Quand Marchais réclamait l’arrêt de l’immigration

Ce n’est pas Marine Le Pen, ce n’est pas non plus Éric Zemmour, mais qui donc a écrit cette lettre au recteur de la grande mosquée de Paris ?

Vous devriez vous poser cette question, M. Mélenchon et tous les parlementaires de La France Insoumise et les partisans de la gauche et de l’extrême gauche.

« La côte d’alerte est atteinte. Il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. 

Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. » 

Je vous le déclare nettement : oui, la vérité des faits me conduit à approuver sans réserve la riposte de mon ami Paul Mercieca. Plus généralement j’approuve son refus de laisser accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, de travailleurs immigrés car de graves problèmes se posent, en raison de la présence en France de plus de 4 millions et demi de travailleurs immigrés, et de membres de leurs familles.

La poursuite de l’immigration pose aujourd’hui de graves problèmes. Il faut la regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. La cote d’alerte est atteinte.

C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nombreux travailleurs au chômage. Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine.

Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration, qui se trouve entassée, dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, de travailleurs et de familles aux traditions, aux langues et aux façons de vivre différentes.

Cela crée des tensions, et parfois des heurts, entre immigrés de divers pays.

Cela rend difficile leurs relations avec les Français, quand la concentration devient trop importante.

La crise du logement s’aggrave, les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles françaises ne peuvent y accéder.

Les charges d’aides sociales, nécessaires pour les familles d’immigrés, plongées dans la misère, deviennent insupportables pour les budgets des communes. »

**Cette lettre, publiée dans le quotidien communiste « L’Humanité », le 6 janvier 1981, fut écrite par Georges Marchais, alors secrétaire général du Parti communiste français (de 1972 à 1994) et, comme on l’a lu, adressée au recteur de la Grande Mosquée de Paris, qui venait de s’indigner « contre la destruction, au bulldozer, le 24 décembre 1980, veille de Noël, d’un foyer de migrants maliens, par le maire communiste de Vitry, Paul Mercieca.

Georges Marchais, député du Val-de-Marne et maire de Champigny-sur-Marne, où il habitait (sa commune où le commissariat a été attaqué récemment au mortier par une bande de voyous !).

Je n’aurais jamais cru devoir un jour rendre hommage à la clairvoyance du Parti communiste français, mais il est vrai que j’ai également rendu hommage, hier dans mon article sur Riposte Laïque, à la clairvoyance (en certaines occasions seulement, ce qui plaira à Zemmour) à de Gaulle.

Manuel Gomez

image_pdfimage_print

21 Commentaires

  1. Merci Mr Gomez pour votre publication. Georges Marchais était le meilleur parmi les communistes au pouvoir en France car il aimait son pays.
    Après lui, tout cela a cessé et le parti a changé, mais pas dans le bon sens. Je pense que le parti communiste s’est lentement dégradé après la mort de Mr Marchais, car il était depuis, sans « leader » véritable. Comme vous, je ne suis pas communiste.
    Ma grand-tante était communiste bien avant la guerre d’Algérie (comme moi, elle était française d’Algérie). Au moment du début de la guerre, elle a renoncé à ce parti, très déçue par le comportement des communistes envers notre communauté.
    Pour de Gaulle, impossible pour moi de lui rendre hommage, notamment en lien avec ses agissements de l’époque. Son côté très imbu de lui-même me déplaisait fortement.

    • Marchais était un homme de main de la Russie soviétique. Le contraire d’un patriote.
      Il a applaudi à toutes les atrocités commises par les communistes.
      Il était un ennemi du genre humain, comme tous les communistes ayant des responsabilités dans le  » parti ».
      Cessez de nous enfumer avec cette ordure.

      • On s’en fout que ça soit, du moins que ce fut un homme de main de Moscou. Ce qui nous intéresse au demeurant, c’est cette fameuse lettre, qui vaut son pesant d’or et qui est à des dizaines d’années lumières des dirigeants communistes actuels insignifiants tels Brossat ou Laurent. C’était aussi la position de nombreux militants de gauche et du PC à l’époque. Il n’y avait pas tout ce tabou, à parler de l’immigration. Le socialisme et le nationalisme sont complémentaires et non pas antagonistes. C’est une connerie que de vouloir les opposer. Et cela ne profite qu’au pouvoir.

        • bah MARCHAIS DEDANS je le vois encore eructer contre LE PEN a ala tv en 1986 dire « lesimmigres restent » exigeant donc quils restent, le pc traitre au pays comme toujours a mis sa pierre a la tiermondisation de la France

      • Le maréchal Juin avait raison de dire cela car ses propos sont véridiques et c’était un homme d’honneur. Il ne citait juste que la réalité de l’époque.

  2. Manu, retiens-toi! Sinon demain, tu feras l’ éloge de Gaston Defferre le maire de Marseille!!! Pitié! Surtout pas ça!!!!

  3. on va payer de nos vie les erreurs des dégénérés qui n ont pas voulu faire les bons choix et imposer des gouvernements UMPS depuis 40 ans

  4. ouais mais quand même marchais avait aussi dit que le bilan était globalement positif..
    remarquez que le pcf n’a pas suivi et est vite revenu dans le rang des maondialistes

  5. oui mais le collabo marchais ajoutait quelque chose comme: mais bien sûr tous les travailleurs sont les bienvenus dans le cadre de l’internationale marxiste

  6. le Nationalisme, c’est un communisme limité aux frontières d’une Nation…

    On peut s’entendre, communistes et nationalistes, sur de nombreux thèmes mais il faut faire des concessions de part et d’autre.

    et en finir avec les antiennes à 2 neurones : communisme = goulags.

    Geof’Rey, neo-communiste gaulois de Belgique

    • communisme = goulags ?
      Non, ça peut être largement pire. Regardez ce qui se passe en Corée du Nord.
      L’islam est, à ma connaissance, la seule idéologie qui ait directement causé plus de morts violentes que le communisme

    • dommage que vous meprisie la memoire des 100millions de morts ducommunisme lisez SOLJENITSYNE cela vous fera du bien

  7. C’est l’époque où dans son cadre syndical la CGT dénonçait un travailleur(sic) africain qui n’avait plus besoin de bosser après la naissance de son énième gosse, les allocs et aides diverses lui permettant de vivre tranquillement. Et oui, la CGT s’offusquait…

    • Je parle du « cadre syndical » dans les entreprises (vestiaires, salles de repos, etc…).

  8. une lettre oui mais a cote il y a des milliers de pages de livres, dimages tv du pcf traitre a la nation en faveur de l immigration invasion, pourquoi donc selon vous la plupart des electeurs pc français d origine ont lache ce parti de collabos ?

  9. La différence majeure entre les Cocos et les socialos, LR, LAREM, la FI c’est que chez les Cocos il y a encore de vrais patriotes. Avec les vieux Cocos on peut s’engueuler mais une parole donnée est généralement respectée, à l’inverse ne jamais faire confiance à tous les autres, ce sont «  mal baisés », des planches pourries sans colonne vertébrale totalement imprévisibles.

  10. Je préfère le leader communiste Georges Marchais que la pseudo droite républicaine !

  11. Ce sont les Socialos-centristes qui ont dynamité les Communistes. Un socialo c’est un curé de gauche qui zieute sur les fortunes de droite. Les socialios cols-blancs, enseignants, chefs d’entreprises, cadres supérieurs, ne lèvent jamais le doigt pour défendre les ouvriers crasseux. Ils préfèrent défendre l’arabe, le noir, tellement plus à plaindre que nos ouvriers. Ils m’ont toujours dégouté.

Les commentaires sont fermés.