Que les Algériens demandent d’abord « pardon » pour leurs crimes ! 

Chaque année, depuis trois décennies, le 17 octobre 1961 revient à la « Une » de l’actualité pour dénoncer les « soi-disant » 200 à 300 victimes (on n’est pas à quelques dizaines près) de la « terrible » répression policière, suite à la manifestation « pacifique » du FLN (interdite par le préfet).

Il n’en avait jamais été question avant octobre 1991, de ce prétendu massacre « inventé » de toute pièce par le Parti communiste français, complice du FLN, après la parution du livre « La bataille de Paris », édité cette année-là, soit 30 années plus tard, et œuvre de l’écrivain Jean-Luc Einaudi, rédacteur à « L’Humanité rouge » et membre influent du PCF, qui n’avait que dix ans en octobre 1961. 

Monsieur le Président de la République, contrairement à ce que pensent une très grande majorité de vos opposants (même moi !) « que vos récentes déclarations concernant l’Algérie n’auraient été prononcées que pour attirer une partie des votes de la droite, comme l’avait été d’ailleurs cette absurdité pré-électorale prononcée en 2017 « Les crimes contre l’humanité de la colonisation » afin de recueillir les votes de la gauche, de l’extrême gauche et des musulmans de France, je vous accorde, momentanément, « les bénéfices du doute », dans l’attente de vos prochaines déclarations, destinées probablement à vous faire pardonner « ces écarts de langage » qui ont tant bouleversé les Algériens (surtout la décision de réduire les visas) pas jusqu’au point, bien sûr, de stopper la vague migratoire inexorable entre les deux rives de la mer Méditerranée.

Certains de vos prédécesseurs se sont humiliés « en s’agenouillant » devant les soi-disant victimes algériennes de la manifestation organisée par le FLN, alors, et toujours, ennemi de la France, le 17 octobre 1961.

Je n’ai jamais douté de votre intelligence, ni de votre puissance de raisonnement (sans elles vous ne seriez pas devenu président) alors posez-vous cette question : où sont passés ces 200 à 300 cadavres jetés dans la Seine ? Ils ne se sont pas « dissous » dans le fleuve et n’ont  été aperçus sur aucun rivage de la Seine, de Paris jusqu’à Rouen.

Le 18 octobre 1961, lendemain des manifestations, voici le bilan affiché par Maurice Legay, directeur général de la police parisienne : 3 morts.

Les conclusions du rapport officiel de la commission d’enquête, réclamé par le Premier ministre Lionel Jospin et le ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement, concernant les évènements du 17 octobre 1961, et qui leur a été remis en 1998, viennent confirmer mes affirmations (sur le quotidien parisien L’Aurore) sur le nombre de victimes comptabilisé au cours des journées des 17 à 20 octobre 1961.

Cette commission, dénommée « La mission » » était composée de :

– M. Dieudonné Mandelkern, président de section au Conseil d’État

– M. André Wiehn, Inspecteur général de l’administration

– Mme Mireille Jean, conservateur aux Archives nationales

  • M. Werner Gagneron, Inspecteur de l’administration.

Elle a examiné scrupuleusement les :

– Archives de la préfecture de police

– Archives du ministère de l’Intérieur

– Archives de l’Institut médico-légal

– Dossiers d’enquête de la police judiciaire

– Graphique des entrées de corps « N.A » (Nord-Africain) de septembre à fin octobre 1961.

Pour l’ensemble de l’année 1961, 474 dossiers d’enquête pour homicides ont été dénombrés.

275 se rapportaient à des victimes FMA (Français musulmans d’Algérie) tués par arme blanche, arme à feu, strangulation ou noyade. Pour l’ensemble de ces victimes, il s’agissait de règlements de compte entre les mouvements indépendantistes algériens FLN et MNA.

79 victimes appartenaient aux forces de l’ordre.

120 à des victimes autres que FMA ou forces de l’ordre.

Entre le mois de septembre et le 6 octobre 1961, 90 morts ont été dénombrés, dont 10 dans la seule journée du 3 octobre et 50 cadavres par noyade ont été découverts dans la Seine, la Marne ou les canaux, donc bien avant le 17 octobre.

En ce qui concerne plus particulièrement la manifestation interdite du 17 octobre, le nombre de manifestants était estimé entre 20 et 25 000. Encadrés par des groupes de choc armés. Les instructions du FLN menaçaient de mort les Français musulmans algériens qui n’obéissaient pas aux consignes.

11 358 ont été interpellés.

2299 ont été transportés de métropole vers l’Algérie après le 17 octobre 1961.

Le ministre de l’Intérieur, lors de la séance du 31 octobre 1961, a fait part aux sénateurs du bilan de 7 morts et 136 blessés hospitalisés entre le 17 et le 20 octobre 1961 :

** Le 17 octobre 1961 j’étais journaliste d’investigation et chroniqueur judiciaire du quotidien « L’AURORE » et j’ai enquêté dès le lendemain auprès de la morgue et des services hospitaliers, également auprès des établissements et des riverains qui longeaient la Seine de la capitale jusqu’à Rouen..

J’ai accompagné le colonel Raymond Montaner, commandant de la Force auxiliaire des harkis de Paris, dont le rôle principal était la protection des Algériens de la région parisienne contre les exactions du FLN, qui a enquêté en compagnie de ses deux adjoints le capitaine de Roujoux et le lieutenant Champsavin et voici le résultat absolument vérifiable de ses conclusions :

– Il n’y eut cette nuit du 17 octobre aucune intervention anormale des pompiers parisiens, ni de police secours, ni de la Croix-Rouge, ni d’aucun service d’ambulance

– Aucun service d’urgence des hôpitaux de Paris et de la banlieue n’a reçu un afflux anormal de blessés

– 2300 blessés en une seule nuit (il s’agit du chiffre annoncé par les Algériens et les partis de gauche), cela laisse pourtant des traces, non ? Toutes les urgences et même les cliniques privées auraient dû être totalement débordées. Où sont donc passés ces 2300 blessés ? Sans doute ont-ils été jetés dans la Seine, en même temps que les 300 cadavres disparus ?

L’enquête auprès des barrages en aval de Paris n’a révélé aucune découverte de noyés. Pourtant 300 corps ne se dissolvent pas dans l’eau de la Seine. Les berges sur des kilomètres auraient dû être parsemées de cadavres mais aucun riverain n’en a signalé, ne serait-ce qu’un seul, aux autorités !

Peut-on d’un coup de baguette magique escamoter 300 cadavres et bien plus de blessés ?

Si l’on conteste ces chiffres, que l’on nous donne les noms des 300 morts, et si 2300 blessés sont passés par les services hospitaliers, les traces existent, qu’on nous les communique.

Alors Messieurs nos gouvernants, Messieurs les sénateurs, parlementaires, Français et Algériens, voici la liste officielle des cadavres « non identifiés » reçus à l’Institut médico-légal entre le 18 et le 21 octobre 1961 :

– Le 17 octobre 1961, alors que se déroulait dans Paris un soi-disant massacre, l’Institut médico-légal (la morgue) n’a enregistré aucune entrée de corps de « NA » (NA= Nord- Africain dans la terminologie de l’époque)

– Le 17 octobre 1961, de 19 h 30 à 23 heures, il n’y eut qu’une seule victime dans le périmètre de la manifestation, un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21 h devant le cinéma REX, crâne fracassé. Par qui ?

– En dehors du périmètre de la manifestation, « seuls » 2 morts furent dénombrés, Abdelkader Déroues tué par balle et retrouvé à Puteaux et Lamara Achenoune tué par balle et étranglé, gisant dans une camionnette, également à Puteaux. Rien ne permet de dire qu’ils furent tués par les forces de l’ordre, puisque la manifestation ne se déroulait pas à Puteaux

– Le 18 octobre, à 4 heures du matin, le bilan était donc de 3 morts. Nous sommes donc loin des 200 à 300 morts.

Mais, nous dit-on, les cadavres ont été déposés à la morgue les jours suivants.

C’est absolument faux !

** Les archives de l’Institut médico-légal de Paris affirment qu’entre le 18 et le 21 octobre, 4 cadavres de « NA » seulement furent admis à la morgue :

– Le 18 octobre, Achour Belkacem tué par un policier invoquant la légitime défense et Abdelkader Benhamar mort dans un accident de la circulation à Colombes

– Le 20 octobre, Amar Malek tué par balles par un gendarme

– Le 21 octobre Ramdane Mehani, mort dans des circonstances inconnues.

Mais ceux qui nous gouvernent sont sans doute persuadés que les médecins légistes et les fonctionnaires d’État ont été « payés » ou ont subi des pressions afin de « dissimuler » ces 200 à 300 cadavres… et que depuis plus de soixante ans ils se taisent !

Pour la totalité de l’année 1961, 308 cadavres de « N.A » sont passés par l’IML, la plupart exécutés par le FLN dans sa guerre contre les messalistes.

Sur la totalité de ces 308 cadavres de « N.A » dénombrés au cours de toute l’année 1961 34 retrouvés dans la Seine ou la Marne notamment étaient des harkis, des partisans de la France, ou des membres du MNA, une des méthodes d’assassinat du FLN consistant à noyer ses opposants.

Et surtout que ce sont ces mêmes « assassins » du FLN qui étaient les organisateurs de cette manifestation « pacifique ».

Ces chiffres cités dans mes livres et mes articles n’ont jamais été contestés.

On vous trompe, Monsieur le Président de la République, on nous trompe, on trompe les Algériens, on ment à la France et aux Français et, forcément, on ment aussi aux Algériens qui ne demandent qu’à croire les informations volontairement erronées qu’ils reçoivent.

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, vous êtes, je veux le croire, des hommes sincères. Votre ministre de l’Intérieur possède tous les documents officiels concernant la manifestation interdite du 17 octobre 1961.

Il est de votre devoir de rétablir la vérité sur ce mensonge d’État.

Prouvez que vous n’êtes pas dupe, comme le furent vos prédécesseurs, de cette « rente mémorielle » qui attise la « haine » des dirigeants algériens contre notre pays. Informez les Français sur le nombre véritable de victimes lors de cette manifestation de 1961 ! Et, par la même occasion, que les Algériens en prennent également connaissance et cessent d’exiger une repentance !

Si repentance il doit y avoir, que les Algériens commencent à demander pardon pour leurs crimes ! 

Manuel Gomez

image_pdf
0
1

44 Commentaires

  1. La dette de l’Algérie envers la France est immense. Cela marche plutôt bien du côté de nos gouvernants qui acceptent ce jeu indigne. C’est toujours le peuple de France qui paye l’addition de l’ignominie des politiques et des glouvernants.

  2. On sait que Monsieur Gomez est Pied-noir. On comprend qu’il l’ait mauvaise mais 60 après, il doit comprendre qu’il y a des sujets plus importants.

  3. JE SUIS UN ANCIEN DU 3/2EM RIMA , LORSQUE NOUS AVONS QUITTE L’ALGERIE JE PEUX CERTIFIER SUR L’HONNEUR AVOIR VU DES ALGERIENNES DISCRETEMENT CACHEES DERRIERE LEUR PORTE NOUS FAIRE LEURS ADIEUX AMICAUX . .SI DEMAIN UN REFERENDUM DEVAIT SE FAIRE EN ALGERIE POUR LE RETOUR DE CES SALES PIEDS NOIRs , 90% des algeriens voteraient POUR LEUR RETOUR , AVEC NOUS ILS AVAIENT DU TRAVAIL, DU PAINETC ETC

  4. Que les arabes d algerie et d ailleurs s excusent de tout ce qu ils ont fait…apres on pourra peut-être discuter…

  5. Sur un sujet proche pourriez-vous nous donner, Monsieur Gomez, le nombre d’Algériens d’Algérie et de métropole tués par le FLN entre le 1/11/54 et la fin de la guerre ?

    • Bonjour, en métropole environ un peu plus de 4000. En ce qui concerne l’Algérie cela est impossible entre les massacres, comme celui de Melouza, et celui de dizaines de milliers de harkis, on ne peut pas les comptabiliser !

      • @manuel gomez / votre reponse est pas tout a fait exacte desole ! A commencer par votre chiffre enorme de 4000 en metropole !
        Par contre le nombre des civils français d’Algérie victimes du terrorisme est connu, lui aussi, avec précision : 2 788 tués, 7 541 blessés et 875 disparus. En revanche, le nombre des «pieds noirs » enlevés après le 19 mars 1962 est sujet à controverse, allant – selon le gouvernement français – de 3 018 civils disparus du 19 mars au 31 décembre 1962 (sur lesquels 745 ont été retrouvés) jusqu’à 9 000 selon certains. Encore plus malaisé à préciser, le nombre des supplétifs algériens – les harkis – qui ont été tués soit pendant la guerre soit au cours de l’épuration qui a suivi la guerre : les estimations varient de 30 000 à 150 000. /

  6. Yacine le merdeux qui a agressé son enseignante pendant que deux autres tordus filmaient vient d’être condamné à 5 mois avec sursis probatoire (??).
    Voilà, on en parle plus. Beaucoup de bruit pour rien comme écrivait l’Autre….

  7. Montebourg qui est algérien par sa mère vient de se remarier avec une marocaine.
    Tout cela est charmant. Un petit air léger…. Ils vendront ensemble leurs pots de miel bio sur les marchés de Saône et Loire ! Ca fleure bon la France du terroir.

    • Il nous a assez gonflé sur les plateaux télés avec son grand père Algérien.
      Il exportera son miel au Maroc et en Algérie. LE PAYS de ses ancêtres.

  8. En 1830 …. la France a mené une opération de police pour faire cesser la piraterie esclavagiste dite arabo barbaresque Cette opération a donné lieu à des félicitations de tous les pays riverains de la Méditerranée victime de cette piraterie !
    ( saut de l’entité ottomane qui occupait l’afrique du nord et tirait profit de ladite piraterie arabo barbaresque !)

    C’est donc pour faire cesser des crimes contre l’humanité ( esclavagisme ) que la France de l’époque a agit ( le développement de la Cote d’Azur est une des conséquences de la cessation définitive de la piraterie esclavagiste arabo-barbaresque … qui remontait à 8 siècles auparavant !

    À l’époque des milliers d’esclaves Chrétiens ( captifs contre rançons !) ont été libéré suite à l’intervention française !

    • Mais combien de gens ignorent cela !
      Comme ils ignorent l’invasion, par les Sarrasins arabo-musulmans, de ce qui deviendra la France ,depuis le début du VIIIe siècle jusqu’à la fin du Xe siècle : villes détruites, massacres, pillages , esclaves emmenés en terre d’islam, agriculture détruite.

  9. Personne n’a vu les morts, et pour les services d’urgence ce fût un jour normal. Si, 2 ou 3 victimes reconnues par les autorités

  10. Moi rien ne m’étonne du parti des « 75 000 fusillés » !.En tout cas il était proprement étonnant que des membres de la 5èeme colonne FLN puisse manifester en toute impunité ou presque dans la capitale du pays ennemi et ce en pleine guerre dite d’Algérie !. Il est vrai que c’était encore trois départements français et que donc la Gauche les faisait défiler en espérant des martyrs justifiant à postériori sa politique d’abandon !

  11. Merci monsieur Gomez pour ce témoignage il faut remettre la voiture en marche dans le vrai sens de l’histoire.

  12. bravo monsieur pour votre magistrale demonstration ;ils ont englobe les tueries du fln inconnues a ce jour ;450 policiers francais tues en france dans l ‘hexagone durant les 7annees de guerre (reconnue 38 ans apres ) a rajouter dans les exploits du FLN toujours autant present en france que du temps benni des colonies!!!! hi hi hi !!!!!!!!!

  13. On ne peut se mélanger…L huile et l eau….avec des individus qui dans nos rues ne parlent pas Français ! !…. GAUTHIER 13.

  14. Et que dire de la bonne gouvernance des « années de plomb » après l’indépendance de l’Algérie où c’est par centaines de mille que les victimes vont se compter sous un régime de terreur digne du stalinisme.
    Silence total dans les rangs, on entend les mouches voler.

  15. Trop d’honneur pour ce révisionniste inculte allah tête de notre pays.

  16. non mais tu plaisantes manu !
    demander pardon n’est pas musulman !
    et on voit bien la rétorsion du gouvernement : baisser le nombre de visas (cette année seulement) pourquoi cesseraient ils de cracher sur la france coupable selon un président « français » de crime contre l’humanité?

    • Pat…quand je pense qu’ une fois, toi et anonyme m avaient envoyé au  » bled  » sous prétexte d une mauvaise interprétation de ce que j avais écrit….bref, c est pardonné..GAUTHIER.

    • Je me demande si Macron est vraiment ignorant de l’histoire à ce point-là. Le plus grave, c’est que c’est fort possible.

  17. On peut imaginer les attentes des familles algériennes qui n’ont pas vu revenir leurs proches venus travailler en Métropole. Le FLN ne souhaitant pas que ces dernières sachent qu’il avait tué des milliers d’algériens opposants, refusant son racket et vivant sur l’hexagone.: il trouvait, avec la complicité de fidèles soutiens communistes et trotkistes, la légende funeste qui ferait réponse aux familles algériennes en deuil ! On se souvient de l’insistance de Benjamin Stora accompagné de François Hollande et de l’ancien maire de Paris, le jour du rituel officiel fort théâtral durant lequel des volées de roses blanches furent jetées dans la Seine.
    Du coup la sentence des crimes était refilée à l’Etat français, la paix sociale algérienne était sauve !

  18. Sublime et lumineux article frappé du sceau de la vérité et de l’honnêteté…monsieur Gomez vous avez mon respect advitam eternam.
    A propos en 2022 une place de ministre de l’intérieur actuellement squattée par un certain moussa sera disponible…😁😁

  19. J’ai rarement vu de peuple aussi fier que les algériens et qui avaient aussi peu de raison de l’être! A moins, bien sûr de se clamer français!
    C’est tout simple, la redemption est à votre portée.

  20. Si on pouvait arrêter de nous parler de la colonisation tout court, ça serait bien. Les pieds noirs, les algériens, les français repentants nous saoulent en nous faisant replonger des décennies en arrière. Ni Algérie française ni France algérienne. C’est pourtant simple à comprendre que la colonisation c’est merdique puisqu’on est dominé et acculturé par des étrangers. La France aurait du écraser Alger puis se barrer plutôt que s’installer. Mais l’appât du gain est plus fort que tout. Pour la même raison, la droite et le patronat ont fait alliance pour que la France soit colonisée par des africains. Il faut visiblement toujours des petites mains ici ou ailleurs pour que des rapaces s’enrichissent, quitte à ruiner les peuples.

    • Quel appât du gain ? ce territoire commandé par les turcs pendant 315 ans était un nid de vipères qui ne vivait que par les razzias en méditerranée. Aucune industrie, juste un peu d’agriculture très locale et les marais de la mitidja à proximité d’Alger ou le paludisme sévit jusqu’en 1920…Oui, il aurait été préférable de partir, mais on ne voulait pas que ça recommence une fois le dos tourné, la suite on la connait, les Français on colonisé ce territoire (sans nom à l’époque autre que territoire des barbaresques) avec des larmes de sang…

      • Foutaises ! Derrière toute colonisation il y a un intérêt économique. L’espace, les ressources humaines (esclavagisme), les ressources naturelles, …

  21. Les Algériens nous les détestons , comme ils ont tous la double nationalité quils retournent en Algérie définitivement puisque celà fait 50 ans qu’ils ont leur indépendance.

  22. On peut travestir l ensemble des faits et l’histoire, mentir pour se justifier, faire passer le coupable pour innocent et inversement.

    Mais un jour la vérité éclate…

    Ps : La strounga monsieur Gomez est en place ( tic tac tic tac…) cela va prochaiment peter a la gueule de beaucoup !😂 ils peuvent avoir trouillomètre à zéro… patience

      • Puree de nous autres, drob ramssa… 😎 sans ordonnances il est vrai mais avec ordonnateurs ..Booomm !

        il en faudrait un peu plus dans les banlieues patos pourris par les muzz…

  23. Merci de réhabiliter la mémoire ! Notre mémoire, nous, Français et pieds noirs d’Algerie

    • Vera – Et vous croyez que Macron va réhabiliter la mémoire ??? il ne vaut pas mieux que le traitre de gaulle…..

Les commentaires sont fermés.