1

Que faire du musulman avec petite barbe et épouse à foulard léger ?

Ri7Fourest askolovitch lèchent

Ça y est, nous sommes au fond du trou ! Chauprade a fait allégeance à l’islam, il est devenu lèche-babouche, il fait sienne la bouche molle d’Askolovitch. Il suit les traces de Philippot, de Dussaussaye et de Buttey réunis. Tel est une sorte de résumé que nous a donné à lire notre chère Christine Tasin dans RL de ce mardi 11 novembre. Grave motif d’inquiétude pour tant de lecteurs de RL et de moi-même, inquiétude que j’ai déjà exprimée ici. Marine se tient pour le moment assez coite dans ce débat, même si on a déjà fait remarquer qu’elle n’évoque pas l’islam mais seulement le communautarisme. On ne lui a pas encore fait remarquer qu’il y a des communautés sympathiques comme les Bretons à Paris ayant pour symbole Bécassine, les Auvergnats, charbonniers devenus bistroquets, les Lozériens aligotés et autres régionalismes culinaires que nous apprécions tous avec les paellas, les pizzas, les couscous. Marine voudrait-elle noyer le communautarisme religieux islamique, le nez dans l’assiette de soupe à compter les pâtes alphabet, les pois chiches, à démêler les vermicelles ? Pour ne rien dire du vrai et seul communautarisme qui fait problème ? L’angoisse nous prend.

Pris d’un besoin pressant de confronter le résumé du dialogue avec le dialogue réel sur Itélé du 8 novembre entre le nouveau glabre du FN et le bouche molle du Qatar, je me suis jeté sur l’émission elle-même. Notons en passant qu’en évoquant un menton rasé ou une lippe pendante, je ne juge pas les gens sur leur physique (grand, petit, gros, maigre) ce qui est un procédé peu digne. Je souligne simplement une caractéristique qui reflète une personnalité ou une expression signifiante de l’homme.

Le dialogue réel donc : Christine fait dire à Chauprade,  « Non, bien sûr que que non, un barbu dont la femme porte un foulard sur la tête ne doit pas quitter la France ». Christine a mis cette phrase entre guillemets comme une phrase exactement dite. Ce qui est le rôle des guillemets. Or, écoutez bien et réécoutez, Chauprade ne dit cela à aucun moment. Le musulman qui respecte les lois de la République est la règle majeure qu’il évoque pour définir ceux qui doivent partir et ceux qui peuvent rester. Selon Chauprade, pour les musulmans (pratiquants ou pas) qui respectent les lois de la République il n’y a pas de problème. Là-dessus, Christine réagit : « Un musulman est obligé de mettre la oumma et les lois coraniques au-dessus de la République française. Ou alors il n’est plus musulman ».

Je ne doute pas un seul instant de cette obligation pour un croyant de l’islam qui veut rester « dans les clous » de sa religion. Mais je ne veux pas devenir un imam ou un « savant » de l’islam qui vais apprendre à mon voisin Mohamed comment être un bon musulman. Moi il me suffit de constater qu’il ne se promène pas en kami, ni sa femme en burqa ou même voilée, il me suffit d’ignorer s’il se prosterne dans son salon ou dans sa chambre une ou cinq fois par jour. Ce voisin, Momo, peut me dire qu’il est musulman et ne mange pas de porc (si je le lui demande, bien que cela ne me regarde pas) ; il me suffit qu’il n’impose pas aux cantines de respecter ses interdits, ni ne revendique des lieux de prières ici ou là. Je ne vais certainement pas lui demander de devenir apostat ni prétendre le convertir à l’athéisme. Je veux simplement qu’il s’adapte au moins visuellement au mode de vie du pays où il se trouve, qu’il apprenne à ses enfants à avoir respect et reconnaissance pour le pays qui lui a offert ce que son pays d’origine ne propose pas. Il me semble, sauf erreur, que Christine a beaucoup plus d’exigences que moi. On ne peut pas sonder les âmes et les cœurs de ceux qui nous entourent. Il doit nous suffire de vivre chacun à sa façon sans contrainte pour autrui, sans désagrément pour autrui. Surtout dans le domaine de la spiritualité où aucun juge de paix ne pourra se faire arbitre. Les seuls arbitres sont les lois de la République qu’il faut respecter.

Je ne suis pas certain que les « têtes » du FN ont viré leur cuti et ont viré dhimmis. J’admets quand même, et je l’ai déjà écrit ici, que j’attends d’être rassuré. Le meilleur test ne serait-il pas que MLP accède au pouvoir ? Est-ce qu’on risque davantage que la dégringolade assurée avec les pitres d’hier et d’aujourd’hui ?

Roger Champart

J’ai terminé mon article mais Martine me demande d’ajouter ceci : On pourrait discuter de la façon chafouine qu’Askolovitch a employée pour poser sa question au sujet de la tenue vestimentaire : la petite barbe et le léger foulard !!! devraient-ils justifier d’un renvoi dans le pays d’origine ??? Question piégée bien sûr visant à déconsidérer les propos de Chauprade, qui se dévoilerait et prouverait son racisme profond !

Pour moi petite barbe (mais taillée d’une certaine façon) et léger foulard (la tête est quand-même enveloppée) sont aussi des codes, des signes d’appartenance. A un système politico-religieux prosélyte, fasciste, hostile à la République Française. Si on tolère des tenues intermédiaires, ni tout à fait ci, ni tout à fait ça, mais qui jettent un doute, qui nuisent à la confiance, on perd la bataille.

On a besoin d’avoir confiance dans l’adhésion de nos concitoyens à nos valeurs, sans barguigner ! Le léger voile de la jeune fille qui a reçu le prix Nobel, pour moi, jette un doute. Wafa Sultan, Ayaan Hirsi Ali nous parlent sans porter de voile ni léger ni lourd!!!

Martine Champart