Quelle liberté, quelle égalité, quelle fraternité ?

Je m’appelle Valérie Hiragana. J’ai 54 ans et je n’ai jamais manifesté de ma vie. Par contre, je ne suis pas un mouton et je me considère comme l’héritière du Siècle des Lumières. À ce titre, je défends les principes affichés sur le fronton de nos mairies : LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

Ce que je vois en ce moment est la mise en place d’une dictature qui ne dit pas son nom. Je ne veux pas de cette future « société » en opposition majeure à tous mes principes républicains.

Comme j’aime bien comprendre, j’ai écrit un bilan rapide des effets délétères et meurtriers des deux confinements imposés par notre « gouvernement » composé  de fous furieux qu’il faudrait enfermer pour trahison des principes-mêmes qui font notre démocratie.

La LIBERTÉ est la base même de toute démocratie. Elle est jetée en pâture, foulée aux pieds !

L’ÉGALITÉ : on va empêcher les gens de vivre de leur travail, creusant les inégalités sociales comme jamais vu. Il y aura les « vaccinés » et les « non vaccinés », les personnes mises en difficulté psychologique PAR EUX, enfermées dans des hôpitaux psychiatriques, les « référents santé » à l’équivalent des COLLABOS que l’histoire connaît bien, qui surveilleront les « tests positifs » comme des matons leurs prisonniers. Ils pensent peut-être qu’on peut tout régler à coup de milliards, que la liberté s’achète !!! que la dignité s’achète ! que l’honneur et la fierté de vivre dignement s’achètent ?

Et d’ailleurs, où vont-ils les trouver, tous ces milliards… qui va payer ? comment notre système de sécurité sociale va survivre ? ou peut-être qu’ils veulent tout simplement le détruire !

Ils veulent détruire tous les systèmes qui assurent une égalité entre tous.

La FRATERNITÉ ? Ils ne savent même pas ce que ce mot veut dire ! Elle existe uniquement entre les pauvres gens qui essayent de survivre et de s’entraider. La solidarité, vue de leur « hauteur », est la même que de jeter des gens en enfer et de les regarder se débattre pour voir qui va survivre… je pense qu’ils doivent bien se marrer !

Je suis prête à aller où il faudra pour défendre ces trois PRINCIPES DE VIE ! Je n’attends plus que savoir comment, par quel biais, pacifique ou pas.

LIBERTÉ J’ÉCRIS TON NOM ! LIBERTÉ ! LIBERTÉ !

Ceux qui l’ont défendue en 39/45 doivent se retourner dans leur tombe de voir à quel point nous sommes devenus lâches, irresponsables et dénués de raison. Si je ne faisais rien (et qui ne dit rien, consent) je ne pourrais plus me regarder en face.

Vous pouvez me publier ou pas. Ce n’est pas le problème. J’attends de savoir : QU’ALLONS-NOUS FAIRE ?

Valérie Hiragana

image_pdf
0
0

22 Commentaires

  1. Cri du Coeur d’une inconnue parmi des millions d’autres. J’en suis aussi…
    Ces Trois Mots magiques ne veulent plus rien dire….
    Ils se terminent tous en ISME !
    Liberté ? Libertarisme, infantilisme, dogmatisme…
    Egalité ? Egalitarisme..
    Fraternité ? Multiculturalisme…
    Ancien élu, ces mots me font pleurer… après les avoir magnifiés…

    • Très beau commentaire et nous avons eu la chance de naître : avant, qui viendra remettre la France d’avant homme ou femme providenciel???, mes illusions s’envolent au fil des années.

  2. « Qu’allons nous faire? » Bonne question,chère Valerie.Ma reponse: Nous battre , vaincre ,ou mourir!!! RESISTANCE!!!La France a besoin de nous,nous ne l’abandonnerons pas.Notre Patrie en danger,nous répondons « Present! » .

  3. Liberté, égalité, fraternité, sont trois concepts absolument incompatibles et qui s’éliminent l’un l’autre (fraternité inutile si égalité parfaite, etc.). Ce sont les théoriciens crétins de la révolutions qui n’y ont jamais réfléchi : ils croyaient universaliser le nom des mois comme, pour exemple : pluviôse au sahara !

  4. Félicitations, Madame, j’ai bien aimé votre article ! Je pense que vous êtes « une combattante » dans la vie de tous les jours et vous devrez être un exemple pour nous tous…

  5. En Seine saint Denis, cest « liberté égalité impunité « mais pas pour tous.

  6. Commencez par aller aux manifestations de Florian Phillipot !!! sortez sans masque, refusez le vaccin et faites le savoir ! dites aux bars et restaurants d’ouvrir ! embrassez vous dans la rue ! achetez français……..

    • tout de ce que vous suggérez n’est pas faisable ! les conseilleurs ne sont pas les payeurs ! aller aux manifs de Philippot,refuser le vaccin, et acheter français, oui OK ! sortir sans masque, cela dépend si cette dame qui a écrit l’article est en capacité de payer à chaque fois, et de dire aux bars d’ouvrir, facile surtout si ils sont en capacité de payer aussi ..à moins que tout le monde s’y mette en même temps, mais ce n’est pas sûr qu’ils ne payent pas d’amande..

  7. Vous oubliez, chère Madame, la LAÏCITÉ dans votre texte…la LAÏCITÉ et la CITOYENNETÉ rationnelle, qui devraient être les deux garants de toutes les lois, actions, décisions imposées par les exécutifs. Ces centaines de communautarismes destructeurs de la Laïcité et de nos Libertés, de notre culture, de la Nation France, imposent leurs racismes ethno-religieux, et comportementaux.
    Le franchouillard vautré dans son canapé ikéa en copeaux de sapin, laisse faire les islamistes, les LSBT fiers d’avoir inventé le « genrisme », les fascistes de gauche, black blocks et autres casseurs, les ayathollas de la vertitude anti nucléaire, les spécistes qui, tuent pour sauver un cafard…
    Que faire? Mais être Citoyen! Et aider à la constitution d’une Union Nationale pour SAUVER la France.

  8. bravo Madame totalement de votre avis merci pour ce beau texte .de puis que nous avons microminus au pouvoir la FRANCE VA AU CHAOS ET SA C EST SA MISSION ,IL L A DIT :JE SUIS INVESTIS D UNE MISSION POUR LA FRANCE ,LA DÉTRUIRE ET RUINER TOUT LES FRANÇAIS.

  9. LIBERTÉ, à ce sujet Micronescu a invité EL SISSI président de l’ ÉGYPTE pour savoir comment il faisait dans son pays.

  10. La devise républicaine est un leurre que l’on peut interpréter à volonté suivant les époques et les évolutions d’un seul et même principe révolutionnaire : mettre l’Homme à la place de Dieu. La liberté ? de se débarrasser de sa subordination à un Créateur ? L’égalité ? Pour bien bercer le citoyen d’illusions. La fraternité ? Pour nous rendre solidaire d’une idéologie. Cette République est née dans le sang et elle en redemande régulièrement. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas chérir la liberté, rechercher la justice et œuvrer au bien commun ! Je vous suis, mais en dehors de cette République-là.

    • Je vous rejoins et ajoute le « slogan » complet des « révolutionnaires » de 1789, que trop de gens oublient : la liberté, l’égalité, la fraternité… OU LA MORT !
      Les Vendéens, les Chouans, le petit peuple de ce temps-là, tous les martyres de cette révolution en savent quelque chose.
      Cette République nous tue depuis plus de 200 ans. Il serait temps que les Français s’en rendent compte.

  11. Vous n etes pas seule. Je partage totalement votre vision de ce cauchemar. Bien à vous. MF

  12. Pour une fois, voici un excellent article écrit par une personne qui s exprime dans une prose excellente , et douée d intensité. Elle n insulte pas, ne menace pas, elle est vraie. Bravo Madame !

  13. « Qu’allons-nous faire ? »….
    Contre ces directives imbéciles, contradictoires et liberticides, contre ce terrorisme « sanitaire » constant, contre le « stop & go » qui va devenir le maître-mot en Macronie (de « cpnfinement », en « confinement », selon le fait du prince) ?
    Mais RIEN, rien du tout, voyons !
    Quand les Français auront été vaccinés en masse (bien que Macron ait assuré que cela ne serait pas obligatoire de servir de cobayes à leur thérapie génique), le masque va-t-il disparaître ? La grotesque « distanciation physique » ? Les couvre-feux locaux ?…
    Non. C’est trop tard. Il fallait protester dès le début.
    Et commencer par brûler les masques….
    Français, vous êtes des ESCLAVES.
    Et vous en redemandez !

    • Je voudrais à titre de rebelle enlever mon masque mais je me ferai certainement lyncher par une foule hystérique. Voilà où nous en sommes.

      • Hier, faisant des courses dans le gros bourg voisin, je flânais devant des vitrines, la clope au bec, le masque sous le menton, quand une voiture de la gendarmerie est passée (très doucement, c’était une rue étroite). Mince ! me suis-je dit, mon compte est bon ! Eh bien non ! Le gendarme m’a regardée, imperturbable (moi aussi), et la voiture a continué son chemin… Bouffée de plaisir… tout n’est pas perdu, chez eux aussi, il n’y a pas que des soumis !

Les commentaires sont fermés.