Que serait devenu de Gaulle s’il avait été nommé ministre du gouvernement Pétain ?

Il est d’actualité, pour tous les partis politiques et pour la quasi-majorité des historiens, qu’ils soient de gauche ou de droite, de glorifier la trajectoire gaulliste depuis 1940, et même avant (par exemple Denis Tillinac qui n’avait que 14 ans en 1962) mais également les historiens « officiels » de l’Algérie, à l’exemple de Benjamin Stora, né en 1956 ou Pascal Blanchard né en 1964.

Tous ces « historiens » n’ont appris l’Histoire, qu’ils prétendent nous enseigner, que par leur lecture de livres écrits par d’autres historiens choisis en fonction de leur idéologie politique du moment.

Bien entendu, je suis en total désaccord avec eux, que ce soit de Gaulle ou l’Algérie.

Je ne retiendrai que trois sujets : le départ de De Gaulle vers Londres, en 1940, le complot organisé en Algérie pour le porter au pouvoir, son action lors du putsch des généraux.

Concernant le départ de De Gaulle vers Londres, en 1940 et, ensuite, leurs affirmations notamment sur le rôle joué par de Gaulle lors du putsch des généraux, et les événements d’Algérie, qui, selon eux, auraient évité une « guerre civile » en France en empêchant un coup d’État militaire.

Qu’il me permette donc de compléter leurs informations car, compte-tenu de mon âge et de ma profession, je tiens ces renseignements directement de ceux qui ont vécu ces événements, notamment Georges Bidault, dont j’étais l’un des collaborateurs (souvenez-vous : c’était l’homme qui dégageait le chemin sur les Champs-Élysées écartant les passants devant le Général. Il a été par la suite supprimé de la photo), mais également mon « patron » du quotidien « L’Aurore », Robert Lazurick, député socialiste à l’époque, et qui se trouvait justement en compagnie de Georges Mandel cette fameuse nuit où le Général a pris l’avion pour Londres.

De Gaulle, secrétaire d’État à la défense du gouvernement Reynaud, avait espéré jusqu’à la dernière minute sa nomination comme ministre de la Défense, ou tout au moins secrétaire d’État, dans le nouveau gouvernement Pétain. En n’entendant pas prononcer son nom, il s’est précipité vers l’aéroport pour occuper la place réservée justement au ministre Mandel, qui avait refusé d’abandonner le territoire français, estimant qu’on l’incriminerait de fuir, étant juif.

Que serait-il devenu si de Gaulle avait été nommé ministre de la Défense du gouvernement Pétain ? Personne ne peut le dire mais on peut le supposer.

Il faut que les Français de métropole sachent que jamais les Français d’Algérie n’auraient fait appel à de Gaulle pour sauver ces départements français. Ils n’aimaient pas de Gaulle qui ne les aimait pas non plus. Ils ont été manipulés par les complotistes, car c’est bien un complot qui a amené le général au pouvoir, complot qui a débuté en 1956 avec la tentative d’assassinat du général Salan organisée par Michel Debré, trompé, comme de nombreux de ses autres partisans, par la fourberie du Général.

En ce qui concerne l’affaire du putsch des généraux, de Gaulle était parfaitement tenu au courant, minute après minute, par son gendre, le colonel de Boissieu. Il savait parfaitement qu’il n’y aurait aucun parachutage sur Paris et a fait courir l’information sur tous les médias pour obtenir les pleins pouvoirs, qu’il a d’ailleurs obtenu par ce stratagème.

Tous ces sujets, et bien d’autres, sont parfaitement détaillés dans mon livre « J’accuse de Gaulle », et je conseille sa lecture à tous les « illuminés » gaullistes, souvent de bonne foi, qui parle du Général sans le connaître ou, plutôt, en croyant le connaître.

Qu’ils n’oublient jamais que de Gaulle a, sans hésitation aucune, fait tirer des Français contre des Français, à Dakar, puis en Syrie et, enfin, en Algérie, en mars 1962, et que cela a été évité de justesse en 1968. Ne l’a-t-il pas d’ailleurs reconnu devant le ministre Alain Peyrrefitte ?

Non, messieurs les historiens, de Gaulle a trahi ses proches et les Français d’Algérie, et n’a évité aucune guerre civile en France, bien au contraire, car si guerre civile il y avait eu, c’est bien lui, par son machiavélisme, qui l’aurait provoquée.

Manuel Gomez

image_pdfimage_print
6
1

22 Commentaires

  1. C.etait l’oncle Martin, cétait l’oncle Gaston ,l.un ami des tommies, l’.autre ami des teutons.ces disputes sont dépassées. Cequi reste du pays ne sera pas sauvé par des pèlerinages à Colombey ou à l’iled.yeu . A l.heure ou les assassins s.installent en conquérants sur notre sol, il y a autre chose à faire que de fulminer des excommunications.
    Bosc dessinateur des années 60 avait publié un album sur le Thème « si de Gaulle était petit» . La page de couverture présentait un tourpetit personnage muni d.un appendice gaullien ,d.un képi et d.un uniforme qui s.exclamait « quel con ce bosc ».restons en la .

  2. Merci merci pour votre article. Cela fait du bien de voir des personnes qui disent la vérité sur le « grand homme » ! Deux guerres mondiales – deux fois 48 heures sur le terrain – deux fois réapparait sur le sol français quand la guerre est finie et qu’il ne craint plus rien pour sa peau. Sans oublier mai 68 et Baden Baden et pour 69 l’Irlande. Pour Charles d’alger : vexé d’entendre crier Soustelle Soustelle, il est sorti du balcon en marmonnant « je vous revaudrai ça ! »
    La légion d’honneur à titre posthume et général à titre provisoire !
    Je vais acheter votre livre. Merci encore

  3. Gomez révisionne encore l’histoire et cette fois avec des si. Fallait se battre en Algérie avant de fuir si c’était votre terre. Les appelés eux l’ont fait pour vous. DG a fait de la politique en Algérie et a trahi les valeureux Harkis c’est la seule chose que l’on peut lui reprocher et c’est déjà énorme.

  4. Bonjour Monsieur GOMEZ, je reste persuadé de ce que vous dites: De Gaulle était un ambitieux impénitent, un traitre et un assassin. Merci de rétablir la vérité. Un pied-noir d’Oran.

  5. Il est vrai qu’avec des SI on peut supputer ,supposer , subodorer . « Si » l’on reprend toute l’histoire et toutes les batailles et toutes les guerres depuis les Gaulois ; bien malin celui qui pense qu’il aurait pu faire mieux . L’intelligence ,ce n’est pas tout savoir sans se poser de questions; C’est la capacité de remettre en question tout ce que l’on pense savoir .

  6. Si besoin est : Je n’avais que 11 ans en 1958, quand, avec mes parents sur le Forum du GG, à Alger, nous attendions l’apparition de 2gol au balcon. Les Algérois scandaient « Soustelle ! Soustelle ! ». gol est enfin apparu. Et d’un ton autoritaire il lança « Chut ! Taisez vous ! ». Cela m’a immédiatement choqué. Comme tous les gosses de l’époque, j’avais appris les faits de l’impétrant. Mais ça m’a choqué quand même. Je l’ai dit à mes parents. Et hélas, très vite l’histoire m’a donné raison. Nous ne voulions pas 2gol.

  7. de Gaulle refusait l’armistice et la collaboration, politique suivi par Pétain qui lui a berné 98 % des français. Tout est dit, on ne refait pas l’histoire.
    Quant à l’Algérie, la 4 eme république n’arrivait pas à s’en débarrasser qu’il est fallu utiliser un coup d’état et les forceps pour parvenir à ce résultat , c’est une évidence.

  8. De Gaulle aurait créé la milice, aurait fait la chasse aux résistants,aurait à la longue pris la place de Laval et aurait été fusillé à la Libération.

  9. Le suivi de son parcours montre que de Gaulle, opportuniste ambitieux et sans scrupules, a eu la chance de se trouver au bon moment au bon endroit.
    Car piètre militaire, le « héros » s’était rendu aux boches en mars 1916 et avait passé la guerre dans un château, sympathisant avec d’autres couards qui deviendront des politicards et journalistes en vue après guerre, quand tant de jeunes Français mouraient pour la patrie.
    Peu apprécié de ses collègues, souvent méprisé pour son arrogance, même son grade de général était bidon, puisqu’il se l’était auto-attribué.

  10. Monsieur Gomez, vos rapides mises aux points font toujours du bien, au milieu de cette De Gaullâtrie  » généralisée « .
    Et donnent envie de relire votre ouvrage d’historien.

  11. Catastropphe !

    Le diable est dans les détails !

    Il manque un « e » à « provoqué ».

  12. n’évoquez pas de gaulle! un grand homme en 1940, un vulgaire menteur en 48, un gars qui a fait mettre en camps de concentration des piednoirs puis a fait tirer sur eux sans vergogne

  13. Comme disait De Gaulle: Si vous cherchez quelqu’un d’irréprochable pendant la guerre,autant signer l’armistice de suite ! Concernant la guerre d’Algérie,je pense que tout le monde a sa part de responsabilité et y compris bien sûr De Gaulle… Je n’étais ni pour l’Algérie française,ni pour une association et ni pour l’Algérie indépendante ! c’est facile à dire aujourd’hui et derrière son écran,mais j’aurais préféré deux états séparés ! De Gaulle propose ce référendum d’autodétermination incohérent…alors qu’il aurait dû imposer par la force,la séparation,avec au minimum la France qui conserve la région d’Oran et une partie du Sahara ! On fait plus ou moins basculer l’opinion mondiale et on regroupe pied-noirs,harkis et tous les partisans de l’Algérie française dans le nouvel état séparé ! Et on n’aurait pas connu les tueries des deux côtés,les terribles massacres des pieds-noirs et des harkis par la suite…

    • C’est marrant, un peu plus jeune, ne connaissant pas l’Algérie, j’ai pensé il y a peu à la même solution d’Etat séparé, Oran capitale, pieds noirs, harkis, etc… sans référendum; Ca aurait été ça un grand chef!

  14. Avec tout le respect que je vous doit, monsieur Gomez, la lecture de vos élucubrations pétainistes et Algérie française sont pour moi un mélange de franche hilarité et de pénible lassitude !

    Le Général de Gaulle a continué la lutte à Londres en 1940 parce que c’était là où on continuait de se battre contre l’envahisseur nazi !

    De Gaulle nous a libéré du bourbier algérien parce que l’Algérie n’avait plus lieu de rester française !

    De Gaulle est le dernier chef d’Etat français à avoir agi dans le sens des intérêts de la France, et de la souveraineté nationale !

    Je ne me permettrai pas de mettre en doute votre patriotisme, mais sachez qu’entre un officier qui veut continuer la lutte et un Maréchal qui demande de cesser le combat et appelle à la collaboration avec l’ennemi, je choisirai toujours le premier contre le second…

    • Très bien dit, les pieds noir n avait qu à rester et se battre avec leurs alliés harkis et ne pas rentrer au pays, puisque le leur s était l algerie, vous aussi Mrs les pieds noir avez abandonnés « votre » pays. Alors arrêtez de nous emmerder, même comme réfugiés vous avez continues en metropole à vous prendre pour les rois du monde, trop habitué à diriger

      • tu as raison petit pere mais comme les francais ,les pieds noirs provenaient de diverses regions europeennes mais une bonne partie natifs de france profonde la vraie que vous ne connaissez pas bien ;
        les pieds noirs vous ont montre comment on s’integre dans un pays par le travail
        et plus meme…..comme les quebecois vous nous prenez pour des varietes inventees par vous mais inexistantes !!!!
        je vous plaints et respect a nos anciens abandonnes chez les sauvages assassins sanguinaires devenus maitres grace a degaulle se vengeant comme un gosse

    • Lee and Colbert, les lecteurs de RL ne te doivent aucun respect ! Alors c’est consternant de voir à quel point la propagande officielle a perverti le discernement de prétendus « patriotes », sur l’Algérie. Ca mérite des baffes de traiter Manuel GOMEZ de pétainiste !

    • continuer la lutte en juin 40 ? avec quoi ? quelles armes? peut etre des fusils datant de la guerre de 1870? si la guerre avait continue rien n aurait empeche l armee alemande d arriver a la frontiere espagnole sauf un million de morts francais de plus

Les commentaires sont fermés.