Quand le "bobo Jocelyn" inspire Libération

Pierre Cassen et Christine Tasin peuvent être fiers : leur livre « La faute du bobo Jocelyn », quelques semaines seulement après sa publication, n’est pas passé inaperçu dans les milieux islamophiles. En témoigne l’article paru dans Libé le 8 novembre. « Tous les mardis,  nous dit le chapeau du  texte,  Luc Le Vaillant réinvente la politique dans une chronique d’anticipation. ». La semaine dernière donc, la dite chronique avait pour titre : «  Le jour où… Ennahda France créera la surprise aux législatives de 2017 ». Après l’avoir lue, il est évident pour qui connaît le livre de Pierre et Christine  qu’il s’agit ni plus ni moins que d’une parodie de celui-ci. L’auteur imagine que François Hollande, élu en 2012, est réélu en 2017. Les élections législatives qui suivent donnent 27 % des voix au parti islamiste Ennahda France, branche hexagonale du parti tunisien issu de la « révolution de jasmin » en 2011,  qui devient le partenaire incontournable de la courte majorité de gauche (33 %, contre 30 % à la droite).

La suite aurait pu être écrite par les créateurs du bobo Jocelyn si leur livre n’avait déjà décrit une situation voisine. La France finit de s’islamiser à travers un scénario burlesque, et les protagonistes, décrits avec humour, sont soit cités nommément (Franck Ribéry, Dieudonné…) soit recouverts d’un masque transparent : DSK en « débarqué du FMI, à kippa et papillotes,  (qui) se console de la fin de son priapisme… »  n’est pas le mieux traité.  Le tout dans une écriture alerte dont  l’agilité sémantique et l’ironie valent à Luc Le Vaillant de la part d’un lecteur une comparaison avec Audiard, ce qui ne lui déplaira pas.

Mais l’intérêt de l’article réside moins dans son existence que dans les commentaires qui le suivent. L’auteur ne pouvait évidemment faire référence au livre sans lui offrir  une publicité inopportune. Dès lors les lecteurs du journal ne connaissant pas l’ouvrage n’ont pas compris le sens de l’article et l’ont pris pour une fiction conçue par le rédacteur. Les conséquences de ce quiproquo valent leur pesant de moutarde.

Sur les 106 commentaires postés au moment où j’écris (samedi 12 en fin de journée), deux seulement émanent de lecteurs qui ont compris. Le premier, posté le 8 novembre par  superbobo : « Il n’a rien inventé.Lisez « la faute du bobo jocelyn » de Pierre Cassen et Christine Tassin.  Du caviar ! ».  Le second qui est le dernier posté à ce jour, soit le 106è, par Gruzbul : « L’auteur de l’article a dû s’inspirer de La faute du Bobo Jocelyn qui est cependant nettement plus drôle et malheureusement…. beaucoup plus crédible ».

Les autres peuvent être classés en trois catégories. La moins nombreuse est celle des incrédules, qui ne comprennent pas quelle interprétation donner à ce récit.
Hype4430se demande ainsi : «   …quoiqu’il en soit à prendre au 1er degré ou au 8ème degré, il aurait été intéressant d’avoir un point de vue véritable de l’auteur (Luc Le Vaillant), qu’il se mouille… » .

La seconde en ordre d’importance est celle des habituels garde-chiourmes de la bien-pensance, qui dégainent leur facho dès qu’apparaît l’ombre d’un cerveau libre. Nous les connaissons bien ces imprécateurs de la pensée unique, Libération par exemple. Mais comment ne pas se lécher les babines en voyant que l’arroseur est arrosé ? «  Libé pue de plus en plus »  dit Justice 1963, qui conseille à Luc le Vaillant de « prendre sa carte au FN » après

« cette chronique de merde qui suinte le racisme et l’islamophobie ». « Que ne ferait-on à Libé pour essayer de gonfler le vote Le Pen… » demande  bruno_bd, qui prête au quotidien un dessein machiavélique.

Devant ce retour de boomerang, on a envie de dire : bienvenue au club, Luc Le Vaillant. Cela doit vous faire bizarre d’être traité de facho, vous qui appartenez à une famille de pensée dont le priapisme islamophile s’est encore exprimé en couverture de Charlie Hebdo le lendemain de votre article. Où l’on voit un dessinateur du journal (Charb ?) embrasser goulûment un musulman (Mahomet ?) sous le titre « L’amour plus fort que la haine », qui en l’occurrence n’est pas du second degré. Vous dites ? Cela ne vous fait rien parce que vous êtes de gauche ? Oui, bien sûr, comme Jacques Doriot, Marcel Déat, Mussolini. On les connait bien ces faux derches qui font un détour par la gauche avant de montrer leur vrai visage, celui de la bête immonde. Voyez Riposte laïque.

Mais la plus grande surprise vient de la troisième catégorie de commentaires,  qui représente plus de la moitié de l’ensemble, sans compter ceux qui ont été supprimés pour des raisons que l’on devine. Qui aurait cru que la majorité des lecteurs exprimerait des positions hostiles à l’immigration et l’islam ? Bravo, répondent-ils en substance, vous décrivez exactement ce qui risque de se passer si on ne réagit pas à temps pour freiner l’islamisation de la France. Et on est sur Libé, pas sur Riposte laïque ! « Après des décennies de multiculturalisme d’ État, la gauche bobo orpheline de Sartre se tourne vers ses créations et contemple les dégâts. Bravo les (dé)gars… » dit jacques_huze.  De son côté  glasnost, se méprenant sur les intentions de l’auteur, applaudit : « Libé a parfaitement raison et on peut saluer l’évolution progressive des mentalités dans notre pays. Il y a quelques années, un tel article aurait été qualifié de “raciste” et d’extrême droite” et le fait qu’on trouve aujourd’hui ce genre de thèse de la montée de l’islam politique dans un journal d’extrême gauche marque un grand changement. ». Mouais…

Retour de bâton encore pour le journal, qui ne se doutait pas qu’il nourrissait dans son sein le serpent venimeux du racisme. Si même le lectorat d’un journal  bien pensant pense mal, on ne sait plus à quel imam se vouer.

Chers Camarades de Libé (on peut s’appeler comme ça maintenant qu’on est du même bord non ?), vous risquez de voir vos locaux incendiés après un tel article. J’ai consulté la direction de Riposte Laïque et suis autorisé à vous faire cette proposition : si vous êtes à la rue, nous pouvons vous héberger sur notre site pendant quelque temps.

Quant à vous Luc Le Vaillant, j’ai une autre proposition. Christine Tasin et Pierre Cassen dédicaceront prochainement leur livre dans un lieu que nous vous ferons connaître. Vous venez ?

Jean de la Valette

image_pdfimage_print