Quantième loi « anti-fessée » : pitoyable diversion

Publié le 1 décembre 2018 - par - 5 commentaires - 716 vues
Share

30 novembre 2018, 12 h 55 : l’amuseur Régis Mailhot accuse à l’antenne l’animateur vedette Stéphane Bern de fesser le personnel de la radio RTL. Bern croit devoir nier.

Il ne comprend pas que son adjoint lui a simplement – et quelque peu paresseusement – appliqué un thème d’actualité. Car une fois de plus on parle en France de loi interdisant de fesser les enfants. C’est un sujet si souvent récurrent (comme l’esclavage, aboli tous les six mois) qu’il a tout l’air d’une diversion. Pour détourner l’attention, en ce moment, du « mouvement des Gilets jaunes », soutenu par 80 % des Français,  et de sa gestion navrante par la macronie. Petit échantillon de bégaiements historiques ayant pu inspirer cette dernière :

  • 2006 : l’Assemblée générale des Nations unies n’a rien de mieux à faire que de se pencher sur le grave sujet de la fessée. Tel un embryon de gouvernement mondial, elle ordonne à la Terre entière d’abolir cette atrocité avant 2009.
  • 2008 : le Conseil de l’Europe emboîte le pas à l’Onu.
  • 2010 : elle-même fessée pour malversations financières, la pédiatre médiatique et députée UMP Edwige Antier dépose une proposition de loi ad hoc.
  • 2016 : l’article 68 du Code civil interdit toute « violence » contre les p’tits anges.
  • 2017 : censure du Conseil constitutionnel !
  • Et voici 2018, et l’Assemblée « en marche » qui redécouvre et réprime cette punition barbare, la fessée, qu’elle-même mérite si bien !

Moi qui préconise – en un livre entier* – de fesser les femmes (légitimes, avec modération), l’on se doute que j’accepte mal que les enfants soient privés d’une éducation ferme. Mon propre fils se plaint de n’avoir pas été assez battu. « Car, précise-t-il, ma gentille maman était trop gentille, et mon méchant papa point assez méchant. »

Il faut dire qu’il n’a jamais été réellement fessé. Seulement flagellé trois ou quatre fois avec une de ces effigies de martinet à lanières en papier que l’on trouve en France. Et sur le dos, puisque je demeure traumatisé par l’unique fessée reçue dans mon enfance, au milieu des années 1950. « Imbécile ! » avait commenté mon père une de mes imbécillités. « Toi-même ! » avais-je malencontreusement riposté. Le châtiment n’avait pas été bien douloureux, mais je n’en ai toujours pas digéré l’humiliation. Au point de l’épargner à mon petit monstre, quarante ans après.

Et cependant, si un enfant de cinq ans traite son père d’imbécile, faut-il « lui parler, lui expliquer », ainsi que le bêlent tous ces charlatans de la pédopsychiatrie ? Qui visent moins à dorloter les petits qu’à désarmer les familles au profit du mondialisme en brisant l’autorité, de concert avec l’imposture féministe !

Il y a quelques semaines, je m’inquiétais du sort d’une petite Cosette que je voyais faire tout le travail d’un bistrot pendant que ses deux collègues bayaient aux corneilles :

  • Ne vous fessent-ils pas, pendant qu’ils y sont, pour vous imposer cette division du travail ?
  • Oh, me répondit-elle, ça, c’est quand j’ai été sage !

Patrick Gofman

*Patrick Gofman, “Bats ta femme tous les jours” 3e édition, 2018, @www.leretourauxsources.com

Print Friendly, PDF & Email
Share

5 réponses à “Quantième loi « anti-fessée » : pitoyable diversion”

  1. DUFAITREZ dit :

    Puisque je me fais un devoir de répondre à tous les articles, permettez-moi de vous donner une fessée amicale ! Comme à nos députés !
    Que des cons fessés !!!

  2. franjeu dit :

    Micron a fait interdire la fessée ..par mesure de précaution pour lui-même.

  3. UltraLucide dit :

    Il est certain que dans d’autres parties du monde soumises à une autre loi que celle de nos merveilleux juges progressistes, la fessée ne fait pas partie du débat, pas plus d’ailleurs que la lapidation. Nos juges occidentaux mondialement progressistes ne semblent pas avoir un avis sur la lapidation, On serait pourtant intéressés, mais là, aucune voix audible…Pas plus que celle d’Amnésie International ou celle des féministes bobo-gauchistes. Quel silence! Mais aussi, quel esprit progressiste oserait nier l’importance fondamentale de la fessée par rapport à la lapidation.
    https://globalvoices.org/wp-content/uploads/2015/11/rr.jpg

  4. patphil dit :

    cet épisode prouve si besoin est combien nos zélites sont hors champ!
    aux qui n’arrivent pas à faire respecter la sérénité dans le pays se mêlent de vouloir régenter la famille!
    ceci dit je n’ai jamais giflé mes enfants (comme le faisait ma mère) ni fessé comme le faisait mon père) et pourtant aucun n’est devenu anormal!

  5. Gaulois réfractaire dit :

    Brigitte a-t-elle envie de fesser ce sale gosse mal élevé, insupportable et insolent qui fait le roitelet depuis trop longtemps ?