Quand pourra-t-on enfin sanctionner les magistrats ?

Le docteur Lekhraj Gujadhur vient d’être condamné à une peine de 18 mois de prison, avec sursis, ce mercredi 14 décembre par le Tribunal correctionnel de Grenoble, pour « homicide involontaire ».

En novembre 2008 il avait estimé que son patient, Jean-Pierre Guillaud, 56 ans, atteint de psychose délirante chronique, et déjà auteur d’une agression à l’arme blanche, pouvait se promener en toute liberté, sans surveillance, dans le parc du centre hospitalier.

Guillaud en a profité pour s’enfuir, acheter un couteau dans une quincaillerie, et assassiner un jeune étudiant de 26 ans, Luc Meunier.

Prison avec sursis ! Qu’en pensez-vous ? Que peuvent en penser les parents de Luc ?

Il y a quelques années, Ali Hamadou avait saigné « comme un mouton » un autre jeune étudiant, à Marseille. Est-ce que le médecin qui avait estimé qu’Ali n’était pas dangereux a été poursuivi pour « complicité de crime » ?

Que ce soient des médecins, des magistrats ou des avocats, leur responsabilité doit être engagée et sanctionnée quand les individus qu’ils remettent en liberté, quelles qu’en soient les raisons, commettent un autre crime.

Sofiane Rasmouk,  après avoir été emprisonné en 2009 et 2011 pour agressions sexuelles était remis en liberté. Le 7 août 2013, à Colombes, il violait et massacrait deux jeunes femmes.

Est-ce que le magistrat qui a accordé cette semi-liberté à ce récidiviste a été poursuivi pour « complicité de crimes » ?

D’après le procureur il s’agissait d’une erreur d’appréciation !

En 2012, Kodjou Ben Hodor, détenu pour deux homicides, le premier en 2009, à Saint-Ouen, et le second en 2011, à Pantin, s’est retrouvé libre grâce au juge d’instruction qui avait trop tardé à renouveler sa prolongation de détention.

Et je pourrais prolonger cette liste des « libérés par erreur » ou par « bug juridique » sur des pages.

La responsabilité personnelle des magistrats concernés, qui ont ainsi failli à leur devoir, ne peut être directement retenue. Leurs fautes n’est pas, selon les termes juridiques, « détachable du service ».

C’est donc l’État qui est responsable et il peut ensuite se retourner contre ces magistrats mais, à ma connaissance, cela n’a jamais été exercé.

L’on peut comprendre une erreur, un oubli, une bavure, d’un, ou de plusieurs, magistrat, et qu’il soit sanctionné ou non nous importe peu, à la condition que cela n’aboutisse pas à la libération incompréhensible d’un assassin.

Un avocat de la défense qui « découvre » une erreur administrative ou de procédure, devrait avoir pour premier devoir d’en informer la magistrature afin qu’elle soit rectifiée et cela sans remise en liberté du justiciable. C’est au rôle de l’avocat, ensuite, de défendre son client devant le tribunal et de démontrer son innocence et d’éviter sa condamnation, mais non pas de tirer profit d’une erreur humaine pour le faire remettre en liberté.

Il est inadmissible, aussi bien pour les proches de la victime que pour l’ensemble des citoyens, qu’un tueur se retrouve libre et puisse ainsi, non seulement échapper à la justice, mais récidiver.

Quelle que soit la faute du magistrat, quelle que soit la loi, quel que soit le talent de son avocat, l’assassin ne doit pas être libéré, il doit rester en prison et purger sa peine.

Si ce principe n’est pas respecté, il y a grand risque de danger.

L’UNSA Police et d’autres syndicats réclament déjà des comptes et des sanctions contre les magistrats.

Il est impératif que tous les parents des victimes déposent des plaintes pour complicité contre ces magistrats, ces médecins, contre l’État, et même contre des avocats, pour qui le sort des futures victimes importe peu.

Rien ne va plus dans un pays où les droits des criminels passent avant ceux des citoyens honnêtes, respectueux des lois, des biens, et de la vie d’autrui.

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Justice…J’ai été condamné pour avoir osé attaquer en justice une personne qui avait détourné les loyers qui me revenaient…Cour d’Appel de Nîmes…Dans les attendus mériteraient un article complet de l’incompétence de celui qui a jugé certainement sans avoir lu le dossier. Quand à l’avocat postulant je n’en dirai que du mal…

  2. N’oublions surtout pas que nous sommes dans le pays
    Des Droits de l’Homme et du Délinquant.

  3. La grande majorité des magistrats se moque complètement de la Justice. Ils sont préoccupés par une seule chose: garder leur place et leur confortables fins de mois.Pour cela, une seule méthode: suivre au plus près et servir fidèlement la mentalité dominante et le pouvoir en place. Pendant l’Occupation , la magistrature a été la seule profession ou il n’y a pas eu de Résistants. Ils ont obéi à Vichy comme un seul homme. Mais après la Libération, ils étaient tous pour le nouveau pouvoir gaulliste. Aujourd’hui la mode est à la protection et à la défense coute que coute des délinquants, à l’islamo-gauchisme, à l’anti-patriotisme,etc. Les magistrats suivent le courant.C’est normal. C’est une engeance méprisable.

  4. le dessin n’est pas en accord avec le texte;
    il est inutile et dangereux car les lecteurs du site sont assez avertis sans qu’il soit utile de donner au système une occasion de montrer son rejet de la liberté d’expression.

  5. Exact: quand vous avez affaire à une erreur ou une négligence grave administrative, le « préposé » est a priori ni au courant ni responsable et a fortiori ni coupable! D’aolleiurs ces Psychotiques- Obsessionnels qui encombrent les administrations et notamment la Justice (les Hystériques y sont Avcocats!) sont incapables de quelque auto-critiqueque ce soit! C’est VOUS qsui avez sans aucun doute commis une erreur ou un criminel Oubli…Et on vous impose le « silence courtois » si vous osez hausser la voix, un peu….!
    A la potence!

  6. D’accord à 100 %. D’ailleurs tous les fonctionnaires administratifs se pardonnent toutes les erreurs du monde en série sans jamais avoir à subir la moindre sanction. Récemment, on m’a renvoyé mon avis d’impôt tout en me le réclamant à nouveau dans le même courrier qui n’avait pas d’autre objet que cette demande. Et j’en ai connu plein des comme ça ! C’est moins grave que de laisser courir un meurtrier, mais ça procède d’un même système qu’il faut révolutionner.

  7. Il existe déjà des dispositions (JE NE SAIS PLUS QUEL CODE, mais je peux retrouver) légales et des dispositifs pour demander à ce qu’un magistrat puisse être sanctionné. Par exemple, le CONSEIL SUPERIEUR DE LA MAGISTRATURE, LES 1ERS PRESIDENTS DE COURS D’APPELS, les PARQUETS GENERAUX, ou simplement un dépôt de plainte (avec ou sans constitution de partie civile. On peut aussi récuser un juge.
    PERSONNELLEMENT, j’ai un dossier en cours pour collusions, escroqueries au jugement, faux et usage de faux CONTRE UN MAGISTRAT ET UN AVOCAT. Ce dossier est à l’instruction (chez le juge), mais TOUT, je dis bien TOUT, est fait pour me dissuader et freiner l’instruction.

  8. On pourrait aussi parler des magistrats collabos qui infligent des dommages et intérêts disproportionnés à ceux qui essaient de dénoncer le grand remplacement
    Suivez mon regard vers Christine Tasin, Pierre Cassen et les autres à qui les juges complices appliquent le délit de blasphème et bientôt la loi de la charia

  9. Manuel Gomez pose les mêmes questions que l’Institut pour la justice opposé à la politique actuelle.
    le livre de Xavier Bébin(diplômé de sciences po,juriste ,et criminologue) »quand la justice crée l’insécurité » décrit des faits surréalistes relatifs à l’impunité de nombreux criminels.
    L’Institut pour la Justice a une grande audience et va jusqu’à recueillir un million sept cents mille signataires pour une pétition contre le laxisme.
    L’institut propose de rendre la justice aux citoyens ce qui est une idée positive quand on constate le désastre actuel.
    Reste à savoir comment exiger cette nouvelle justice et comment la mettre en place.
    De nombreux lanceurs d’alerte ,depuis des décennies ,ont été mis au placard pour le plus grand malheur de très nombreuses victimes.
    Dire la vérité est trop souvent une option à hauts risques;ce ne sont pas les preuves qui manquent.

  10. A ce niveau « d’incompétence », cela ressemble bien plus à une volonté idéologique de libérer des assassins souvent d’ailleurs de la même communauté que de bévues intempestives! De la racaille en hermine tout simplement!!!!!

  11. Entièrement d’accord. Et l’article ne fait état que des fautes, des erreurs, des magistrats. Il y aurait aussi tellement à dire sur les violations volontaires des textes de loi !

  12. Plus qu’entièrement d’accord avec l’article.

    Pour moi les personnes les plus criminelles qui mériteraient largement d’être condamnées pour faute grave ce sont tous ces magistrats qui libèrent ces multi récidivistes avec un lourd casier judiciaire.

    Justice pourrie à sens unique, non merci pour rester poli !

Les commentaires sont fermés.