence ce sont toutes les intolérances »
Plantu-appelle-a-la-mesure-concernant-les-caricatures-de-Mahomet.dhtml
Puisque Plantu est sensible à la pédophilie cléricale, quand dessine-t-il Mahomet, en compagnie d’Aïcha, épousée à l’âge de 6 ans, et « consommée » à l’âge de 9 ans ? Quand nous fait-il profiter de son talent pour illustrer le scandale, dans les pays musulmans, de ces petites filles livrées au viol d’un époux bien plus âgé qu’elle ?
Sans doute nous dira-t-il, à ce moment, ‘qu’il revendique le droit à la nuance… », en oubliant d’ajouter que ce droit à la nuance ne s’applique qu’aux musulmans.
Ce n’est pas une surprise, juste une confirmation.
Lucette Jeanpierre

image_pdf
0
0