Quand la Gestapo japonaise massacrait les Français d’Indochine

Guerre de Quinze Ans » (1931-1945) - De la guerre sino-japonaise à celle du Pacifique - Herodote.net

Derrière le sourire du vainqueur se cache la cruauté du barbare

J’ai souvent dénoncé la sauvagerie bestiale de l’armée impériale japonaise en Asie, et défendu l’emploi de l’arme atomique par les Américains, qui n’ont eu d’autre choix pour en finir avec ce peuple belliqueux et dominateur, qui s’est largement vautré dans le déshonneur, par sa cruauté et son arrogance au cours des années de guerre.

On est bien loin du légendaire sens de l’honneur des samouraïs !

Et au-delà des atrocités et des abominations perpétrées par l’armée impériale à l’encontre des peuples vaincus, rappelons que la lâche agression de Pearl Harbor, sans la moindre déclaration de guerre préalable, reste le comble de l’infamie, une ignominie sans nom, une tache indélébile dans l’histoire du Japon.

Une guerre du Pacifique qui s’est heureusement soldée par une victoire totale des Américains, grâce à l’arme atomique.

Mais aujourd’hui, c’est un épisode totalement méconnu de notre propre histoire que je souhaite évoquer.

………………………I comme Indochine française (1858-1954) - Site de souvenirfrancaisbergerac !

Dans un excellent article du Figaro, intitulé  « Quand la Gestapo japonaise massacrait les Français d’Indochine », Étienne Campion nous livre un entretien avec le journaliste Guillaume Zeller, auteur du livre « Les cages de la Kempeïtaï ».

https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/quand-la-gestapo-japonaise-massacrait-les-francais-d-indochine-20190412

C’est en mars 1945, donc peu avant son écrasement total par les forces américaines, que le Japon envahit l’Indochine, où vivent 40 000 Français.

Dès lors, ce sont des milliers de nos compatriotes qui vont être torturés et massacrés par la Kempeïtaï, la Gestapo japonaise, dont le raffinement dans l’art de supplicier ses victimes n’a rien à envier aux hordes barbares de Gengis Khan.

En six mois, les Japonais massacrent 3000 militaires et civils, soit près de 8 % de la population française. Une page d’histoire sanglante que nos historiens ont curieusement occultée.

D’ailleurs, si les atrocités nazies occupent encore largement nos écrans de cinéma et nos journaux, les abominations perpétrées par l’armée impériale sont totalement passées sous silence.

Qui parle du massacre de Nankin, en 1937, qui fit 200 000 morts, tandis que 80 000 Chinoises furent violées et leurs  bébés embrochés ?

Nankin, c’est ça :

Les horreurs de l'holocauste de Nankin (Chine) oubliées par l'Histoire

Qui parle des 200 000 Coréennes, dont beaucoup de mineures, enlevées pour devenir des esclaves sexuelles et alimenter les bordels de l’armée japonaise ?

Qui parle encore de l’Unité 731, ce temple de la barbarie, chargé des recherches sur les armes bactériologiques, et qui pratiquait ses expérimentations sur des prisonniers ?

Vivisections sans anesthésie, cobayes humains ébouillantés, brûlés au lance- flammes, congelés vivants, électrocutés, exposés aux rayons X  jusqu’à la mort, contaminés au typhus, à la peste, au choléra, pour étudier les effets de tous ces traitements raffinés sur les victimes.

Il fallut attendre 2002 pour que cette Unité 731 soit reconnue coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Une honte pour le Japon.

Mais fermons cette parenthèse et revenons à l’Indochine.

À partir du 9 mars 1945, l’armée impériale commet crime de guerre sur crime de guerre, massacrant les troupes françaises peu nombreuses et mal équipées, puisque coupées de la métropole depuis la défaite de 1940.

Prisonniers massacrés à la mitrailleuse, au sabre et à coups de pioche, officiers décapités.

Ceux qui ne sont pas massacrés sont envoyés dans des camps, où les conditions sont effroyables.

C’est la négation absolue de toute dignité humaine. L’armée impériale se comporte comme des bêtes sauvages dépourvues de toute humanité.

Dans les « cages à tigres », ces cages de bambou infectes, on entasse les hommes et les femmes, qui n’en ressortent que pour être torturés par leurs geôliers.

C’est l’horreur de la domination japonaise, de la cruauté d’une armée de sauvages qui ne respectent aucune loi de la guerre.

Pour tous ces crimes, toute cette bestialité, le Japon aurait dû être mis au ban de l’humanité après Hiroshima et Nagasaki. C’est mon avis personnel.

Les prisonniers qui ont tenté de s’évader de ces camps de l’horreur ont pour la plupart péri dans la jungle, affamés ou malades. Rares sont les rescapés qui ont pu gagner la Chine.

Des années plus tard, les survivants de cette barbarie diront : « Sans la bombe atomique, nous serions tous morts ». Comme on les comprend.

L’arme atomique a incontestablement semé la mort, la terreur et la désolation au Japon, mais combien de guerres et de morts évités depuis 1945, par peur d’un anéantissement mutuel sous le feu nucléaire ?

C’est l’équilibre de la terreur qui a amené la paix et rien d’autre.

Malheureusement, les souffrances des Français d’Indochine sous la terreur japonaise sont restées peu connues pour des raisons des plus hypocrites.

Non seulement ces Français d’Indochine avaient vécu sous le régime de Vichy, ce qui en soi est presque une tare dans l’inconscient collectif, mais ils n’avaient pas connu les souffrances de la France occupée. Et de plus, l’Indochine, à 15 000 kilomètres de la métropole, c’est loin !

Et avouons aussi que la compassion des historiens est comme celle des politiques, à géométrie variable…

Pour terminer, les crimes de guerre commis par les Japonais en Indochine n’ont pas été reconnus par la Commission des crimes de guerre des Nations unies.

Sur 229 inculpés, dont 63 condamnés à mort, seulement 26 seront fusillés.

Mais les conséquences de ce cruel épisode indochinois furent énormes.

L’agression japonaise, s’ajoutant à la défaite de 1940, aura montré à Hô Chi Minh que la France n’était pas invincible. La guerre d’indépendance n’allait pas tarder.

Une guerre se termine en 1945, une autre commence en 1947, laquelle se terminera en 1954 par le désastre de Dien Bien Phu, sonnant le glas de l’Empire colonial français.

La propagande coloniale dans les années 1930 | Histoire et analyse d'images et oeuvres

Et 90 ans après l’éblouissante exposition coloniale de 1930, époque où la France rayonnait sur tous les continents, il ne reste de cette grande épopée que fut la colonisation, que les sanglots de nos minables politiques, qui se vautrent dans une repentance aussi lâche que grotesque.

Car l’œuvre civilisatrice de la France fait partie des plus belles pages de notre Histoire.

Et ceux qui nous taxent aujourd’hui de racistes et d’esclavagistes oublient qu’en arrivant en Afrique, nous y avons trouvé l’esclavage, les guerres tribales, les famines, les épidémies, le cannibalisme et les sacrifices humains.

Toux ces fléaux, nous les avions éradiqués en 1960.

Mais c’est un autre sujet…

Jacques Guillemain

image_pdfimage_print

47 Commentaires

  1. Jacques, ces faits sont connus des militaires, des plus anciens car je doute que la génération actuelle de nos soldats soient au courant voire même que serait-ce intéressés.
    Effectivement, le gouverneur d’Indochine était demeuré fidèle au Maréchal d’où cette collaboration avec les japonais; mais comme vous le dites mais aussi, avancé par des historiens, qu’auraient pû faire le pouvoir français contre les japonais alors que la France était occupée ? Rien si ce n’est que trouver un compromis de collaboration qui ne tint que jusqu’en mars 1945. Cependant, il faut savoir que comme en France, il y eut des réseaux et maquis de résistants en Indochine qui luttaient en armes contre les japonais.
    Suite encart 2.

  2. Encart 2.
    Parmi les personnes exécutées, il y eu le cas d’un soldat français qui fut soumis à la décapitation au sabre mais dont le coup ne fut pas fatal. Il resta dans la fosse à cadavres jusqu’à la nuit et parvint à s’en extraire, s’enfuir et survécut.
    Par ailleurs, contrairement au tribunal de Nuremberg, peu de japonais furent condamnés pour leurs assassinats; seuls les cas ne pouvant être dissimulés pour leurs outrances meurtrières, furent jugés et condamnés.
    Mac Arthur lui-même ne voulait pas, pour employer un mot très usité aujourd’hui, stigmatiser les japonais afin de les mener vers la voie de la démocratie.
    Pour vous rejoindre, la défaite de 1940 eut bien des répercussions et pas seulement sur le territoire national en son temps mais aussi après !
    Résumé exact pour l’essentiel.

  3. J’ai toujours trouvé curieux le redressement de l’allemagne et du japon, ces deux pays criminels comme aucun autre, retombés sur leurs pieds après 1945 comme si de rien n’était.

    • 2 pays coupables des pires atrocités et pourtant ils ont bénéficié de la protection des Américains et de programmes d’aides au rétablissement de leur économie.
      Le Japon comme pièce maîtresse des amerloques en Asie pour le contrôle des mers et l’Allemagne pareil, le chien de garde des US en Europe.
      Leur choix s’est fixé sur l’Allemagne et pas sur la GB.

  4. L’Asie fait partie des régions du monde qui m’intéressent et je lis beaucoup de livres pour mieux connaître les peuples qui y vivent. Je vous remercie de nous parler de cet évènement.
    J’ai fais des arts martiaux et j’ai gardé un profond respect pour le Japon. Toutefois au cours de mes découvertes, j’ai appris que les Japonais étaient très pauvres, comme les Chinois, en 1940.
    Seuls les riches étaient lettrés.
    Si vous regardez le film « GEISHA » ou lisez le livre « Geisha » d’Arthur GOLDEN, ou « Mémoires d’une geisha » d’INOUE Yuki, vous y constaterez que les petites filles étaient VENDUES comme esclaves par leurs parents. Les plus belles et intelligents devenaient geisha, les autres esclaves toute leur vie.
    Aucun sentiment, aucune affection, elles étaient battues et mal nourries.
    UNE HORREUR !

    • Pour ceux qui veulent mieux connaître le Japon de 1940 :
      Le trailer du film
      https://www.youtube.com/watch?v=S57KdNF6Cog
      L’histoire d’une petite fille vendue comme esclave par ses parents et qui saura gravir douloureusement tous les échelons pour devenir la geisha la plus réputée : ce film est une merveille. Il traduit l’état de pauvreté crasse du peuple aussi bien que toutes les beautés du Japon.
      Je me repasse souvent le DVD sans jamais m’en lasser.

  5. En tout cas, les soldats sur la photo ne sont pas des Japonais. Les FM qu’ils portent sont des ZB26 (sauf le troisième en partant de la gauche qui porte un BAR).

    • Une ligne de soldats japonais marchant avec des mitrailleuses légères capturées.
      Sur les épaules de soldats japonais des mitrailleuses capturées lors des combats contre l’armée chinoise: la tchèque ZB 26/30 et la belge FN1928 (basé sur l’américaine BAR).

  6. Jusqu’après la 2e Guerre Mondiale, ces gens pouvaient se nourrir d’araignées, d’un petit bol de riz les jours de chance. Ils marchaient pieds nus. Se vêtaient de haillons.
    Lire les romans de Pearl BUCK, Prix Nobel de Littérature 1938.
    Elle fait mention dans ses livres de l’invasion de la Chine par les Japonais et fait des descriptions terribles. Mais je ne savais pas tout ce que vous nous apprenez aujourd’hui dans votre article et j’en suis horrifiée.
    Par ailleurs, il faut savoir qu’au XIXe siècle, les Anglais, Américains, Français, Allemands, Russes se sont partagé l’Asie en brûlant des villages, violant les femmes, transperçant les bébés à la baïonnette.
    https://fr.calameo.com/books/0044697408fafbad4c94e
    Voir page 11.
    Aujourd’hui la cruauté continue en Asie, surtout contre les animaux…

  7. J’ai lu qu’un certains nombre de vietnamiens avaient caché et protégé des français pendant cette triste période, notamment à Hanoï.

  8. les anciens barbares !
    les nouveaux font ça au couteau avec la complicité passive des zotorités
    gaulois n’oubliez pas d’aller voter

  9. ils ont fait cela et encore pire, mettant meme mal a l aise les pratiquants d arts martiaux, en tous cas ceux qui « savent », dans la maitrise de notre discipline, comme nulle autre. Meme les militaires savent que ce ne sont pas les armes qui sont dangereuses mais ceux qui led tiennent. pourtant, nous autres iaidoka , kendoka, on reste mal a l aise de ce savoir. C est dire la cruaute et le deshonneur dont se sont couverts ces creatures de l enfer. On comprend des lors que la chine leur ferme toujours la porte. Quel malheur que le manque de reconnaissance de ces horreurs qui feraient passer les allemands du reich pour des enfants de choeur. Ces faits se reproduiront donc, puisqu ils sont ignores.

  10. Merci pour votre article. Je suis en train de lire les « Héros oubliés » d’Erwan Bergot qui décrit toutes ces atrocités commises par les barbares japonais. Notre papa faisait partie des militaires stationnés en Indochine juste avant l’arrivée des Américains dans les années 50. Il est important d’honorer la mémoire de tous ces héros oubliés qui font partie de notre histoire.

  11. Il faut savoir que les japonais sont présents en Indochine depuis le début des années
    40 suite à la défaite francaise en 40. Cette présence s´est transformée en occupation
    au fur et à mesure des succés de l´armée americaine dans le pacifique, pour aboutir
    au coup de force du 9 mars 1945. En une nuit les forces japonaises (opération
    Meigo Sakusen ou Meï) ont mis à bas le pouvoir colonial francais.De là les exactions
    décrites dans l´article. Les Francais ont résistés avec le peu d´armes à leur disposition.
    Pour les Vietnamiens c´était une guerre franco-japonaise et n´y ont pas participée
    puisque la France faisait partie des alliés en guerre contre le Japon.
    Pour les Viets les francais et les japonais étaient des colonisateurs.
    Suédois des Céennes

  12. Tiens, c’est vrai…

    Du coup, ça me remet en mémoire la blague de « Mon Vieux », jeune marin parti là-bas vers 37-38, et au retour au pays FNFL ; qui prétendait que ces gens étaient si habiles au sabre, qu’à la seule dénégation de savoir si vous aviez eu mal, votre tête vacillait au sol.

    Merci pour cette page d’histoire enfouie avec tant d’autres dans les oubliées de notre Grand Livre collectif.

  13. Cela a continué jusqu`à la capitulation japonaise le 15 août 1945. Et même après
    sans les violences puisque les japonais armés sont restés jusqu´en septembre
    pour administrer l´Indochine. Puis ce sont les Chinois et les Britanniques qui
    ont pris la relève. Aux procès de Saigon un certain nombre de japonais ont
    été sanctionès et 20-30 exécutés
    Suèdois des Cévennes

  14. Dans l’armée japonaise, lors des exercices, ils n’était pas rare que des soldats soient tués. L’entraînement allait au-delà de ce peut supporter le corps humain. Ceux qui ne tenaient pas le coup étaient tabassés voire poussés au suicide. Cela n’excusait évidemment pas tout mais ces soldats ne devaient plus être normaux, à moitié fous.

    • Et il.y avait la jungle, la menace des tigres.
      Les maladies tropicales. Dans ce contexte il suffit de peu pour perdre la raison.

    • En revanche, vous, vous êtes absolument qualifié pour pardonner les atrocités japonaises pendant cette guerre…….

    • Mieux valait balancer deux bombes atomiques pour calciner quelques milliers de collabos Japonais, que de sacrifier un million et demi de soldats Américains!
      Quand on déclare la guerre il faut assumer ses actes!

      • Ce ne sont pas des collabos japonnais mais des centaines de milliers de civils qui ont été massacrés ! Le Japon avait déjà perdu la guerre et proposé la paix à deux reprises ce que refusaient les américains; Ça me rappelle Churchill qui refusait les propositions répétées de Hitler en Pologne et on en a vu les résultats ! Quant aux atrocités, toutes les guerres en font, rappelez vous Dresde ou Berlin par exemple !. Si l’on remonte à l’origine de cette guerre n’oubliez pas non plus que le blocus américain asphyxiait le Japon qui a du riposter pour ne pas mourir ! Les sanctions aujourd’hui contre l’Iran, le Vénézuéla, la Syrie, la Russie ça ne vous tracasse pas ? Si demain ils se défendent ce sera eux les responsables ?

        • Bon je ne vais discuter de toute votre réponse dont je partage certains points, Mais les bombardement sur l’Allemagne ne doivent pas faire oublier la volonté Nazi de vouloir casser la volonté de combattre les peuples en s’attaquant à des cibles civiles: bombardements aériens de varsovie, Rotterdam en 39 et 40 et le « Blitz » sur Londres. Les Alliés ont repris les mêms recettes.

  15. il serait bon de parler des atrocités musulmanes à Alger et en inde, bolcheviques en Russie et en Espagne, simplement par honnêteté

  16. Exactement… les Japonais, malgré leur haut degré de civilisation ;comme les Allemands se sont conduits comme des barbares.
    Ils n’ont pas volé les deux bombes atomiques que leur ont balancé les US… Ceci étant, l’emploi de l’arme atomique était stratégique et non punitif. Pour réduire le Japon, l’état major américain avait calculé qu’il eût fallu sacrifier 1 million de GI’S.

    • Quand l’Allemagne a capitulé, le Japon était KO debout. Pratiquement plus d’aviation, de marine, ni de DCA. D’après le Monde Diplo, l’empereur du Japon avait décidé dès le 20 juin 1945 de cesser toute hostilité et d’entamer à partir du 11 juillet des pour­parlers en vue de la cessation des hos­tilités.
      En réalité, il s’agissait d’intimider Staline, de lui signifier qu’il était hors de ques­tion qu’il participe à l’occupation du Japon, qu’il devait se contenter de l’Allemagne.
      Toujours d’après le Monde Diplo, à l’annonce de l’explosion d’Hiroshima, « Churchill fut en­thousiaste et se voyait déjà en mesure d’éliminer tous les centres industriels de la Russie et toutes les zones à forte concentra­tion de population ».

    • Le Bushido Nippon ne peut pas être comparé au code chevaleresque…Et à cette époque, un soldat qui se rendait n’avait aucun sens de l’honneur pour les soldats japonais. Les seules fins valables étaient la mort au combat ou le suicide rituel (voir les kamikaze qui allaient utilement les 2).

  17. Rappelons la mémoire du Général Émile Lemonnier et de la garnison de Lang-Son qui s’est battue pendant 2 jours contre les japonais. 460 soldats français prisonniers et le général Lemonnier seront décapités.

    • 1ére fois que j’ai connaissance de ce crime.
      La dérouillée française à dû être sévère compte tenu de la discrétion qui entoure cette période indochinoise.
      Je suis de là bas par ma grand mère maternelle. Une grande partie de la famille de ma mère a péri dans la Résistance aux Japs.
      Leurs parcours sont retracés sur internet.
      La barbarie japonaise reste un grand mystère.

      • Le fait est que les japonais occupaient l’indochine et laissaient l’administration à la France (Amiral Decoux nommé par Vichy). Mais De Gaulle, pensant bien faire a voulu que les français en indochine resistent. Mais comme les Américains ne soutenaient pas les français « colonialistes », lorsque les japonais ont massacrés les français (pas de respect des lois de la guerre) et renversés la table (alors que la partie était perdue dans le Pacifique), les Alliés ont laissés faire et aidé en sous main les Vietminh..Moralité la france et les français ont été victimes de 3 forces…

  18. Et sitôt l’horreur japonaise éliminée d’Indochine, elle a été remplacée par l’horreur viet mihn, enseignée par les communistes chinois. Les saloperies commises par le viet mihn n’a rien a envier à la barbarie japonaise, nazie ou musulmane.

  19. Vous n’entendrez jamais parler de toutes les exactions dans les parties du monde où sévissait la main communiste, car la les médias Français sont sont socialo-communistes depuis 60 ans!
    Ces salopards ont encore aujourd’hui du mal à admettre qu’ils étaient main dans la main avec les nazis dans les années 40.

    • On a abouti à plusieurs paradoxes, dont notamment le fait que les soldats français prisonniers ont été gardés par leurs géoliers japonais APRES l’armistice!! Et que les japonais ont conservés leurs armes et faits des operations de police pour le compte des anglais (« libérateurs » de l’Indochine)!!! Et effectivement à l’armistice les japonais (que les communistes qualifaient de « fascistes ») ont cédés des armes, formés des soldats du Vietminh et ont parfois combattus à leur coté!

  20. Très bon article, une partie de l’histoire que je ne connaissais pas, des peuples civilisés ou pas arrivent à un moment donné à la plus grande des barbaries, L’Homme noir ou blanc (jaune) est vraiment le virus de notre planète.

  21. « L’oeuvre civilisatrice de la France »…parlons-en. A quel prix ? Un bon prétexte pour justifier le parasitisme de la fonction publique.
    Dans les Annales BulletinsAdministratifs de l’Annam la France coloniale avoue l’existence de 3 fonctionnaires français pour 1 hab.
    Beurkkkk
    Les mêmes ronds de cuir inaptes et ineptes continuent en 2020 le saccage de l’hexagone.
    Au secours. Je n’ai qu’une hâte ..que ces parasites crèvent.

  22. Évidemment la bêtise et la violence l’emportait déja sur la sagesse, le fusil et le sadisme sur l’amour et un sourire.
    À savoir, le Japon enregistre le taux de suicide le plus élevé du G7. CQFD ?

  23. On ne parle pas des massacres de Nankin parce qu’il est plus facile de s’apitoyer sur les victimes des deux bombes atomiques, c’est plus porteur, on peut alors dénigrer l’atome, même s’il est civil. Et puis les gens oublient que ce sont les japonais qui ont commencer la guerre, ce depuis 1937.

  24. Le Japon n’a pas envahi l’Indochine en 1945, mais lors de la défaite française en Europe, en 1940.

    Pendant 5 ans, l’amiral Decoux, gouverneur, avait réussi à trouver un modus vivendi avec l’occupant, faisant de l’Indochine un petit Vichy, déportation des juifs en moins. A partir de 1944, il était prêt à livrer à la France victorieuse une Indochine préservée, avec un Viet-Minh réduit à pas grand-chose, clefs en mains en quelque sorte, dès que le Japon aurait été défait par les américains.

    Mais De Gaulle ne l’a pas supporté, a encouragé des mouvements de résistance au Japon, l’a démis d’abord officieusement puis officiellement, ce qui a détruit le fragile équilibre entre l’administration française et l’occupant japonais, et abouti au coup de force.

    • Tout ça pour satisfaire la gloriole imbécile de De Gaulle dans un territoire où le vichisme n’avait absolument pas la même signification qu’en métropole. Il s’agissait essentiellement de tenir le territoire à l’égard des méfaits de la guerre et de la sédition communiste.

      On peut vraiment remercier De Gaulle et ses serviteurs zélés (Mordant, d’Argenlieu, etc., sur ce coup-là !) Et même Alessandri, pour qui j’ai pourtant beaucoup d’affection en tant que militaire, mais qui était un âne politique, il l’a d’ailleurs payé très cher par la suite.

Les commentaires sont fermés.