Quelle est la différence entre l’Etat islamique et notre allié l’Arabie saoudite ?

Publié le 4 janvier 2016 - par - 6 commentaires - 1 848 vues
Share

unnamed-24

Chez nos “amis” saoudiens, l’année 2016 démarre en fanfare avec 47 décapitations le 2 janvier, dont le cheikh chiite al-Nimr. Certes, la guerre entre sunnites et chiites ne date pas d’hier puisqu’elle dure depuis près de 14 siècles, mais cette exécution d’un dignitaire religieux chiite va tout simplement saborder le consensus vers la recherche d’une solution en Syrie et va mettre à mal la coalition anti Daech.

Quand les foules commencent à s’enflammer, un embrasement généralisé est toujours possible. D’autant plus que le projet du royaume saoudien est de crucifier le neveu du cheikh al-Nimr âgé de 21 ans ! Autant dire que cette menace est un véritable flacon de nitroglycérine qu’il vaudrait mieux éviter d’agiter. Au royaume d’Arabie, le job de bourreau reste un métier d’avenir. Le 18 mai 2015, une offre d’emploi de l’Etat concernait huit postes de bourreaux pour faire face au nombre croissant de décapitations.

L’attelage bancal réunissant Russes, Turcs, Iraniens et Saoudiens aux côtés des Occidentaux pour éliminer l’Etat islamique, n’aura donc pas mis longtemps à se disloquer. Les braises du Moyen-Orient, attisées en 2003 par la folle expédition occidentale en Irak avec l’élimination de Saddam Hussein, ne sont pas près de s’éteindre. Mais dans ce chaudron en ébullition, l’Arabie est plus dangereuse que l’Iran, même si les Ayatollahs de Téhéran ne sont pas des modèles d’humanité.

Voilà le genre d’acolyte avec lequel nous copinons depuis toujours. Ce pays moyenâgeux, qui a conservé ses coutumes barbares, où les femmes n’ont aucun droit, pas même celui de conduire ou de circuler non accompagnées d’un membre mâle de leur famille, ce pays qui lapide les femmes pour adultère est le chouchou de notre diplomatie. Président, Premier ministre et ministre des Affaires étrangères s’y bousculent régulièrement. Que ne ferait-on pas pour un juteux contrat d’armement ou quelques gouttes de pétrole !

Peu importe que le wahhabisme, cet islam ultra rigoriste proche du salafisme, soit le terreau du terrorisme et du jihadisme, peu importe que cet islam conquérant infiltre nos mosquées, peu importe que l’Arabie finance plus ou moins directement l’Etat islamique, ce pays “ami” est notre allié dans la guerre contre Daech, un allié dont Manuel Valls dit “n’avoir aucune raison de douter de son engagement”….

Mais tout comme les Turcs, qui prétendent combattre l’Etat islamique pour mieux frapper les Kurdes, les Saoudiens pratiquent un double jeu qui ne trompe personne. Leur objectif n’est pas d’éliminer Daech, organisation sunnite à 100%, mais de mener leur guerre contre les chiites, que ce soit en Syrie pour éliminer Assad, ou bien au Yémen, contre les rebelles houthistes soutenus par l’Iran.

Non contents d’être les gardiens des Lieux Saints de La Mecque et de Médine, les Saoudiens veulent contrôler tout le Moyen Orient en brisant l’arc chiite Iran-Irak-Syrie et Hezbollah libanais. Aussi longtemps que Daech ne sera pas une menace directe pour les monarchies du Golfe, l’ennemi des Saoudiens restera l’Iran. D’ailleurs, l’aviation saoudienne ne frappe pas Daech en Irak ou en Syrie, elle frappe avant tout au Yémen, où les milices chiites iraniennes soutiennent les rebelles houthistes.

Comment nos dirigeants, qui n’ont que les mots “droits de l’homme et démocratie” à la bouche, peuvent-ils se compromettre avec un tel Etat, qui se complaît dans sa féodalité bestiale ? Non seulement l’esclavage n’a été aboli officiellement qu’en 1962, mais il perdure dans les faits, notamment avec les employés de maison et les millions de travailleurs étrangers qui vivent dans des conditions effroyables. On ne compte plus les témoignages terrifiants récoltés par l’ONG Human Right Watch.

Au lieu de repenser nos alliances et de nous rapprocher de Moscou, qui est un véritable adversaire du terrorisme islamiste, la patrie des Droits de l’Homme préfère pactiser avec le Diable.

S’il est de bon ton de se congratuler avec un pays privé de toute humanité, si nos valeurs morales et nos convictions humanistes pèsent moins lourd qu’une poignée de pétro-dollars, alors c’est que nous sommes mûrs pour nous convertir au wahhabisme. Il n’y a pas que les Saoudiens ou les Turcs qui pratiquent le double jeu, nous faisons de même en prétendant combattre la barbarie de l’Etat islamique, tout en fermant les yeux sur la bestialité saoudienne. L’Etat islamique filme ses décapitations en série, l’Arabie décapite en public et expose les corps sur des gibets. Où est la différence ?

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Godart

Choisir entre l’Arabie Saoudite et l’Etat Islamiste,c’est choisir entre la peste et le choléra, bon courage

Pierre Gouverneur

Notre Président si protecteur de ses ouailles va, sans doute, prochainement, dénoncer son contrat de livraison de rafales avec l’Arabie saoudite, fort de son expérience des Mistrals avec la Russie … Si le Président actuel du pays des Droits de l’Homme se lie avec le pays qui en fait fi, ce n’est pas sa signature qui peut l’empêcher de ne pas la respecter, ni la honte qu’il jette sur ses con citoyens.

hathoriti

Pactiser avec le diable autour d’un bon repas halal ? Pour manger avec le diable, il faut utiliser une longue, très longue cuillère. Dans certains cas, il vaut mieux s’abstenir et rester sur sa faim. Ce qui n’est pas le cas de nos gouvernants…

patrick lévy

…, aucune, les deux états sont barbares. Patrick Lévy.

Sniper83

Si ces deux pays de merde pouvaient s’autodétruire mutuellement ça nous ferais de l’air !

pauledesbaux

Le8ec aucune puisque c’es ce pays qui les paie on doit les bombarder EUX ainsi les islamistes auraient LEURS VIVRE COUPES tant qu’on ne s’attaque pas à la racine du mal on ne pourra rien faire que de voir tomber nos soldats qui n’ont aucun lien de parenté avec nos gouvernant car ceux-ci gprotègent bien leurs enfants en les gardant bien au chaud ou dans des bureaux quelconque comme leur père pendant la guerre d’Algérie