Quand Victor Hugo parlait de Napoléon III, il me fait penser à quelqu’un…

Publié le 30 novembre 2013 - par - 1 557 vues
Share

Au hasard de mes lectures, grappillées, au jour le jour,  dans les bouquins de ma bibliothèque sans prétention, je suis tombé sur le texte suivant :

Que peut il ? Tout
Qu’a t’ il fait ? Rien
Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eut changé la face de la France, de l’Europe peut-être.
Seulement voilà, il a pris la France et n’en sait rien faire.
Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets; ne pouvant créer , il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c’est le mouvement perpétuel; mais , hélas ! Cette roue tourne à vide.

Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve énorme  il est impossible que l’esprit n’éprouve pas quelques surprises.
On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez , la brave, la nie, l’insulte et la bafoue !

Triste spectacle que celui du galop, à travers l’absurde, d’un homme médiocre échappé !

Qui a bien pu écrire ça,  vous demanderez vous ?

Ne cherchez pas, voici la clé, elle s’appelle Victor Hugo, l’Immense, quoi qu’on ait pu en dire, même si son cheminement politique fut assez bizarre !

Il parlait de Napoléon III, « le petit »

Comme ce texte s’applique étrangement à un de nos contemporains !

A vous de trouver !

Silène

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.