Quand la France fabriquait ses armes de guerre : le PM MAT 49

Autrefois, c’est-à-dire il y a une trentaine d’années, la France était encore dotée de ses arsenaux et manufactures d’armes; ils sont aujourd’hui détruits, en partie démantelés ou englobés dans tel ou tel groupe industriel. Photonis, le leader français de la vision nocturne compte lui aussi ses jours, comme Latécoère.

Retour sur le MAT 49, pistolet mitrailleur fabriqué par la manufacture d’armes de Tulle (MAT) 

Au terme d’un concours de l’armée entre les Manufactures d’armes de Châtellerault (MAC), de Saint-Étienne (MAS) et de Tulle (MAT), le prototype de cette dernière l’emporte en 1948. C’est le début de l’histoire d’une arme mythique liée aux combats en Indochine et en Algérie, et pas que, puisque le (certains disent la) MAT 49 a équipé les armées de beaucoup de pays. Ce PM connaîtra quelques évolutions au fil des années.

En France, outre l’armée, elle sera en dotation dans la police, la gendarmerie et dans le transport de fonds. J’en oublie sûrement. Ce pistolet mitrailleur est visible dans de nombreux films de série noire de ces époques.

La société nationale de l’histoire et du patrimoine de la gendarmerie et des amis du musée de la gendarmerie résume presque parfaitement les inconvénients et les avantages de cette arme, dans le chargeur de laquelle il est toutefois préférable, à l’usage, de n’approvisionner que 25 cartouches pour épargner le ressort.

« Outre les trois armes d’épaule classiques, les gendarmes peuvent se servir d’un PM de la Manufacture d’armes de Tulle (MAT), en l’occurrence le PM MAT 49 chambré en 9 mm parabellum. Il s’agit d’une arme simple et rustique à l’entretien facile. Sa fabrication reste tout aussi basique : il s’agit de tôle emboutie, soudée et à l’usinage réduit. En somme, ce PM reste une arme économique dans sa réalisation. Son grand problème vient de l’impossibilité d’opérer un tir de précision. Par contre sa supériorité pour le tir en rafale (lors d’un balayage d’une zone) n’est plus à démontrer. Cet atout est renforcé par la grande contenance de son chargeur :  trente-deux coups. » : https://force-publique.net/index.php?page=5&ch=4&ti=13

MAT 49 – L’Iconique Pistolet-Mitrailleur Français

https://youtu.be/Wm76d-tvR5c

Patrouille sans espoir, documentaire rebaptisé et dénaturé par la censure d’État : Patrouille de choc 1956 INDOCHINE, rarissime

version initiale

MAT 49 visible à 38’ , 46 ‘ …

https://www.youtube.com/watch?v=KxfoJ76bL7E

Le palmarès français des fabricants d’armes et/ou de munitions. Cliquez sur leur nom pour voir les spécialités, les localisations et leurs établissements rattachés 

NEXTER SYSTEMS , CNIM GROUPE , MBDA FRANCE , ROXEL FRANCE , SOCIÉTÉ D’ARMEMENT ET D’ÉTUDES ALSETEX , MR EQUIPEMENT , ROXEL FRANCE , NEXTER MECHANICS , NEXTER ELECTRONICS , CHEDDITE FRANCE , ROXEL FRANCE , MAXAM TAN SASNOBEL SPORT , CTA INTERNATIONAL SAS  source : https://industrie.usinenouvelle.com/classement/soussecteur-134

Quant au rachat du leader mondial de la vision nocturne, Photonis, installé à Brive-la-Gaillarde, les Californiens de Télédyne (électronique de défense) ont fait savoir qu’ils rejettent les conditions imposées par le gouvernement Philippe-Castex. Lire : https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/coup-de-tonnerre-l-americain-teledyne-jette-officiellement-l-eponge-pour-acquerir-photonis-858365.html

Rappelons, et comprenne qui pourra, que le groupe Photonis est en vente, alors qu’il compte parmi les entreprises stratégiques pour le ministère des Armées. Lire : http://www.opex360.com/2019/11/23/defense-17-deputes-se-mobilisent-pour-photonis-et-latecoere-susceptibles-de-passer-sous-pavillon-americain/

FAMAS – Le dernier fusil d’assaut français

https://www.youtube.com/watch?v=i7jg4aemMJo

  1. L’armée française remplace son Famas par un fusil d’assaut allemand le HK 416 F

https://www.youtube.com/watch?v=oz6UL04EiZc&feature=emb_logo

  1. 93 080, c’est le nombre de fusils d’assaut HK 416 F dont l’armée de Terre va se doter dans les dix prochaines années

https://www.youtube.com/watch?v=mHvRFjk3Ei8

HK 416 F : Démontage, entretien et remontage

https://www.youtube.com/watch?v=aZ2xV7EtM2k

Repères

Après le Famas, le Pamas : pourquoi l’armée délaisse les fusils et pistolets français : https://www.leparisien.fr/faits-divers/apres-le-famas-le-pamas-pourquoi-l-armee-delaisse-les-fusils-et-pistolets-francais-07-01-2020-8230722.php

Qui fabrique les nouvelles armes semi-automatiques de l’armée française ? : https://www.usinenouvelle.com/article/qui-fabrique-les-nouvelles-armes-semi-automatiques-de-l-armee-francaise.N918084

https://www.defense.gouv.fr/terre/equipements/armement

Articles utiles

https://ripostelaique.com/bataille-dalger-comprendre-france-de-2016.html

https://ripostelaique.com/heckler-koch-cesse-de-livrer-des-armes-a-la-turquie.html

https://ripostelaique.com/levallois-pourquoi-sentinelle-na-pas-ouvert-le-feu-a-cause-de-nos-politiciens.html

https://ripostelaique.com/grace-a-uziel-gal-israel-a-donne-a-son-peuple-la-mitraillette-de-sa-defense.html

https://ripostelaique.com/les-faux-allies-de-la-france-dans-lotan.html

https://ripostelaique.com/la-direction-de-larmement-militaire-meprise-larmurier-verney-carron.html

https://ripostelaique.com/cest-la-france-qui-a-besoin-de-ses-soldats-pas-le-mali.html

https://ripostelaique.com/le-programme-scorpion-pour-continuer-la-sale-guerre-du-mali.html

https://ripostelaique.com/7-mai-noubliez-dien-bien-phu.html, la trahison des politiques dans la décolonisation

https://ripostelaique.com/salon-eurosatory-larmement-lourd-preservera-t-francais-face-aux-islamistes.html

Jacques CHASSAING

IMPORTANT : Tous les liens et renvois mentionnés dans cet article constituent des éléments factuels corroborés, à l’appui des opinions et des faits exprimés par l’auteur Jacques Chassaing, ici, ainsi que dans tous les articles qu’il signe.

image_pdf
0
0

53 Commentaires

  1. Bonjour à tous.Il est écris,dans l’article de référence, »…impossibilité de pratiquer un tir de précision »,certes il n’a jamais été question d’effectuer des tirs à une distance de 200 m,comme avec le fusil,mais à des distances comprises entre 25 et 50 m,comme il était prévu,avec une arme pas trop usée et bien maîtrisée je préférais largement être du côté crosse de l’engin,perso,à 50 m,j’en mettais largement plus dedans que dehors,quant au manque de sécurité,on était tout de même loin du Stenn.Je suis tout à fait d’accord avec les commentaires fait précédemment par  » enocéram ».

  2. nous ne mettions ,jamais 32 cartouches dans le chargeur,et le FLN en etait dote ,lui aussi,comme AA52(avant l’armee francaise) grace aux ouvriers algeriens dans nos usines d’armement

  3. J’ai pratiqué le MT 49, à Mourmelon, on suivait presque les balles à l’oeil nu !
    Dépendants en médicaments ?
    Maintenant en armes ?
    Suicide organisé !

  4. Je vous cite Jacques pour poursuivre votre phrase:
    « Au terme d’un concours de l’armée entre les Manufactures d’armes de Châtellerault (MAC), de Saint-Étienne (MAS) et de Tulle (MAT), le prototype de cette dernière l’emporte en 1948″……contre le pistolet-mitrailleur Hotchkiss mle CMH2 dont le concept, certes très compact et extraordinaire pour l’époque dont le canon en est rétractable, mais qui défavorisait son usage dans les troupes aéroportées.
    Voir par recherches sur le net par libellé ( vidéo pistolet-mitrailleur Hotchkiss) deux vidéos américaines l’une le présentant et dans une autre, son usage en stand de tir.

  5. J’ai encore ce sentiment d’insécurité lorsque nous partions en opération avec ce MAT 49!
    Je n’ai jamais pu m’y faire à ce truc, une simple pression sur la détente et hop le chargeur était vide!
    De plus, aucune stabilité, dans le laps de temps qu’il se vidait, il balayait vers la droite et montait rapidement vers le haut!
    BOF!

    • C’est étonnant que vos sous-officiers ne vous aient pas appris à mieux vous en servir.

    • à jean haysoupé
      Oui c’est ça; en rafale la MAT virait à droite et montait. Alors, à l’armée (appelé en 75 au 126 RT, à Toul Ecrouves-la-Justice, puis au 101ème EQG à Nancy), on ne tirait que de très courtes rafales. Pour l’anecdote, on tirait à 25 m et à côté de chaque tireur, un autre soldat avait une épuisette (de Manufrance) pour récupérer les étuis en cours d’éjection.
      Ironie du sort passé : en surplomb de Dien Bien Phu, c’était aussi des bicyclettes de Manufrance que les Viets utilisaient pour monter leurs fardeaux.

    • Pourtant je mettais parfois presque tout mon chargeur dans la cible. Avec macreau, ça aurait été encore meilleur.

  6. Comme pour le reste, la France dépendra du bon vouloir de ses fournisseurs !! Merci aux pourris qui gouvernent le pays depuis 40 ans !!!!!!!

  7. Cet abandon de production d’armes est le résultat de 5 décennies de politique d’abandon industrielle, délibérément orchestré depuis Pompidou qui a donné les clés du coffre fort de la France aux criminels financiers mondiaux, tout le reste des salopards politiques ont suivi et l’armée n’a pas bronché, est restée stoïque les cinq doigts sur la couture du pantalon.
    Trahison, forfaiture, félonie se paye normalement au prix fort!
    Tous à pendre.

  8. mais à quoi bon avoir des armes défensives quand ils accueillent les envahisseurs, logés, nourris (mais pas blanchis)

    • Des têtes de porc seraient plus efficaces pour lutter contre l’envahisseur?!!!

  9. Tout fout le camp… les armes… depuis si longtemps… et les munitions aussi… l’ un des tous derniers fabricants était toulousain et multiséculaire… disparu depuis belle lurette!
    Tout cela est très grave car désormais la France dépend de l’ étranger dans un secteur stratégique et vital pour sa défense et sa survie! Le fait est que la république a assujetti la France à l’ étranger!!!

    • Il y a déjà 20 ans, on achetait les 5,56 du Famas à Israël. Les Américains rechignaient à nous ravitailler.

      • Il y a eu pire que cela. En je ne sais plus quelle année (mais c’était dans les années 2000) on avait acheté des cartouches de 5,56 à l’arabie saoudite (vous avez bien lu) et celles-ci étaient des cartouches à balle de 62 grs inadaptées au pas des rayures du canon du Famas F1 !
        Nos soldats lâchés en opex ne touchaient plus leur cible au-delà de 50 mètres !

        • «  »….Un marché de cartouches F5 standard OTAN est attribué début 2006 à BAE au Royaume-Uni et à IMI en Israël. Ces munitions ne conviennent pas en raison d’une balistique défaillante après 50 mètres, la balle n’étant pas adaptée au pas de rayures du canon..Un nouveau marché est attribué à ADCOM aux Émirats Arabes Unis dont les livraisons de cartouches F3 débutent en octobre 2007. Les premiers accidents de tir sont enregistrés en février 2008. L’interdiction de cette munition est prononcée en avril 2009 après 37 accidents. La défaillance serait attribuée à l’étui en laiton, moins résistant que l’acier de la cartouche adaptée F1… » »
          Source rapport info parlementaire de 2015 N° 3361

          • Alors qu’il n’y avait jamais eu le moindre problème avec les cartouches à étui en acier fabriquées en France (au Mans, je crois)…
            D’abord on a fait la connerie de ne plus vouloir fabriquer nos cartouches, ensuite on a commandé des cartouches au standard Otan SS109 qui n’est pas la cartouche que devait tirer le Famas F1, ensuite on s’est rendu compte de l’erreur (d’ailleurs grossière) mais on a commandé des cartouches à étui laiton, moins bien adaptées au mode de fonctionnement du Famas (retard à l’ouverture qui peut occasionner des étuis qui collent dans la chambre).
            Une succession de conneries signée la France… Pour ne pas changer.

    • Si, il y a encore Gévelot, munitions, grenades, mais je ne sais pas si lui non plus n’a pas été bazardé, il n’y aurait rien de surprenant vu les directives de sabotages de nos gouvernants!

      • Ils bazardent tout ! C’est comme ça que nous avons perdu aussi la SFM, qui avait développé entre autres la remarquable cartouche performante THV. L’état « français » a entraîné la faillite de cette entreprise qui approvisionnait notamment la police en passant toutes ses commandes à Fiocchi, le fabricant italien.

      • pour comprendre , il faut se rappeler la réponse de POMPILLI sur la disparition des abeilles : »à quoi ça sert puisque les chinois fabriquent du miel? »….Il en va de mème pour les masques, les médocs, , l’outillage ….Et les munitions! ça résume toute la compétence de nos zélites formées à l’ENA

    • Il y a eu une tentative de reprise de fabrication au Mans en 1991.
      7,62 NATO.

  10. L’image mise en illustration (je sais que ce n’est pas l’auteur qui choisit) a été retournée. Le PM avait le levier d’armement à gauche et la fenêtre d’éjection à droite.

    • Hi, hi ! Le gaucher que je suis s’en souvient encore avec les douilles qui ricochaient sur le casque lourd.

  11. Certes le 9 mm n’a pas le même effet au but, ni la même balistique, que le 5,56 ou le 7,5. Mais le PM n’était absolument pas imprécis. Au juger, appuyé au ceinturon, à 25 ou 50 mètres, en vraie rafale mais surtout par petites rafales de trois (ce n’était pas une arme pour les lourdauds de l’index), il donnait les mêmes groupements que le FAMAS handicapé (en rafale) par sa longueur. Sa faiblesse était plutôt du côté de la sûreté, car il avait tendance à partir facilement. Par contre sur le plan tactique il confirmait la coutume républicaine d’équiper les armées françaises de l’arme de la guerre précédente, obligeant les soldats français à travailler en binômes courte distance / longue distance (PM/FSA) quand les guérilleros d’Afrique avaient tous un fusil d’assaut Kalachnikov.

    • Oui, la France a beaucoup trop tardé à mettre en service son fusil d’assaut. Ce n’est pas faute d’avoir mis au point beaucoup de prototypes dès les années qui ont suivi la fin de la guerre, nos techniciens ont fait leur boulot. La faute en incombe – comme toujours – à nos « responsables » si peu responsables qui ne prirent aucune décision.
      Exemple, alors qu’on était déjà en 1962 et que l’Armée qui s’impatientait voulait adopter le MAS 62 (pour remplacer le vieillissant FSA), ce salaud de Messmer, ministre de la Défense, ajourna le projet au motif que les Américains travaillaient sur une nouvelle munition de petit calibre (la future 5,56 introduite avec le M16) et qu’il attendait de voir ce qu’il en sortirait. Il faudra attendre… 1976 pour introduire enfin le Famas !

  12. Lorsque j’étais tout jeune lieutenant, un sous-officier m’a raconté avoir vu le MAT 49 pour la première fois en Indochine, dans les mains de combattants viets alors qu’il n’était pas encore en dotation dans l’armée française.
    Merci les cocos de la la CGT pour ce merveilleux geste patriotique.
    Lors de la prochaine innovation française en matière d’armement, il est probable que les hordes musulmanes en seront équipées avant les forces de l’ordre ou l’armée.

    • Il n’y aura pas de prochaine innovation française en matière d’armement d’infanterie : on a démantelé tous nos arsenaux, plus de conception, plus de fabrication, on a décidé de tout acheter à l’étranger, comme ça on dépendra des autres pour se faire ravitailler en armes et munitions, et y aura plus qu’à faire une prière pour être livré à temps (voir mon post au sujet de ce qui s’est passé en 1870-71).

  13. Pour le reste, le MAT 49 était un PM très bien conçu avec sa manette de sécurité passive automatique, et surtout le basculement du puits de chargeur qui constituait la « vraie » sécurité de cette arme, sachant que le chargeur garni restait toujours engagé dedans, même si le puits était replié. Replié, tout tir était impossible. Et l’on pouvait tirer instantanément en dépliant le puits.
    C’était une arme sûre, fonctionnelle, solide, de mise en oeuvre facileide, fiable et de production rapide et peu coûteuse : bref une parfaite arme de guerre.

  14. Pour en revenir au MAT 49, dire que « son grand défaut vient de l’impossibilité d’opérer un tir de précision » est objectivement faux.
    D’abord, il n’est pas fait pour ça, ce n’est pas un fusil. Mais intrinséquement, il est capable de toucher à 100 m – voire 150 m comme je l’ai vu faire, ce qui le place à égalité avec tous les PM de sa génération. Et bien-sûr, s’il l’on veut faire un tir précis, il faut tirer des rafales brèves, voire tirer en coup-par-coup (ce qui est possible malgré l’absence de sélecteur).
    Le seul problème réel est l’impossibilité de pouvoir régler latéralement les organes de visée, guidon et hausse.

    • La MAT était avant tout une arme défensive en combat rapproché. Le but était de « rafaler » tout ce qui bougeait devant.

      • ça, c’est la vision « armée française » du truc. C’est pourquoi on le distribuait à des chefs de groupe (des sergents) censés commander plutôt que combattre. Mais à l’origine, à la fin de la Première Guerre mondiale, le PM avait été imaginé comme une arme de combat pour les « nettoyeurs de tranchée » qui étaient lancés à l’assaut. Et dans des espaces confinés, en combat urbain ou à de courtes distances, le PM est une très bonne arme de combat, offensive aussi bien que défensive.

        Sa compacité (il est facile à planquer) et son efficacité à courte distance ou dans des espaces clos en font encore une arme idéale pour nous, dans notre lutte à venir contre les gaucho-islamos.

      • Oui parce que le tir « prècis » en rafale, même de près n’était possible qu’avec une position de tir un peu « particulière » fléchie avec la crosse au nombril et les bras « verrouillés »…sinon en position classique le canon montait inexorablement en haut à droite, chose retrouvée sur l AK47 d’ailleurs…sinon arme parfaite pour le tir de saturation à moyenne portée…

    • Eh ben mon gars t’est trop fort!, car aucun type de notre section n’arrivait à faire du coup par coup avec ce truc!

      • Ce n’est pas évident mais on peut y arriver ! En principe, ceux qui pratiquent le tir sportif y arrivent toujours car ils ont l’habitude d’effacer une détente progressivement, et ils savent relâcher dès le décrochage de la gachette. C’est vrai qu’il faut quand-même un minimum de pratique.

      • C’est vrai que l’on ne pouvait pas faire du coup par coup avec n’importe quel MAT 49, mais avec certain en bon état ..oui !… ( 6ème RG Angers 1962.)

  15. Devoir acheter le fusil de nos soldats à l’étranger, à la suite du démantèlement de nos arsenaux, est non seulement le résultat d’une trahison nationale, mais devoir en plus l’acheter aux allemands (le fusil H&K 416 d’Heckler-et-Koch) est une véritable humiliation nationale.

    Soulignons au passage que ce fusil est inférieur au Famas en termes de conception puisqu’il n’est qu’une évolution de la matrice M16 américaine et qu’il n’est pas, comme le Famas, un bull-pup.

    Et pour couronner le tout, j’ai su par des amis militaires que ce fusil ne donne même pas satisfaction : les retex sont négatifs, il y a eu plein de bris de pièces, et même des pièces majeures comme la culasse !

    • Soulignons également que le Français Verney-Caron réputé dans le monde entier pour ses armes avait proposé un fusil d’assaut nettement supérieur au HK mais n’a pas été retenu pour une seule et unique raison : son chiffre d’affaires est inférieur au seuil demandé par l’UE dans le cahier des charges. Hé oui, même pour nos armées, c’est le code des marchés publics de Bruxelles qui fait loi. Merci sarko.

      • Un scandale, cela aussi et vous faites bien d’en parler, Joël.
        C’est même pire que cela.
        Verney-Carron avait réussi à tourner la difficulté (élimination d’office résultant du trop petit chiffre d’affaires) en s’associant avec la firme IMI, mais le ministère français avait de toute façon décidé dès avant le lancement de la compétition (on avait aussi sollicité Beretta) d’acheter une arme étrangère et avait fixé son choix – également avant le lancement de la compétition – d’acheter l’arme proposée par l’allemagne.

        Le résultat pour Verney-Carron : des frais de recherche et de développement pour rien.
        L’état « français » avait déjà fait le coup à VC dans les années 90, en lui demandant de proposer un pistolet pour la gendarmerie, et en choisissant le SIG-SAUER P2022 germano-suisse…

  16. Au cours du désastre de 1870, la France dut commander, en toute hâte, des armes aux Etats-Unis, n’étant pas capable de produire les armes qu’il lui fallait.
    Ce fut un désastre : les Américains nous VENDIRENT leurs rebuts de la Guerre de Sécession toute récente qu’ils s’apprêtaient à ferrailler !
    Et ces armes, disparates, furent livrées aux troupes avec bien souvent des munitions qui n’étaient pas les bonnes : notre intendance ne savait pas quelles munitions allaient avec ces différentes armes !

    La France se jura de toujours être capable de produire ses armes et créa les fameux arsenaux de Saint-Etienne (MAS), Tulle (MAT) et Châtellerault (MAC). Jusqu’à ce qu’arrivent trois individus nommés sarkozy, hollande et macron.

    A cause d’eux, la France est donc re-devenue dépendante !

      • Et pourtant, en 1917, on avait un fusil semi automatique innovant et en l’occurrence le Meunier A7 en 7×59. Il a été brièvement mis en service à Verdun. Le concept a été abandonné au motif que l’on ne pouvait adopter réglementairement un nouveau calibre en plus de ceux existants. De vraies têtes pensantes à l’époque.

  17. Un bon PM MAT 49, en combat urbain, ça permet de voir venir… Si vous savez où en trouver, surtout n’hésitez pas et n’oubliez pas les chargeurs et les cartouches de 9mm Para en quantité : c’est que ça bouffe ces petites bêtes-là ! 😀

  18. Tout ce qui nous manque pour repousser les muzz qui viendront bientôt jusque dans nos bras égorger nos fils et violer nos compagnes.

  19. Appelé de la 69-1 de l’armée de l’air j’ai utilisé le MAT 49, le MAS 36, l’AA52 pendant les 2 mois de classe-commando à Nimes Courbessac.
    Je ne suis pas fan d’armes mais vous avez réveiller en moi quelques souvenirs. De quoi écrire un livre…

    • l’AA52 j’ai eu de la chance de tirer une bande de 50 cartouches…..incroyable la vitesse tout est parti en un rien de temps !! un régal.

    • Engagé à l’EFISO en 94 aussi sur la base 726, j’ai aussi tiré au pm et à l’aa52….

  20. je l’ai eu en main et tiré avec plusieurs fois en 1982 en séances de tir ( engagé en Allemagne)….chargeur de 32 coups,il ferait encore du bon travail !

  21. La MAT 49 : une sorte de sabre laser.. il ne fallait pas se trouver dans son faisceau !

Les commentaires sont fermés.