Quand Radio France parle de pluralité…

« La liberté est notre ligne ; la pluralité est notre méthode ; l’humilité est notre devoir ». Le propos est remarquable surtout quand on sait qu’il émane de la présidente-directrice de Radio France.
Sibyle Veil veut répondre à ceux, de plus en plus nombreux, qui mettent en doute l’exigence de neutralité du service public grassement financé par l’impôt du contribuable.
Elle s’offusque que Radio-France soit contestée par « des acteurs qui questionnent nos moyens, notre impartialité et notre liberté d’expression ».
Et elle se croit obligée d’ajouter qu’il est normal et sain de payer pour entendre des idées qu’on ne partage pas !
La vraie question n’est pas celle-là. Elle est beaucoup plus prosaïque. Doit-on payer des journalistes, des humoristes pour entendre ses idées moquées, salies, rabaissées, diabolisées ? Doit-on payer pour de la propagande ? Doit-on payer pour ne jamais entendre ses idées présentées correctement à l’antenne ?
Un exemple personnel et anecdotique pour illustrer mon propos : en 2018, de guerre lasse, j’avais accepté d’aller défendre la presse alternative sur Radio France Internationale dans un débat organisé par Ziad Maalouf en compagnie d’un journaliste de Libération et d’un rédacteur des Inrockuptibles.

Au dernier moment, ma présence dans les studios de la Maison de la Radio n’était plus souhaitée, même en passant par la porte de service ou par un soupirail. Pour être juste, j’ai été autorisé à défendre mon point de vue dans un très court message préenregistré par Maalouf, dans l’arrière salle d’un café situé à quelques mètres de Radio France.
Maigre compensation après m’avoir signifié brutalement un statut de journaliste-paria.
Mais comme dirait Sybile Veil : « A Radio France, la liberté est notre ligne »…bla-bla-bla, bla-bla-bla .

Martial Bild
Directeur général TVLibertés

image_pdf
17
0

12 Commentaires

  1. Personnellement je pense que c’est tout à fait ça! Il faut absolument penser et dire « comme eux » si on veut s’exprimer sur les chaînes publiques. Ceci est totalement anormal étant donné que c’est justement NOUS qui payons ces journalistes par nos impôts! De plus les médias-papier reçoivent eux aussi des subventions que NOUS payons! Est-ce normal? Non, car si ces journaux étaient « bons » ils seraient achetés dans les kiosques… et n’auraient pas besoin d’être aidés financièrement par le petit peuple. Il faut arrêter de fermer les yeux!

  2. Ne tournons pas autour du pot quand les choses sont aussi graves :

    Une VENDUE du système ANTI-FRANCE, mondialiste, cosmopolite, immigrationniste…

    Radio France est une société anonyme DETENUE A 100% PAR L ETAT FRANCAIS !
    Son conseil d’administration et son président sont dans la main de l’Etat.

    NB : Les 7 membres du CSA (qui nomme 4mbres du CA de Radio France) sont désignés 3 par Pdt Ass. Nat. 3 par Pdt du Sénat et le président du CSA par le PDT de la République.
    La rémunération du Pdt du CSA est de 190 000 euros bruts annuels (2020) ! Considérable !

  3. L’autre jour sur France Inter, un auditeur qui interpelait de manière courtoise par téléphone un invité (gauchiste ou écologiste comme il se doit sur cette radio « neutre ») a été coupé en direct…quelle honte que cette censure stalinienne !

  4. le problème c’est que les ashké ne se considèrent pas comme des blancs tout en se faisant passer pour des blancs, ce qui élimine définitivement de facto ces derniers de toute représentativité même dans un contexte diversitaire ; bien joué car ils n’y voient que du feu.

  5. il est évident qu’on ne veut plus payer pour cette radio islamo gauchiste,: les medias publics doivent disparaitre et par la même cette honteuse redevance qui sert à nourrir cette masse de collabos qui y officient – et quand la péronnelle de radio france ose parler de « liberté et pluralité » totalement absents de ce media public, elle se moque royalement des citoyens et devrait ouvrir un dictionnaire pour apprendre le sens des mots qu’elle emploie à tord

  6. l’impression que le CRIF détient la plupart des médias y compris radio France télévision

  7. Cette dame défend avant tout son statut et son salaire. Le reste ne lui importe pas. Décidément, la « presse » ne sert plus à rien, ni au niveau journalistique, ni au niveau administratif. Au moins, c’est clair.

    • Vous avez raison ces gens de « radio-télé » nationales vivent comme des tiques sur la peau d’un chien et s’y accrochent férocement! La soupe est bonne…

  8. Ils tiennent le manche, donc pas question de le lâcher !
    c’est humain, abject mais humain…de toute façon ils n’ont pas besoin d’être écoutés.
    la paie tombe tous les mois quelle que soit l’écoute.

  9. pluralité et diversité mais pas des opinions seulement de la propagande
    même un minus habens comme moi s’en rend compte, c’est dire

  10. Quand je vois ce beau visage riant, j’ai envie de me mettre, euh, au garde à vous en criant, forcément enthouisaste: Heil, Frau Obersturmfürerin !

    • Toutes les radios font des émissions de merde et cela n’a plus rien à voir avec Mahler, Lovin fun et la grosse période dance de Voltage fm en 1992-1995.

Les commentaires sont fermés.