Quand LCP évoque « Le grand remplacement, idéologie mortifère »…

Auteur de Le grand remplacement réalité ou intox?  (P.G. de  Roux, avril 2019) épuisé la même année et non réimprimé suite à la liquidation de la maison et à la mort de son fondateur, et de La tentation Zemmour (éditions Ovadia, novembre 2021) qui reprend et actualise cet ouvrage en le mettant en perspective avec la campagne du candidat Zemmour, deux ouvrages « scientifiques » (guillemets indispensables) et non politiques, j’ai évidemment regardé avec intérêt le programme  de la chaîne LCP  du 4 avril intitulé Le Grand remplacement: Histoire d’une idée mortifère, qui fait partie de  la série d’émissions « DébatDoc » diffusées en prime time.

Ce programme  était composé d’un documentaire  de 54′, de Thomas Zribi et Nicolas Lebourg produit par Caroline du Saint pour Nova Production et suivi d’un débat, « Que cache le Grand Remplacement ? « , animé par Jean-Pierre Gratien avec pour invités Nicolas Lebourg , Camille Vigogne, journaliste à l’Express et le  démographe  Hervé Le Bras.

Le titre choisi laissait peu de place au doute. De fait, ce documentaire qui veut « donner des clés de compréhension historique et politique de ce concept en France et dans le monde occidental », est totalement à charge avec les amalgames habituels sur les théories complotistes, l’évocation des massacres perpétrés par Anders Breivik en Norvège et Brenton Tarrant en Nouvelle-Zélande, les fièvres suprématistes et racialistes de leurs émules dans le monde et en France qui s’inspireraient de la théorie de  Camus et de sa promotion tapageuse par Éric Zemmour,  mais aussi plus discrète par Marine Le Pen et toute l’extrême droite. Ces idéologies mortifères (« qui apportent la mort », Le Robert) ont généré une telle résonance dans la population qu’elles auraient  infecté toute la société française comme le montre le sondage d’Harris Interactive (et non Harris International, comme cité dans l’émission) qui atteste que 61% des Français croient à un Grand Remplacement et que 67% s’en inquiètent. Quant aux auteurs de la thèse, Renaud Camus et Éric Zemmour, qu’ il fallait bien mettre à l’image par  souci d’objectivité, ils sont présentés de façon très rapide et  négative, parfois de dos ou couchés sur leurs notes, et leurs propos sont présentés de façon tendancieuse ou contredits en off par les auteurs du documentaire.

Le débat, – mais peut-on parler de débat quand on a choisi trois invités d’horizons différents , un réalisateur, un journaliste, un démographe,  pour montrer la  diversité de l’approche mais qui sont d’accord sur tout et rebondissent joyeusement sur les questions faussement naïves du présentateur ? – n’a fait qu’égrener le catéchisme de la bien-pensance.
Nicolas Lebourg qui a milité à Ras l’front, qu’il a quitté, puis adhéré brièvement à la Gauche populaire, think tank proche du parti socialiste, copilote le programme Vioramil (Violences et radicalisations politiques en France) et travaille pour la Fondation Jean-Jaurès sur l’Observatoire des Radicalités politiques. Il écrit pour Slate,  Mediapart et Libération mais beaucoup reconnaissent son honnêteté intellectuelle.

Camille Vigogne-Le Coat, jeune journaliste définie comme libérale-libertaire après avoir pigé à Slate, à Libé et aux Inrocks, est entrée sur France 5 pour l’émission « C politique » puis à l’Express où elle s’occupe  principalement des réseaux de l’extrême droite et notamment de ceux d’Éric Zemmour  qui en riposte la traitent de « sycophante ».
Quant à Hervé le Bras qu’on ne présente plus,  il vient de publier chez Grasset un ouvrage péremptoire Le Grand Remplacement n’existe pas, qui rappelle ses déclarations tout aussi péremptoires sur « L’immigration est stable depuis 10 ans »  en 2006 au journal 20 minutes. Ce chercheur de 78 ans, toujours alerte,  à la production boulimique (plus de 50 ouvrages, ce que je serais mal venu de lui reprocher), présent sur tous les plateaux télé de la pensée dominante,  connu pour son opposition farouche  aux statistiques ethniques, est le principal responsable  de la grande manipulation de l’INSEE sur le solde migratoire annuel , qui consiste à soustraire le nombre de ceux qui partent de ceux qui arrivent alors que ce ne sont pas du tout les mêmes catégories de personnes, pour montrer que les flux migratoires sont minimes en occultant soigneusement le fait qu’ils s’ajoutent aux stocks déjà importants.

On rappellera  que la démarche scientifique consiste à comptabiliser  d’une part le nombre des étrangers (principalement immigrés) qui arrivent, diminué de ceux qui repartent pour établir le solde migratoire de l’immigration,  et d’autre part le nombre des expatriés, (principalement français)  qui quittent leur pays d’origine  diminué de ceux qui reviennent pour établir le solde migratoire de l’expatriation. L’addition des deux, conjuguée au différentiel de fécondité des enfants d’immigrés, dont une partie issue d’un mariage mixte,  doit n’être comptée que pour moitié,  peut permettre de mesurer, avec les précautions d’usage,  quelle est pour une année donnée  la réalité,  la dynamique et la validité de la théorie du  Grand Remplacement.

Bref, on peut parfaitement débattre de façon scientifique et sans hystérie  de la théorie du Grand Remplacement et de la faisabilité de la « Remigration » que ses thuriféraires veulent instituer, voire les combattre, sans tomber dans la caricature.  C’est du moins- et je ne suis pas le seul- ce que je tente de faire sur ces sujets difficiles. Mon étude sur le coût annuel de l’immigration (autre sujet sensible !) sort aujourd’hui chez Contribuables Associés.

En réalité,  ce type de programme  diffusé  sur des chaînes officielles tend  vers  une « poutinisation » de l’information que ces mêmes médias dénoncent chez nos voisins. Et ce n’est pas fini puisqu’on nous promet une rediffusion de ce programme le 11 avril même heure !  C’est qu’il faut formater les 0,4% de téléspectateurs de la chaîne   pour  le second tour ! Aucun risque de remontrances  puisque cette chaîne, détenue à 100% par l’Assemblée nationale, n’est pas soumise au contrôle du CSA.

Emmanuel Macron avait stigmatisé,  dans son show de la  Défense-Arena le 2 avril, le « politiquement correct » et le « politiquement abject ».  L’émission d’hier, qui  est passible de ces deux formulations,  montre qu’on ne peut guère, à moins d’un miracle, compter sur lui  pour réussir dans les 5 ans qui viennent  ce qu’il n’a pu ou voulu assurer dans les cinq ans écoulés :  une information plurielle digne d’un pays démocratique.

Jean-Paul Gourévitch

image_pdfimage_print

8 Commentaires

  1. le grand remplacement n’est qu’un sentiment qu’ont les fachos, disent ceux qui ont une burqa sur les yeux quand ils sortent des beaux quartiers

  2. À cela il faut ajouter la dimension politicoculturelle que l’immigration en particulier musulmane tient à déployer et ce quitte à reprocher aux assimilés de l’avoir trahie, surtout quand la mouvance relativiste l’aide en ce sens. Les flux ne sont donc pas à être mesurés seulement quantitativement comme le fait Le Bras…

  3. Il y a un élément qui n’est pas pris en compte et pourtant il est important, essentiel. C’est le nombre de naturalisations qui sort l’étranger des chiffres de monsieur le Bras. Aujourd’hui, au bout de cinq ans on peut demander et obtenir la nationalité française. A l’époque de mes parents c’était au bout de 20-30 ans! Alors, évidemment, on peut dire sans avoir le sentiment de mentir: « aujourd’hui, chiffres à l’appui, il n’y a pas plus d’émigrés qu’avant ». A l’époque de mes parents, on voulait devenir Français. Aujourd’hui, on veut des papiers pour ne pas être expulsé.

    • Attention. Immigrés s’oppose à autochtones et étrangers à Français. Il y a des immigrés français et d’autres étrangers. L’acquisition de la nationalité française plus facile qu’autrefois, vous avez raison, ne joue pas sur les paramètres quantitatifs du grand remplacement et assez peu sur les paramètres qualitatifs , sauf à faire croire qu’en devenant français, on modifie radicalement ses pratiques et sa vision du monde, ce qui est très loin d’:être prouvé. J.P. Gourévitch

    • C’est exact ! Pour beaucoup d’étrangers, la naturalisation est un moyen simple et pratique pour séjourner sur le territoire français sans avoir besoin d’un titre de séjour à renouveler périodiquement !
      Vous avez donc une idée du niveau d’adhésion de ces « nouveaux français » aux valeurs de notre pays !
      Ajouter à cela que les gens du Maghreb ont plus de facilité que d’autres étrangers pour obtenir la nationalité française, en raison d’accords ineptes (qu’il faudrait abroger), et on arrive à la situation actuelle ou des bandes de « jeunes » agressent un homme isolé parce qu’il est visiblement de culture différente et provoquent sa mort, dans le silence complice du gouvernement, de la justice et des médias !
      La France est un pays où la pourriture s’est installée à la tête .

  4. LCP chaine de propagande du politiquement « manipulé » nouvelle appellation du politiquement correct pour contrer la stigmatisation du chef de l’état : leurs émissions orientées de désinformation sont à vomir

  5. la seule réponse à ces gens là est mathématique ; il y a des années que je ne tire plus de droites de pente différente mais il me semble bien que lorsqu’une population croit de 1,6% par an et l’autre de 2,8 il y a automatiquement un triplement dans un cas et un doublement dans l’autre au bout d’un certain nombre d’années . Cela prendra 40 / 50 ans et c’est ce qui permet aux adversaires du remplacement de dire que c’est un mythe .
    Demandez leur pourquoi la tourterelle Turque a remplacé notre tourterelle nationale : plus de natalité et adaptation à la ville et à sa nourriture gratuite et sans effort . ( curieux !)

  6. Hervé le Bras cet éminent demographe qui cartes, graphes et stats en main expliquait doctement le vote Front National par une proximité géographique us ou moins grande par rapport au réseau ferré.
    Tout, vraiment tout, plutôt que de prendre en compte les évidences migratoires.
    S agissant de LCP on remercie cette chaîne d avoir diffusé pour la nième fois le doc. sur la campagne et défaite de Jospin en 2002. Programmation qui vaut piqûre de rappel et avertissement aux égarés tentés de sombrer dans le vote patriote.
    Sur le même sujet, le grand remplacement,j entendais tout récemment sur France culture le grand remplacement présenté par le responsable de l emission ( la suite dans les idées )comme un ‘délire’ rien de moins ! Preuve que toutes les petites mains du service public de l information, inquiets pour leur avenir et leur fromage en cas de privatisation, sont sur le pont.

Les commentaires sont fermés.