Quelles sont nos tâches actuelles ?

Publié le 31 décembre 2020 - par - 10 commentaires - 511 vues
Traduire la page en :

Une nouvelle année commence. Je voudrais surtout souhaiter à tous nos lecteurs, à tous nos confrères et à tous leurs proches et amis une bonne et heureuse année 2021. Espérons quelle sera plus heureuse que celle qui vient de se terminer.
Pour ce qui me concerne, après avoir séjourné trois mois et demi en Israël, je viens de rentrer dans notre douce France.

Pendant mon séjour de l’autre côté de la Méditerranée, j’avais écrit trois articles que les membres de la rédaction de la Riposte laïque ont eu la gentillesse de publier. Certains lecteurs y ont réagi. Je voudrais maintenant réagir à leurs réactions.

Le fait qu’il y en eut un certain nombre qui manifestement n’aiment ni Israël, ni les Juifs ne me surprend pas et ne m’offusque pas. Je pense que chacun a le droit d’aimer qui il veut et de ne pas aimer les autres. Je pense seulement qu’il n’a pas le droit de haïr ceux-ci – et surtout qu’il n’a pas le droit de vouloir les tuer. Or, parmi les différentes haines ayant marqué l’histoire, l’antisémitisme a été l’une des plus meurtrières. C’est certainement aussi la raison pour laquelle l’antisémitisme est devenu, à mon avis à juste titre, un grand tabou dans l’opinion publique occidentale.
Il n’est pas tabou dans l’opinion publique musulmane. Même si, à travers des siècles, la chrétienté manifestait souvent plus d’hostilité à l’égard des Juifs que le monde musulman, aujourd’hui c’est le contraire.

J’ai déjà écrit ici qu’en 1940, on n’a pas à faire la guerre de 1914. Et que c’était exactement ce que – à mon avis – avait fait le grand rabbin de France, Haïm Korsia en 2017, en demandant de voter, au deuxième tour des élections présidentielles, pour Emmanuel Macron, contre Marine Le Pen.
Je dirais que réciproquement, les militants d’extrême droite devraient réaliser que si, il y a un siècle, le monde musulman était faible, et certains Juifs séduits par la criminelle idéologie marxiste pouvaient leur apparaître comme une menace sérieuse, la situation actuelle est très différente. La République islamique d’Iran ou la Turquie d’Erdogan représentent aujourd’hui une menace autrement plus importante que des gens comme les tristement célèbres héros de mai 1968, Alain Krivine ou Daniel Cohn-Bendit.

Parmi mes lecteurs, l’un semblait s’indigner du récent rapprochement entre Israël et certains États arabes. Un tel rapprochement, qui d’ailleurs était organisé par l’administration républicaine américaine, est pourtant tout à fait dans l’intérêt de l’Occident, entre autres dans l’intérêt de la France. Si les Émirats arabes unis et Bahreïn ont maintenant noué des relations diplomatiques avec l’État hébreux, c’est parce que, comme lui, ils se sentent menacés par la République islamique d’Iran. Ils ont agi suivant le principe connu que l’ennemi de mon ennemi est mon ami.

Je voudrais demander à nos lecteurs d’extrême droite de se rappeler également ce principe-là. Et de se rappeler aussi que l’Allemagne de Hitler a perdu la guerre parce qu’elle s’était attaquée à la fois aux puissances occidentales et à l’Union soviétique. Si les dirigeants allemands avaient eu la patience de vaincre d’abord les uns et seulement après s’attaquer aux autres, ils auraient, peut-être, aujourd’hui dominé le monde. Mais ils projetaient trop leur agressivité sur leurs rivaux, ils s’imaginaient que ceux-ci allaient les frapper dans le dos au moment qui leur conviendrait, qu’ils n’avaient pas d’autres choix que de les vaincre tous d’emblée.

D’une façon générale, je demanderais à nos lecteurs de se poser la question de savoir pourquoi, au juste, veulent-ils lutter. Étant bien entendu que jusqu’à un certain point on veut lutter simplement pour le plaisir de lutter. Partout, les garçons aiment à se battre, à former des groupes rivaux, à jouer aux soldats. Même les compétitions sportives sont basées sur ce principe.
On connaît le principe des pacifistes anglo-saxons :  « Faites l’amour, pas la guerre ! » Mais ceux-ci n’ont fait que retourner une chanson des fascistes italiens : « Chi non sa fare la guerra, non sa fare l’amore » (Qui ne sait pas faire la guerre, ne sait pas faire l’amour).

Il y a effectivement un lien naturel entre la virilité, la sexualité mâle, et l’agressivité. La nature veut que seuls les mâles forts se reproduisent pour que l’espèce reste vigoureuse. Chez les cerfs, chez les daims, en automne, les mâles se livrent des combats singuliers. Le vainqueur va ensuite féconder la femelle. Le vaincu, honteux et confus, se sauve.
Je ne veux pas dire par là que les humains doivent suivre les lois de la nature exactement comme les cerfs et les daims. Peut-être le pouvaient-ils faire encore à l’époque des Trois mousquetaires et leurs combats singuliers (pourtant déjà interdits). Avec nos armes de destruction massive, l’humanité peut courir au suicide.

Il est donc extrêmement important de ne pas laisser n’importe qui accéder à ces armes-là. L’un de mes lecteurs écrivait qu’il ne percevait le christianisme que comme un vestige du passé. Mais le christianisme a su limiter l’agressivité humaine et ce n’est pas le cas de l’islam. L’islam ordonne à tous ses fidèles de mener le djihad, la guerre sainte, jusqu’à ce que l’ensemble des hommes soit deviennent musulmans, soit se soumettent à la domination musulmane. Plus qu’une religion au sens d’un désir de se rapprocher de la cause première de notre être, l’islam est une aspiration à une domination universelle.

Le fait que le Pakistan dispose de l’arme nucléaire est déjà grave. Mais l’Iran, avec son régime extrémiste, ne doit vraiment pas en disposer. Par ailleurs, je viens de lire qu’il y a quelques mois, Joe Biden a dit que le comportement du Président turc Recep Tayyip Erdogan est tel que le simple fait que les armes nucléaires américaines soient disposées sur le territoire de la Turquie est déjà en soi-même inquiétant.

Et là, nous revenons au principe que je rappelle sans cesse que l’ennemi de mon ennemi est mon ami. Ainsi, même un Français de souche d’extrême droite peut dire que l’Israélien qui a organisé le meurtre de Mohsen Fakhrizadeh, le scientifique nucléaire iranien, est son ami.
Mes textes ont souvent été attaqués par une lectrice, signant par son prénom Eva, et ayant précisé qu’elle était une chrétienne libanaise. Il se fait que j’ai pu visiter son beau pays en juin 1991, avec un groupe d’amis politiques du député Didier Bariani, invité à participer à la réouverture du casino de Jounié, comme un moment marquant la fin de la guerre civile et l’inauguration de la saison touristique.

J’ai aussi un peu étudié l’histoire du Liban, aussi bien ancienne que récente. J’ai appris que les chrétiens libanais étaient eux-mêmes divisés. Les maronites, reconnaissant l’évêque de Rome comme le chef suprême de toute la chrétienté, étaient déjà entre les deux guerres mondiales favorables aux sionistes. Toujours suivant le fameux principe mentionné ci-dessus, ils pensaient qu’un Liban chrétien et une Palestine juive pourront mieux se défendre ensemble contre leurs voisins musulmans que séparément. À l’époque où le Liban était sous  mandat français et la Palestine sous mandat britannique, des Juifs palestiniens venaient souvent en vacances au Liban, généralement dans les hôtels ou les pensions tenus par des maronites. Par contre, les orthodoxes versaient dans le panarabisme. On sait que le parti panarabiste Baath était fondé essentiellement par des chrétiens orthodoxes, comme Michel Aflak.

En 1958, lorsque la Syrie avait formé avec l’Égypte de Nasser la République arabe unie, le Président maronite du Liban, Camille Chamoun, a demandé une aide militaire américaine pour préserver l’indépendance de son pays. Les Hachémites de Jordanie bénéficiaient alors d’un secours militaire britannique, les Israéliens permettant aux Anglais le survol de leur territoire.
Actuellement, Israël abrite des officiers et des soldats de l’armée du Liban Sud, qui y ont trouvé refuge, après que l’État juif, sous la pression des tiers-mondistes occidentaux, a mis fin à sa présence militaire dans cette région.

Mais revenons au titre de cet article – quelles sont nos tâches actuelles. Nous avons le droit et le devoir de défendre notre identité, notre civilisation occidentale. Tout en nous disant laïques, nous savons que le christianisme a joué un rôle essentiel dans la formation de cette civilisation. Et nous savons aussi sur quelle base le christianisme s’était constitué. Saint Paul a bien dit : »Ce n’est pas toi qui portes la racine, c’est la racine qui te porte » (Romains 11-18).

À travers les années de ma déjà assez longue vie, la civilisation occidentale a été confrontée à trois menaces majeures, trois forces qui aussi avaient organisé les génocides du vingtième siècle. Le premier fut organisé par le khalifat ottoman contre les Arméniens, les deux autres furent organisés par les marxistes et par les nazis.

Les menaces marxistes et nazie semblent avoir été vaincues. La menace islamiste est bien présente. C’est aujourd’hui contre elle, avant tout, que doivent s’unir tous ceux qui veulent défendre notre civilisation. Mais sans penser que les deux autres menaces sont déjà entièrement et définitivement vaincues.

Quant à ceux que l’on qualifie, à tort ou à raison, comme étant d’extrême droite, je me permettrais de leur demander de réfléchir sur les différences existant entre un conservatisme, même vigoureux, basé sur les valeurs de l’Ancien régime, et le national- socialisme révolutionnaire et néo- païen.

Dr Martin JANECEK

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Fabiola FERRANTE

Merci pour votre article très intéressant !
Mais je me demande qu’est-ce qui ne fonctionne pas dans le cerveau de certains pour qu’ils ne se soient toujours pas rendu compte de ces évidences basiques !
Les communistes et les musulmans SONT les pires criminels de tous les temps !
150 millions de morts pour l’un et 300 millions de morts pour l’autre…
Faut en plus leur faire un dessin ?

En vouloir aux Juifs : POURQUOI ?
Je n’arrive toujours pas à comprendre çà !
Chaque fois qu’on demande leur des explications, elles ne tiennent pas debout et peuvent être contrées très facilement, SAUF que ces gens sont très souvent d’une MAUVAISE FOI incroyable !

A VOUS aussi, Cher Monsieur, je vous souhaite une très belle Année 2021, que tous vos vœux se réalisent, Santé et Bonheur !

Fabiola FERRANTE

Pardon : “qu’on leur demande des explications…..”
J’avais omis le “leur” et je l’ai mal placé….. SORRY !!

POLYEUCTE

Voilà un Auteur qui s’intéresse à ses Lecteurs…
Merci… Professeur !

Duval

Pour moi les juifs et les arabes musulmans c’est “kiff kiff bourricot” comme on disait là-bas. L’un mange halal, l’autre casher. La peau de votre zizi est coupée, etc… etc… Je reconnais simplement que les juifs n’attaquent pas au couteau 150 fois par jour en france, qu’ils ne sont pas terroristes, qu’ils respectes les chrétiens et la liberté de culte, etc, etc. Quant aux résistants français qui luttent contre l’islam radical je n’en connait pas malgré mes recherches… Bonne année 2021 même si ce n’est pas votre date…

Anne-Marie G

On aimerait, outre les objections très pertinentes déjà faites que les Israéliens/juifs français ou à double nationalité ne militent pas activement pour le multiculturalisme en traitant de fachos de simples patriotes. On aimerait aussi qu’ils ne lancent pas de fatwa sur les gens qui ont une opinion comme celle de Zemmour en en faisant des infâmes à vie. On aimerait tout autant que ces personnes évitent sans cesse de nous rappeler “les heures sombres de notre histoire” à tout propos et n’en fassent pas de fait l’essentiel de notre histoire. Car avant que ne vienne la diversité c’est bien de leur communauté qu’est sortie la tendance “idéologie française” qui a lancé l’auto-dénigrement et rendu impossible tout “roman national”. On n’oublie rien.

artisan

Globalement assez d’accord avec vous, sauf à noter que les Israëliens apprécient leurs intérêts à leur seule mesure. Les maronites de l’armée du Liban Sud en ont fait l’expérience jadis, les Arméniens du Haut-Karabach aujourd’hui.

patphil

à noter quand même qu’israel a fourni des armes performantes à l’azerbaidjan pour continuer la choah d’extermination des arméniens commencée en 1915

Martin Janecek

Je suis d’accord avec vous que le soutiens israélien de l’Azerbaidjan est assez déplaisant. Mais les combats du Nagorny Karabach ne peuvent quand même pas être comparés avec la choah. Et puis, Israël soutient Azerbaidjan surtout parce que ce pays est très hostile à l’Iran qui redoute que les Azéris iraniens voudront que leur région autour de Tabriz se détache d’Iran et rejoigne l’Azerbaidjan.

Martin Janecek

Je suis assez d’accord avec vous pour dire que le soutien israélien aux adversaires des Arméniens ne peut pas nous être sympathique. Encore que les combats du Nagorny Karabakh ne peuvent pas être qualifiés de shoah. Par ailleurs, il faut aussi savoir que si les Israéliens soutiennent Azerbaidjan, c’est surtout parce que celui-ci est très en conflit avec l’Iran. Les Iraniens redoutent que les Azéris qui vivent chez eux voudront faire séparation et rattacher leur région à l’Azerbaidjan.

raslebol

Très belle démonstration honnête, je suppose utile à tous, malgré quelques divergences. Tous mes meilleurs voeux M. Martin Janecek !

Lire Aussi