Quelques réflexions d’un laïque chrétien sur la réalité de l’offensive islamiste

Publié le 31 mai 2010 - par
Share

Merci à la rédaction pour votre talent. Je suis heureux de voir qu’il existe au moins un vrai journal, capable de parler sans se voiler la face. Peut être bientôt verrons-nous la fin du règne des médias desinformatifs. En attendant la percée est là, c’est une vraie joie.

J’aimerais poser une question.

Pourquoi seule la religion musulamane se défie-t’elle de la laïcité?

Ma réponse tient en une idée. Islam signifie Devoir, Servitude. A partir de ces mots, nous conprenons que la liberté de pensée ne peut co-exister (comme cela est visible dans les pays islamisés, sous la poussée d’offensives conquérantes depuis l’an 622 ap JC). Le prosélytisme est une obligation pour tout musulman. La conversion sera un devoir pour tout ceux qui n’auront pas plié l’échine, quand ILS seront au pouvoir (cela est un fait dans de nombreux points du globe).

Je ne comprends pas que le débat sur la laïcité se soit aliéné autant de monde! Je suis chrétien et pratiquant (j’entends pratiquant par « je vais à la messe tous les dimanches »), et je n’arrive pas à concevoir, bien que croyant, qu’une religion (l’Islam pour la nommer, sans confusion) veuille faire de ce qui ne devrait être que du domaine intime, une affiche. C’est du prosélytisme. Ma compréhension de la conversion, est celle qui m’a été enseignée par mes catéchistes, mes professeurs, et mes expériences (littéraires principalement, je n’ai pas le temps de voyager autrement).

La conversion (sens religieux, mais aussi politique voire scientifique) ne doit posséder qu’un moteur, l’exemple. Et qu’une expression le débat d’idées.

Je voudrais faire remarquer à nos adversaires, que la colonisation marche à double sens. Quand la France est venue au Magrheb, elle y a imposé sa Loi certes, mais y a amené aussi ses valeurs, sa volonté de tendre la main à des peuples en souffrance, et surtout, elle a créé un ordre là où n’existait que chaos. Et pourtant elle a été chassée (via une guerre qui fit tout de même quelques victimes, on en entend parfois parler…).

Maintenant, vous nous assiégez, vous voulez imposer vos lois, vos façons d’être et vos coutumes, et nous ne répliquons pas par des attentats, des meurtres ou n’importe quelle violence. Méditez donc sur la tolérance, et louez nous pour notre accueil sans condition. Mais gardez à l’esprit que la volonté des dirigeants n’est pas toujours celle du peuple (Cf: la Révolution française). Ce n’est pas parce que nos élites (qui soignent une image publique idéale: verteuse, tolérante et bienfaisante au mépris des idéaux qu’ils défendent) vous ouvrent tout grand les bras, que tout le monde est prêt à en faire autant. Un jour je ne serai pas étonné qu’il faille prendre les armes, et même en tant que chrétien, je me ferai un devoir de choisir mon camp.

Marc-Antoine Hennet

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.