Que contient donc de si important le coffre-fort que cache Benalla ?

Publié le 27 août 2018 - par - 29 commentaires - 3 403 vues
Share

Ainsi Benalla disposait-il d’un appartement ultra-sécurisé à Issy-les-Moulineaux, à l’intérieur duquel se trouvait un coffre-fort. Coffre-fort qui a mystérieusement disparu lorsque les enquêteurs sont venus procéder à une perquisition.

Quand les policiers se sont rendus dans la soirée du 20 juillet au domicile de l’ancien garde du corps de Macron, ils ont trouvé porte close. Benalla, qui les accompagnait, n’avait, paraît-il, pas les clefs sur lui. Il expliqua que c’était sa compagne Myriam qui les détenait. Tout en refusant de dire où la jeune femme, qu’il devait épouser le lendemain, se trouvait et de donner ses coordonnées à la police. « Elle est certainement partie à l’étranger se reposer et fuir les journalistes avec notre bébé », leur déclara-t-il en guise d’explication. Les enquêteurs n’en furent pas surpris. Depuis le début de son audition, ils avaient constaté le « manque de coopération » de l’homme qu’ils avaient placé en garde à vue. Il n’y avait donc pas d’autre solution que de forcer la serrure. En vain ! La porte, dotée d’un système de sécurité sophistiqué, résista à tous les assauts.
Après avoir apposé les scellés sur la porte du logement, les policiers décidèrent de revenir le lendemain dès 6 heures du matin, accompagnés d’un serrurier et du matériel adéquat pour effectuer leur perquisition. À leur grand étonnement, le coffre-fort s’était bizarrement volatilisé durant la nuit. Sans se démonter, Benalla expliqua : « Le 19 juillet, ma femme m’a appelé pour me dire qu’il y avait plein de journalistes devant la maison et dans le couloir. J’ai demandé à un ami d’aller chercher ma femme et de récupérer tout ce qui pouvait être volé, des objets de valeur et notamment des armes ».

Un témoin capital

Décidément, cette femme de 32 ans devenait un témoin capital dans cette mystérieuse affaire. Pour la retrouver, les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) décident d’employer les grands moyens. Comme pour les affaires criminelles, ils vont consulter tous les fichiers de police, effectuer des réquisitions bancaires, tenter d’identifier son véhicule, rechercher d’éventuels PV pour excès de vitesse, vérifier tous les vols au départ des aéroports parisiens. Finalement, ils finissent par retrouver sa trace grâce à la géolocalisation dans le 16e arrondissement de Paris.

La jeune femme a beaucoup utilisé son téléphone portable, sans doute pour faire annuler les formalités de son mariage, mais pas seulement. Les enquêteurs ont donc la confirmation qu’elle n’a pas quitté la France. Mais où se trouve-t-elle ? Par le biais de son adresse mail, obtenue grâce à la mairie d’Issy-les-Moulineaux, ils tentent de la contacter. En vain ! Benalla s’inquiète. Lors de son audition, il dénonce ce qu’il considère comme un acharnement de la police : « Je m’interroge sur l’opportunité de faire des recherches sur une femme qui n’a rien à voir dans toute cette histoire. Elle est déjà assez chamboulée ! » dit-il. La faute à qui ? Volontairement ou pas, Myriam est devenue la complice de Benalla. Elle est en fuite, recherchée comme une criminelle. Toutes les polices sont à ses trousses. Mais elle reste, pour l’heure, introuvable !
Curieusement, les armes – trois pistolets automatiques et un revolver Remington – qui étaient enfermées dans le fameux coffre-fort vont réapparaitre. Benalla, qui les détenait légalement, dit-on, les remettra lui-même aux enquêteurs. Ce n’est pourtant pas vraiment ce qui les intéressait le plus à l’intérieur de cette armoire blindée. Ils s’attendaient à trouver des documents plus ou moins confidentiels. Et, pourquoi pas, un plan de réorganisation de la sécurité présidentielle. Voire l’organigramme d’un cabinet noir qui aurait été dirigé par un certain « lieutenant-colonel » Benalla.

Veto du parquet de Paris

Complotisme ? Qu’on nous explique alors pourquoi le parquet de Paris a opposé une fin de non-recevoir à un syndicat de police qui s’était porté partie civile et qui avait demandé, le 30 juillet, un réquisitoire supplétif aux juges d’instruction pour étendre l’enquête à la disparition du coffre-fort. Le veto du parquet est significatif. Le pouvoir ne veut pas savoir. Ou, plus exactement, il ne veut pas que les Français sachent ce qui se tramait dans les recoins secrets de Élysée. L’avocat du syndicat de police, cité par le Parisien, n’est pas dupe : « Le parquet fait preuve d’une naïveté inhabituelle. Sa position abonde en tout cas la thèse d’un Benalla protégé par le pouvoir ». Ce dont personne ne doute aujourd’hui. Et l’on voudrait nous faire croire qu’il ne s’agit pas d’une affaire d’État !

Comme on est loin du fait divers initial où un conseiller du président au sang un peu chaud s’était mêlé au service d’ordre pour jouer les gros bras lors de la manifestation parisienne du 1er mai. Car c’est aujourd’hui le pouvoir Macronien qui est mis en cause. En quelques semaines, l’affaire Benalla est devenue l’affaire Macron. « Il n’y a qu’un seul responsable, c’est moi ! » avait-il crânement lancé devant l’auditoire de ses partisans. Eh bien, s’il prend la responsabilité de tout ce qui s’est passé, il faut qu’il aille jusqu’au bout et dise la vérité, toute la vérité aux Français qui le regardent aujourd’hui d’un œil différent, comme le montre le sondage publié le 26 août par le JDD où sa popularité a chuté de 5 points à 39 % de bonnes opinions. Son score le plus bas depuis le début de son quinquennat.

Fini le temps où il était le chouchou des médias et faisait la couverture des magazines. Il n’est pas inintéressant, d’ailleurs, de noter que c’est le Monde qui a sorti l’affaire Benalla, pas le Canard enchaîné ou Médiapart. Est-ce le signe que Macron est lâché par l’oligarchie, comme certains le croient ? L’avenir nous le dira !

Quoi qu’il en soit, l’affaire n’est pas terminée. Elle suit son cours sur le plan judiciaire, en dépit de la mauvaise volonté évidente de la Chancellerie. La commission d’enquête parlementaire du Sénat va reprendre prochainement ses travaux. Elle devrait auditionner Alexandre Benalla qui s’est déclaré prêt à être entendu. Réservera-t-il aux sénateurs des révélations ? Il n’est pas interdit de le penser depuis que l’ancien « homme de l’ombre » prend visiblement du plaisir à se retrouver en pleine lumière.

Alain MARSAUGUY

Print Friendly, PDF & Email
Share

29 réponses à “Que contient donc de si important le coffre-fort que cache Benalla ?”

  1. OTOOSAN dit :

    Il a la facture du coffre ???

  2. DUFAITREZ dit :

    Lue, mot pour mot, cette histoire ne tient pas debout…
    Femme partie à l’étranger sans rien dire ? Scellés intacts ? Lourd coffre envolé ?
    Nouveau !! Une « femme » et un bébé ! Le Parquet fait « AREU ». On attend le Rot ! Toto !

  3. Jean marc dit :

    un coffre c’est très lourd, et dehors ils devraient y avoir une ribambelle de journalistes en quêtes d’images, et personne ne l’a vu sortir, bizarre non, peut-être que ce coffre n’a pas bougé de place, qu’il est encore dans son appartement, ou planqué chez un de ses voisins,peut être que benalla avait un autre appartement sous un faux nom dans le même immeuble. ou alors les flics se foutent de notre gueule.

  4. papillon dit :

    depuis le temps il a été vidé , alors pourquoi encore chercher, argent gaspillé

  5. hir dit :

    Il ne faut pas lâcher le morceau Dès la rentrée , nos (vrais ) députés doivent remettre immédiatement l’affaire Benalla sur le tapis car , pour notre pathétique  » président  » l’affaire semble enterrée ! ! ! NON ,non,non , rien n’est éclairci , allons jusqu’au bout, finissons le travail commencé par exemple ou es passé le coffre fort bizarrement disparu etc etc . Je reste persuadé qu’il y a d’autres choses à découvrir A l’instant j’apprend la démission de Nicolas Hulot , pas surpris …..

  6. patphil dit :

    cette histoire de clés perdues, de scellés brisés, de policiers constatant le déménagement! rocambolesque!
    de l’impunité des zélites!

  7. Yves ESSYLU dit :

    un coffre à armes, même petit pèse son poids et ne déménage pas en le mettant sous le bras, doit donc y avoir des témoins du déplacement

  8. Elliot dit :

    La seule question que je me pose : comment un coffre fort peut il « s’envoler » ? En effet, hormis son poids surement élevé, il devait être scellé ! Je suis chasseur et j’en ai qui pèse plus de 100 kgs et scellé aux murs et plancher ! Ce n’est pas une femme qui peut se volatiliser avec un coffre fort sur le dos….Wonder Woman mme benalla ??? Entre une porte super sécurisée et un coffre « volant »….On nous prendrait pas pour des cons ? Bonne journée !

  9. BERNARD dit :

    A regarder en urgence, sur ce sujet, la courte vidéo de C. Combaz (avant qu’elle ne disparaisse et peut être lui aussi)
    https://www.youtube.com/watch?v=goLYX51j-EI&t=9s
    1)Pour C. Combaz, le coffre contenait des stupéfiants (de toutes manières, du fait qu’il ait été soustrait nous permet de tout imaginer
    2) Un coffre contenant des armes doit être scellé au mur.. ce qui semble ne pas avoir été le cas.
    « Les aventuriers du coffre perdu », je l’espère, vont continuer l’enquête

    • wika dit :

      La République exemplaire qui se shoote, protège un petit arriviste et sa clique, infiltrés grâce à la discrimination positive ou aux « amitiés » coupables avec l’Afrique du Nord.
      Macron, tu ne vaux pas mieux que les autres et le RN se voit supprimer ses subventions par tes collaborateurs pourris.

      • BERNARD dit :

        Bienvenue aux elections UE en mai … si on n’est pas trop cons…mais bon, je doute de tout en ce moment, la stratégie d’enfumage des « spin-doctors » de micron est vraiment à son top.. m’enfin…

  10. Solair dit :

    je trouve étrange que l’appartement n’ait pas été gardé la nuit, que Mme Benalla se soit volatilisée, ainsi que le coffre, ce qui prouve bien que personne ne devait voir ce qu’il y avait dedans, photos / papiers compromettants ??????

  11. !!! dit :

    Sextape?

  12. voronine dit :

    Je penche pour …Du Fric ! beaucoup de fric , parceque 10 000euros / mois c’est ridicule quand on fréquente le milieu ….Et j’inclinerais volontiers aussi sur la « farine  » du boss.Parce que, la farine ça laisse toujours des traces, et ça peut faire jaser, il vaut mieux faire disparaitre l »emballage ….

  13. Françoise dit :

    La justice aux ordres de l’exécutif. Quelle belle indépendance de la justice ! Des mots, rien que des maux !.

  14. Anne Lauwaert dit :

    pour quelle raison ce monsieur a-t-il changé son nom?

    • Dupond dit :

      Anne Lauwaert
      Les grands hommes voyons !!! (faut pas rire avec ça)
      Leclercl ne s’appellait pas Leclercl mais de Hauteclocque !!!

    • patphil dit :

      a t-il officiellement changé de nom? dire que l’élysée engageait et payait un collaborateur sous un pseudo! ça c’est la première fois!

  15. Roldic dit :

    Le coffre disparu,la femme disparue…Le corps dans le coffre?

  16. Zoroastre dit :

    Je vais me coucher et compter les barbouzes…

  17. Dupond dit :

    Il devait y avoir des documents ou védéos a ne pas divulguer …..dans les hautes spheres le chantage est source d’enrichissement pour celui qui se sent bien protégé !!! les flics passent des heures en planque la nuit pour rien et là il n’y avait pas un mec avec caméra a faire le guet ??? ils nous prennent comme d’hab pour des blaireaux

  18. ab irato dit :

    Il est évident que des ordres ont été donnés pour que la résidence du sbire ne soit pas gardée jusqu’à l’ouverture du logement, prévue le lendemain. Espérons néanmoins que des policiers patriotes nous en disent plus sur ce sujet…

    • Yves ESSYLU dit :

      « policiers patriotes », Ouais cela doit bien exister quelque part

      • Dupond dit :

        Yves ESSYLU
        +100000000000000000
        Mais ils sont peu soutenus (voir opréssés par les supérieurs FM) et n’ont pas envie de perdre leur boulot pour trois vidéos de cu , de 150g de poudre ou de 200000€ en especes

  19. ab irato dit :

    Il est évident que des ordres ont été donnés pour que la résidence du chouchou ne soit pas gardée avant l’ouverture du logement, prévue le lendemain. Espérons que des fuites de policiers patriotes nous en diront plus sur ce point, piètre consolation face à la disparition de ce coffre fort à secrets…