1

Quand nos pilotes combattaient héroïquement aux côtés des aviateurs russes

Quand nos pilotes de chasse combattaient héroïquement aux côtés des pilotes russes

Ils furent 96 pilotes à combattre en Russie, 42 y laissèrent la vie. Depuis, chaque année, le peuple russe honore leurs tombes, alors que la France les a oubliés.

Si Macron n’était pas un gamin ignare, fâché avec une histoire de France qu’il déteste, jamais il n’aurait engagé notre pays aux côtés de l’Otan pour combattre la Russie par Ukraine interposée.

Voir Macron et Scholz unis contre le peuple russe me révolte au plus haut point.

Dans un article du 22 avril 2022, dénonçant l’ignoble russophobie des Occidentaux depuis 1990, et notamment celle de la France qui a oublié les liens qui nous unissent à la Russie, je rappelais les exploits du groupe de chasse Normandie-Niemen, qui fit la guerre aux côtés des aviateurs russes contre l’Allemagne nazie. Un engagement que nos amis Russes n’ont jamais oublié et dont le peuple nous reste éternellement reconnaissant.

https://ripostelaique.com/macron-et-le-maire-ont-donc-decide-daffamer-nos-amis-russes.html

Car contrairement à nos « alliés » occidentaux, toujours prêts à nous trahir pour une poignée de dollars, comme on vient encore de le voir avec le contrat des sous-marins australiens, les Russes sont fidèles en amitié, du sommet de l’État jusqu’à l’homme de la rue. En se couchant devant les diktats de Biden, Macron prouve une fois de plus qu’il n’a pas l’étoffe d’un chef d’État. Par soumission, il détruit notre économie.

J’ai honte de la politique antirusse menée par les Occidentaux depuis l’éclatement de l’URSS. Une politique suicidaire, à 180° de ce que voulait le général de Gaulle. Ce n’est pas à Biden de nous dicter notre politique et de nous interdire d’arrimer la Russie à l’Europe, comme le voulait le Général.

Voici ce que j’écrivais :

« En 1942, un groupe de chasse français des FFL fut créé pour aller combattre aux côtés des aviateurs russes contre l’agresseur nazi. Le groupe Normandie-Niemen. »

« C’est la seule unité occidentale qui ait combattu au sein de l’Armée rouge contre les Allemands. Cette unité ne tarda pas à s’illustrer et à gagner l’estime des pilotes russes au combat. Et aujourd’hui, la population fleurit la tombe de ces pilotes français inhumés sur place. À la fin de la guerre, le commandement russe laissa ces pilotes multidécorés repartir en France avec les avions sur lesquels ils avaient combattu. « Le don au régiment « Normandie-Niemen » de tous les avions sur lesquels ils avaient volé fut une manifestation de l’amitié sincère entre les peuples français et soviétique. » — Maréchal Alexandre Novikov. »

Si je reviens sur cette épopée, c’est parce que dans deux jours aura lieu la commémoration du 80e anniversaire de la création de l’escadron de chasse Normandie-Niemen, comme nous le rappelle le général Dominique Delawarde.

Un symbole de l’amitié franco-russe, toujours très vivace dans le cœur du peuple russe, qui ne comprend pas notre parti-pris pour l’Ukraine, qui va détruire nos liens d’amitié et saborder nos entreprises installées en Russie. Et cela par pure soumission à Washington alors que l’Ukraine n’appartient ni à l’Otan ni à l’UE. Macron est bien un nuisible pour notre pays. Et les sanctions économiques contre-productives vont bientôt nous le prouver.

https://larenaissancefrancaise.org/Memoire-80eme-anniversaire-de-la-creation-du-regiment-de-chasse

Normandie-Niemen, un bien joli nom pour symboliser l’amitié franco-russe que Macron vient de détruire. Car c’est dans les épreuves de l’Histoire que se scellent les amitiés entre les peuples. Je n’oublie pas qu’en 1814, les cosaques sillonnaient les rues de Paris. Mais je ne connais pas beaucoup d’armées qui soient allées jusqu’à Moscou… Ainsi va l’Histoire, dans le respect des soldats que nous avons combattus.

À Moscou, la Maison Normandie-Niemen est le lieu de mémoire du sacrifice de 42 pilotes français morts en combattant l’Allemagne nazie. Une plaque commémorative porte le nom de ces héros. Malheureusement, en 2018, le misérable Emmanuel Macron a décidé de ne plus louer cette maison historique, au prétexte qu’elle coûtait trop cher.

.                        .

Macron loge des milliers de clandestins à l’hôtel, dépense des milliards pour accueillir des mineurs isolés et soigner des sans-papiers, mais il est incapable de respecter la mémoire des héros qui ont fait honneur aux ailes françaises, aux côtés de leurs frères d’armes russes. Macron ne sait que nous faire honte et nous déshonorer. 

Mais comment peut-il nous faire tomber si bas ?

« 2022 est l’année du 80e anniversaire de la création du régiment de chasse  « Normandie-Niemen », unité de combat parmi les plus décorées de France, symbole de la fraternité franco-soviétique, symbole de la France libre. »

« Le général de Gaulle considérait comme important que les soldats français servent sur tous les fronts de la guerre. Il décide d’engager des forces sur le front de l’Est, en URSS, où d’après lui se jouait le destin du monde. L’URSS était le premier pays ayant échangé avec le général de Gaulle des représentations diplomatiques. »

L’épopée du Normandie-Niemen commence en 1942 et va unir comme jamais Russes et Français dans la guerre contre le nazisme, créant des liens indéfectibles si bien décrits avec émotion par le vétéran Roland de la Poype, dans son remarquable ouvrage L’épopée du Normandie-Niemen.

Je vous laisse lire le lien ci-dessus dans son intégralité. C’est sur Yak, que nos pilotes ont combattu.

Les pilotes français et leurs mécaniciens soviétiques. « … les mécanos… font preuve d’une véritable vénération pour leur pilote. C’est leur pilote, et il ne faut pas y toucher. … ça leur arrive de veiller sur notre sommeil, les armes à la main. Ils partagent notre joie après chaque victoire… Et l’on en a vu plus d’un pleurer la disparition de son pilote. Tout seul, dans l’alvéole tristement vide après une mission sans retour »

« Entre 1943 et 1945, le régiment « Normandie-Niemen » participe à plusieurs grandes campagnes aériennes : OREL – SMOLENSK – ORSHA-NIEMEN – INSTERBOURG – KOENIGSBERG – PILLAU. Tout au long de leur épopée, ces héros ont montré au monde entier ce qu’est le véritable héroïsme mais aussi ce qu’est la véritable amitié. » En voici un exemple émouvant :

« Une fuite d’essence dans la cabine est constatée. Les tentatives de faire atterrir l’appareil n’aboutissent pas. N’ayant qu’un seul parachute à bord de l’avion, Maurice de Seynes refuse d’obéir aux ordres de s’éjecter par solidarité avec son mécanicien. Les deux hommes s’écrasent. Ils sont enterrés, côte à côte, entre deux isbas, à Doubrovka. Une cérémonie simple et spontanée est organisée par les villageois. Les enfants sont venus déposer une brassée de fleurs tricolores sur leur tombe. Madame Louise de Seynes, mère de Maurice de Seynes, a gardé toute sa vie dans son appartement parisien les portraits de son fils unique et de son mécanicien soviétique. »

« Normandie-Niemen » subira de lourdes pertes tout au long de la guerre et deviendra l’unité française la plus titrée de tous les temps.

Entre 1943 et 1945, ils ont réalisé 5 240 missions de guerre, 4 354 heures de vol de guerre. Ils ont participé à 869 combats aériens. Le groupe a obtenu 273 victoires aériennes confirmées. Cela représente environ 80 % de victoires aériennes de la France combattante.

« Les 4 pilotes français Marcel Albert, Roland de la Poype, Jacques André et Marcel Lefevre (les 2 derniers à titre posthume) ont reçu le titre de héros de l’Union soviétique, le plus haut titre honorifique de l’URSS. »

Décorations du régiment « Normandie-Niemen » : rangée du haut, de gauche à droite : Légion d’honneur, Ordre de la Libération, Insigne des FAFL, Médaille militaire, Croix de guerre 1939-1945 avec 6 palmes ; rangée du bas, de gauche à droite : Ordre de Lénine, Étoile d’or de Héros de l’Union soviétique, Ordre du Drapeau rouge, Ordre d’Alexandre Nevski, Ordre de la Guerre patriotique, Ordre de l’Étoile rouge, Médaille de la Victoire, Médaille pour la prise de Königsberg.

;                               .

Retour triomphal en France :

Le 15 juin 1945, le régiment quitte l’Union soviétique avec ses Yak-3 offerts par les autorités russes en signe de reconnaissance et d’amitié entre la France et l’URSS. Accueil au Bourget le 20 juin :

Roland de la Poype se souvient : « … Je n’ai jamais vu autant de monde… une véritable marée humaine qui vibre, qui crie, les yeux levées au ciel… Le Paris que nous aimons tant et qui incarne la France nous a réservé l’accueil le plus délirant et le plus chaleureux qu’on puisse rêver… L’émotion monte d’un cran quand Charles Tillon commence à lire la liste des pilotes du « Normandie-Niemen » disparus au combat. Quarante-deux noms, sur un effectif de quatre-vingt-seize pilotes, qui s’égrènent dans un silence aussi impressionnant que le vacarme qui l’ a précédé… »

« Le 14 juillet 1945, lors de la parade de la fête nationale, le régiment « Normandie-Niemen » a survolé les Champs-Élysées avec ses Yak-3 aux couleurs de « Normandie-Niemen » : une grande étoile rouge, une bande tricolore sur le nez, une longue flèche d’argent, 2 léopards (insigne de NN) et la croix de Lorraine. L’un de ces Yak-3 est exposé au musée de l’Air et de l’Espace au Bourget. »

Alors que l’épopée du Normandie-Niemen reste inconnue de la majorité des Français, tous les Russes connaissent cette héroïque unité. Ce qui n’est pas à notre honneur. Un peuple qui n’honore plus ses héros est un peuple mûr pour disparaître. Macron s’y emploie.

« En Russie, la popularité de ce régiment est équivalente à celle de Notre-Dame de Paris ou de la tour Eiffel. Un des pilotes français se souvient d’un épisode émouvant lors de sa venue à Moscou. En apprenant qu’il était un pilote du « Normandie-Niemen », le chauffeur de taxi a refusé catégoriquement d’être payé. Pour ce dernier, c’était un honneur de conduire un pilote du  « Normandie-Niemen » !

« Plusieurs écoles russes portent le nom de ce régiment. L’histoire du « Normandie-Niemen » est inscrite au programme scolaire. Sur les lieux de batailles et de passage du « Normandie-Niemen » ont été construit des musées ou des monuments en sa mémoire. »

« Après la guerre, les pilotes français et leurs mécaniciens soviétiques ont gardé des liens d’amitié. Des associations de vétérans ont été crées dans les 2 pays. Après leurs disparitions, les familles continuent d’honorer leurs mémoires. »

L’escadron Normandie-Niemen, dit le « Neu-Neu », est de nos jours installé sur la base aérienne de Mont-de- Marsan.

« Le dernier des pilotes français, Gaël Taburet, s’est éteint le 10 février 2017 à l’âge de 97 ans à Cannes. »

À la lecture du lien ci-dessus, on mesure combien Macron n’a pas sa place à l’Élysée, totalement étranger à notre histoire de France, totalement imperméable au sacrifice de nos pilotes, il reste un président immature, incapable d’assurer la protection des Français et de défendre les intérêts de notre pays.

Que peut-il comprendre aux liens historiques qui unissent la France et la Russie, lui qui veut déconstruire notre Histoire millénaire ?

Jamais de Gaulle n’aurait accepté de sacrifier notre économie et de briser les liens d’amitié qui nous unissent aux Russes, pour satisfaire aux délires hégémoniques de Washington, qui refuse à l’Europe le droit de décider seule de son destin en s’unissant à la Russie.

Mais j’espère bien qu’une victoire russe nous rendra notre liberté, en quittant cette Otan agressive, cette Union européenne soumise à Washington et cet euro qui nous a ruinés.

À quoi bon posséder l’arme atomique, à quoi bon siéger au Conseil de sécurité de l’ONU, à quoi bon bénéficier du droit de véto, si, en définitive, nous n’avons plus aucune indépendance et sommes les supplétifs des États-Unis ?

Nous avons avec les Etats-Unis des liens de maitre à esclave. Washington décide, Paris exécute. L’épisode des sous-marins australiens montre combien Biden nous méprise.

C’est tout le contraire de la politique gaullienne qui avait fait de la France une grande puissance indépendante et respectée, devenue aujourd’hui la 7e économie du monde asservie aux États-Unis dans tous les domaines.

Depuis 40 ans, nos élites criminelles ont saccagé l’héritage gaulliste et détruit la France. Il est temps de briser le carcan otanien et la dictature bruxelloise pour revenir à l’Europe des nations.

En 2000,  l’Europe était promesse de paix  de  prospérité. Aujourd’hui, nous avons la guerre et nous sommes ruinés. Assez de tromperies et de trahisons !

Jacques Guillemain