Que la victoire de Syriza fasse crever cette Europe, c'est le principal !

Comme prévu le parti Syriza a gagné. Le parti d’extrême gauche grec a gagné à 39% (je crois) les élections législatives. Syriza a promis aux grecs de « renégocier » la dette souveraine de leur pays. A suivre comme dirait l’autre… A entendre les économistes de tous poils ça ne va pas être facile. D’un côté les Européistes distingués qui tel un mantra ne voient que par l’euro, de l’autre les eurosceptiques qui n’en peuvent plus d’être gouvernés par une oligarchie non élue qui décide, autorise ou pas bref nous mène à la baguette, sans que nous ayons un tout petit mot à dire. Mais avant tout, les dirigeants européens sont très emmerdés, soyons clairs et appelons un chat : un chat. la problématique est réelle, ce qui me fait dire qu’elle a « les fesses dans les ronces », phrase empruntée à mon pépé qui avait le don des formules.
Notre président, que je viens d’entendre, se rassure comme il peut. Ben oui quoi, lui aussi il se fait des cheveux (non je ne ferai pas de blagues de mauvais goût..). Son discours est bref : « les grecs sont dans l’Europe, ils souhaitent le rester, et ils resteront dans l’Europe » ! Tout est dit… Je serais curieuse de connaître l’avis d’une majorité de grecs sur ce sujet. Deux options :
1 – Le parti Syriza renonce à ses promesses et il y a un risque majeur que le peuple grec n’apprécie pas vraiment.. Risque majeur qui consisterait à ce qu’il descende dans la rue et se livre à des violences dont ils sont capables, comme d’ailleurs tous les peuples au bout du rouleau à qui on a menti encore une terrible fois et surtout l’ultime fois..
2 – Le parti Syriza s’entête et… là personne ne sait, car si les dirigeants grecs souhaitent renégocier leur dette et compte tenu du fait que ces prêts n’ont pas été accordés par des banques mais par des états (dont la France et l’Allemagne entre autres) nous allons nous retrouver, nous, avec une note salée à payer d’où plus de chômage, moins de croissance et j’en passe… Le vrai dilemme c’est quelle marge de manoeuvre pour l’Europe ? Parce qu’en admettant que l’Europe efface une partie de la dette grecque, combien d’autres pays vont se dire : « au fait pourquoi pas nous » ? Je pense particulièrement à l’Espagne et à l’Italie à qui l’Europe à demandé au moins autant d’effort qu’à la Grèce. Effet domino assuré.
Loin de moi l’idée de me réjouir bêtement de cette situation, mais malgré tout je me dis que toutes ces « têtes pensantes » qui nous ont fabriqué « ce machin » n’ont pas lieu d’être fières d’elles. Car nous voila dans une sorte de maelström dont nous ne savons pas, à l’heure qu’il est, comment nous allons en sortir. Il y a quand même des moments jouissifs, la gauche dans son ensemble qui affirme se réjouir de la victoire de Syriza tout en serrant les fesses (on y revient..). Il suffisait de voir ce soir la tête de Moscovici et celle de Hollande (ils sont vraiment très mal..) et je ne parle pas de Cambadélis qui a eu le courage de dire que le danger n’était pas Mélenchon mais le FN (Ah, ah, ah) . Moscovici a répété à plusieurs reprises que lorsque le peuple s’exprime « c’est comme ça » et que c’est la démocratie. Que nous sommes heureux de l’entendre ! Alors messieurs méfiez-vous, car lorsque qu’effectivement le Peuple reprend ses droits cela peut faire très très mal.. A bon entendeur n’est-ce pas ? Certains esprits chagrins, entendus aussi ce soir, ont fait remarquer, à juste titre, que la Grèce avait mal géré ses finances et qu’en quelque sorte elle était entrée par « effraction » dans l’Europe. Certes. Seulement voila, derrière les décisions à la c… de certains politiques corrompus, il y a des hommes et des femmes, bref, un peuple qui souffre et qui ne fait que survivre au lieu de vivre. Il faudra à court ou moyen terme revoir tout ça. Il faudra revenir sur certaines décisions prises par l’oligarchie européenne. Ils ne pourront pas s’y soustraire.
Serait-ce le début d’une prise de conscience des Peuples européens ? Serait-ce la reprise du pouvoir par ces Peuples bafoués, saignés jusqu’à la moelle ? Je l’espère. L’Europe est une hydre maléfique (du moins celle-ci..). Cette Europe est sous perfusion depuis des années, maintenue en coma artificielle et ce sont les Peuples qui ne respirent plus.. Ces Peuples à qui personne n’a demandé leur avis. Jamais.
Je souhaite que cette Europe dictatoriale meurt. C’est tout. Que sa mort survienne par l’extrême gauche ou par l’extrême droite je m’en fous, mais qu’elle meure ! Ce n’est qu’à ce prix que les Peuples survivront.
Alexandra DOUGARY

image_pdf
0
0