1

Qu’Édouard Philippe caracole dans les sondages annoncerait-il son retour ?

Sondeurs et propagandistes essaient de nous vendre Édouard Philippe et Nicolas Hulot comme personnalités préférées des Français. Les deux furent les acolytes zélés de Macron, l’un fut son Premier ministre, trois ans, et « géra » la crise Covid-19 jusqu’à l’arrivée de Castex, avec masque pas de masque et sa cohorte de mensonges… Une perquisition ne suffisant pas, il va lui falloir en répondre… Sauf s’il devenait chef de l’État.

Selon un récent sondage IFOP, le maire du Havre récolterait 58 % de bonnes opinions, séduisant toujours davantage : 7 sympathisants de droite sur 10, 90 % des Marcheurs et la moitié des électeurs lepénistes… Cette dernière assertion est très peu crédible. Il est fort à parier que l’électorat du RN déteste autant Philippe que Macron.

Les sondeurs ne se plantent pas. Ils sont payés pour bobarder et manipuler l’opinion. Ce ne sont que des propagandistes comme les autres, avec le gouvernement du moment pour meilleur client. Une fois de plus, les Français les rémunèrent très cher pour se faire désinformer. Exactement comme ce qui advient avec les chaînes du service public.

Pur produit de la technocratie, ce Juppé barbu, façon dalmatien, est un autre Macron, à défaut, il ne fut pas son ministre. Jouant une certaine rivalité, ils nous servent encore une de leurs guignoleries : si l’un est empêché, l’autre ira. Servant les mêmes maîtres et les mêmes intérêts, ils sont identiques, seuls quelques centimètres de hauteur les séparent.

« Son bilan est catastrophique. Jamais les dépenses publiques n’ont été aussi peu contrôlées, et ce avant la crise du Covid. Pareil sur l’autorité que réclament les Français » (…) ». C’est celui qui cède tout aux voyous et aux casseurs à Notre-Dame-des-Landes. C’est lui qui met le feu partout avec les « Gilets jaunes » : il refusait d’entendre les messages que nous lui adressions à l’Assemblée sur l’augmentation du gasoil. Il s’est entêté sur les 80 km/h sans vouloir bouger. Par son mépris et son ignorance du terrain, il a mis le feu à la France entière, flairant peut-être un danger potentiel. Christian Jacob, président des LR, l’a fusillé dans sa dernière interview au Figaro, ce qui expliquerait que les instituts de sondages nous survendent Édouard Philippe et son parti Horizons, qui n’est ni novateur ni enthousiasmant. Et dont voici les propositions « bouleversifiantes » :

« 1. L’unité et la cohésion de la France autour de ses valeurs, de son histoire et de sa culture.
Nous avons pour ambition de construire une stratégie globale pour la France afin d’assurer sa compétitivité, sa prospérité et sa puissance sur le long terme ;

2. La poursuite de la transformation du pays pour faire face aux défis qu’il traverse et aux dangers qui le guettent.
Nous estimons que les renoncements à réformer aujourd’hui préparent nos faiblesses de demain : il est urgent de construire une France plus forte et plus juste, une économie plus compétitive et plus innovante, un État moins dispendieux et recentré sur ses missions essentielles ;

3. La liberté comme valeur cardinale de la République.
La liberté d’entreprendre et d’échanger, garante de l’innovation et du progrès. La liberté de croire ou de ne pas croire dans le cadre fixé par la laïcité. La liberté de s’exprimer, de débattre et de rire comme conditions fondamentales de la vie collective ;

4. L’ordre comme la meilleure garantie de la liberté et de la prospérité du pays.
L’ordre dans les comptes de la Nation, sans lequel il n’y a pas d’indépendance nationale, et l’ordre dans la rue, sans lequel il n’y a ni sécurité ni justice pour tous. Nous croyons que l’autorité publique doit être fermement restaurée partout où elle est contestée ;

5. Un humanisme républicain qui fait de l’éducation l’objectif prioritaire de l’effort national.
Nous sommes persuadés que l’éducation constitue la mère des batailles, qui commande la capacité du pays à innover, à former des citoyens éclairés et à relancer l’ascenseur social. Nous croyons que la science et l’esprit des Lumières doivent éclairer toutes les politiques publiques et servir de fondement au débat démocratique. Nous nous battons pour l’égalité réelle entre les hommes et les femmes dans la vie collective ;

6. Une ambition écologique.
Pour la France, fondée sur les notions de progrès, de sobriété et de durabilité. Nous croyons que cette ambition passe par l’instauration d’une politique efficace de décarbonation de notre économie, la préservation de la biodiversité et un investissement accru dans l’excellence des filières énergétiques et agricoles françaises ;

7. La justice sociale.
Comme fondement du pacte républicain, qui impose un équilibre absolu entre droits et devoirs. Nous croyons que la solidarité nationale est une chance et une nécessité, dont la contrepartie est la revalorisation du travail et du mérite comme piliers d’une société prospère et digne ;

8. L’organisation décentralisée de la République.
Avec une répartition plus efficace des compétences entre des collectivités au rôle clarifié et un État renforcé sur ses prérogatives régaliennes. Nous défendons la démocratie représentative dans le cadre des institutions de la Ve République qui permettent à chaque citoyen de faire valoir son opinion tout en garantissant la force de gouverner du pouvoir exécutif ;

9. L’indépendance nationale.
Dans un monde dangereux et instable, où la France doit conserver les moyens de rester maîtresse de son destin. Nous estimons que la France doit demeurer capable de défendre elle-même ses intérêts nationaux, ses valeurs et ses alliances en restaurant les outils de sa puissance ;

10. Le projet européen.
Comme la voie de la prospérité et de la souveraineté de la France. Mais nous portons l’exigence d’une Europe plus respectueuse du principe de subsidiarité, de l’intérêt collectif des Européens et des choix fondamentaux du peuple français. »

Que Philippe se profile à l’Horizon(s) n’aurait rien de surprenant. Cela signifierait que, ne croyant plus en Macron, les mondialistes préfèrent miser sur un canasson moins psychopathe mais tout aussi servile. Il ne nous reste plus qu’à surveiller les sondages mensongers pour vérifier l’hypothèse. Plus Édouard va monter, plus…

Daphné Rigobert

Extrait du dernier show d’Edouard Philippe.