Quand Terra Nova élucubre sur Riposte Laïque, « groupuscule plus utile qu’idiot »…

Publié le 25 juin 2012 - par - 2 920 vues
Share

Un de nos lecteurs, que nous remercions, vient de nous faire parvenir ce grand moment de littérature : le think tank Terra Nova élucubre sur le compte de RL dans sa dernière parution.

http://www.mediapart.fr/files/Laxe_UMPFN_vers_le_parti_patriote_-_VF.pdf

L’essentiel (il y a d’autres paragraphes, que vous trouverez facilement ) :

Riposte laïque. C’est le principal creuset de l’axe UMPFN. Fondée en 2007 par Christine Tassin et Pierre Cassen, deux militants politiques proches de l’Union des familles laïques (UFAL), la revue en ligne vise à mobiliser la laïcité contre la menace islamiste. Riposte laïque surgit dans l’espace public par ses évènements médiatiques où se mêlent les droites. Avec le groupuscule d’extrême droite du Bloc identitaire, elle annonce l’organisation le 18 juin 2010 d’un « apéro saucisson géant » à la Goutte d’Or, pour protester contre les prières de rue des musulmans de la rue Myrha, « adversaires résolus de nos vins de terroir et de nos produits charcutiers ». Riposte laïque, toujours en partenariat avec le Bloc identitaire, réussit ensuite un tour de force : réunir un millier de personnalités issues de la droite et de l’extrême droite aux Assises de l’islamisation le 18 décembre 2010. En somme : le premier meeting commun UMPFN.

RIPOSTE LAÏQUE, LE GROUPUSCULE PLUS UTILE QU’IDIOT

L’émergence de Riposte Laïque s’inscrit tant dans l’inquiétude réelle d’une partie de l’opinion à l’égard de l’enracinement de l’islam en France que dans la stratégie de l’extrême droite et d’une partie de la droite parlementaire visant à transformer ce ressentiment en haine de l’immigré au moyen d’une laïcité dévoyée. Tout commence par une initiative lancée en 2007 par d’anciens rédacteurs de la revue en ligne Respublica, revue s’opposant à l’extrémisme religieux et au communautarisme et très liée à l’Union des Familles Laïques (UFAL), association familiale en pointe dans le combat laïc.

L’imposture laïque et républicaine tient beaucoup à la personnalité des deux fondateurs, Christine Tassin, qui de 1995 et 2010 a milité un peu partout pour terminer à Debout la République en 2010 et Pierre Cassen qui, lui, traîne un long passé de militant CGT du syndicat du livre, ainsi que des combats laïcs au sein du PCF et de la LCR. On trouve également d’autres syndicalistes ou même des militantes féministes. La profession de foi de la revue en ligne est claire : elle entend tirer un signal d’alarme concernant ce qu’elle appelle l’offensive de l’islam politique en France et dans le monde occidental. Dans son combat, elle affirme vouloir « créer les conditions d’une riposte laïque massive afin de mettre en échec ce nouveau fascisme du 21e siècle », bien sûr l’islam sans distinction.

Véritable idéologue de la revue, Pierre Cassen considère que « l’islam est le fer de lance et outil de la mondialisation pour casser les solidarités sociales et la République laïque. Aujourd’hui, le danger essentiel, c’est l’islam. C’est-à-dire, un projet politico-religieux hégémonique qui ne peut s’accomplir que dans un esprit de conquête ».

Cette obsession conduit ces militants à des rapprochements sulfureux avec l’extrême droite. Riposte laïque se fait entendre dès l’été 2009 par une violente campagne anti-burqa, mais surgit dans l’espace public par ses événements médiatiques où se mélangent joyeusement droite dure et extrême droite. Avec le Bloc Identitaire, autre groupuscule d’extrême droite, elle annonce l’organisation le 18 juin 2010112 d’un « apéro saucisson géant à la Goutte d’or » dans le 18e arrondissement de Paris. Sur Facebook, un groupe expose les motifs de la manifestation : « parce que la rue Myrha et d’autres artères sont occupées particulièrement le vendredi (jour de prière) par des adversaires résolus de nos vins de terroir et de nos produits charcutiers ». Même si la Préfecture de police tombe dans le panneau et interdit la manifestation, la dynamique médiatique est lancée notamment avec l’appui d’Ivan Rioufol. Riposte Laïque repasse les plats le 4 septembre 2010, là aussi avec la volonté de récupérer une date référence de la République, par l’organisation d’un assez saumâtre « grand apéritif républicain de défense de la République laïque contre l’offensive islamiste » dans plusieurs villes de France. Toujours est-il que le concept inspire : le 12 juillet 2011, la Droite populaire organise à son tour un « apéritif saucisson vin rouge » à l’Assemblée nationale. Interrogés, les députés concernés parlent d’un « canular ».

Le 18 décembre 2010, le même duo Bloc Identitaire-Riposte Laïque change de braquet avec l’organisation d’« Assises de l’islamisation » à Paris quelques jours après que Marine Le Pen a tracé un trait entre Occupation et prières de rues. Environ 1 000 personnes y assistent dont Oscar Freysinger, leader suisse de l’Union du Centre (UDC) à l’origine du référendum anti-minarets, qui prend la parole sous les vivats, et l’écrivain Renaud Camus qui y décrit la France comme « une vieille fille qui élève les enfants des autres ». Le maire de Montfermeil, Xavier Lemoine, qui n’avait pas hésité à s’afficher avec Riposte Laïque, ne vient pas alors qu’il était annoncé comme « invité surprise ». Le journaliste du Monde se fait huer. Dans la salle, Elisabeth Lévy ne perd pas une miette des interventions, dont celle de Fabrice Robert, responsable du Bloc Identitaire qui fait de la confrontation avec l’islam désigné comme « un corps étranger », une question « de vie ou de mort», un « enjeu civilisationnel »116. Non loin, Ivan Rioufol ne voit « ni excités, ni intolérants, ni fachos, ni racistes, mais des gens s’inquiétant des abandons de la République sur la laïcité ». Assurément, ce meeting a ratissé plus large que le public habituel, il aura été le premier grand rassemblement islamophobe, alors que ce type d’événements se développe déjà aux USA et dans d’autres pays européens.

En résumé, en dépit de son faible poids – une quinzaine de rédacteurs, marginalisés dans leurs milieux politiques d’origine -, la revue en ligne joue un rôle d’idiot utile pour légitimer le lien entre combat laïc et lutte contre l’obscurantisme musulman. L’existence de Riposte Laïque fournit des arguments à une extrême droite en quête de légitimité dans la défense de valeurs jusque-là désertées, qu’elle instrumentalise pour élargir son audience à la droite.

ANALYSE RAPIDE

Bon j’ai lu en grande diagonale les 95 pages. En gros il y aurait un axe UMP-FN grâce aux gens du GRECE, de fdesouche.com, de Polémia, de RL, etc. etc. L’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme.

Seul point commun entre tous ces gens : l' »altérophobe » (sic !) (= phobie de l’Autre). Que Sarkozy soit papiste et Marine Le Pen ultralaïque, c’est du pareil au même : c’est un complot pour tromper l’ennemi.

Pas un mot, pas la moindre réserve sur les divergences idéologiques profondes entre UMP et FN, entre anciens du GRECE et FN, entre RL et UMP, etc. et sur les Jouanno, NKM…

Il omet également de parler des électorats : les ouvriers votent plus FN que PS ! Donc là encore, ce sont des paroles en l’air, sans idéologie et sans bases.

Ce document est une pure construction intellectuelle comme je pourrais en écrire tous les jours, avec la théorie du café d’Hitler. (Hitler aimait le café donc tous les amateur de café sont nazis).

Ce document nie la fracture fondamentale actuelle : entre mondialistes-européistes et nationalistes-patriotes. Normal puisque Terra Nova fait partie de la première catégorie, comme 80% de l’UMP !

On dirait que Terra Nova invente un axe UMPFN pour sortir de l’axe UMPS. En fait ça sert surtout à diaboliser l’UMP pour avoir « rompu les digues » avec le FN, mais c’est l’aveu de l’échec et de la fin de la stratégie Mitterrand : faire monter le FN pour diviser la droite, puis créer le contre-feu SOS-Racisme (et l’affaire de Carpentras et tout) pour obliger de RPR de couper tout lien avec FN.

Terra Nova veut peut-être donc nous refaire du Mitterrand : isoler la droite de l’UMP pour l’affaiblir. Mais il n’en a pas le talent.

Mitterrand avait forcé François-Henri de Virieu à recevoir Le Pen dans l’émission « l’heure de vérité ».

Puis le lendemain d’une émission « l »heure de vérité » avec Le Pen (pas la première je crois), on découvre la profanation du cimetière de Carpentras, et Mitterrand et tous ses ministres et toute la droite et toute la gauche et le Mrap et la Licra d’accuser l’émission d’avoir donné des idées aux profanateurs. Alors que la profanation a eu lieu… la veille ou l’avant-veille de l’émission, et évidemment le FN n’y était pour rien. D’autant plus que les deux responsables FN de Carpentras étaient… des Juifs !

Ni Terra Nova ni Hollande n’auront le talent de manipulateur de Mitterrand.

Encore que… Vous avez entendu Hollande parler du FN pendant la campagne présidentielle ? Pas moi…

Jeanne Bourdillon

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.