Quelles questions faudrait il poser à Tarik Ramadan ?

Publié le 23 novembre 2009 - par
Share

Si l’on veut mettre Tariq Ramadan en difficulté, il faut lui demander comment il procède pour « humaniser » les versets prescriptifs et explicites tels « tous ceux concernant l’héritage et les châtiments corporels » pour lesquels l’ijtihad est interdite , par exemple celui donnant l’ordre aux croyants de couper la main des voleurs.

On peut aussi lui demander comment il procède pour concilier avec la démocratie le verset du coran qui désigne Allah comme le législateur, Al Akhim, celui qui a le meilleur jugement …

Car en effet, si comme le remarque Dominique Urvoy, les Etats devenus « islamiques » ont immédiatement pratiqué la punition des mains coupées, ce n’est pas un hasard, c’est que ce verset n’est pas une option mais un ordre, la seule atténuation étant un hadith qui permet de ne pas appliquer cette punition quand le vol est inférieur à un quart de dinar.

Sur l’héritage il a partiellement répondu en disant qu’il cherche à compenser les effets des versets explicites : aurait il trouvé enfin ?

Il est par contre tout à fait ridicule de lui reprocher d’avoir des positions « réactionnaires » sur tel ou tel sujet de société, dès lors que la position qu’il a est celle du droit musulman selon les « savants de l’islam » et non celle des poètes créatifs de quelque islam qui leur est personnel : irait on demander à un philosophe français comment réformer le droit français, non on le demande à des professeurs de droit de nos universités de préférence …

Elisseievna

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.