Quelle est la cause de la chute des empires ?

Publié le 5 septembre 2017 - par - 15 commentaires - 1 904 vues
Traduire la page en :

Le pillage du Temple de Jérusalem par les Romains (Arc de Titus – détail – Rome)

 

Depuis l’aube des temps, des empires ont été érigés et se sont écroulés lorsque les causes de leur existence ont cessé d’être, ont perdu de leur consistance, et que l’étoffe de leurs populations a changé.

Selon l’histoire de l’homme, le mal qui mine les empires est toujours le même.

Un peuple se forme, basé sur n’importe quel précepte, ethnique ou religieux, et en concordance, ses principes ou intérêts s’établissent, devenant rapidement le moteur de ces populations qui les incite à quitter leurs foyers et attaquer d’autres peuples. Le courage, ou la vaillance, des attaquants reçoit son opium des paroles, généralement biaisées, de ses dirigeants qui leur font tour-à-tour miroiter les richesses à anticiper et leur rôle sacré de civiliser ou de ramener des mécréants à la juste foi ou à la juste loi/régime. N’omettons pas l’ambition et la gloire dont ils s’ornent. Nantis de ce fardeau, injecté généralement par la peur de devenir des victimes de pareilles aspirations, ces peuples partent à l’aventure, massacrent et occupent des pays, des régions, créant des empires, s’enrichissant sans scrupules sur le dos de ceux qu’ils soumettent.

Mais au bout de quelques années, l’étoffe du rude vaillant soldat change. Il a pris de l’âge, il ne cherche plus de victoires, celles qu’il a glanées jusque-là lui suffisent et il aspire au repos du guerrier. Il se construit une panse, glisse dans les plaisirs de la chair, festoie et perd sa vigilance… Il a en face de lui beaucoup de temps et de moyens pour se poser des questions embarrassantes, pernicieuses, délétères et réfléchir sur la quintessence de la vie. Il entrevoit par moments l’injustice et la partialité dont il a fait usage envers les autres, et s’autoflagelle. Il s’attendrit plus rapidement devant les souffrances des autres et, à son insu, il devient vulnérable. C’est l’instant tant attendu par ses ennemis pour passer à l’attaque. Miné par ses propres remords, par sa conscience, n’ayant plus aucune crainte pour sa vie, puisqu’il a eu largement le temps de devenir blasé, il se laisse couler, s’adonnant beaucoup plus aux analyses de sa conscience qu’à la recherche de la défense de ses atouts, ses frontières, sa culture, son foyer… Il n’est plus ce qu’il a été avant la victoire, avant l’érection de son empire. Il s’est créé une gauche politique qui lui sape tout ce qu’il lui reste d’envergure et de perspicacité. Il a depuis longtemps oublié que sur notre planète la loi du plus fort est celle qui compte et peu lui importe celle du faible.

Qu’il s’agisse d’un empire ou d’un simple pays, le problème est identique partout. Penchons-nous sur ce qui se passe en Israël. L’étoffe des hommes qui s’étaient embarqués dans des chaloupes pour fuir la machine meurtrière nazie est-elle la même que celle de l’Israélien des années 2017 ?

Les juifs qui ont fui l’Europe et/ou les pays arabes, étaient des rescapés, des fuyards en quête d’un refuge, en quête d’une identité, de leur foi et de la résurrection de leur passé. L’Israélien d’aujourd’hui n’est plus cet affamé, ce traqué d’hier, ce dénigré et haï… Il a combattu pour créer de ses propres mains son pays, son peuple, son identité. Il a regagné sa fierté et accumule des victoires contre tous ceux qui veulent l’anéantir. Contrairement aux autres empires, il n’a pas cherché à substituer des terres à d’autres peuples. Il a reçu la bénédiction de la majorité des peuples du monde pour la création ou la re-création de son foyer sur une parcelle des territoires de ses ancêtres. En dépit de sa légitimité, les pays arabo-musulmans absolument inconcernés, hormis le fait que cette initiative les prive d’un morceau de terre qui, au lieu d’être islamique, sera juif, l’attaquent en 1948, au lendemain du fameux vote de l’ONU pour la création de l’État d’Israël.

Cette attaque n’était que l’expression de la frustration de toute la ligue arabe, alors que la riposte du peuple juif était celle de celui qui veut survivre et qui n’a d’autre choix que de lutter sinon c’est la mort, c’est le retour vers ce qu’il a été depuis plus de 2000 ans, un soumis, une loque dénigrée de tous. La victoire, en dépit des circonstances désavantageuses du peuple juif, ne pouvait être que sienne. Les pays arabes ont combattu beaucoup plus pour défendre leur orgueil que leurs vies, ils ont donc échoué.

Mais aujourd’hui, Israël n’est plus ce petit pays qui luttait âprement pour sa survie, il s’est créé une armée, s’est développé et est devenu en un temps record un État industrialisé, moderne, surprenant et même riche d’une population travailleuse et acharnée face aux défis quotidiens et au progrès. Pourtant, sa nouvelle génération, n’est pas faite de la même étoffe que la précédente. C’est une génération qui a grandi dans la prospérité, dans le confort, dans la sécurité, interrompue de temps à autre par des guerres qui n’ont que rarement représenté un danger existentiel. Cette génération sera celle qui régira le pays et elle diffère et manque de cette soif, de cette faim et cette crainte pour son existence. Elle aussi s’est créée une Gauche politique qui lui sape ses convictions. Elle aussi possède un contre-courant qui se fiche de sa nationalité et de sa foi (il n’en a pas généralement) et n’a aucun scrupule à débiter des sottises pour expliquer sa position antithétique au courant national. Elle veut du multiculturalisme et elle copie à la lettre le mal qui mine les pays d’Occident en quête de leur suicide.

La roue ne cesse de tourner et les empires d’hier portent eux les stigmates de leur effondrement. D’autre empires naissent entretemps, et possèdent la soif et la faim nécessaires qui expliquent leur arrogance, leur mépris de l’Occident et leur acharnement pour lui succéder. Ils ont plusieurs objectifs qui se cachent derrière le paravent de l’islamisation. Ils veulent gouverner le monde et jouir de ses richesses, arracher les possessions accumulées par l’Occident, devenir les maîtres, connaître enfin cette opulence dont ils ont toujours rêvé, cette gloire, tant pis si elle porte en elle la plaie de l’éphémérité.

Et c’est là le véritable moteur derrière tous les conflits qui naissent et meurent entre les peuples, entre les puissances, entre les hommes.

Thérèse Zrihen-Dvir

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
UltraLucide

C’est comme le Camembert, au début c’est tout frais et ça sent bon, vers la fin ça pue et ça dégouline. On ne peut pas combattre l’entropie.

dufaitrez

REMARQUABLE !
Conquête > Relâchement > Chute… Empire Romain et Occident…
Installation > Défense > Intelligence… Israël

André Léo

La décomposition-recomposition des nations est à l’image de ces nimbus qui se déchirent puis s’agglutinent à nouveau. Le moteur des colonisations, habillées de croyances, a toujours été l’appropriation des richesses du voisin. Et les conquêtes ont été possibles par la faiblesse des cibles, anesthésiées par leur “bien être”. De Pharaon à Nabucho, d’Hérode à Hitler, les hommes de culture juive ont été victimes de leur “réussite”, en fait de leurs talents. L’empereur Constantin (5 ou 6?) a été égorgé par les ottomans dans son palais, alors qu’on y discutait du “sexe des anges”. La France, à 3 reprises en 1 siècle a été envahie par l’allemagne, qui convoitait nos beauces et nos vignobles. Aucun dominé n’était préparé à résister,.
“Si tu veux la conserver la paix, prépare la guerre”!

Yves ESSYLU

l’ennemi des peuples se sont ses bolcheviques

Titus

Et qui c’est les bolchéviques?

Lautréamont

La plaie d’Israël n’est pas son peuple, ses soldats, mais bien, une fois encore, une fois de plus, les religieux qui répudient leur peuple pour faire alliance aux Arabes et aux musulmans. Ces religieux qui nient même l’existence d’Israël. J’ai encore confiance dans les Femmes et Hommes d’Israël fer de lance de la démocratie au Moyen Orient. Israël est trop jeune pour le laisser aller. Par contre pour l’Europe c’est une toute autre histoire… La Preuve ? L’envahissement dont nous sommes les victimes complices !!!

madeleine

La plaie d’Israël ne consiste pas en ses religieux, qui forment un pourcentage faible de population mais en ses (islamo-)gauchistes qui se multiplient et prônent le multiculturalisme. Certains adhèrent même au BDS. L’extrême gauche tente par tous les moyens de faire tomber Natanyahu en lui prêtant des affaires dont s’empare la Justice infiltrée elle aussi par l’extrême gauche. Natanyahu tient les rênes d’un pays dont la survie est menacée quotidiennement par de nombreux pays ennemis qui l’entourent et dont la haine anti-juive remonte à la nuit des temps. Entre un Obama musulman expert en trahison, un Trump et ses promesses qu’il oublie de tenir, et un Poutine faux qui ment effrontément, Natanyahu se tient toujours sur un fil et tâche de se tenir en équilibre.

BALLARD

LA REVANCHE D’ARISTOTE :la civilisation Aryenne européenne est éternelle depuis que la Lumière Pure a brillé sur Athènes et sur les cités grecques , puis sur la sublime Rome , Florence , Paris , Berlin , Londres , St Petersbourg , New York . La civilisation Aryenne Européenne n’est pas que Supérieure , elle est Universelle .. Là où l’Esprit Aryen , l’Humanisme Aryen , arrive, se propage et touche la pensée , le langage et les mœurs dans le monde , les hommes et les peuples se mettent à l’Aune de son sens de l’Éthique , de l’Esthétique et du Droit .Et ce ne sont ni les Allahs des tribus du désert , ni les Sorcelleries approximatives des Prophètes du malheurs , leurs Totems et Tabous qui viendront à bout de l’Intelligence de l’Univers telle qu’elle fut préconisée par Aristote

Spipou

Et revoilà les aryens !

Bon, quand est-ce que vous apprendrez que les aryens sont un peuple qui a envahi le nord de l’Inde et qui n’a jamais mis les pieds en Europe ?

madeleine

Ben voyons ! Hitler fut un humaniste, un bon aryen (un bon à rien)….

Obélix

Il y a aussi les bons ariens Attention.

Simone GUTIERREZ.

Très profond votre article Mme Zhiren-Dvir .
Les arabo-musulmans n’ avoueront jamais la VRAIE raison qui les incite à conquérir l’ Occident : l’ envie . Une envie féroce exacerbée par la rage sourde et la frustration d’ avoir été complètement distancés depuis quatre siècles par la civilisation occidentale .
Cette dernière s’ endort sur ses lauriers , faites vous remarquer , et le déroutant aveuglement de ses ” élites ” face à l’ islamisation galopante a effectivement de quoi donner matière à réflexion .
Les barbares ne sont plus hors de la cité ; ils y sont entrés .

madeleine

La France, tendance collabo, est une Femme (catin) qui s’offre, écartant ses cuisses, au fantasme qui lui est propre depuis des siècles : le guerrier, de préférence arabe, censé être viril et conquérant. Déjà au temps de Louis XIV qui frayait avec les barbares arabes, et bien avant le 17è siècle. Et cela continue encore actuellement. Les ministres, sans dignité ni honneur, au sein des gouvernements actuels successifs français, ne cessent de réclamer des cadeaux somptueux aux qataris (montres à 300.000 Euros, séjours gratuits dans des palaces arabes, etc…)

Haggar Dunor

L’homme naît, vit, meurt… C’est pareil pour les états, sauf que ça dure plus longtemps !

GAVIVA

un exemple? Prenez la courbe de croissance des bactéries en milieu clos. Quatre périodes: phase d’adaptation, phase exponentielle de croissance, phase de stabilisation et phase de déclin. Les bactéries découvre leur milieu, s’y adaptent, s’y reproduisent et l’exploitent un maximum, se calment, et meurent. Pas de poésie, pas de foutaises, que du concret. La nature. Alors ajoutez a tout ça la nature humaine !

Lire Aussi