Pourquoi le Front National n’est pas un parti d’extrême droite

Publié le 17 décembre 2015 - par - 19 commentaires - 2 499 vues
Share

VictoireFNLiberation

Nous venons d’apprendre les résultats du deuxième tour des élections régionales. L’on a, une fois de plus, réussi à barrer au Front national le chemin vers l’exercice des responsabilités que de si nombreux électeurs Français voulaient lui déléguer.
Cyrano y a réagi par son excellent article « Crétin, tu as encore voté pour eux », écrit avec une verve bien gauloise. Qu’il me soit permis d’y ajouter une réflexion s’efforçant d’analyser les forces qui ont abouti à ce résultat.

L’on doit d’abord se résigner à l’idée que l’invasion de la France et de l’Europe va donc se poursuivre. Les attaques djihadistes aussi, vraisemblablement de plus en plus meurtrières. Tout cela vraisemblablement au moins jusqu’aux élections présidentielles de 2017.

Entre les deux tours des élections régionales, j’ai écrit à mes lecteurs tchèques que la France fait partie des pays d’Europe avec le plus fort pourcentage d’immigrés musulmans. Mais que là, où l’on a atteint la plus profonde décadence, l’on peut aussi connaître le réveil le plus brillant. Que la France montrera peut-être encore aux autres nations européennes le chemin à suivre.

Après le deuxième tour, je dirai que pour cela, elle devra d’abord se débarrasser du poids d’un certain passé qui continue à la paralyser. Quand on écoute les politiciens et les intellectuels parler à la télévision, on a souvent l’impression qu’ils ne vivent pas en 2015, mais en 1940, voire à l’époque de l’affaire Dreyfus. Qu’ils croient sincèrement ce qu’ils disent, ou qu’ils parlent ainsi par simple intérêt, me semble secondaire. Ce qui est important, c’est qu’ils soient entendus et suivis. Cela montre que l’opinion publique, dans sa majorité, continue à vivre dans le passé.

C’est cette obsession par le passé qui permet la diabolisation du Front national. On le désigne comme un parti d’extrême droite. Nous savons que les termes «droite»et «gauche» en politique sont utilisés depuis l’époque de la révolution de 1789, lorsque les députés qui voulaient maintenir au moins certaines prérogatives de la noblesse et du clergé siégeaient à droite et leurs adversaires à gauche de la salle, où ils se réunissaient. Un parti d’extrême droite serait donc simplement un parti extrêmement conservateur. Seulement, en 1940, une partie importante des conservateurs se regroupa autours du maréchal Pétain. Etre d’extrême droite commençait alors à signifier être un traître à la patrie, collaborant avec l’envahisseur étranger.

Peut-on nous dire avec quel envahisseur étranger collabore aujourd’hui le Front national ? Et est-ce à ceux qui veulent ouvrir largement le pays aux envahisseurs actuels qu’appartient à stigmatiser ceux qui veulent le défendre ?
Ceux-là se disent républicains, voire «de gauche». De bons élèves d’histoire savent que le concept même de la nation, tel que nous l’entendons aujourd’hui, naquit dans le sillage de 1789. Il se développa face à l’universalisme chrétien (le mot catholique signifie universel, universaliste) et au cosmopolitisme aristocratique.

Bien sûr, pour les marxistes, 1789 était une révolution bourgeoise. Les bourgeois auraient propagé le nationalisme pour conquérir les marchés et les sources de matières premières et pour écarter les concurrents étrangers. Les prolétaires, comme le disait déjà Karl Marx lui-même, n’avaient pas de patrie. Ainsi, en 1939-1941, les communistes disaient que Pétain était un agent du capital allemand, De Gaulle un agent du capital britannique. Nous, les prolétaires français, nous n’avons rien à faire dans cette querelle-là. Ce n’était que lorsque l’Allemagne avait envahi la Russie de Staline que les communistes français s’engagèrent dans la résistance. Et, bien sûr, ils qualifiaient alors les pétainistes de traîtres à la patrie. Comme si l’on pouvait trahir quelque chose qui -d’après eux- en réalité n’existe pas !

Pour ce qui concerne les capitalistes, avec le temps, ils ont beaucoup évolué. Après avoir compris les coûts des nationalismes, du type de ceux qui avaient abouti aux deux guerres mondiales, beaucoup d’entre eux ont opté pour la globalisation. Certains sont devenus franchement antinationalistes, car toute identité nationale ou confessionnelle peut être un obstacle à la libre circulation des capitaux, des marchandises et de la main d’œuvre qui, croient-ils du moins, leur assure les meilleurs bénéfices.

Ceux qui veulent empêcher l’islamisation de la France et de l’Europe doivent donc se poser la question de savoir qui est leur pire ennemi : est-ce la gauche toujours plus ou moins marxiste, ou est-ce le grand capital multinational ? L’on pourrait dire qu’en stricte logique ce serait surtout ce dernier. Pour ce qui concerne l’immigration, longtemps les partis et syndicats qui défendaient les intérêts des salariés s’opposaient à l’afflux de ceux qui, par leur simple présence massive, maintenaient les salaires bas. Mais aujourd’hui, nous en sommes loin. La gauche comprend qu’elle ne présente guère d’intérêt pour les salariés français. Les immigrés constituent une grande partie de sa clientèle. Je me suis donné la peine de souligner les noms à consonnance musulmane sur la liste, dirigée par Claude Bartolone, des candidats aux postes des conseillers municipaux dans la région Ile de France. Sur un total de 225 noms, il y avait une quarantaine de noms musulmans. (Sur la liste de Valérie Pécresse, j’en ai compté une quinzaine.)

Il y a encore un autre fait. Ce qui animait longtemps la gauche, c’était le rêve d’une société sans classe, d’une société égalitaire. Autant dire un rêve messianique. Tous ceux qui sont au moins un peu lucides doivent comprendre, aujourd’hui, que ce n’était qu’un vain et dangereux rêve. Seulement les humains ont besoin de rêver. S’ils ont compris que sans l’iniciative et la concurrence, ce n’est que la stagnation et la pauvreté, ils ont besoin de rêver de je ne sais quelle fraternité universelle, réunifiant toutes les nations et races, suivant les paroles bien connues : « L’Internationale sera le genre humain ! »

Ceux qui ne veulent pas partager ce rêve-là sont donc les méchants, les racistes, les fascistes. Les gens ne connaissent généralement pas assez bien l’histoire pour savoir que le fascisme fut fondé par Benito Mussolini qui était un dirigeant socialiste. Au commencement de la première guerre mondiale, des dirigeants socialistes français (dont certains allaient par la suite participer à la création du parti communiste) lui rendirent visite en Italie, qui était encore neutre. Ils lui versèrent une somme importante pour qu’il dirige dans son journal Il popolo d’Italia une campagne en faveur de l’entrée de l’Italie en guerre aux côtés de la France.

Pour ce qui concerne les capitalistes, je me dis que même si ce sont souvent des gens cyniques, au moins ce ne sont pas de dangereux rêveurs. L’on peut espérer qu’ils finiront plus vite que les rêveurs indécrotables dits de gauche que leurs coopération avec les islamistes ne sera pas si facile que ça et que si les masses d’immigrés leur rapportent peut-être dans l’immédiat certains avantages, à terme elles peuvent présenter de graves inconvéniants.

Et puis, je compare aussi le ton des deux grands quotidiens Le Monde et Le Figaro. Ce dernier ne manifeste pas aux Français nationalistes le même mépris que le premier. Dans Le Figaro du 15 décembre, Emmanuel Galiero dit qu’ »au lendemain d’un scrutin, marqué par l’impossibilité pour le Front national de décrocher la présidence d’un exécutif régional, des voix se sont élevées pour dénoncer une stratégie sans alliances, vue comme un frein systématique à l’accession au pouvoir. » Il mentionne aussi que le maire de Béziers, Robert Ménard, a « prôné une ouverture à des personnalités indépendantes de la droite patriote » et a « appelé à l’élaboration d’un programme capable d’unir les électeurs des droites au deuxième tour. »

Cela me semble être une vision assez réaliste. Pour ma part, je m’identifie comme un électeur de droite, dans la mesure, où ce terme signifie quelqu’un qui a peut-être aussi un besoin de rêver, mais qui est capable de se laisser guider avant tout par sa raison.

Et que l’on ne me dise pas que j’ai besoin de faire de mauvais rêves. La vision d’affrontements de plus en plus violents avec l’islam radical est peut-être cauchemardesque, elle ne me paraît pas moins que trop réaliste.

Que l’on me permette de conclure en exprimant l’espoir que se constitue un front aussi large que solide de tous ceux qui ont compris la gravité de ce danger. Et qui soient capables de surmonter, sinon d’oublier, les querelles du passé, pour faire face, dans une belle unité, à la mortelle menace d’aujourd’hui.

Martin Janecek

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Mouret

Les socialiste en 1940 votérent les pleins pouvoirs à Pétain avec Laval en tête. Nazi = National Socialisme parti d’extrême gauche et non de droite extrême faut tricher avec l’histoire.

Herbert Sogno

Quel bonheur à chaque fois que RL apparaît tisser des liens avec l’étranger, des résistants de par delà les frontières grâce auxquels un maillage continental voire transcontinental donnera à cette dissidence ses forces vives et ses ressources pour absorber les chocs des coups durs et l’insistance de l’oppression, organiser sa structuration, mutualiser ses moyens, légitimer ses messages d’alerte ( nul n’est prophète en son pays mais lorsque le phare brille de loin, on y prête plus d’attention ) et donc asseoir sa crédibilité etc…

Une vraie lueur d’espoir.

Atikva

Personnellement, je me moque comme de colin-tampon de l’étiquette apposée à Riposte Laïque et aux autres sites de résistance. Ça fait partie de la stratégie islamo-socialiste d’agiter devant le mufle des idiots utiles le chiffon rouge des qualificatifs qu’ils considèrent comme infâmants et dont l’utilisation est à géométrie variable. Fasciste, raciste, extrême-droite, fondamentaliste, islamophobe, homophobe, et allez donc, c’est avec ça qu’ils ferment la bouche des trembleurs. Tout ce que je vois, c’est que Riposte Laïque défend la France et les Français; pas forcément ceux qu’un tampon sur un chiffon de papier proclame comme tels, mais ceux qui, nés ou… lire la suite

François Servenière

Qui mieux qu’un ex-dissident de l’ex Bloc de l’Est peut nous expliquer comment fonctionne la machine kafkaienne et orwelienne à détruire les individus, les opposants au système. La caste et l’oligarchie, ses petits relais de pouvoir sur le terrain, ses commissaires politiques font le travail à la place du parti. Mon père, quand il était élu du Conseil général de la Mayenne m’a raconté que lorsqu’il était allé à Moscou pendant la guerre froide, à l’hôtel, la guide de l’Intourist leur avait dit : ne parlez pas dans les chambres et surtout quand les 3 femmes de ménage sont présentes,… lire la suite

François Servenière

Je pondérerais par contre son paragraphe « Seulement, en 1940, une partie importante des conservateurs se regroupa autours du maréchal Pétain. Etre d’extrême droite commençait alors à signifier être un traître à la patrie, collaborant avec l’envahisseur étranger » car Simon Epstein dans « Un paradoxe français » a prouvé la fausseté de ce poncif, au même titre que cette liste infamante (et du meilleur d’entre eux, Tonton la Francisque, extrême droite droite avant la guerre il est vrai, mais ne le répétez pas) : http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/roparz-1.html

François Servenière

On peut ajouter que les démocrates dans leur immense majorité ont voté, aux USA, contre l’abolition de l’esclavage imposée par Lincoln. Les communistes et socialistes étaient pro nazis et pacifistes depuis le front populaire (accords de Munich, Pacte Germano Soviétique) et c’est uniquement à la fin de ce dernier qu’ils sont petit à petit entrés en résistance, quand ils ont senti le vent tourner. De même les socialistes ne furent féministes que dans les discours, c’est Simone Veil qui fit la Loi sur la Contraception. Les socialistes et communistes, une fois au pouvoir, ont toujours été d’affreux réactionnaires totalitaires, défenseurs… lire la suite

Arilés Bouktit

J’essaie de suivre de loin l’actualité politique française, je n’arrive pas à trouver au FN un autre qualificatif que « nationaliste », « patriote ». « souverainiste ». Si à l’échelle de l’Europe le FN est perçu comme un parti d’extrême droite du fait de ses idées nationalistes, patriotiques et souverainistes, alors pourquoi les organisations indépendantistes corses, basques, irlandaises, écossaises etc… qui prêchent exactement la même chose n’ont jamais été qualifiés d’organisations d’extrême droite? Chez nous, le Parti Québécois a pour idéal l’indépendance du Québec. Personne ne le traite de parti d’extrême droite. Alors expliquez moi s’il vous plait pourquoi le Front National y a droit… lire la suite

christelle

le FN c’est un parti de droite normale tout simplement ….c’est tous les autres bras cassés de la droite chiffe molle qui ont tous « migré  » vers la gauche et qui fait que le FN se retrouve géométriquement parlant à l’extrème droite sur l’échiquier politique ……

France Offrensée

C’est la vérité de dire que les maghrébins sont de plus en plus nombreux en politique et aussi en journalisme. . . J’ose le dire car je ne vois pas beaucoup de noms à consonnance italienne-espagnole-portuguaise-allemande-polonaise-etc.. qui sont pourtant mieux intégrés à notre pays.
Y a t’il une selection des races ?

montecristo

France Offensée. Vous voulez rire ?
Les noms à consonance italo-espagnole, ou autres, sont au contraire de plus en plus nombreux ! C’est d’ailleurs bien ce qui m’inquiète.
Car il semblerait que ces immigrés, de fraîche date ou anciens et qui prennent le pouvoir, sont les moins patriotes.
Valls, Bartolone, Hidalgo, Moscovici, Estrosi, Sarkozy …
Ils font entrer les immigrés musulmans pour combattre un gros complexe d’infériorité et pour pouvoir dire que la France n’appartient pas aux français !
La sélection des races … c’est eux qui la font !

François Servenière

Votre remarque est très pertinente et j’avais fait le même constat dans le show business, dans la musique et le cinéma. Par exemple, 90% des chefs d’orchestres français sont étrangers et obligent les jeunes français formés dans les conservatoires nationaux à émigrer immédiatement leur diplôme obtenu, qui est pourtant l’un des meilleurs du monde. Ils savent dès les études qu’ils ne pourront travailler en France, qu’ils seront récusés uniquement par leur patronyme. Patronymie, patrie, patriotisme, même étymologie. .Je suis aussi dans ce cas, mon nom n’est pas assez exotique..

Filochard

Excellent , merci pour cette superbe analyse

luco Orgeto

il vaut mieux etre d’extreme droite que de gauche et trahir son pays, le vendre a des étranger qui veulent sa destruction, je crois me souvenir que les deux guerres mondiales se sont les socialistes qui étaient aux manettes, la guerre d’algerie mitérand était aux manettes, donc la droite c’est aimer la patrie, la gauche c’est la guerre, le desordre et la trahison!

France Offrensée

Encore un exemple: la révolte des chauffeurs de taxis aujourd’hui. Vous ne remarquez rien ??

France Offrensée

Et il va aussi y avoir la sélection Miss France cette fin de semaine. Même si cela vous semble dérisoire il pourrait bien y avoir un vote un peu »original » cette année. A suivre…..

bataille de Tourtour

@France offensée
Que si : on est en plein exotisme !

luco Orgeto

si aimer son pays, sa culture, son mode de vie et vouloir les défendre c’est être d’extreme droite alors la oui je suis d’extreme droite,
si aimer la marseillaise, ne pas avoir de religion et préférer les Francais a des populations incompatibles avec ma culture et ses lois c’est être d’extreme droite alors oui je suis d’extreme droite,
si aimer la France et être pret a la défendre contre ceux qui la salisse qui crachent dessus en profitant de ses avantages c’est être d’extreme droite alors oui je suis d’extreme droite!

montecristo

Le rêve des socialistes est totalement utopique.
On ne marie pas la chèvre avec le chou, ni le loup avec l’agneau, ni les musulmans avec les chrétiens … !
J’espère que cet acharnement à vouloir prouver le contraire par simple idéologie imbécile sera leur perte !
Et quand ils ne seront plus au pouvoir, les français devraient voter une loi qui interdise aux socialistes de faire de la politique … ! ! !

Anonyme

« les français devraient voter une loi qui interdise aux socialistes de faire de la politique » , vous raisonnez comme un facho , espèce à ne pas confondre avec ceux qui sont patriotes