Que Poutine veuille que la Russie existe est un défi pour l’Occident

La Russie est un pays au moins 30 fois plus grand que la France qui s’est constitué avec une mosaïque de cultures et d’ethnies. Que vous voyagiez de Saint-Petersbourg, anciennement Leningrad, la plus européenne des villes russes, à Vladivostok la plus asiatique des métropoles, en passant par la République de Khakassie en Sibérie, ou la région cosaque de Tcheliabinsk, dans le sud de l’Oural, vous rencontrerez des peuples perpétuant inlassablement les traditions de leurs ancêtres, tant dans leurs costumes qu’à travers d’authentiques coutumes qu’ils vous inviteront généreusement à partager.

Des peuples, des traditions et des croyances protégés par la Constitution russe, car en Russie les coutumes locales font la richesse d’un pays et se doivent d’être préservées comme un trésor, et c’est cela que défend envers et contre tous Vladimir Poutine.

Seulement voilà, aux yeux des puissances de l’Ouest, défendre son droit d’exister dans sa nature profonde, refuser les perversions et la dénaturation de pseudo civilisations agressives, c’est défier l’Occident !

Cette hégémonie occidentale est d’autant plus stupide que « l’Occident » ne représente qu’environ 15 % de la population planétaire. Une infime partie des peuples du monde qui a pourtant décidé d’écraser et de réduire à néant tous ceux qui osent se dresser contre elle pour dire « HE » (Niet) !

S’exprimant lors d’une réunion du club international de discussion de Valdaï le 27 octobre dernier Vladimir Poutine a déclaré « la Russie ne défie pas l’Occident, la Russie défend juste son droit à exister ». Et c’est bien là où le bât blesse pour les États-Unis et leurs vassaux européens, qu’un pays immense comme la Russie, doté de ressources énergétiques, naturelles et agricoles infinies, puisse avoir le droit d’exister SANS EUX !

Soyons lucides. Que reprochent les Etats-Unis à la Russie réellement ? Rien ! Depuis la chute du mur de Berlin qui assurait jusqu’alors un équilibre politique et économique entre les deux blocs de l’Est et de l’Ouest, la seule chose que la Russie a toujours voulu faire c’est exister et vivre en paix. Jamais ce pays ne s’est posé en belligérant gratuitement ou avec de fausses accusations (comme l’ont si bien fait les USA en Irak) d’une autre nation. Seulement voilà, la Russie n’a nullement besoin des yankees ni de leurs alliés européens pour se développer, ce qui est une atteinte inqualifiable à l’hégémonie américaine pour laquelle il faut impérativement contenir le développement d’autres civilisations. Aveuglés par un colonialisme à outrance, attisant les flammes de la guerre en Ukraine jusqu’à pousser dans ses retranchements l’ours russe, l’Amérique risque fort de payer cher le prix de ses erreurs et, du fait de la cobelligérance masquée que pratique l’UE, nous aussi…

Le discours de Vladimir Vladimirovitch à Valdaï est pourtant empreint de sagesse et totalement dénué d’agressivité envers ceux qu’il pourrait néanmoins qualifier
« d’ennemis ».

Suivez la chaîne Telegram de Boris Karpov : https://t.me/boriskarpovblog

Je vous laisse le soin de vous forger votre propre opinion sur ses propos…

« L’humanité a désormais, en fait, deux voies : soit continuer à accumuler un fardeau de problèmes qui nous écrasera tous inévitablement, soit essayer ensemble de trouver des solutions, certes imparfaites, mais fonctionnelles, capables de rendre notre monde plus stable et plus sûr. Vous savez, j’ai toujours cru et je crois toujours au pouvoir du bon sens. Par conséquent, je suis convaincu que tôt ou tard, les nouveaux centres d’un ordre mondial multipolaire d’une part, et l’Occident d’autre part, devront entamer une conversation égale sur un avenir commun pour nous, et le plus tôt sera le mieux, bien sûr. Et à cet égard, je vais décrire certains des accents les plus importants pour nous tous.

« La simplification, l’effacement de tout et de toute différence sont devenus presque l’essence de l’Occident moderne. Qu’y a-t-il derrière cette simplification ? Tout d’abord, c’est la disparition du potentiel créatif de l’Occident lui-même et la volonté de restreindre, de bloquer le libre développement d’autres civilisations.

« Il y a aussi un intérêt mercantile direct, bien sûr : en imposant leurs valeurs, les stéréotypes de consommation, l’unification, nos adversaires – je les appellerai si prudemment – essaient d’élargir les marchés pour leurs produits. Tout est très primitif dans leurs projets. Ce n’est pas un hasard si l’Occident prétend que c’est sa culture et sa vision du monde qui devraient être universelles. Alors c’est ainsi qu’ils se comportent et insistent pour qu’en fait leurs valeurs soient acceptées inconditionnellement par tous les autres acteurs de la communication internationale.

« La cancel culture, l’annulation : réfléchissons au moins au sens de ce mot.
« Même au plus fort de la guerre froide, au plus fort de la confrontation entre les systèmes, les idéologies et la rivalité militaire, il n’est jamais venu à l’esprit de personne de nier l’existence même de la culture, de l’art, de la science des autres peuples ou de leurs adversaires. Cela n’a même traversé l’esprit de personne ! Oui, certaines restrictions ont été imposées aux liens éducatifs, scientifiques, culturels et, malheureusement, sportifs. Néanmoins, les dirigeants soviétiques et américains de l’époque avaient suffisamment compris que la sphère humanitaire devait être traitée avec délicatesse, étudiant et respectant l’adversaire, lui empruntant parfois quelque chose afin de préserver, au moins pour l’avenir, la base de relations fructueuses.

« Et maintenant que se passe-t-il ? À un moment donné, les nazis en sont venus à brûler des livres, et maintenant les occidentaux « gardiens du libéralisme et du progrès » en sont venus à interdire Dostoïevski et Tchaïkovski entre autres. La [cancel culture] culture dite de l’abolition, nous en avons déjà parlé à maintes reprises; la véritable abolition de la culture fauche tout ce qui est vivant et créatif, ne permet pas à la libre pensée de se développer, dans aucun des domaines : ni en économie , ni en politique, ni en culture.

« L’idéologie très libérale d’aujourd’hui a changé au point d’être méconnaissable. Si initialement le libéralisme classique comprenait la liberté, pour chacun, de dire ce que vous voulez, de faire ce que vous voulez, alors au XXe siècle, les libéraux ont commencé à déclarer que la prétendue société ouverte avait des ennemis. Oui, il s’avère que la société ouverte a des ennemis… Et pour ces libéraux, la liberté des ennemis de la société ouvert peut et doit être limitée, voire abolie. Maintenant, ils ont atteint le point d’absurdité, où tous points de vue alternatifs sont déclarés « propagande subversive et menace pour la démocratie ».

« Tout ce qui vient de Russie, ce sont toutes des « intrigues du Kremlin ». Mais regardez-vous ! Sommes-nous si puissants que ça ? Toute critique de nos adversaires – n’importe laquelle ! – est perçu comme « les machinations du Kremlin », « la main du Kremlin ». C’est un non-sens. Dans quoi êtes-vous tombé ? Faites marcher au moins votre cerveau, énoncez quelque chose de plus intéressant, énoncez votre point de vue d’une manière ou d’une autre, conceptuellement. Il est impossible de tout imputer aux « machinations du Kremlin ».

« Tout cela a été prophétiquement prédit par Dostoïevski au 19ème siècle : « abandonnant une liberté illimitée, je conclus avec un despotisme sans limites » ; « la trahison généralisée, la dénonciation, l’espionnage sont nécessaires, la société n’a pas besoin de talents et de capacités supérieures, la langue de Cicéron est coupée, les yeux de Copernic sont arrachés, Shakespeare est lapidé ». C’est ce à quoi nos adversaires occidentaux en viennent. C’est la culture occidentale moderne de « l’annulation » ? je suis reconnaissant, pour être honnête, à mes assistants qui ont trouvé ces citations.

« Que peut-on dire à ce sujet ? L’histoire, bien sûr, mettra tout à sa place et annulera non pas les plus grandes œuvres des génies universellement reconnus de la culture mondiale, mais ceux qui aujourd’hui, ont décidé qu’ils avaient le droit de disposer de cette culture mondiale à leur propre discrétion. La suffisance de tels personnages, comme on dit, dépasse toute échelle, mais personne ne se souviendra même de leurs noms dans quelques années. Et Dostoïevski sera éternel comme Tchaïkovski, Pouchkine etc.

« C’est sur l’unification, le monopole financier et technologique, l’effacement de toutes sortes de différences, que s’est aussi construit le modèle occidental de mondialisation, néocolonial dans son essence. La tâche était claire : renforcer la domination inconditionnelle de l’Occident dans l’économie et la politique mondiales, et pour cela mettre au service des ressources naturelles et financières, des opportunités intellectuelles, humaines et économiques de la planète entière, le faire sous la sauce de la prétendue nouvelle interdépendance mondiale à savoir le mondialisme.

« Je voudrais rappeler ici un autre philosophe russe, Alexandre Zinoviev, dont nous célébrerons le centenaire le 29 octobre. Il y a plus de 20 ans encore, il disait que pour la survie de la civilisation occidentale au niveau qu’elle avait atteint, « la planète entière est nécessaire comme milieu d’existence, toutes les ressources de l’humanité sont nécessaires ». C’est ce qu’ils prétendent, et c’est exactement ce qu’il en est.

« Dès que les bénéfices de la mondialisation ont commencé à être tirés non pas par les pays occidentaux, mais par d’autres États, nous parlons des grands États d’Asie, l’Occident a immédiatement changé ou complètement annulé de nombreuses règles. Et les prétendus principes sacrés du libre-échange, de l’ouverture économique, de la concurrence égale, voire du droit de propriété, ont été soudainement oubliés, complètement. Dès que quelque chose devient rentable pour un concurrent, ils changent les règles immédiatement, à la volée, au cours de la partie.

« Un autre exemple de substitution de concepts et de significations. Les idéologues et politiciens occidentaux disent et répètent au monde entier depuis de nombreuses années : il n’y a pas d’alternative à la démocratie. Certes, ils parlaient du modèle occidental de démocratie prétendument libérale. Toutes les autres options et formes de démocratie sont rejetées avec mépris et, je tiens à le souligner, ils les rejettent oralement et avec arrogance, ouvertement. Cette manière s’est développée il y a longtemps, à l’époque coloniale : les autres sont considérés comme des gens de seconde classe, et eux-mêmes sont exceptionnels. Et ainsi de suite pendant des siècles jusqu’à nos jours.

« Un autre de ces exemples a eu des conséquences tragiques en Ukraine en 2014. Ils y ont soutenu un coup d’Etat, ils ont même dit combien d’argent ils avaient dépensé pour ce coup d’État. Ils n’ont peur de rien. Ils ont tué Soleimani, un général iranien. Il était possible de considérer Soleimani comme on le voulait, mais c’était un fonctionnaire d’un autre Etat ! Ils l’ont tué sur le territoire d’un pays tiers et ont dit : oui, nous l’avons tué. Qu’est-ce que c’est que ça ? Où vivons-nous ?

« Par habitude, Washington continue de qualifier l’ordre mondial actuel de « libéral américain », mais en fait, chaque jour, cet « ordre » multiplie le chaos et, devrais-je ajouter, devient de plus en plus intolérant même envers les pays occidentaux eux-mêmes, envers leurs tentatives de montrer une quelconque indépendance. Tout est réprimé, et ils imposent toujours plus de sanctions contre leurs propres alliés : sans aucune hésitation ! Et ces derniers sont d’accord avec tout ce qu’ils subissent, en baissant la tête.

« Par exemple, les propositions des parlementaires hongrois en juillet, visant à consolider l’engagement envers les valeurs et la culture chrétiennes européennes, dans le traité sur l’UE, n’ont même pas été perçues comme une fronde politique, mais comme un sabotage hostile direct. Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

« Depuis mille ans, nous, en Russie, avons développé une culture d’interaction entre toutes les religions du monde. Il n’est pas nécessaire d’annuler quoi que ce soit : ni les valeurs chrétiennes, ni les valeurs islamiques, ni les valeurs juives etc. Nous devons simplement être respectueux les uns envers les autres. Dans un certain nombre de régions du pays, je le sais de première main, les gens marchent ensemble, célèbrent les fêtes chrétiennes, islamiques, bouddhistes et juives, et le font avec plaisir, se félicitant et se réjouissant les uns les autres.

« Mais pas en Europe. Pourquoi pas ? Au moins, ils discuteraient. Ce serait merveilleux !

« Tout cela, sans exagération, n’est même pas une crise systémique, mais une crise doctrinale du modèle néolibéral de l’ordre mondial américain. Ils n’ont aucune idée de création et de développement positif, ils n’ont tout simplement rien à offrir au monde, sauf à maintenir leur domination.

« Une menace directe pour le monopole politique, économique, idéologique de l’Occident serait que des modèles sociaux alternatifs puissent surgir dans le monde, plus efficaces, je tiens à le souligner, brillants, attrayants, que ceux qui existent. Mais de tels modèles vont certainement se développer, c’est inévitable. Soit dit en passant, les politologues américains, les experts, écrivent à ce sujet. Certes, leur gouvernement n’est pas encore très à l’écoute, même s’il ne peut manquer de voir ces idées qui s’expriment dans les pages des revues de sciences politiques et dans les discussions.

« Qu’est-ce que je veux souligner ici ? Les valeurs traditionnelles ne sont pas un ensemble fixe de postulats auxquels tout le monde doit adhérer. Bien sûr que non. Leur différence avec les valeurs dites néolibérales est que dans chaque cas elles sont uniques, car elles découlent de la tradition d’une société particulière, de sa culture et de son expérience historique. Par conséquent, les valeurs traditionnelles ne peuvent être imposées à personne, elles doivent simplement être respectées, traitées avec soin avec ce que chaque nation a choisi depuis des siècles.

« C’est notre compréhension des valeurs traditionnelles, et cette approche est partagée et acceptée par la majorité de l’humanité. C’est naturel, car ce sont les sociétés traditionnelles d’Orient, d’Amérique latine, d’Afrique, d’Eurasie qui forment la base de la civilisation mondiale.

« Le respect des particularités des peuples et des civilisations est dans l’intérêt de tous. En fait, c’est aussi dans l’intérêt du dit « Occident ». Perdant sa domination, l’Occident devient rapidement une minorité sur la scène mondiale. Et, bien sûr, le droit de cette minorité occidentale à sa propre identité culturelle, bien sûr, je tiens à le souligner, doit être assuré, il doit être traité, bien sûr, avec respect, mais, je le souligne, sur un pied d’égalité avec les droits de tout le monde.

« Si les élites occidentales pensent qu’elles peuvent injecter dans l’esprit de leur peuple, de leurs sociétés, des tendances étranges, à mon avis, comme des dizaines de genres et des défilés d’homosexuels fiers d’eux, alors qu’il en soit ainsi. Laissez-les faire ce qu’ils veulent ! Mais ce qu’ils n’ont certainement pas le droit de faire, c’est d’exiger des autres qu’ils suivent la même direction.

« Nous voyons que des processus démographiques, politiques et sociaux complexes se déroulent dans les pays occidentaux. Bien sûr, c’est leur affaire intérieure. La Russie n’interfère pas dans ces questions et ne le fera pas, contrairement à l’Occident, nous ne nous ingérons pas dans les affaires des autres.

« J’ajouterai que la multipolarité est la seule chance pour l’Europe de retrouver sa subjectivité politique et économique. Pour être honnête, nous comprenons tous, et ils en parlent directement en Europe, qu’aujourd’hui, la personnalité juridique de l’Europe, comment dire par euphémisme pour ne froisser personne, est très limitée.

« Le monde est intrinsèquement diversifié, et les tentatives de l’Occident de conduire tout le monde sous un même modèle sont objectivement vouées à l’échec, rien n’en sortira.

« Le désir arrogant de leadership mondial, et en fait, de dictature ou de préservation du leadership par le diktat, se transforme en fait en une diminution de l’autorité internationale des dirigeants du monde occidental, y compris des États-Unis, et une augmentation de méfiance à l’égard de leur capacité à négocier. Aujourd’hui ils disent une chose, demain une autre, ils signent des documents, demain ils les annulent, ils font ce qu’ils veulent. Il n’y a aucune stabilité.

« Si auparavant seuls quelques pays se permettaient de se disputer avec l’Amérique, et cela faisait presque sensation, maintenant c’est monnaie courante lorsque divers États refusent à Washington ses demandes infondées, malgré le fait qu’il essaie toujours de faire pression sur tout le monde. Considérer qu’une politique est erronée, c’est absolument interdit pour les Etats-Unis. Eh bien, que ce soit leur choix aussi.

« Je suis convaincu que les peuples du monde ne fermeront pas les yeux sur la politique de coercition, qui s’est discréditée, et à chaque fois l’Occident devra payer et payer de plus en plus pour essayer de maintenir son hégémonie. A la place de ces élites occidentales, je réfléchirais sérieusement à une telle perspective, tout comme certains politologues et politiciens aux États-Unis y réfléchissent eux-mêmes, comme je l’ai déjà dit.

« Dans les conditions actuelles d’un conflit difficile, je dirai certaines choses directement. La Russie, étant une civilisation indépendante et originale, ne s’est jamais considérée et ne se considère pas comme un ennemi de l’Occident. L’américanophobie, l’anglophobie, la francophobie, la germanophobie, ce sont les mêmes formes de racisme que la russophobie et l’antisémitisme, comme toutes les manifestations de xénophobie.

« Vous avez simplement besoin de bien comprendre qu’il y a, comme je l’ai déjà dit, deux Occidents, au moins deux, peut-être plus, mais au moins deux : l’Occident des valeurs traditionnelles, principalement chrétiennes, la liberté, le patriotisme, la culture la plus riche, maintenant les valeurs islamiques aussi, une partie importante de la population de nombreux pays occidentaux professe l’islam. Cet Occident nous est proche par certains côtés, nous avons beaucoup en commun, même des racines anciennes. Mais il existe un autre Occident, agressif, cosmopolite, néocolonial, agissant comme un outil des élites néolibérales. C’est précisément avec les diktats de cet Occident que la Russie, bien sûr, ne pliera jamais.

« En 2000, après avoir été élu président, ce à quoi j’ai été confronté, je m’en souviendrai toujours, rappelez-vous quel prix nous avons payé pour détruire le nid terroriste dans le Caucase du Nord, que l’Occident soutenait alors pratiquement ouvertement. Tous les adultes ici présents, la plupart d’entre vous présents dans cette salle, comprennent de quoi je parle. Nous savons que cela s’est passé ainsi dans la pratique : soutien financier, politique, informationnel. Nous en avons tous fait l’expérience.

« De plus, l’Occident a non seulement soutenu activement les terroristes sur le territoire russe, mais a également nourri cette menace de nombreuses manières. Nous le savons. Néanmoins, après la stabilisation de la situation, lorsque les principaux gangs de terroristes ont été vaincus, grâce également au courage du peuple tchétchène, nous avons décidé de ne pas regarder en arrière, de ne pas faire semblant d’être offensés, d’aller de l’avant, de nouer des relations même avec ceux qui ont effectivement travaillé contre nous, d’établir et développer des relations avec tous ceux qui le souhaitaient, sur la base du bénéfice mutuel et du respect de l’autre.

« Je pensais que c’était dans l’intérêt général. La Russie, Dieu merci, a survécu à toutes les difficultés de cette époque, a résisté, s’est renforcée, a fait face au terrorisme interne et externe, l’économie a survécu, a commencé à se développer et sa capacité de défense a commencé à augmenter. Nous avons essayé de construire des relations avec les principaux pays occidentaux et avec l’OTAN. Le message était le même : cessons d’être ennemis, vivons ensemble, dialoguons, construisons la confiance, et donc la paix. Nous étions absolument sincères, je tiens à le souligner, nous avons bien compris la complexité d’un tel rapprochement, mais nous y sommes allés.

« Et qu’avons-nous obtenu en retour ? Bref, nous avons reçu un « non » dans tous les principaux domaines de coopération possibles. Nous subissons des pressions de plus en plus fortes et la création de foyers de tension à nos frontières. Et quel est le but, si je puis me permettre, de cette pression ? Eh bien ? L’objectif est de rendre la Russie plus vulnérable. L’objectif est de faire de la Russie un outil pour atteindre ses propres objectifs géopolitiques.

« Strictement parlant, c’est une règle universelle : ils essaient de faire de chacun un outil à utiliser à leurs propres fins. Et ceux qui ne se soumettent pas à cette pression, qui ne veulent pas être un tel instrument, eh bien des sanctions leur sont imposées, toutes sortes de restrictions économiques sont appliquées contre eux et par rapport à eux, des coups d’État sont préparés, puis réalisés, et ainsi de suite. Et en fin de compte, si rien ne peut être fait contre ce pays, il n’y a qu’un seul objectif, le détruire, le rayer de la carte politique. Mais cela n’a pas fonctionné et ne le pourra jamais, vis-à-vis de la Russie, mettre en œuvre un tel scénario est impossible.
« En même temps, nous n’allons pas nous-mêmes devenir une sorte de nouvel hégémon. La Russie ne propose pas de remplacer l’unipolarité par la bipolarité, la tripolarité, etc., la domination de l’Occident par la domination de l’Est, du Nord ou du Sud. Cela conduirait inévitablement à une nouvelle impasse.

« La Russie considère comme inévitable la formation de nouvelles plates-formes financières internationales. Ces plateformes doivent être situées en dehors des juridictions nationales, être sécurisées, dépolitisées, automatisées et ne dépendre d’aucun centre de contrôle unique.
« Cela exclura la possibilité d’abus dans la nouvelle infrastructure financière mondiale et permettra de gérer efficacement, de manière sûre les transactions internationales sans le dollar et les autres monnaies dites de réserve. De plus, en utilisant le dollar comme arme, les États-Unis et l’Occident dans son ensemble ont discrédité l’institution des réserves financières internationales. D’abord, ils les ont dévalués en raison de l’inflation dans le dollar et la zone euro, puis en volant nos réserves d’or et de devises.

« La transition vers les règlements en monnaies nationales prendra activement de l’ampleur, inévitablement. Cela dépend bien sûr de l’état des émetteurs de ces monnaies, de l’état de leurs économies, mais elles se renforceront.

« Telle est la logique de la politique économique et financière souveraine du monde multipolaire.

« Aujourd’hui, les nouveaux centres de développement mondiaux disposent déjà de technologies et de développements scientifiques uniques dans divers domaines et peuvent concurrencer avec succès les sociétés transnationales occidentales dans de nombreux domaines.

« Évidemment, nous avons un intérêt commun, assez pragmatique, à un échange scientifique et technologique honnête et ouvert. Ensemble, tout le monde y gagne plus qu’individuellement. La majorité devrait en bénéficier, et non les sociétés super-riches individuelles.

« Comment ça marche aujourd’hui ? Si l’Occident vend des médicaments à d’autres pays, alors il ordonne de tuer leurs produits pharmaceutiques nationaux. En fait, dans la pratique, tout se résume à cela : il fournit des machines-outils et des équipements, il détruit l’ingénierie mécanique locale. Moi, alors que j’étais Premier ministre, j’ai compris ceci : dès que le marché est ouvert pour un certain groupe de produits, ça y est, le fabricant local périclite, et il lui est presque impossible de lever la tête. C’est comme ça que les relations se construisent. Ainsi, la captation des marchés et des ressources se met en place, les pays sont privés de leur potentiel technologique et scientifique. Ce n’est pas le progrès, mais l’asservissement, la réduction des économies à un niveau primitif.

« Le développement technologique ne doit pas accroître les inégalités mondiales, mais les réduire. C’est ainsi que la Russie met traditionnellement en œuvre sa politique technologique étrangère. Par exemple, en construisant des centrales nucléaires dans d’autres pays, nous y créons simultanément des centres de compétence, en formant du personnel national, nous créons une industrie, nous ne construisons pas seulement une entreprise, mais créons toute une industrie. Essentiellement, nous donnons à d’autres pays la possibilité de faire une véritable percée dans leur développement scientifique et technologique, pour réduire les inégalités et amener leur secteur énergétique à un nouveau niveau d’efficacité.

« Je le répète : souveraineté, développement original ne signifient nullement isolement, autarcie, mais supposent au contraire une coopération active et mutuellement bénéfique sur des principes justes et égaux.

« La majorité de la population est concentrée précisément dans l’est de l’Eurasie, où sont nés les centres des civilisations les plus anciennes de l’humanité.

« La valeur et l’importance de l’Eurasie sont que ce continent est un complexe autosuffisant avec des ressources gigantesques de toutes sortes et d’énormes opportunités. Et plus nous travaillons dur pour accroître la connectivité de l’Eurasie, créer de nouvelles voies, de nouvelles formes de coopération, plus nous obtenons des succès impressionnants.

« Une partie naturelle de la Grande Eurasie pourrait également se traduire par sa pointe occidentale : l’Europe. Mais nombre de ses dirigeants sont gênés par la conviction que les Européens sont meilleurs que les autres, qu’il n’est pas approprié qu’ils participent à certaines entreprises sur un pied d’égalité avec les autres. Derrière une telle arrogance, ils ne remarquent pas qu’ils sont eux-mêmes déjà devenus la périphérie de quelqu’un d’autre, se sont essentiellement transformés en vassaux, souvent sans droit de parole.

« L’effondrement de l’Union soviétique a également détruit l’équilibre des forces géopolitiques. L’Occident s’est senti vainqueur et a proclamé un ordre mondial unipolaire dans lequel seuls sa volonté, sa culture, ses intérêts avaient le droit d’exister.

« Maintenant que cette période historique de domination sans partage de l’Occident dans les affaires mondiales touche à sa fin, le monde unipolaire devient une chose du passé. Nous nous trouvons à une étape historique, avant ce qui est probablement la décennie la plus dangereuse, la plus imprévisible et en même temps la plus importante depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’Occident n’est pas capable de gérer seul l’humanité, mais il s’y efforce désespérément, et la plupart des peuples du monde ne veulent plus s’en accommoder.

« Cet état de fait est chargé de conflits mondiaux ou de toute une chaîne de conflits, ce qui constitue une menace pour l’humanité, y compris pour l’Occident lui-même. Résoudre de manière constructive cette contradiction est la principale tâche historique d’aujourd’hui.

Sur ce, je voudrais terminer par des mots de gratitude pour la patience dont vous avez fait preuve en écoutant mon message. »

Et pour ceux d’entre vous qui parlent russe : http://kremlin.ru/events/president/news/69695

Valérie Bérenger

image_pdfimage_print
22
1

33 Commentaires

  1. Un tout grand MERCI Mme Valérie Bérenger pour cet assemblage d’informations passionnantes.

    Que la justice, la vérité, la miséricorde, le bon sens, les hommes de bonne volonté, les comportements sains (au sein des familles composées d’un monsieur et d’une femme, des patries) triomphent.

  2. Je n’aime pas le coté religion mais la moralité catholique fait partie de notre histoire. Voilà un interview d’Alain Escada pas loin de celui de Putin.
    https://www.youtube.com/watch?v=KgQVQH2ceCc
    J’ai l’impression que quelque chose est en train de changer dans notre société.
    Un discours d’une idéologie qui survit depuis plus de 2000 ans et qui ont connu à plusieurs reprises les vagues de guerres et des systèmes pour sortir des débâcles après un déluge. Espérons qu’il a raison d’espérer d’orienter « la boussole politique » dans une autre direction et de rechercher une certaine stabilisation que les Russes espéraient trouver, mais tant que les américains et surtout l’OTAN dictent leurs lois et que Zelensky joue la vedette il faudra que notre population bouge.

  3. Bravo monsieur le Président .les russes ont bien de la chance eux .ce n’est pas notre cas ici .

  4. Il y a une cinquantaine d’années, un chanteur franco-américain, Joe Dassin, nous chantait : « L’Amérique, je la veut et je l’aurai ». Son Amérique rêvée, il y repose depuis 1980. Quant à nous, l’Amérique nous l’avons finalement eue avec le temps, mais dans la gueule !

  5. —-Un discours plein de bon sens que les peuples occidentaux lobotomisés, manipulés, remplacés et dénués de tous sens critiques sont incapables de comprendre.—-
    —-On voit bien surtout en France que toutes oppositions au système est immédiatement qualifiées de complotistes, d’extrémistes, voir d’antisémites ou racistes même sur des sujets qui n’ont rien à voir avec ces mots, et qui sont devenus une arme pour empêcher tous débats!—-

  6. des blancs, des chrétiens, des traditions, pas de propagande lgbt, bref des odieux rétrogrades et surtout un tyran qui ose défendre les siens

    • à patphil. : Défendre les siens , c’est normal . Mais attaquer le pays voisin ça l’est pas du tout .
      Faut pas s’étonner du retour de bâton . Poutine SERA éjecté de l’Ukraine y compris de la Crimée . IL

      • Ahah je l’avais pas vu ce commentaire ! Mort de rire! Puis votre pseudo fait un peu ado boutonneux pas fini… Ca colle bien avec vos commentaires, c’est vrai…

        • au Tsar de toutes les Russies. : Mon pseudo affiche volontairement une couleur de moins en moins courante sur Riposte « Laïque » .
          On peut reprocher au vôtre d’être un poil prétentieux

          • Le coup d’état à Kiev par la cia via l’open society sorosienne..la! sa te choque pas bouffon !
            Le dombass a majorité russe bombarder depuis 8ans
            (14.000 mort)..la aussi silence radio charlot
            700 basé otanesque sur tout le globe …mais bien sur se serais la Sainte Russie qui voudrais reconstruire son empire cretin!…
            Tu vas finir par crevé à force d’overdose de bfm.wc/lci.a…pignouf !🤭😁

      • Et nous protégeons nos propres russes, sur lesquels les nazis ukrainiens se sont moqués de 8 ans dans le Donbass, d’accord? Pourquoi les terres russes, avec les gens russes qui y vivent, avec l’effondrement de l’URSS, sont-elles allées à l’Ukraine, sur quelle base?…Ou êtes-vous trop stupide pour le réaliser?

      • Laicard et un profond débile qui se complet dans sa médiocrité crasse!….l’invasion de l’Irak par les troupes otanesque sur l’accusation de faute preuves
        (Le coup de la fiole)..L’attaque de la lybie par l’armé française auxiliaires otanesque la déstabilisation de la syrie la aussi par les service secret des pays otanesque
        Sans compter les bombardement massif sur l’ex-yougoslavie…Vietnam Afghanistan ectera ectera j’en passe et des meilleurs….Madeleine Albright assume la mort de 500 000 enfants irakiens..
        mais là! bien sur laïcard Puducu joue le sourd et l’aveugle…🤗…sale F.D.P!

  7. Puisse Vladimir Poutine leur infliger une putain de raclée qui se lise durant les siècles à venir.

  8. notre ami Poutine ne lachera rien et il a raison,faut donner une vraie lecon aux ricains et a ces cons de dirigeants européen.

    • à kabout. : Poutine ne lâchera rien , mais ce sont les jeunes russes qui vont le lâcher.

      • « DES » jeunes russes, pas « LES » jeunes russes. Les jeunes sont tout aussi patriotes que les autres, il n’y avait qu’à voir les files d’attente de volontaires désireux de s’enrôler dans les unités militaires, dans toute la Russie. N’écoutez pas la propagande des media occidentaux!

        • au Tsar. : Imaginons que Macron décide d’envahir la Belgique et que devant l’impuissance de l’Armée Française, il soit conduit à ordonner l’incorporation des jeunes hommes en âge de porter les armes !

          • Quelle comparaison stupide!! La Belgique représente-t-elle une menace pour la France? Est-elle devenue une base ennemie aux portes de la France?

            Puis je vous signale qu’en Russie les « jeunes hommes en âge de porter les armes » ne sont aucunement massivement mobilisés. La « mobilisation partielle » (qui s’est achevée hier) n’a concerné qu’une toute petite partie des RESERVISTES, ceux ayant une spécialité bien spécifique, n’étant pas étudiants et n’ayant pas de charges de familles particulieres. Par contre beaucoup de « jeunes hommes en âge de porter les armes » se sont portés VOLONTAIRES. Le patriotisme en Russie, ça existe. Je conçois que c’est … inconcevable en France où se déclarer patriote nous fait assimiler à des fachos débiles…

            • au Tsar. : Certes , la Belgique ne menace pas la France , mais l’Ukraine menaçait-elle la Russie ?

              • Ehhh oui justement! Sous les ordres des Etats-Unis et de leurs petits roquets européens. Avez-vous suivi l’accumulation de matériel de guerre aux frontières des républiques du Donbass? Avez-vous entendu parler des 8 ans de bombardements ukrainiens sur les russes du Donbass? C’est sur que si vous vous informez a TF1… Et replacez-vous dans le cadre GLOBAL des vues occidentales sur la Russie depuis la chute de l’URSS!

              • Oui !!!! L’Ukraine menaçait la Russie ou plutôt les USA à travers l’OTAN et Zélinsky menaçaient la, Russie, il y a des preuves irréfutables de cela. Mais comme il est écrit, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

              • Elle agressait le Donbass depuis 8 ans. 14000 morts. Poutine avait prévenu. Et Poutine a agi. Pour protéger les Russes. C’est incontestablement légitime

          • Pour envahir la Belgique, il faut savoir nager.
            En ’14, les Allemands ont été arrêté dans la Flandre maritime, les Belges avaient ouvert les  » 7  » écluses de Nieuport et inondé toute la plaine .
            Résultat 4 ans les pieds dans l’eau.

          • Macron n incorporera que des Transgenres, pour faire la guerre en combi latex et bottes de Dragqueen Laïcard. Une armée de Tafioles pour un président Tafiole.

      • Laïcard pu du cul…retourne dans t’a cellule capitonné c’est l’heure de la soupe à la merde bfm.wc…🤢🤮
        Bon appétit crétin 🤗🤭

      • Il y a jeunes et jeunes….vous allez déchanter très vite Laïcard. Poutine dans son discours est d une lucidité impressionnante. Il ne menace personne mais affirme la volonté de la Russie 🇷🇺 de rester elle même, dans sa puissance et son histoire.

      • Dans tes rêves charlot..t’es complètement à la ramasse sur la réalité bouffon…a force d’overdose bfm.wc/lcia
        La mafia mondialiste parasitaires satanique otanesque c’est prix une branche en Afghanistan les ricains se sont ensuite la chiasse au cul en laissant des tonnes de matériel militaires flambant neuf aux talibans..tout comme au Vietnam les américains ne sont fort que par la planche à billets vert et par l’obligation d’échange en dollars mais la aussi cette tyrannie du dollars et en chute libre les nations libres et souverainne ont
        Créé leurs propre système d’échange se qui signifie à terme la ruine de tout leurs système de corruption
        Terminé la puissance militaire américaine terminé l’entité machiavélique otanesque donc terminé les 700 basé otanesque d’occupations dans le monde GO !
        HOME les cowboys 🤗🤭 🤣😂🤣😅😆

Les commentaires sont fermés.