Quand on a le CV de l’anti-Zemmour Borello, on ferme sa gueule !

Macron protège-t-il un vieux monsieur dégoûtant ?

Dans la belle cité des Papes, Borello s’est essayé à l’humour, micro à la main, arpentant les planches, il a lancé des vannes sur l’adversaire politique qui donne des sueurs froides à Macron, Éric Zemmour, en expliquant que les Français avaient attrapé ce virus à 15 % !

Quand on n’a comme seul argument que l’insulte – et quelle insulte ! comparer quelqu’un à la peste brune, point Goldwin de mauvais goût garanti, c’est que l’on n’a rien à défendre ni rien à proposer. On insulte pour cacher la vacuité de LaREM et de son candidat fantôme, incarnation du vide politique et idéologique. Et qui se permet de faire de telles plaisanteries douteuses ?

Le Borello de LaREM ! Qui est ce monsieur ? Il ne faut pas chercher longtemps sur le web pour qu’apparaisse un nombre important d’affaires sombres, qui auraient dû écarter définitivement cet homme de la lumière médiatique !

Commençons :

Harcèlement sexuel : « Je ne voulais pas de ce baiser mais Borello a le bras long »

Pilier de la Macronie, figure du milieu de l’économie sociale et solidaire ne cachant pas son homosexualité, le président du groupe SOS est accusé de harcèlement et d’agressions sexuelles dans son entreprise. Borello se défend en invoquant la « culture du groupe ». « Libération » a recueilli le témoignage d’anciens employés décrivant les comportements déplacés de leur patron, au vu et au su de tous. (source Libération) .

Alors si même Libé le dénonce, c’est qu’il doit être particulièrement dégoûtant, le Borello.

Continuons :

« Surnommé « le vrai patron de Macron » (le Point), Jean-Marc Borello, 59 ans, le plus influent des neuf délégués nationaux d’En Marche !, a été condamné, avec plusieurs de ses associés, à six mois de prison avec sursis le 16 septembre 1999 par la cour d’appel de Paris. Motif, selon les attendus du jugement que Valeurs actuelles s’est procuré : avoir « facilité l’usage illicite de stupéfiants, en laissant se dérouler et prospérer dans les établissements dont ils avaient la responsabilité […] un trafic de stupéfiants constitué par une revente et une consommation visibles et notoires d’ecstasy [une drogue dure principalement utilisée dans les milieux de la nuit, NDLR] ». Valeurs actuelles.

Et pour finir :  Ami de toujours de Borello, qui l’avait défendu contre vents et marées, Robert Mégel (à l’époque des faits directeur des Tournelles – Institut de luxe pour enfants en difficulté) avait été mis en examen en 1997 pour être finalement condamné 9 ans plus tard à 12 ans de réclusion pour pédophilie.

Borello a également été professeur de Macron à Sciences Po ! Nous ne rêvons pas, malgré son pedigree écœurant, cette prestigieuse école a recruté un gérant de boîtes de nuit, condamné pour trafic de stupéfiants, harceleur notoire et défenseur d’un pédophile !

Qui était le dirigeant de cette institution ? Richard Descoing ! Combien de fois a-t-il été accusé de harcèlement sexuel sur ses étudiants mâles ? Comme Borello, Descoing est un gay harceleur, ces deux hommes ne pouvaient qu’avoir des affinités naturelles entre eux ! Si Descoing n’était pas mort le cul en l’air dans un hôtel de New York, après des jeux sado-masos avec deux prostitués mâles, défoncé, si je peux me permettre, aux stupéfiants, il siégerait aujourd’hui dans les congrès de LaREM, assis à côté de son ami Borello ! Descoing !  Le directeur d’une grande école, drogué du matin jusqu’au soir, les interviews télévisées le montrent complètement camé, titubant, l’élocution pâteuse et articulant difficilement des phrases sans queue ni tête. On imagine aisément qu’il compléterait le tableau des monstres de ce gouvernement, il serait ministre ou Dieu sait quoi dans l’organisation de la Macronie, entre Castaner, Schiappa, Véran et Sibeth N’Diaye !

Qui a nommé Richard Descoing ? Olivier Duhamel ! C’était le président du conseil d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques, c’était lui qui écrivait aux parents des élèves qui avaient dû subir des attouchements du directeur Descoing, Duhamel le protecteur des harceleurs ! On se souvient que Duhamel officiait en duo avec Cohn-Bendit sur LCI. Duhamel a dû démissionner de toutes ses fonctions (président du Siècle, journaliste à LCI…) suite aux révélations de sa belle-fille car il avait violé son beau-fils de 14 ans (raconté par Camille Kouchner, dans La Familia grande). Duhamel était un grand ami de Brigitte et de son mari.

Voilà, nous voyons un triangle de Science Po se dessiner, Richard Descoings, Olivier Duhamel et Borello, et au centre Macron.  Ces trois vieux messieurs étaient des piliers de cette école, Duhamel était au conseil d’administration, et il était le protecteur des deux autres, Descoings directeur de l’institution et Borello professeur. Les témoins de cette période racontent que Macron était en effet le favori du directeur comme de Borello, son professeur… une habitude chez lui, de plaire aux professeurs… Quelles étaient leurs relations exactes ? Difficile à dire ! En tous les cas, Borello confesse un coup de foudre pour le jeune éphèbe Emmanuel, dans les colonnes de l’Express…

Ce journal comme Le Point présentent Borello comme le véritable patron de Macron. Que conseille Borello à Macron, son grand ami ? Quelle réforme importante faut-il mettre en œuvre ?  L’expérience lui a appris que se taire, c’est laisser imaginer. Tout juste accepte-t-il de reconnaître que, sur la légalisation du cannabis, Borello aurait aimé qu’on aille plus loin, que le tout petit pas franchi aurait pu être bien plus grand.  (Express) La drogue ? une vieille histoire chez Borello !

Que reste-t-il des années à Science Po chez Macron ? Qu’a-t-il appris en compagnie de Descoing et Borello? Le côté fête débridée ? Macron a-t-il transformé l’Élysée en night-club, très gay friendly le 23 juin 2018 pour revivre sa folle jeunesse à l’occasion de la fête de la Musique ? Le tout mis en scène  par Mimi Marchand… et par Borello ? Quand on fréquente le milieu, on a du mal à le quitter.

Enfin il faut ajouter, chaque fois qu’on essaie de brosser la carrière de Macron, on croise de vieux messieurs pas très nets ! Attali, Alain Minc, Jouyet et Henri Herman.

C’est ce dernier qui a vraiment lancé la carrière du jeune Emmanuel ! Henri Herman est un vieux millionnaire, il a pris la jeune pousse sous son aile, l’a tendrement conseillé et l’a fait entrer dans le monde des affaires… et il lui a prêté de l’argent, beaucoup d’argent…

Selon sa déclaration d’octobre 2014, Macron a aussi remboursé 350 000 euros d’un prêt personnel contracté auprès d’Henri Herman, un homme d’affaires dont il était très proche, (Challenge)… très, très proche, en effet. 350 000 euros, ce n’est pas une petite somme. Mon Dieu, l’hypothèse qui me vient à l’esprit n’est pas très glorieuse pour notre Président…

Macron coupera les ponts avec le vieux richard, laissant le vieil homme dans l’amertume, traitant, comme Jouyet trahi et abandonné, Macron d’ingrat.

Borello, lui, n’a pas été trahi comme les autres, il  est le patron de Macron ! par quoi le tient-il ?

Pensez que Macron a eu tous ses vieux messieurs comme professeurs, mentors et amis intimes, comment l’ont-ils façonné ? Que lui ont-ils appris ? Qu’ont-ils cherché et trouvé en lui ?

Quand on voit le résultat des années Macron, on ne se pose plus trop de questions !

Marquis de Dreslincourt

image_pdfimage_print

25 Commentaires

  1. Ce n’est pas la première fois que la macronie insulte et diabolise ses contradicteurs plutôt que de chercher à argumenter.

    En novembre 2018, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait déjà dit des Gilets jaunes qui manifestaient pour la première fois sur les Champs-Elysées qu’ils représentaient la « peste brune ».

    Une fois de plus, le parti présidentiel alimente un climat de guerre civile en désignant comme « ennemis » des personnalités qui, comme Zemmour, entendent aborder les sujets jusqu’alors interdits par le conformisme.
    Il faut s’attendre, de la part du pouvoir, à une accentuation de cette terreur intellectuelle appliquant les méthodes staliniennes de la reductio ad hitlérum.

  2. j espere que cet article ne va pas deranger ma digestion tellement c est immonde ; je ne parle pas de l article !

    • ouf un court instant g cru que si! oui le borello est un virus très nuisible

  3. Maintenant les détracteurs d’Eric Zemmour s’empressent de récupérer les dossiers de l’immigration et de l’insécurité pour certains ou alors de revenir aux fondamentaux du Parti depuis 1975.

    Toute la meute qui assassine Zemmour veut connaitre son programme; c’est pour essayer encore de le dézinguer tout en le copiant comme ils l’ont fait pour l’immigration et l’insécurité.

    Comme c’est malsain tout cela!
    Tous ceux qui lui reprochent de ne pas présenter de programme :

    ▶️ A toute fin utile, on peut remarquer que ceux qui ont sauvé un pays de la ruine n’ont pas présenté de programme. Comme de Gaulle en 58 et Poincaré en 26 ,on est allé les chercher;c’est le cas pour Zemmour !

    Pour ceux qui ironisent en l’appelant le messie, j’ajoute que Jean Baptiste serait déjà bien .

  4. Bravo ! Superbe enquête…
    Effectivement, c’est pas très beau tout çà. Beurkkk !

  5. Le borello, celui-là aussi est sur ma liste ; elle s’allonge de jour en jour, au fur et à mesure que ces ordures s’expriment !!

  6. En définitive, tout est complètement « VEROLE » !
    Sauf eux !
    C’est bien dommage….

  7. « l’humour » de ce gugusse est du même niveau que celui de la belge de france inter, niveau cours de maternelle
    quand on n’a pas d’argument …
    Malraux, 1948, postface des « conquérants »
    les techniques discursives du stalinisme, c’est d’abord de déshonorer l’adversaire, rendre impossible la discussion, attaquer surtout sur le plan moral, il faut que l’adversaire soit un scélérat.
    le son unique de cette propagande c’est l’indignation, la fin qui justifie les moyens…

    • Il est clair que toute cette bande de mafieux homos est très loin d’avoir le QI et le CV de Monsieur ZEMMOUR ! Mais, preuve en est, le cul, même malpropre, aura toujours fait des ravages.

  8. Avec Gabriela et Clément le Sycophante, il çomplete l’escadron volant du Bambino…

  9. Allez zou !!.. . Les Russes qui ont bien armé les Algeriens vont bien mettre un coup de karcher à tout ça !!…..

  10. et le « borello » il a quel virus? ne serait il pas à lui seul un nid de virus?

  11. Il pue ce type ! Plus tu pues, plus tu es « respectable » dans cette société macronienne…., et avant ! ça pue, et ça se permet, des allusions pourries, comme celui qui les profère ! Un relent de fosse septique ce Borello !

  12. Le CV de Borello montre très bien qu’il est ni plus ni moins qu’un déchet de l’humanité. C’est normal qu’un étron de cette envergure ait l’insulte facile ; plus Borello puera plus il dira que ce sont les autres qui empestent.

  13. Demandez et cherchez comment peuvent-ils encaisser 980 millions avec l’immigration wikipédia

  14. Je crois que c’est LREM en son entier qui est atteint de maladie mentale avec un dément à leur tête !

  15. avec un CV pareil de délinquant il est sans problème maintenu dans la sphère politique à pérorer, vitupérer, comme si de rien n’était : c’est dire combien nous sommes vraiment dans une « république bananière »

  16. Borello est connu pour être un personnage peu recommandable. C’est une excellente publicité pour Éric Zemmour que d’être insulté par de tels individus . Si Zemmour est la « peste brune  » alors comment qualifier un parti qui a réussi a mettre le pays a feu et a sang en 2018. Un président qui a failli se faire lyncher a sa sortie du Puy en Velay tellement il est haï. Un pays ravagé par l’insécurité et la montée inexorable de l’islamisme. Des quartiers où règnent la loi des dealers….Lrem veut donner des leçons à un candidat et ne trouve dans le débat que l’insulte pour seul élément de langage !?? C’est magnifique et surtout révélateur d’une impuissance face à la racaille. Laissons faire Lrem et qu’ils s’enfoncent dans leur médiocrité. — MC.

  17. Si tous les virus se comportaient comme Zemmour, j’en redemanderais volontiers ! Un virus Z, c’est excellent pour la santé !
    Les gays empaleurs de laREM devraient s’en gaver !

  18. « chaque fois qu’on essaie de brosser la carrière de Macron, on croise de vieux messieurs pas très nets !  » Certes mais les jeunes que l’on croise dans son entourage, au hasard de ses voyages ou lors de certaines de ses fêtes gays-friendly ne sont guère mieux ! Plus bronzés et moins diplômés, peut-être !

Les commentaires sont fermés.