Quand la dictature de l’image prend la démocratie en otage

Publié le 1 décembre 2020 - par - 33 commentaires - 1 295 vues
Traduire la page en :


L’émotion est très mauvaise conseillère. Tout comme la colère de la rue, elle ne peut guider notre vie publique et influencer notre modèle de société.
« Gouverner, c’est prévoir ». Pour avoir oublié cette citation d’Adolphe Thiers l’exécutif qui n’a aucune stratégie et n’a pas su anticiper les événements s’est mis dans un incroyable pétrin. À croire, comme le pensent certains, que la crise sanitaire de la covid-19 a frappé les plus hauts dirigeants de notre pays, au point de les faire dérailler.
Nous avons déjà souligné dans ces colonnes l’amateurisme du gouvernement, notamment dans l’affaire de l’huile de palme où le vote des députés avait été bafoué parce que non-conforme à la volonté du gouvernement, lequel avait exigé que l’on revote le texte. Un an plus tard, c’est sur l’article 24 de la loi sur la « Sécurité globale » que le pouvoir fait volte-face. Alors que le vote en première lecture a déjà eu lieu, le Premier ministre Jean Castex annonce, face aux critiques de la presse, qu’il veut faire réécrire le texte de cet article par une « commission indépendante ».
On marche sur la tête. Les élus de tous bords sont furieux. Ils parlent de « mépris » pour leur travail de la part du gouvernement. Les Présidents des deux assemblées protestent eux aussi par courrier contre cette initiative et font reculer le Premier ministre. On voudrait montrer l’inutilité des députés sous ce quinquennat que l’on ne s’y prendrait pas autrement ! Fin du premier acte.

Lundi matin (30/11) Macron est de fort méchante humeur. Visiblement agacé par les dysfonctionnements au sein du gouvernement et devant la montée de la colère qui s’est exprimée dans la rue au cours du week-end avec des manifestations accompagnées de violences, il a réuni le Premier ministre Jean Castex et les chefs des groupes parlementaires de la majorité pour sortir de la crise politique. Il est décidé que l’article 24 devra être réécrit afin que sa lecture lève toute ambiguïté quant à la liberté de la presse. Et c’est Castaner, l’ancien ministre de l’Intérieur, aujourd’hui chef de file des députés LaREM qui se chargera de l’annoncer, pas mécontent de jeter une pierre dans le jardin de son successeur à l’origine de l’article controversé. Fin du deuxième acte.
Cet article 24 que certains jugent attentatoire à la liberté de la presse a pour objectif de pénaliser la diffusion d’images de policiers et de gendarmes en intervention dans le but de « porter atteinte à l’intégrité physique ou psychique » de ces hommes et de ces femmes. Précaution utile pour protéger l’anonymat de ces forces de sécurité face à la menace que font peser les terroristes islamistes sur ceux qui sont chargés d’assurer la défense de l’ordre public. Qui n’a en mémoire le meurtre de ce couple de policiers de Magnanville égorgés sous les yeux de leur bambin de trois ans ?

Liberté de la presse à sens unique
Mais que vaut la vie d’un policier face à la sacro-sainte liberté de la presse ? Une liberté d’autant plus chère à défendre qu’elle est bien souvent à sens unique. Alors que les prétendues violences policières sont complaisamment filmées par les caméras, on floute le visage des casseurs qui détruisent le mobilier urbain ou s’en prennent aux caméras de vidéo-surveillance comme on a pu le voir samedi dernier lors des violences orchestrées par l’ultra-Gauche à Paris. Ah, pas question pour les journalistes d’apparaitre comme des auxiliaires de la police ! Une conception erronée de la liberté de la presse qui les rend complices de la racaille et des islamo-gauchistes qui viennent dans les manifestations pour « casser du flic ».

Comment ne pas être choqués de la manipulation de l’opinion par les médias dominants lors de l’expulsion d’un campement de clandestins place de la République dans la soirée du 23 novembre dernier ? Les caméras sont là, bien entendu. Tout comme des députés de la “France insoumise” et des associations d’aide aux immigrés. Les images de cette évacuation manu-militari de nuit sont destinées à choquer l’opinion. Le but est atteint. C’est un véritable tollé à gauche et sur les réseaux sociaux. Des élus font part de leur indignation devant les « brutalités policières ».
En fait de brutalités, on voit un policier faire un croc-en-jambe à un migrant qui s’enfuit. C’est peu, mais c’est suffisant pour alimenter le débat au moment où l’Assemblée nationale s’apprête à discuter du fameux article 24. L’opération est réussie sur le plan médiatique. Ce n’est plus de l’information, mais de la désinformation, qu’importe ! Le ministre de l’Intérieur va tomber dans le piège. Il annonce qu’il va demander un rapport circonstancié. Il y aura des sanctions à n’en pas douter !

L’autre affaire qui aura défrayé la chronique se déroule dans le très chic 17e arrondissement de Paris avec l’interpellation musclée d’un producteur de musique de rap. Télés et radios vont en faire des tonnes pendant quatre jours. La victime est parfaite, elle est noire. Face à elle, trois policiers blancs qui le tabassent et l’insultent. Un véritable scénario à la George Floyd ! La vidéo passe en boucle sur toutes les chaînes de télévision. C’est aussitôt l’indignation sur les réseaux sociaux. Les policiers sont immédiatement suspendus de leurs fonctions. Darmanin assure, avant même leur audition, qu’il demandera leur révocation « dès que les faits seront établis par la justice ». Macron sous le coup de l’émotion se fend d’un tweet dénonçant des « images inacceptables. Elles nous font honte ».

Dénoncés à la vindicte publique
En attendant, les policiers placés en garde à vue ne bénéficient pas de la présomption d’innocence. Ils sont dénoncés à la vindicte publique comme des « brebis galeuses » de la profession. La presse est comme toujours remarquable de partialité. Aucun journaliste ne donne la version des policiers. Ni ne s’interroge sur les raisons de cette interpellation musclée. Pourquoi cet homme voulait-il se soustraire à un banal contrôle d’identité en se débattant comme un beau diable ?

La machine médiatique est lancée. Les coupables sont connus. Les images de vidéo-surveillance parlent d’elles-mêmes. Macron a tenu à prendre des nouvelles de « Michel ». Comme son prédécesseur s’était inquiété de l’état de santé de Théo. Pendant ce temps la victime de « l’agression » est invitée sur les plateaux de télévision. Chez Hanouna il se décrit comme un « homme sans histoires » même s’il reconnaît avoir eu quelques ennuis dans sa jeunesse qui l’ont conduit en prison. On n’en saura pas plus ! En attendant quatre policiers ont été mis en examen dans cette affaire et le procureur général de Paris a requis le placement en détention pour trois d’entre eux. Leur sort est désormais entre les mains d’un juge d’instruction.

Il faut espérer que ce magistrat fera preuve de cette sagesse qui manque tant à ceux qui gouvernent la France trop souvent sous le coup de réactions émotionnelles. Cette politique de pacotille ne peut que continuer à ruiner la confiance des Français dans l’exécutif, voire dans les institutions du pays. Dans un éditorial paru sur le site “Putsch media”, le général de gendarmerie Bertrand Soubelet (2S) définissait ainsi les « règles incontournables » pour tous ceux qui gouvernent : « À l’agitation, préférer la discrétion. Aux déclarations, préférer l’action. En toute circonstance demeurer mesuré et exemplaire ». À bon entendeur, salut !

Alain MARSAUGUY

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Mireille

Physiquement cet individu , a tout d’une racaille.

Soazig NEDELEC

..aucun racisme dans “sale nègre” c’est exactement ce qu’ils se disent entre eux..ils savent de quoi ils parlent..
J’ai vécu longtemps en Afrique..

Eddy K

La vidéo montre clairement que Michel Zecler a voulu fuir un contrôle de police, justifié par qu’il était dehors dans masque et qu’il fumait (pas des gauloises, visiblement).

C’est un costaud puisque 3 policiers n’arrivaient pas à le maîtriser (il en a fallu 6 dans la rue pour le mettre à terre définitivement !). Il devait être bien “chargé” car malgré les coups reçus dans l’entrée du studio, il cherchait sans cesse à se relever et à fuir la police.

Ceci n’est pas une bavure ni une agression raciste. C’est juste un contrôle de police musclé face à un type costaud qui refuse de s’y soumettre.

Leblancblanc

Pourquoi c’est pas un negre ???? Moi c’est face de craie . 🥳🥳🥳🥳

Michel Labet

Moi, Michel Labet, on m’a dit “sale Blanchette” plusieurs fois !

POLYEUCTE

L’Affaire tombe à point nommé !
“Contrepoint” musical idéal (producteur de Rap), Cannabis, Noir, emprisonné, aux Policiers blessés la veille….
15 partout ! Balle neuve ?

Antonin

Les islamo gauchistes lui ont dit de dire ça aux chaînes d’infos en continu, ces mêmes TV de chiottes qui se sont bien garder de donner la raison de l’interpellation de cette racaille au casier judiciaire long comme un bras !

LE MARXISME EST UNE MALADIE MENTALE

Pas de trace de blessures policières sur Michel Zecler chez Hannouna,Le Media Loopsider censé avoir filmé la scène appartient à Bernard Mourad ami banquier intime de Macron Coïncidence ? La Gauche tient son nouveau Martyr

François BLANC

il est quoi d’autre ce négro ?

Antonin

Une racaille !

Eddy K

Propos raciste débile et inadmissible ! Un provocateur ?

Amandinelonchamp

💢 François de Souche ( par perubu) le 2/12/2020 ◽

HERBLAY (95) : DEUX POLICIERS MASSACRÉS PAR TROIS AGRESSEURS AYANT DÉROBÉ LEURS ARMES ,LYES S. MIS EN EXAMEN POUR TENTATIVE DE MEURTRE (MAJ) : BAKARY DABO, UN SECOND SUSPECT ARRÊTÉ ) 🤜🏽👮🏻‍♂️👮🏻‍♂️🤛🏼

Emile

Bien fait pour ces flics, quand on est aussi cons, il ne faut pas être policier ! ils sont juste bons à foutre des prunes aux gaulois ! qu’ils crèvent!!!

yvank

Le Michel sent la taqiya et la joue sans retenue. Le refus d’obtempérer quand il s’agit de contrôle d’identité, où de respecter les consignes sanitaires imposées à tout le monde, est sans doute ce qui lui vaut une telle publicité; alors qu’il devrait être sévèrement sanctionné. Ce genre de voyou remplit les banlieues qui brûlent du flic sans soulever l’indignation que cette oumma manifeste. Le gouvernement Macron croit entendre la voix de la France en écoutant la oumma islamique?

Amandinelonchamp

💢 Ce gouvernement est SUICIDAIRE et entraîne les Français dans sa chute . Favoriser les voyous en permanence dans toutes les situations , revient à leur remettre les clefs de la maison…
Ils le regretteront un jour. Il suffit de voir ce qu’est devenue l’Afrique du Sud sous la direction des Noirs.🤜🏽👩🏻‍🦰👩🏻‍🦱👨🏻‍🦳🤛🏽🔪

geronimo

c’est faux !! ce gibbon ment, il suffit de regarder l’INTEGRALITE de la video pour se rendre compte de ce qui c’es tréellement passé, et de QUI a généré les problémes…et ce ne sont pas les flics…si ce connard de pseudo producteur de mes deux, avait obtempéré rien ne se serait passé…mais voila, que cachait il, qu’avait il à se reprocher pour agir ainsi.
Qu’une chaine nationale MONTRE l’intégralité de la video à une heure de grande ecoute, et vous verrez que la sitation changera rapidement !!!!
ce qui se passe en France est honteux !!
au USA ce mec aurait pris 10 balles dans la tete pour ce qu’il a fait contre les flics !!

Enrico

Oui, vous avez raison pour tout, je pense que cette histoire a été faite par MACRON. VIDEO D’UN FILMEUR DONT LE PATRON EST COPAIN DE MACRON – A ETE VOULU.

papi Albert

Les Noirs n’aimeront jamais les Blancs ; même les Antillais français que j’ai connus étaient toujours agressifs et susceptibles! L’huile et l’eau ne peuvent se mélanger !!!

Amandinelonchamp

💢 Papi Albert , Les Noirs des Antilles françaises ne sont jamais que des Africains importés par les Blancs sur des terres appartenant à l’origine aux Indiens d’Amérique .
Ces peuples font payer aux Blancs leur complexe d’infériorité tout en convoitant les femmes et les hommes Européens ( par les femmes Noires ) . Ces gens ne sont honnêtes ni avec eux -même , ni avec la société.
Ils ont le même statut que les Blancs d’Amérique qui sont pour le plus grand nombre des Européens qui ont changé de continent , je ne vais rien vous apprendre . Bonne journée.🙂

Etienne Boutonnet

J’aimerais savoir, une fois pour toutes, si ce Michel Zecler était, ou non, connu des services de police : déjà condamné, quand et pour quoi ? Au lieu de le présenter uniquement comme “producteur de musique”. Uniquement pour pouvoir me faire mon opinion sur le personnage. Personnellement, je suis retraité, et je n’ai jamais, dans ma vie, rencontré un policier ni un gendarme mal courtois ou violent.

DANY BARTHOUIL

Est-il vrai que ce Michel est en fait un rappeur qui crache sur la police dans ses raps ? On en parle nulle part, je l’ai entendu dire …Si c’est vrai comment se fait-il que les policiers eux-mêmes ne le dénoncent pas ? Car une intervention aussi musclée ne se fait pas , généralement , sans les ordres de la hiérarchie et pour de bonnes raisons !

Paoli

“Noir” ou “nègre, quelle est la différence ? Comment remplacer ces mots ? Dites moi ..

R2D25

Y en a pas!
Négre ou noir c’est kif kif.

Prober

Pourquoi Zecler reste-t-il masqué et encapuchonné ? Ca pue la fourberie, ce comportement…

Mireille

Partagé. Sa tenue est celle d’un voyou.

ISA

Preuve que les Black-blocks sont les chiens du pouvoir ! On monte des “affaires”pour contrôler la pensée des gens ; c’est ainsi que le pouvoir gouverne à présent. RIP la Démocratie. A t’elle existé un jour en France, d’ailleurs…

patphil

comme pour l’affaire théo, ils ne nous montrent que dix secondes d’une vidéo, dans quelques années, quand on verra le début, ils diront “on ne savait pas” quand ils n’occulteront pas les faits!
les journaleux, les politicards montrent leur vrai visage, les gens honnêtes ne le savent ils pas?

Macron et son équipe ne sont pas incompétents, ils vous font croire qu’ils sont incompétents pour que votre attention soit détournée de ce qu’ils font vraiment.

C’est toujours la même chose depuis 2017, en tout cas pour ce qui concerne Macron, car cette technique du cirque, du clown maladroit qui exaspère et qui focalise l’attention, est plus vieille.

En l’occurrence : voir cette analyse :
http://www.thomasjoly.fr/2020/12/le-vrai-scandale-de-la-loi-securite-globale.html

100% ok

je ne crois pas du tout a cette insulte, ” sale nègre ” ça fait littéraire et trop KKK USA, il aurait dit qu’ils lui auraient dit ” négro de merde ” ou ” merde de blackos” ou un truc comme ça, je le croirait mais la j’ai un doute ça ne rentre pas dans le cadre habituel c’est trop beau

Asma bint Marwan tuée par Mahomet

On est tous un jour ou l’autre insultés par des sales c.ns…(tiens, c’est pas une insulte envers le sexe féminin ça, au fait ?) Pas de quoi passer à la télé sous peine d’overdose. Déjà toutes les pubs une Blanche-un Noir à toutes les sauces comme si nous étions déjà en métissage obligatoire…

patphil

saine réflexion

Mitro

Comment se fait il que personne ne peut dire ce que ce “sieur” a proféré comme insulte à nos policiers ? Tous ces gens, sans faire de généralité, n’ont que l’insulte ou la provocation à la bouche à notre encontre. Personne ne s’en est rendu compte ? Bizarre !!!

Mossad

Il a raison de s’insurger contre les pléonasmes, un puriste de la langue française en somme.

Lire Aussi