Quand le criminel de Gaulle a envoyé à une mort atroce les harkis

En 1962 ceux qui dirigeaient la France n’hésitaient pas à crier « Qu’ils retournent chez eux, en Afrique » et ce qui est bien plus grave, je dirais même un « crime contre l’humanité », c’est qu’ils savaient que « ceux qui retournaient chez eux » étaient massacrés, enfants et femmes également. 

Ces criminels s’appelaient De Gaulle, Messmer, Joxe : 

*Télégramme du 12 mai 1962 de Pierre MESSMER : « Il me revient que plusieurs groupes d’anciens harkis seraient récemment arrivés en métropole. Je vous communiquerai dès qu’ils seront en ma possession les renseignements précis sur l’importance et l’origine de ces groupes ainsi que, si possible, sur responsables de leur mise en route. Dès maintenant toutefois je vous prie : primo d’effectuer sans délai enquête en vue déterminer conditions départ d’Algérie de ces groupes incontrôlés et sanctionner officiers qui pourraient en être à l’origine. »

*Télégramme du 16 mai 1962 de Louis JOXE : « Ministre d’Etat demande à Haut-commissaire rappeler que toutes les initiatives individuelles tendant à installer métropole français musulmans sont strictement interdites. En aviser d’urgence tous chefs de SAS et commandants d’unités. »

*Toujours de Louis JOXE le 15 juillet 1962 : «Vous voudrez bien faire rechercher tant dans l’armée que dans l’administration les promoteurs et les complices de ces entreprises de rapatriements et faire prendre les sanctions appropriées. Les supplétifs débarqués en métropole en dehors du plan général (totalement inexistant) seront renvoyés en Algérie. Je n’ignore pas que ce renvoi peut être interprété par les propagandistes de l’OAS comme un refus d’assurer l’avenir de ceux qui nous sont restés fidèles. Il conviendra donc d’éviter de donner la moindre publicité à cette mesure. »

Pierre Messmer totalement responsable des ordres de renvoi en Algérie des harkis arrivés en métropole, avouera sur Le Figaro du 23 mai 1962 : « Je les ai renvoyés dans leur pays car leurs papiers n’étaient pas en règle ».

Tous ces harkis ont été assassinés par le FLN sur les quais dès leur arrivée à destination, « dans leur pays », en Algérie, en Afrique. 

A cette même époque le « bafouilleur marseillais », Maire de Marseille, Gaston Defferre, ne défendait pas « l’Honneur » de la France : « Ils fuient. Tant pis ! En tout cas je ne les recevrai pas ici. D’ailleurs nous n’avons pas de place. Rien n’est prêt. Qu’ils aillent se faire pendre où ils voudront ! En aucun cas et aucun prix je ne veux des Pieds-Noirs à Marseille ».

Et aujourd’hui le maire de cette même ville, Marseille, « veut sauver l’honneur de la France » en recevant moins de 300 migrants.

Voici les noms de ceux qui EUX ont véritablement sauvés l’HONNEUR de la France :

*Lieutenant RABAH KHELIFF, commandant la 4ème Cie du 30ème BPC, a conduit, contre les ordres reçus, ses soldats en camion jusqu’à la Préfecture d’Oran, le 5 juillet 1962 et libéré des centaines de civils européens prisonniers du FLN, promis à une mort certaine.

* Colonel LALLEMAND commandant le 22ème R.I à TENES, en juin 1962 , a pris sous sa responsabilité de faire embarquer tous ses harkis (qui ne voulaient pas rester en Algérie) avec femmes et enfants, sur un navire affrété à ses frais. Un de ses fils, le lieutenant Lallemand, a fait mettre en joue à l’aide des F.M de sa troupe, les gendarmes mobiles qui voulaient empêcher ces harkis de monter sur le bateau.

* Sous-Lieutenant Maurice de KERVONAËL, du 28ème Dragons, avait 108 hommes sous ses ordres, dont 78 musulmans. Il a réussi à en rapatrier 30, avec leurs familles, (Tous volontaires). Transportés par taxis d’AFFREVILLE vers ALGER (interdit de se servir de moyens militaires). Sa sœur et son beau-frère, propriétaires d’un domaine dans le Minervois ont accueilli tous ces rescapés.

* Lieutenant François MEYER, du 23ème Spahis, a rapatrié environ 350 harkis, familles comprises, en France et il s’est occupé de leur insertion.

* Lieutenant Armand BENESSIS de ROTROU, ancien du Commando Georges, puis au 81ème RIA à Djidjelli.  Avec l’aide du Capitaine Georges MARCE, a rapatrié 250 harkis et leurs familles par bateau, puis se sont occupés de leur hébergement dans l’Est de la France.

* Capitaine Maurice FAIVRE, commandant l’escadron du 20ème Dragons.  S’est chargé de rapatrier 53 familles de harkis, et fait les démarches en France pour faciliter leur l’insertion.

*André WORMSER, banquier de profession, officier de réserve en poste à SAÏDA, a tout fait pour faire rapatrier une partie des harkis du commando Georges. Il s’est ensuite occupé de les recaser en France dans des propriétés familiales.

* Marine Nationale : Vice-Amiral d’Escadre Jean BARTHELEMY, Commandant la base de MERS-EL-KEBI. A mobilisé le Porte-avions LAFAYETTE et les BDC « Cheliff, Trieux, Blavet et Argens » pour évacuer tous les harkis (qui le désiraient) de la DBFM, avec femmes, enfants et bagages. Plus un millier de personnes également des civils européens et musulmans (19 300 personnes entre le 1er juin et le 31 juillet 62). Il a eu un entretien téléphonique orageux avec le Général KATZ, commandant la place d’ORAN le 5 juillet, ce dernier laissant faire les massacres de français par le FLN, puis a envoyé des fusiliers-marins en camion à ORAN afin de tenter de sauver ce qui pouvait encore l’être. Tous ces officiers DBFM ont contribué à la protection, au transfert vers la base aéronavale de MERS-EL-KEBIR, à l’embarquement pour la France et à l’installation sur placer à LARGENTIERE.

*Lieutenant Yves DURAND, Chef de la SAS de THIERS près de Palestro. A créé par la suite 2 autres SAS à Maala El Isseri et Ouled Gassam. Au début de 1962, il rassemble tous ses harkis et leurs familles et les fait transporter par camions à la ferme Begenen, près d’Alger. Il fait partir par bateau plus de 2 500 personnes et attendu que tout le monde soit embarqué pour en faire autant le 30 juin avec sa femme et sa fille. De 1962 à 1968, il devient inspecteur du service des français musulmans au sein du Ministère des Rapatriés et reclasse tout son monde dans différents villages construits près d’Antibes, Cannes et Manosque mais également à Onglet (Alpes de Haute Provence) et à Sallerans (Hautes Alpes).

* Lieutenant Daniel ABOVILIER Chef de SAS en Kabylie. Président National de l’Association des anciens SAS. « En mars 62, pour moi abandonner mes hommes, c’était impensable, il me fallait les sauver à tout prix, ma seule question c’était comment ? Avec l’aide de fonctionnaires, le Sous-Préfet d’Akbou a été très bien et m’a fourni de vrais faux-papiers et mon ancienne entreprise des certificats de travail, j’ai donc pu rapatrier en métropole mes 50 moghzanis et leurs familles ». Il faut savoir qu’après le 19 mars tous les harkis devaient être désarmés. *

*Capitaine Léopold AYGUEPARSE, Commandant la SAS de TOUDJA. A désobéi aux ordres officiels pour obéir à l’impulsion de son cœur et rapatrié 196 personnes (harkis et leurs familles) en juin 62.

* Lieutenant SENAT, officier SAS près d’AFFREVILLE. A aidé le Sous-Lieutenant Kervonaël à évacuer ses harkis jusqu’au port d’Alger. En France, devenu Capitaine, il oeuvre pour recaser et loger les harkis en Auvergne (tout le monde ne pouvait être accueilli dans le domaine familial de la sœur de Kervonaël).

* Lieutenant d’AGESCY, a aidé le Lieutenant Meyer à évacuer ses harkis de GERYVILLE à ORAN le 9 juillet 62, par la route. Le Colonel FRESSON, Commandant le 23ème Spahis, a fourni une escorte blindée commandée par le Chef d’Escadron de COLSTOUN, avec consigne d’ouverture de feu sur l’ALN en cas de barrage routier ! Les commandos Marine avaient dit à Meyer « on ne te laissera pas tomber », effectivement tout le monde a été hébergé puis embarqué à MERS EL KEBIR, le 13 juillet.

*Sous-Lieutenant Alain de la MORANDAIS , chef de la SAS de BOU ALAM. A rapatrié ses hommes et s’est occupé de les recaser en France, il a aidé le lieutenant MEYER a recaser les siens.

* Capitaine CROGUENNEC, Commandant la 2ème Cie du 2ème Zouaves à ORAN. Le 5 juillet 62, il porte secours et fait libérer 400 civils retenus au Commissariat Central par le FLN.  Il les accueille dans son cantonnement, sis à l’école Jules Ferry, les sauvant d’une mort certaine.

* Capitaine Roger-Pierre MENARDAIS. Jusqu’en août 1961 son commando 292 relevait du 3 RIA (régiment d’infanterie alpine). Ce commando, qu’il a ramené en métropole, devait être rattaché au 93° régiment d’infanterie et correspondait au commando en charge de la zone Nord Oranie (ZNO). Ce commando a pu être ramené légalement, car en une nuit il a transformé illégalement les contrats de supplétifs en contrats d’engagés de l’armée régulière. La ventilation de ces faux et nouveaux soldats dans d’autres régiments dès leur arrivée en France a permis de limiter la supercherie à seulement quelques chefs traumatisés par le massacre en cours des Harkis. De même, il a réussi à sauver quelques Harkis du commando Georges abandonnés par son chef et à récupérer en France.

* Colonel Guy LEBORGNE Commandant le 3ème RPIMa (ex 3ème RPC de Bigeard jusqu’en 58). C’est le seul régiment para de la 10ème DP, resté légaliste pendant le Putsch d’avril 61. Après le 19 mars 1962, le 3ème RPIMa fait du maintien de l’ordre dans la plaine de la Mitidja et ALGER. Rappel : selon les accords d’Évian, il était interdit à l’armée française de faire usage de ses armes, de fouiller les individus et les maisons. Le 15 juin 62, la Cie du SERGENT Alain SAICHE de passage à DAOUDA en convoi perçoit des voix plaintives, provenant d’une mechta au bord de la route, les paras investissent le bâtiment et trouvent deux civils européens pieds et poings liés, prisonniers de l’ALN et promis à une mort certaine, ils sont libérés sans coups de feu. La Cie portée du Capitaine LANGLOIS reçoit pour mission de voler au secours de civils européens, enlevés et maintenus prisonniers dans une villa proche de STAOUELI, sous pression l’ALN libère les prisonniers. L’honneur du Colonel Guy LEBORGNE et de son régiment fut, à l’heure du départ de la base de SIDI-FERRUCH, le 20 juillet, de ramener en France sa « Katiba » (tous les harkis de la 5ème Cie). Harkis courageux qui avaient fait le choix de rester français (environ une centaine, pas de précision pour les familles).

* Lieutenant-Colonel Michel MANY, Commandant le 159ème BIA (1961-62) Bataillon d’Infanterie Alpine , issu du 159ème RIA de Briançon et créé spécialement pour la guerre d’Algérie. Composé de 10 % d’européens et de 90 % de musulmans, basé à BOGHNI en Grande Kabylie. Après le 19 mars 62, a rapatrié un certain nombre de ses supplétifs désirant partir en métropole.

*Clara LANZI, Présidente fondatrice de SECOURS de France, le 15.08.61. OBJECTIF : secourir toutes les victimes de leur foi en la patrie et particulièrement les harkis rescapés des massacres, parqués au début dans des camps insalubres ; Clara s’est occupée d’eux sans relâche avec l’aide et le soutien entre autres du Bachaga Boualam, des avocats Tixier-Vignancour et Isorni, de messieurs Georges Bidault et Jacques Soutelle, et des officiers supérieurs ChâteauJobert et Hélie Denoix de StMarc, etc.

Voici donc la liste de ces Français qui non seulement n’ont pas commis de crimes contre l’humanité mais ont sauvé quelques milliers d’Algériens musulmans des crimes contre l’humanité commis par l’Etat français en abandonnant, désarmés, des dizaines de milliers d’Algériens musulmans aux assassins du FLN et de l’ALN.

Manuel Gomez

image_pdfimage_print
18

19 Commentaires

  1. J’ai connu cette pagaille de l’indépendance, étant dans l’algérois de mai à octobre 1962 . Ce n’est pas un de mes meilleurs souvenir de jeunesse, loin de là.

  2. Article valeureux à encadrer !!
    Merci pour toutes ces recherches et ces informations.

  3. Aujourd’hui ce pays est en état de pêché mortel et paye tel qu’annoncé par le Maréchal Juin les erreurs et les crimes vis à vis des patriotes. Ce pays est schizophrène, il adore ce qui lui fait mal et abhorre ceux qui l’aiment et lui font du bien. Il faudra beaucoup de sang, de sueur et de larmes pour relever ce merveilleux pays que des criminels se sont évertués à détruire.

  4. Mettant le gouvernement devant le fait accompli et contrevenant aux ordres, le commandement militaire d’Alger ordonna d’ouvrir le camp de Zeralda des les premières rumeurs de massacres, pour accueillir les harkis et leurs familles que les officiers allaient parfois chercher chez eux de manière tout a fait illégale et jusqu’en 1963 affreta des bateaux pour les rapatrier en France. L’armée s’occupa en métropole de les accueillir, les héberger dans des camps construits pour eux, les transporter dans la région de leur choix, leur trouver du travail…ceux qui sont restés dans ces camps étaient souvent ceux qui se satisfaisaient de leur sort, n’avaient pas envie de bouger pour travailler.
    .

  5. Monsieur Gomez, je partage vos analyses sur le cruel sort qui nous as été fait suite à ce maudit conflit pendant et après le rapatriement. Seulement à la différence de vous, je pense que quitte à nous abandonner, connaissant la nature de l’homme et particulièrement les politiques, le véritable crime a été de désarmer les harkis, ce qui a eu pour conséquence leur massacre dans des souffrances terribles, sans possibilité de défendre leurs vies. Mon père a été emprisonné en violation des accords d’Evian et torturé dans les geôles du FLN à Barberousse. Quelle amertume dans mon cœur aujourd’hui de voir ce pays pour lequel nous avons souffert et tant sacrifié, traiter de manière préférentielle nos ennemis au détriment de ses enfants méritants.

  6. Le général grand homme a fait des erreurs mais il a fait un référendum,
    la suite on la connaît ! Macron qu’il fasse la même chose ! En 1962 c’est 800000 pieds noirs + 120000 juifs berbères qui rentrent en Europe ? Il y aura un retour à cette histoire ! En 2025 il va y avoir le départ au bled des indésirables, préparez vos valises, c’est écrit !

  7. J’approuve à 1000% le titre de cet article monsieur Gomez.la clique gaulliste laquelle avait fraternisé depuis longtemps avec le FLN ennemi, connaissait parfaitement le sort réservé à ces malheureux Harkis qu’elle avait honteusement instrumentalisé après maintes manipulations et manoeuvres frauduleuses.Seuls quelques officiers courageux ont osé se dresser contre les ordres criminels et protéger ces malheureux Harkis.Ces traîtres gaullistesavaient trahi l’armée , les pieds noirs, les Harkis et autres « je vous ai compris » …..et aujourd’hui encore acceuillent par centaines de milliers les ….OQTF improductifs et encore une fois dans l’indifférence générale.

  8. Malheureusement, les Harkis comme les Pieds Noirs étaient dans le camp des perdants pour raison d’Etat, et aujourd’hui on les a occultés des livres d’histoire.
    On y présente l’OAS comme des « fascistes » sans dire que les Commandos Delta traquaient les assassins et les poseurs de bombes du FLN.
    N’oublions pas non plus la façon indigne dont les Pathos ont accueilli ces Français, avec des cris de haine leur intimant de repartir. Pour, quelques années plus tard, ouvrir les bras et les cuisses aux égorgeurs et à leur progéniture.

  9. le maire d’un petit village de petite kabylie m’a raconté comment il a payé le billet de bateau pour deux harkis de son village en juin 1962, ils les a revu en fin de semaine, malgré leur carte d’identité française ils avaient été interdits de débarquer à marseille, le mois suivant, jugés sur un ane, les yeux crevés, la population invitée à leur craché dessus puis à les lapider à mort en fin de soirée

    • Mon Dieu !
      Qui sont les maudits qui ont donné l’ordre de faire des choses pareilles : de Gaulle ? Ses gradés ? Ou le FLN ??
      Apparemment, les uns étaient plus pourris que les autres…

  10. Un monument devrait etre dedié à tous ces justes qui n’ont pas failli à leur honneur et celui de la France.

  11. Vous pensez que vous allez tourner la page un jour MG ? Les guerres ont toujours été horribles, vous allez le découvrir pendant encore longtemps ? Avez-vous pensé au nombre de Français qui ont ainsi été épargnés avec notre départ d’Algérie ? Probablement pas. Les « pieds noirs » de ma famille ont fuit en 62, ils y avaient une belle vie. Tous considèrent qu’ils ont bien fait de rentrer en métropole, alors qu’ils ont tout perdu ! C. de Gaulle a considéré que rester dans ce pays apporterait encore des centaines de milliers de morts. Sa décision était LA BONNE. Ce qu’a perpétré alors le FLN n’était que les prémices de ce qui attendait les Algériens et qu’ils vivent encore. LES SEULS RESPONSABLES SONT CEUX QUI DIRIGEAIENT LE FLN, ET LE DIRIGE TOUJOURS. Ne nous trompons pas DE CRIMINELS. C. de Gaulle a fait plein de belles choses pour la France, alors : FOUTEZ LUI LA PAIX ! Enfin, il y en a mare de ces gens qui crachent dans la soupe Gauloise…

    • Il a fait tellement de belles choses? dépassé par les évènements de mai 68, il s’est enfui à Baden-Baden pour former un gouvernement provisoire chez Massu qui l’a fait aussitôt repartir. En 69, après la déculottée du référendum, il a lâchement quitté l’Elysée pour aller se planquer en Irlande voilà le faux général !

    • Vous faites donc partie de cette majorité de français qui pensent que de gaulle a eu raison de sacrifier des gens qui avaient combattu pour la France , et qui aujourd’hui accueillent à bras ouverts des clandestins étrangers après avoir voulu rejeter les pieds-noirs à la mer en 62. Bravo !

    • D’abord De Gaulle était un usurpateur. Il a été dégradé par le gouvernement de Vichy quand il a déserté pour aller à Londres. De général, il est repassé colonel : Il a usurpé son grade.

      Quand il a été fait prisonnier à la 1ère GM, il a été interdit de port de sabre parce qu’il s’est rendu AVANT l’attaque allemande.

      C’était un militaire de salon. Il arrivait sur les champs e bataille de la 2e GM, 15 jours après. Même pas foutu d’aller aux obsèques de du Commandant Kieffer ! Bon, Kieffer était un vrai soldat !

      De Gaulle était un arriviste, un parvenu de la pire espèce.

      Et un génocidaire ! Demandez aux habitants des iles où il a fait exploser des dizaines de bombes atomiques : actuellement, les petits enfants tahitiens ont le cancer et des leucémies

    • Ponce Pilate aussi a fait de belles choses …. jusqu’à sa rencontre le Christ, où il s’est lavé les mains.

      Goebbels, lui, a dit à ses juges de Nuremberg qu‘il était militaire et qu’il ne faisait que suivre les ordres …. comme la majorité de l’armée française en 1962 en Algérie, suivait les ordres de de Gaulle. Cela n’a pas empêché Goebbels d’être pendu! De Gaulle est mort droit dans ses bottes, et sans remettre en cause ses ordres criminels d’abandon des français d’Algérie … un peu comme Macron, aujourd’hui, qui est plus soucieux de soutenir un député Nupes pro-islamiste et de recevoir des clandestins illégaux que de réagir au meurtre barbare d’une innocente fillette française de 12 ans par une étrangère en situation irrégulière.
      On a les idoles qu’on peut ..

  12. Excellent rappel de Manuel Gomez, à l’heure où trop vont se rendre à Colombey.

Les commentaires sont fermés.