Que Fourest et Askolovitch viennent voir la réalité d’un dépôt RATP avec forte présence musulmane !

Publié le 24 septembre 2013 - par - 3 451 vues
Share

Ri7Fourest askolovitch lèchentNon, Askolovitch et Fourest, y a pas juste des musulmans qui entendent vivre comme tout le monde. Il y a des musulmans qui font fi des lois en vigueur dans notre pays pour imposer l’islam avec le soutien inconditionnel de la grande majorité des musulmans non-pratiquants.

C’est aussi simple que cela ! Et vous le savez !

Je suis chauffeur de bus à la RATP et depuis 10 ans j’assiste impuissante à la montée de la pression religieuse de la part de certains de mes collègues musulmans qu’il convient de mettre en relation directe avec la politique de recrutement par discrimination positive de mon employeur. Dans mon centre bus sur un effectif de 680, nous sommes passés de 50 à 300 agents (environ) issus de l’immigration maghrébine et de confession musulmane auxquels il faut ajouter une poignée de convertis, le tout recruté dans les quartiers dits « sensibles ».

La pression religieuse en question se manifeste comme suit : prières clandestines dans divers endroits du centre bus (bus, salle de repos, vestiaires…) précédées de la purification du corps et de l’esprit par des ablutions dans les sanitaires. Prosélytisme et expression religieuse. Pratique du ramadan, incompatible avec le devoir de responsabilité dû aux usagers et qui provoque une désorganisation complète du service public sur fond de tensions au détriment des non-jeuneurs et de l’entreprise RATP. Revendications religieuses (demandes de nourritures « halal », douchettes hygiéniques dans les toilettes, défense de salariés attaqués pour leur religiosité…) par le biais de syndicats dans lesquels ils se sont structurés.  Comportements sexistes et misogynes qui expriment un profond mépris des femmes et qui mènent jusqu’à l’exclusion de celles-ci (c’est bien là et de loin, la pratique religieuse musulmane la plus difficile à vivre pour une femme qui travaille dans un milieu presqu’exclusivement masculin et qui est attachée aux valeurs humaines et républicaines).

Tout ce que je dénonce ci-dessus a été reconnu par la direction générale de la RATP après qu’avec mes collègues féminines nous ayons entrepris de les alerter. Nous avons été lâchées et accablées par la direction locale et les syndicats (si tant est qu’un seul jour ils nous aient soutenues) et insultées, menacées, intimidées, diffamées par la très grande majorité des agents musulmans qui eux étaient assistés, choyés, réconfortés parce que leur « honneur » avait été bafouée.

Il n’y a rien d’harmonieux de vivre ou travailler avec des musulmans qui appliquent la loi musulmane (la charia). Ce n’est pas chance, ni justice pour nous – femmes – que de devoir subir et se soumettre à cette agression religieuse quotidienne.

Les législateurs étaient bien plus éclairés que vous sur la nécessité d’encadrer fermement la religion de sorte que la dignité humaine soit protégée : en 1791 c’est l’abolition du délit de blasphème ; la loi de 1905 protège la liberté de conscience mais interdit la pratique et l’expression religieuse ; La cour Européenne a déclaré le 31 juillet 2001 la charia incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme ; et la résolution européenne de 2005 n°1464 intitulée « femme et religion en Europe » stipule entre autre : « toutes les femmes vivant dans des états membres du conseil de l’Europe ont droit à l’égalité et à la dignité dans tous les domaines de la vie. La liberté de religion ne peut pas être accepté comme un prétexte pour justifier les violations des droits des femmes, qu’elles soient flagrantes ou subtiles, légales ou illégales, pratiquées avec ou sans le consentement théorique des victimes – les femmes. »

Askolovitch et Fourest, je ne suis pas islamophobe, je suis une victime de l’islam! Alors puisque vous êtes si sûrs de vous sur la nécessité de donner plus de droits aux musulmans, pourquoi ne pas débattre et confronter nos arguments publiquement au lieu de priver les défenseurs de la laïcité et de la dignité de la femme, qui se battent contre l’islamisation de la France, de tous moyens d’expression et de toute liberté de conscience en les traitant de racistes. Si vous êtes réticents à un tel débat, alors vous n’avez aucune crédibilité ni aucune légitimité !

Ghislaine Dumesnil

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.