Quelques mots de la Belgique : Fanny mène un combat d’avant garde

Enfin, le débat reprend. Certes la formation du gouvernement est toujours en panne. Mais ce n’est pas de ce débat là que je veux vous parler. Le Centre d’Action Laïque vient de lancer un grand débat « Femmes et Laïcité, état des lieux ».

La Belgique francophone est restée très timide, trop timide par rapport au débat français.

La Présidence du Sénat m’a obligée au silence pendant 4 ans : je reprends la plume en retrouvant ma liberté. Je pense en effet que le débat premier dans la société du 21ième siècle est celui de la laïcité de l’état et du soutien à donner aux luttes menées par des femmes pour veiller à ce que cette laïcité soit universelle, qu’elle ait vocation à refuser les justifications communautaristes ou ethniques de tous recul dans les acquis pour l’égalité des êtres et leur liberté à l’égard de tous les préceptes de toutes les religions.

Je soutiens dès lors la démarche des amies françaises qui ont jugé utile de s’associer à la cause de Fanny Truchelut, responsable d’un gîte en France où elle n’a pas souhaité des symboles religieux portés dans les parties communes.

Il faut être solidaire des combats de pointe, surtout lorsque ceux-ci portent sur des zones de la vie sociale mal déterminées que l’on peut aisément confondre sous d’autres catégories, s’ils ne sont pas bien explicités.

Un tel combat laïc est le combat d’avant-garde. Il n’est pas un combat raciste, et nous devrons faire triompher cette clarification trop souvent utilisée contre les féministes. Il est possible de refuser et le racisme et le voile.

La défense de la laïcité et sa revendication dans tous les aspects (y compris dans le cas de Fanny) est le début de la lumière pour la libération des femmes dans le monde.

Droits des Femmes, laïcité et internationalisme sont les vrais combats du 21ième siècle.

Anne-Marie LIZIN
Présidente H. du Sénat
Vice Présidente de l’Assemblée de l’O.S.C.E.

image_pdfimage_print