Quelques vérités sur de Gaulle durant la Grande Guerre

« Non ! Je n’ai jamais cru à l’Algérie française. J’ai bluffé, j’ai toujours  bluffé, en juin 1940, à Churchill, à Giraud, aux Américains … ». De Gaulle après  les «accords d’Evian », en 1962.

En 1965, de Gaulle déclare à Georges Pompidou : «  Il n’y a que deux  moteurs à l’action de l’homme : la peur et la vanité. Ou bien c’est la catastrophe et alors la peur domine. Ou c’est le calme et alors c’est la vanité … ». Pompidou répond : «  Oui mais parfois l’honneur remplace la vanité ? ».

 « Détrompez- vous, lui lance de Gaulle, il n’y a pas d’honneur en politique ». Il parlait d’or ! 

Honte à moi ! Je mérite le fouet, le bannissement ou les galères ! Dans mon dernier article, j’ai osé déboulonner la statue du Commandeur en racontant la VRAIE bataille de Montcornet.

Un courageux anonyme indigné (à ne pas confondre avec un alcoolique anonyme qui lui, à le mérite d’essayer de se soigner !) m’injurie copieusement et m’assène l’argument-massue ; celui qui interdit toute discussion : « Comment osez-vous ? Vous oubliez la conduite héroïque de De Gaulle à la bataille de Verdun ». Est-ce ma faute si l’épisode de Montcornet se situe en 1940 ?

Mais effectivement, la Grande Guerre marque bien le début du mythe gaulliste.

Les quatre frères de Gaulle y sont mobilisés comme officiers. Ils en reviendront tous bien vivants, et en pleine forme. Quand la guerre éclate, de Gaulle est lieutenant (depuis octobre 1913) au 33e  Régiment d’infanterie (le régiment du colonel Pétain en 1912).

En août 1914 il est muté à l’état-major de son régiment.

« Il est blessé le 10 mars 1915, à la main gauche, à Mesnil-Les-Hurlus… Il désobéit à ses supérieurs en ordonnant de tirer sur les tranchées ennemies. Cet acte lui vaut d’être relevé huit jours de ses fonctions… » C’est ce que raconte, sur le Net, l’histoire « officielle », et elle poursuit :

« Le 2 mars 1916, son régiment est attaqué et anéanti par l’ennemi en défendant le village de Douaumont… Sa compagnie est mise à mal et les survivants sont encerclés. Tentant alors une percée, il est obligé de sauter dans un trou d’obus pour se protéger, mais des Allemands le suivent et le blessent d’un coup de baïonnette à la cuisse gauche. Capturé, il est soigné et interné. Cette disparition au front lui vaut d’être cité à l’ordre de l’Armée… »

Mais l’histoire, la  véritable histoire, est assez différente de la légende : comme on manque de capitaines, de Gaulle est nommé capitaine à titre provisoire le 10 février 1915.

Il est légèrement blessé à la main le 10 mars. Soigné au Mont-Dore, il revient à son régiment le 13 juin et reçoit le commandement de la 10e  compagnie dans un secteur calme.

Le 24 février 1916, son régiment part pour Verdun. Jusque là, de Gaulle n’a pas connu la vraie guerre : les gaz, les matraquages d’artillerie, la solitude et la boue des tranchées  dévastées.

Le 1er mars 1916, à la nuit tombée, le 33e régiment d’infanterie relève le 110e, qui combat depuis quatre jours dans les ruines du village de Douaumont.

Le capitaine Destouches, qui passe son secteur à de Gaulle voit arriver un individu : «  Badine en main, gants beurre frais, l’air conquérant », lequel se permet de rabrouer vertement le lieutenant Pieuchot qui commande les mitrailleurs. Le lendemain à midi, de Gaulle était prisonnier avec sa compagnie. Ce fut rapide et assez peu glorieux, malgré une blessure (controversée) à la fesse.

Le témoignage du capitaine Destouches – qui n’a jamais été démenti et encore moins attaqué en diffamation – est édifiant. Il écrit : « Le capitaine qui vient me relever se présente… dans un vêtement tout propre et tout juste bon à se promener sur les boulevards… De Gaulle est stupéfait qu’il n’y ait ni réseau de fil de fer, ni abris pour les troupes, enfin, que le secteur ne ressemble pas à celui qu’il occupait  dans le secteur de l’Aisne (Pontavert) » (1).

Le capitaine Destouches est éberlué qu’on ose comparer Verdun  à Pontavert.  Pontavert c’est un secteur calme où on envoyait le régiment au repos ; Verdun, c’est l’enfer ! :

« J’ai  beau lui dire, écrit-il, que depuis trois jours nous n’avons eu que des attaques, que nous n’avons pas un seul outil du génie, pas une pelle, pas une pioche, pas un centimètre de  barbelé. Il répond que ce secteur n’est pas organisé ».

Il agonit ensuite de sottises le lieutenant Pieuchot, lequel lui répond : « Depuis trois jours, nous sommes sous un marmitage invraisemblable ; il n’y a pas un trou, pas une tranchée  et nous avons repoussé  quatre attaques. Faites-en autant… ».

De Gaulle aura-t-il l’occasion d’ « en faire autant » ?  Vers 5 h du matin, un nouveau marmitage commence. Puis les Allemands attaquent massivement.

Le commandant Cordonnier, qui commande le 3e bataillon du 33e  RI, lance ses hommes en contre-attaque, courant devant eux, son revolver à la main. Il tombe, tué d’une balle en pleine tête. Ses fantassins continuent à se battre quand… une serviette blanche brandie au bout d’un fusil  surgit de la position tenue par la compagnie du capitaine de Gaulle.

Dans « Le nouveau Candide » du 21 avril 1966, le lieutenant Albrecht, qui commandait un groupe de lance-flammes allemand, témoigne : «  J’ai vu sortir un tissu blanc. J’ai ordonné le cessez-le-feu. Quelques hommes sont sortis. J’ai remarqué l’officier qui les commandait  tellement il était grand… Il paraissait hagard et chancelant. Il m’a remis lui-même son ceinturon et son arme… je l’ai fait emmener par un sergent et trois hommes… ».

Ce témoignage est corroboré par celui de M. Delpech, de Haute-Garonne, dans « Sud-Ouest Dimanche » en 1961 puis, plus tard, en 1966 (2).  Tant pis s’ils écorniflent  la légende !

De Gaulle est donc prisonnier mais indemne. Mais l’histoire ne s’arrête pas là : le clairon Haverland, enterré trois fois sous les bombardements, réussit à rejoindre le PC du régiment et déclare qu’il a cru voir tomber le grand capitaine commandant la 10e compagnie. Le colonel Boudhors, chef de corps du 33e RI en déduit que de Gaulle, comme le commandant Cordonnier, est mort en héros et demande pour lui une citation au général commandant la 2e  armée, celle de Verdun. Ce général, c’est le bienfaiteur de De Gaulle, le général Philippe Pétain.

Ce dernier rédige une citation, à laquelle s’ajoute la Légion d’honneur :

« Le capitaine de Gaulle a enlevé ses hommes dans un assaut furieux. Seule solution qu’il jugeait compatible avec son sentiment de l’honneur militaire… ».

Il est possible que de Gaulle ait été  légèrement blessé quelques heures après sa reddition. Mais le capitaine Richèbe, ancien du 33e RI, devait déclarer dans ses mémoires : « Je tiens de source sûre que sa blessure n’a été qu’une écorchure à la cuisse … ».

Selon certaines rumeurs, cette écorchure aurait été faite par un feldwebel qui chatouillait du bout de sa baïonnette l’arrière-train du prisonnier qu’il conduisait à l’arrière. Voilà donc de Gaulle prisonnier. Il le restera 30 mois. Il existe un autre témoignage sur la captivité de De Gaulle.  Il émane du général Perre, un de ses condisciples à Saint Cyr : « Les Boches faisaient l’honneur aux officiers qui s’étaient bien battus de leur rendre leur sabre pour certaines manifestations, comme la messe par exemple. Ils ne le rendirent pas à de Gaulle. Celui-ci, croyant à un oubli, leur réclama sèchement. Les Allemands refirent une enquête sur les conditions de sa reddition…

Renseignements pris, ils ne rendirent pas son sabre au capitaine de Gaulle. » (3).

Après une tentative d’évasion manquée, assez obscure, à Osnabrück, il est transféré au fort d’Ingolstadt, en Bavière. Il y croise le futur général Catroux, l’aviateur Roland Garros et le futur maréchal soviétique Mikhaïl Toukhatchevski.

Un « lamentable exil », c’est en ces termes qu’il décrit à sa mère son sort de captif. Pour tromper l’ennui, il organise pour ses compagnons de captivité des exposés magistraux sur l’état de la guerre en cours. Il est libéré après l’armistice du 11 novembre 1918 et retrouve les siens le mois suivant. De sa longue captivité – deux ans et demi -, il garde un souvenir amer, estimant être « un soldat inutile qui n’a servi à rien ». C’est lui qui le dit ! Mais c’était la Grande Guerre.

Est-on qualifié pour juger le courage des combattants de 14- 18 ? Non, bien sûr !

Mais on peut s’indigner de la suite.

Revenu en pleine forme de captivité, de Gaulle ne demanda jamais l’annulation de sa citation pour la Légion d’honneur à titre posthume.

Et il se garda bien de décourager ses biographes – ses hagiographes – qui décrivaient avec moult détails son héroïsme à Verdun.                                                                                                                                                             

Son dossier militaire devait bien porter mention de sa citation à titre posthume mais, revenu aux affaires en 1958, l’intégralité de son dossier disparut, comme par enchantement, du ministère des Armées.

Alors, tant pis, je vais encore me faire agonir par les thuriféraires du « Grand Charles » ; ceux que le général traitait de veaux et qui, un demi-siècle après sa mort, adorent encore leur Veau d’Or, car le gaullisme n’est pas un courant de pensée ou un programme politique, c’est une idolâtrie.

De Gaulle n’avait rien d’un grand homme, mais c’était un remarquable illusionniste ; or le Français a besoin d’illusions. C’est sous de Gaulle que la France connut la Libération et mai 1968.

Deux psychodrames épisodiques grâce auxquels les Français retrouvent une conscience et la France, un pucelage. La pantalonnade de mai 68 a permis de passer de « la Carmagnole » à « la Marseillaise » sans passer par la révolution.

Quant à juin 1944, ce fut, pour une majorité de nos concitoyens, ce qui a permis de sauter du passé à l’avenir sans avoir besoin du présent ou mieux, de passer de la défaite à la victoire sans passer par la guerre.  Finalement, de Gaulle aura été la bonne conscience des lâches.

Bon, je vous accorde bien volontiers qu’il incarnait mieux la fonction présidentielle que les pitres, les escrocs ou les voyous qui lui ont succédé (exception faite de Georges Pompidou) et que je préfère un chef d’État amoureux du pays qu’il prétend incarner à une marionnette mondialiste aux mains de Georges Soros. De Gaulle se faisait « une certaine idée de la France ». Macron, lui, ne rêve que d’un gouvernement européen, même s’il tente de nous faire croire que le Coronavirus l’a fait « changer son logiciel » (quel pathos !).

Éric de Verdelhan

1) « L’homme qui faisait se battre les Français entre eux » de Roger Holeindre ; chez l’auteur ; 2009.

2)  Témoignage de M. Delpech, de Haute-Garonne, dans « Sud-Ouest Dimanche » le 16 avril 1961. Repris dans « Sud-Ouest » le 29 mars 1966.

3) Témoignage paru dans l’hebdomadaire « Minute » du 11 juin 1966.

image_pdf
0
0

79 Commentaires

  1. Charlot était incorruptible, certes…Aimait la France ou , plus exactement l ‘image qu’il s’en faisait, était un grand écrivain, ses mémoires de guerre sont une auto propagande excellente, mais il était manipulateur et cruel. Pour s’en convaincre il suffi de se rappeler l ‘exécution du colonel Bastien Thierry, sa traîtrise envers les français d’Algérie et l ‘ignominieux et mortifère abandon des harkis. J ‘irais volontiers cracher sur sa tombe au grand charlot, mais il est vrai, le résidu de capote vérolé qu ‘est cocaïnomane Macron , lui, est même indigne de mon crachat.

  2. Mais quand est-il de sa désertion en juin 40, de sa condamnation à mort, de son grade de général…..de brigade. On a encore beaucoup de politiques gaullistes… pêcheurs avec leur Gaulle devant l’éternel.

    • Déserteur en 40…pauvre idiot… tout d’abord il n’était plus sous les drapeaux et qu’aurait du t’il faire selon vous si ce n’est poursuivre la guerre avec notre alliée l’Angleterre. C’est La France Libre qui nous a conduit à la table des vainqueurs en 1945.

      • Notre alliée l’angleterre ? des enfoirés qui sont venus détruire une partie de note Flotte désarmée à Mers-el-Kébir sous prétexte que Hitler avait des visées sur celle-ci ce qui est faux. Et n’oublions pas non plus la complicité de charlot lors de la tentative de la prise ratée de Dakar par les anglais.
        Quant à la « France Libre » elle a pu aller à la table des vainqueurs grâce aux Américains et aux Russes. Sans leur appui massif nous n’aurions pas pu chasser les allemands de la France.

      • Pas de 2 G à Yalta…les vainqueurs étaient l’URSS, les USA et la GB…🙉🙊🙈

      • Vraimen cet article de Eric !!! me déplaît, quand aura-t-il le temps de pondre un bel article sur Mitterrand et le salir comme il vient de le faire sur ce cher grand homme et Président De Gaulle, jamais la France a été aussi heureuse et riche..

  3. NOUS … avons tous besoin d’illusions!

    ZUTTT! Que nous reste-t-il comme héros, des héroïnes?

  4. Conforme à ce que j’ai lu mais quand on passe à la moulinette l’histoire des « héros » bien peu en sortent indemne car ceux qui ont vraiment combattus ne sont le plus souvent plus en état de revendiquer leurs actions

  5. S’il y a bien eu un lâche et un salopard arriviste, c’est bien De Gaulle… Un trouillard à plusieurs reprises, dont sa fuite en Angleterre, critiqué par Rotschild, condamné à mort pour désertion, abandon des pieds noirs en Algérie sur les quais, ne voulant pas qu’ils soient embarqués sur des navires militaires, ce furent les militaires espagnols qui les sauvèrent et embarquèrent jusqu’en Espagne… Sa fuite en Allemagne en Mai 68, période où on ne savait pas où il était passé… Puis en 1945, il arrive tout pimpant en France, comme se disant le libérateur de la France, lui qui n’avait fait que prôner dans un micro: « ICI LA FRANCE, LES FRANCAIS PARLENT AUX FRANCAIS…. »’ Alors qu’il aurait pu être un chef du maquis… Pas assez de coucougnettes, et j’en passe… D’accord avec toi Eric…

    • Sa fuite en Angleterre… quelle connerie! Le 17 juin 1940 la guerre était finie, les allemands étaient dans Paris déclarée ville ouverte et Petain demandait l’armistice…Se sauver en Angleterre sous les bombardements fallait être demeuré.
      La France Libre çà vous dit quelque chose ? Au général d’armée Catroux, à Jean Moulin, au Général Leclerc, au colonel Remy, à Pierre Brossolette… et tant d’autres qui se sont placés sous les ordres de De Gaulle sûrement.
      Vous faites arriver le Général en France en 1945…
      Quand on ne peut s’exprimer sur un sujet qu’en alignant les âneries, le mieux c’est de s’abstenir.

      • @Jill… Oui gaulliste, la France Libre ce n’est pas lui qui l’a faite, mais les soldats, les alliés et les résistants, mais pas lui!!! Il n’a fait que des discours à hue et à dia en se prenant pour un Dieu, pendant que d’autres généraux allaient au front… Donc, pendant quatre ans il n’a fait que des putains de discours (Algérie,Afrique ans so on), mais il n’a prit aucun risque… Donc, de 40 à 44, pendant quatre années il s’est planqué entre Angleterre et Afrique!!! Que ça te plaise ou pas GAULLISTE!!! J’ai davantage de respect pour les autres, ceux qui ont donné leur vie pour la France, comme des jeunes résistants de 15 ou 16 ans comme le jeune Henri FERTET… Ou les chefs de la résistance OK? Alors ton De Gaulle… Tu n’auras qu’à lire son courrier ignare!!! (de FERTET)

  6. Macron qui reconnaît la défaite c’est la preuve de la faiblesse de cet individu indigne d’être chef d’état. Tout comme de gaulle qui a préféré se retirer à Londres au lieu de combattre. Se cacher derrière un micro. Les vrais Héros sont le Général Leclerc, De Lattre de Tassigny et bien d’autres ainsi que tous les maquisards dont certains ont laissé leur vie qui ont libéré la France. De gaulle est un charlatan qui a du sang sur les mains, il a été viré en 1969, les Français avaient enfin compris. De gaulle c’est le gugusse que nous avons à l’Elysée, beau parleur mais rien dans le pantalon, grande gueule pour se rendre intelligent, le veau c’était lui et non pas les Français. Même genre d’individu que le freluquet de l’Elysée pour insulter les Français, des minables.

  7. et si on passait à Jeanne D’Arc? Parce que niveau mythe, là on a fait encore plus fort!

    • La bergère, une autre vache sacrée du roman nationale.
      Quand on me dit qu’elle a sauvée la France, j’objecte.
      Certes elle a remportée quelques victoires mais pas seule, elle était entourée des meilleurs capitaines. Et son obsession à attaquer les bourguignons, avec qui Charles VII voulait se réconcilier, n’arrangeait rien, c’est pour ça qu’elle a finie en grillade.

      Bon, il est vrai qu’elle a redonner courage à beaucoup en montrant que les rosbifs, après de nombreuses victoires, pouvaient se faire battre par une femme, et ils sont passés pour des ordures en brulant une gamine de 19 ans. Mais c’est la paix bourguignone qui a permis des opérations d’envergure comme la bataille de Castillon. Et l’artillerie des frères Bureau.
      Le décrié (à tort) Louis XI mis définitivement fin à la guerre

      • A-t-elle fini en grillade ? D’après de nombreux témoignages, il semblerait qu’elle ait fini en bonne bourgeoise mère de famille dans sa Lorraine natale…

      • Toi tu n’as pas sauvé la langue Française en tout cas tocard !

    • Et si on parlait de Moïse ? Est-ce qu’on t’entendrait critiquer les juifs comme tu critiques la France, fumier ?

      • Quel rapport ?

        Ah, Job sur son tas de fumier ! Blessé à la fesse,lui aussi ?

    • Tiens, oui, je n’y pensais pas !

      Il y aurait de quoi dire, même si elle n’a pas reçu une balle dans la fesse ! ☺

  8. Excellent article que j’appelais de mes voeux dans mon précédent commentaire ! Je vous recommande un N° , des années cinquante ou soixante, de la revue du Crapouillot consacré à cette affaire, et qui a révélé tout ça, le piètre rôle du capitaine de Gaulle à Verdun.

  9. De gaule un troullard c est facile depuis londres et puis en mai 68 il s est barrer à baden baden la peur emcore

  10. Ce grand De Gaulle (par la taille seulement) a foutu les Américains dehors en 1967, en remerciement d’avoir libéré la France, bonjour la gratitude!.
    Parlez en aux civils Français qui travaillaient sur les bases Américaines de l’époque, le salaire était de quatre fois ce qui était pratiqué chez les employeurs Français.
    Parlez en aux commerçants, aux artisans locaux qui travaillaient pour les occupants de ces bases, ils vous diront ce qu’ils pensent de la politique qui a apporté le désastre à notre patrie.
    Dire qu’il se trouve encore aujourd’hui des neuneus pour idolâtrer cet individu.
    Les Français ont les dirigeants qu’ils méritent.
    Comme je l’ai déjà lu dans RL, moi aussi j’ai envie de dire: « bien fait pour vos gueules ».

    • Vous n’avez vraiment rien compris et pire, vous êtes de la race des occupés heureux.
      Vos Américains n’ont pas « libéré » la France dont ils se moquaient, mais s’apprêtaient à la mettre en coupe réglée grâce au plan AMGOT (dont vous n’avez sans doute jamais entendu parler), après en avoir chassé les allemands contre lesquels ils étaient en guerre.
      Je connais d’autres Français qui n’ont pas la même bonne opinion sur vos Américains : tous ceux qui ont subi leurs inutiles bombardements en 1944…
      De Gaulle a bien fait de les foutre dehors : un pays souverain n’entretient pas d’armée étrangère sur son sol et se doter de la dissuasion nucléaire était bien plus judicieux que de continuer à être un supplétif des USA au sein de l’OTAN. Mais êtes-vous capable de comprendre cela ?

      • @Jonathan Zaroff
        Comme le chantait si bien M Sardou: « si les ricains n’étaient pas là », vous connaissez la suite.
        D’abord, je pense que vous êtes bien jeune pour parler des bombardements alliés, car sachez que moi, j’étais né et que nous habitions avec nos parents, mes frères et soeurs une ville Normande rasée à 98%.
        Vous oubliez de dire que quelques jours avant les bombardements, des avions survolaient ces villes et larguaient des tracts invitant expressément les habitants à quitter leur logement et à se mettre à l’abri en campagne et n’emporter que le strict nécessaire.
        Pour ceux qui n’avaient pas obtempéré, tant pis!.

        • Vous oubliez de dire que quelques jours avant les bombardements, des avions survolaient ces villes et larguaient des tracts invitant expressément les habitants à quitter leur logement et à se mettre à l’abri en campagne et n’emporter que le strict nécessaire.
          Pour ceux qui n’avaient pas obtempéré, tant pis! / dixit

          Bravo ! Avec ce post vous allez faire dechanter tous les imbeciles ou les bonimenteurs qui pensent que la « mechante » amerique ne voulait qu annexer la France militairement…!
          D ailleurs il suffit de voir la « tristesse » des liberes dans les reportages de l epoque a l approche de GI..( youtube est parfait pour ca )

  11. Qui peut savoir qui dit vrai ou ment dans ces témoignages ? En tout cas, quand on a lu ses Mémoires on sent une véritable et unique passion pour la France. Dès la première phrase, on est emporté par un lyrisme inouï comme sorti de la plume d’une sorte de Grand Meaulnes. Il n’a pas accumulé comme ses confrères en politique, toute sa vie a été dédiée à la France pour laquelle il a enduré les moqueries, les accusations de dictature. Connaissant la mesquinerie du commun des mortels, prompts à juger à partir de susceptibilités plus ou moins vives, je préfère me fier à l’impression globale de sa vie et de ses oeuvres que sur des témoignages sporadiques, le Connétable montrant souvent un caractère cassant très propre à lui attirer des antipathies.

    • Oui, Anne Marie G. Il a donné sa bénédiction à l’épuration en 45, règlements de comptes, femmes tondues, tueries etc . Un grand monsieur effectivement. Pétain a arrêté la guerre. Peut-être aviez vous un parent dont la vie a été épargnée. De Gaulle, lui, voulait la continuer…un peu à la façon du grand Clémenceau.

    • On a le droit d’idolatrer qui on veut. J’ai lu moi aussi les mémoires du Grand Charles: un tissu de mensonges dans un style emphatique et pompeux.

      • Oui mec, tu idolâtres un trouillard planqué, qui n’a eu que des critiques tout au long de sa vie militaire et civile… OK? Un peu comme toi je pense… What else?

  12. Mr de Verdelhan semble bien peu connaître la captivité du capitaine De Gaulle ,il a probablement trop abusé du net et de Wikipédia.
    Louis Amédé Charles CHENU de THUET de MANGOU,Prisonnier avec le capitaine dans l empire russe occupé par les allemands en juin 1916,porte sur lui un jugement tout autre .

    • J’ai lu à peu près tous les panegeriques sur le Grand Charles et je ne me refugie pas derrière un pseudo – fusse d’une belle voiture – pour donner un avis honnête. Mais l’idolatrie autour du Feal de Colombey me fatigue.

  13. Jean Lacouture et Max Gallo ont écrit de remarquables biographies du Général ;il vaut mieux s’y rapporter… et pourtant les deux historiens étaient bien marqués à gauche.

    • Pas de lézard, De Gaulle était un gauchiste notoire, c’est même lui qui s’est permis de remettre sur ses rails le parti communiste, interdit dans les années 40.

      • Ce n’est pas De Gaulle qui a remis le PCF sur les rails, mais le peuple français… 25%des suffrages aux élections de 1945 et premier parti de France. Le Général n’a fait qu’en prendre acte tout en minimisant la participation des communistes au gouvernement.

        • Bien sur! comme chacun le sait, c’est le peuple Français qui décide.
          Merci pour ce moment de rigolade!.

          • Ben oui, c’est le peuple français qui a envoyé Macron à l’Elysee, non… Après les élections, De Gaulle ne pouvait ignorer les communistes, mais fit le minimum.

      • « Pas de lézard, De Gaulle était un gauchiste notoire » dixit

        Idem son « fils » spirituel jacques CHIRAC, qui distribuait le journal coco l humanite, dans sa jeunesse…

  14. Holeindre, Minute, des sources remarquables tant elles sont sûres et impartiales. Bref, De Gaulle était un lâche, un couard, un mauvais officier. Il s’est d’ailleurs blessé lui-même en nettoyant son sabre qui est parti tout seul. Dès 1916, rappelons-le, il songeait déjà à brader l’Algérie.

  15. Je crois qu’aujourd’hui, avec le recul, il y a deux choses que l’on peut imputer à De Gaulle comme de véritables fautes :
    1) d’avoir nié au gouvernement de Vichy toute légimiité, de l’avoir déclaré nul et non avenu, et en même temps d’avoir associé les communistes à la libération de la France et leur avoir accordé une audience en nommant cinq ministres communistes dans le gouvernement provisoire. Alors qu’il eût fallu jouer la carte de « l’épée et du bouclier ». La conséquence, ce fut la disparition durable de la vraie droite nationale française et un pays livré à la gauche. Les efforts infructueux du Front National venu plus tard en portent témoignage.
    2) d’avoir voulu faire l’Europe (même si ce n’était pas selon le schéma actuel dans son idée), ce qui explique le drame algérien.

    • 5 ministres c’était peu alors que le PCF était à l’issue des élections le premier parti de France.
      Quel rapport entre l’Europe et le drame algerien ?

      • Cinq ministres aux ministères les plus stratégiques, ce n’est pas rien, et c’est ce qui a permis aux communistes de noyauter la SNCF et l’enseignement entre autres…
        Et c’est parce que De Gaulle a voulu faire l’Europe qu’il était pressé de « bazarder » l’algérie, et qu’il l’a fait dans les conditions que l’on sait.

        • Non, justement, il leur a refusé les manettes stratégiques. Il les a cantonnés à des ministères techniques.

  16. Tout est très bien expliqué sur le sujet dans le livre d’Yves Amiot, « La Capture », éditions Ulysse, 1997 (ISBN 9782865580491).
    Ce livre aurait bien sûr été interdit à la vente du temps du Grand Charles tellement il raconte dans les détails son comportement notamment par le témoignage du lieutenant allemand qui l’a fait prisonnier.
    Il est a noté, ce qui n’est mentionné nulle part, car le secret en a été bien gardé jusqu’à aujourd’hui, que les proches compagnons de capture de De Gaulle sont tous morts de mort violente après 1945, sauf un qui s’est réfugié en Amérique du Sud devant la hargne gaulliste à ce que l’épisode déshonorant en question ne soit pas divulgué pour ne pas nuire à la carrière politique du grand homme…

  17. Tous ces faits réels sont aussi lisibles dans l’ excellent livre du colonel Antoine Argoud paru en 1974: La décadence, l’ imposture et la tragédie ! Merci de rappeler l’ Histoire à ce peuple déculturé que l’ on nomme français !!!

  18. vous oubliez de causer de l’affaire algerienne ;bilan un putsch declenche par militaires refusant l’abandon de ce departement pourtant clame comme france de dunkerque a tamanrasset ;puis baclage des negociations en revanche contre les pieds noirs et la france ;massacres perpetres par le fln meme au dela des dates independance et couverts par le gaullisme ;

  19. How dare you ! Dire que Pompidou, l’inventeur de notre dette (loi de 1973) était u bon président. Il enseignait le latin pendant la guerre !

    • Pompidou n’a pas inventé la dette, il l’a normalisée.
      Un Etat en déficit ne peut pas se prêter de l’argent à lui-même, sous peine d’engendrer de la monnaie
      de singe.

      • Comment ferez vous pour rembourser la dette de la France qui s’établit aujourd’hui aux alentours de 2500 milliards d’euros?.
        Déjà le gouvernement tousse pour rembourser les intérêts de la dette, soit disant des intérêts très très bas, chose dont je ne crois absolument pas, d’ailleurs, il est inutile de chercher combien coûte les intérêts, vous ne trouverez ces informations nulle part.
        Autrefois, j’avais un grand père qui nous disait, l’emprunt est l’antichambre de la mort!
        Sachez que ces emprunts se traduisent obligatoirement par une perte de pouvoir d’achat, un prélèvement d’impôts et de taxes hors normes et de prélèvements confiscatoires.

        • La dette ne sera jamais remboursée, mais sans cesse creusée ;jusqu’au jour où les prêteurs seront en faillite ;ce sera la banqueroute généralisée.
          Une telle situation est normale quand on confie les destinées du pays à des gens qui ne seraient même pas capables de gérer un bistrot.

  20. toujours est il qu’un président a été saluer une victoire allemande !
    lui anti français a saisi l’occasion qui se présentait ! il est fort cet emmanuel!

  21. Theodore C’est le seul programme politique qu’il y ait eu pour la France! Le seul ! Citez m’en un autre . Tout ce qui a été fait de bien pour la France l’a été sous sont règne . Nous vivons encore sur ce qu’il a fait pendant ses dix ans à la tête du pays . Tous les grands projets ont été initiés par sa volonté politique . Ceux qui l’ont suivi n’ont fait que déconstruire à force de réformettes ridicules ! L’indépendance de l’Algérie a été le seul point noir de sa politique .

    • L’indépendance de l’Algérie a été le seul point noir de sa politique / dixit

      OH que non, il y a eu bien d’autres points noirs sur son CV… ( A commencer
      par la premiere des trahisons : la parole qu’il avait donné a son armée, et ne parle même pas de nous…)

      vous idolatrez DE GAULLE ! en croyant qu’il a decouvert le fil a couper le beurre politique… il a eu la chance surtout de faire sa politique a une époque ( 58/69 ) ou la France etait en plein BOOM…( suite SURTOUT aux aides du plan marshall, qui fut une bouffee d’oxygene a partir de 1960 pour ce pays et l’europe…/ italie – allemagne – etc…)

      l’Espagne elle est restée sur la touche, tout simplement parce qu’elle n’a
      pas eu de plan marshall pour la relancer ! ( voila la verité )

    • Si l’Algérie était restée française les musulmans seraient majoritaires aujourd’hui!!!!

      • Avez vous pense une simple fois, au mot « partition »….? ( je vous laisse trouver les synonimes…)

    • On doit effectivement de grandes et bonnes choses à De Gaulle, au premier rang desquels notre dissuasion nucléaire et le désalignement (malheureusement perdu depuis par la faute des pourceaux chirac et sarkozy). Et cela, beaucoup l’oublient.
      Mais le tort fondamental de De Gaulle a été de passer par pertes et profits notre désastre de 1940, et de remettre en selle, en 1946, le régime des partis, au lieu d’opérer une nécessaire et salutaire remise en cause des institutions (ce que sa constitution ultérieure de 1958 ne fera pas davantage).
      La France, après 1945, n’a fait que glisser sur la planche savonnée depuis les années 20 et 30.
      De Gaulle en définitive n’a fait que des re-plâtrages ; il a manqué l’occasion historique d’effectuer le redressement de la France.

  22. LE NATIONALISME GAULOIS FRANCAIS EST UNE ECOLE DE LIBERTE ( contrairement aux ecoles de pensée politiques cosmopolites socialo-communiste gauchiste judaique ou islamique etc)… Et Mr De Verdelhan a tous les droits de faire une critique sévère du Gaullisme et c’est même utile de faire la critique du Gaullisme , du Petainisme et de toute autre expérience nationale française .. La pensée française aryenne déteste les TOTEMS ET LES TABOUS . Seulement IL EST TEMPS , de faire une synthèse du patrimoine historique français dans lequel De Gaulle et Petain ont tous les deux leur place . N’oublions jamais que De Gaulle était Barresien et il a sauvé la France en 1945, comme Petain l’a sauvée en 1940 .. En 2020 le nationalisme français doit veiller à Rassembler contre de nouveaux DEFIS

  23. car le gaullisme n’est pas un courant de pensée ou un programme politique, c’est une idolâtrie./ dixit

    Clap ! Clap! Clap !

    Éric de Verdelhan il va falloir vous faire une statue…

    • Je vais bientôt fonder un nouveau parti politique ,le FPG( front populaire gaulliste,bien que l adhésion soit gratuite je pense que Mr de Verdelhan déclinera.

        • le niveau de votre réponse en dit long sur votre état mental,il est temps de consulter Mr le Marquis.

      • Je vais fonder moi, le PFG..
        ( POMPES FUNEBRES Gaulliste ) vu le nombres de croque morts toujours en place !

        • Bravo, j’adhère à votre projet, et mettre dans le même sac tous ceux qui se réclame de la Ripoublique!

  24. Et puis il ne sont pas si nombreux ceux qui comme de De Gaulle sont entrés l’histoire avant d’entrer en politique.

    • Ah ? Vous trouvez ?

      J’en vois tout un tas, au contraire. Rien qu’au XIXème siècle et rien qu’en France…

        • Lamartine, Victor Hugo, le General de Castelneau, général Koenig, capitaine Dronne,
          Pierre Clostermann,commandant Kiefer, général Bigeard… entre autres.

          • Merci ! Le premier auquel j’ai pensé était Lamartine, justement, mais j’avais la flemme de faire une liste. Bernadotte, etc. Mais je pensais plus à des scientifiques et à des poètes et écrivains qu’à des militaires. Je n’avais pas pensé à Victor Hugo.

            Castelneau a fait de la politique ? Je ne savais pas.

    • Pas moi, car on ne peut pas envisager la destinée d’un pays à partir d’un mythe bâti sur une imposture . Tout le monde politique actuel se réclame du gaullisme, de la révolution de 1789, des idées des lumières, des droits de l’homme, etc .On voit où cela nous mène.

      • Le rôle du Général et la France Libre a Été une imposture?

      • C’est vrai ! Tous ces imposteurs qui ont été blessés à la fesse, quand même : Alphonse Boudard, Tony Hillerman, le rhinocéros de Spirou et Fantasio…

      • Robespierre, Diderot et Holbach ont été blessés à la fesse aussi ?

        • Robespierre, Diderot et Holbach ont été blessés à la fesse aussi ?/ dixit

          absolument, et par marine le pen vous vous rendez compte…!!!! 😉

          oui car elle a affirmée le 6/11/2019 qu’elle « piquait aux fesses » le Rassemblement national pour être « meilleur » et « aller plus loin » lors des élections à venir jusqu’à la présidentielle 2022…

          robespierre a toujours mal au cul ! diderot et Holbach un peu mieux, et moi aussi

Les commentaires sont fermés.