Quenelles à Oradour, Auschwitz, Poitiers : hommage des barbares aux nazis et aux islamistes

Publié le 10 février 2014 - par - 3 407 vues
Share

quenelle-oradour-flouteeDeux partisans de Dieudonné se sont photographiés effectuant une quenelle dans l’église d’Oradour-sur-Glane. Les barbares sont ainsi de retour sur un lieu exprimant tristement l’incapacité de la France à se défendre face à ses ennemis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Oradour-sur-Glane est le lieu d’expression de la pire barbarie nazie en France, des soldats de la Panzerdivision SS Das Reich ont exterminé des populations civiles paisibles,en tout 642 Français dont 450 femmes et enfants ont péri. Cette tragédie révèle le destin partagé par beaucoup d’autres Français pendant cette période de l’occupation.

La quenelle est un geste de dérision, qui rend hommage à Dieudonné et son combat « anti-système ». Ce n’est pas la première fois qu’elle a été effectuée devant des lieux symboliques du martyr de populations civiles face à la barbarie. Ainsi, devant le camp d’extermination d’Auschwitz, devant un wagon de déportation à Drancy ou devant l’école d’Ozar Hatorah à Toulouse récent lieu des lâches assassinats de Mohamed Merah sur des enfants et familles.

quenelleaushwitz quenelle-drancy quenellemerahEn quoi faire des quenelles sur ces lieux est un geste « anti-système » ? Est-ce à comprendre que les populations civiles françaises d’Oradour-sur-Glane faisaient partie du système ? De même pour les millions de Juifs déportés ? Et hier encore, Myriam faisait-elle partie du système ?

quenellemiriam

Ces questions en posent une autre : si toutes ces populations représentaient le système, quels étaient à l’époque et qui sont aujourd’hui les combattants «anti-système » ? A en répondre au vu des photos, les nazis hier, les islamistes aujourd’hui sont les plus parfaits exemples de ce combat «anti-système ».

Les combattants «anti-système » ont toujours été les ennemis de notre civilisation. Les nazis l’ont été pendant une dizaine d’années, les jihadistes depuis 1400 ans.

Ainsi une quenelle a été effectuée par des musulmans, du collectif Muslim United en l’hommage de nos ennemis porteurs de l’idéologie islamique sur le haut lieu de mémoire de la bataille de Poitiers en 732.  Au cours de cette bataille les troupes mahométanes de Abd al-Rahman furent défaites par Charles Martel. Bien qu’il nie la réalité  historique de cette bataille (1), le collectif  Muslim United a tenu à faire cette quenelle pour symboliser l’inutilité du combat de Charles Martel, démontrant par leur présence que près de 1300 ans plus tard, les musulmans peuvent se moquer en toute liberté de cette mémoire et ont depuis lors largement dépassé Poitiers.

quenellePOITIERSCes différentes quenelles démontrent que les suiveurs de Dieudonné ou dissidents, commencent à s’attaquer aux Juifs, y mettant un coin de séparation entre ces derniers et le reste de la population française, divisant ainsi leurs ennemis potentiels. Les Juifs étant minoritaires, il est naturel qu’ils soient les premiers à être ciblés car plus vulnérables, cette quenelle d’Oradour-sur-Glane nous montre bien qui seront les suivants.

Hier comme aujourd’hui, les causes de l’invasion barbare sont à rechercher dans un pacifisme mièvre.

Cette faiblesse s’est révélée au lendemain de la première guerre mondiale. Un esprit pacifiste voulait une paix et une réconciliation aveugles face à un ennemi qui n’éprouvait qu’un désir de revanche. Voilà pourquoi les politiciens Français, Aristide Briand en tête, ont trahi le Traité de Versailles et la France, permettant à nos ennemis de se ragaillardir pendant que la France se pacifiait.

Cette lâcheté, mère de toutes les concessions, de toutes les tentatives d’apaisement avec l’ennemi a abouti à la dégradante défaite de la guerre 39-40 et à l’humiliation de l’occupation. Les barbares en ordre de bataille ont gagné un pays qui se plaisait dans sa douceur de vivre.

Aujourd’hui, d’autres barbares, bien moins organisés, mais n’en ayant pas moins une volonté belliqueuse et une constance dans cet effort sont de nouveau présents sur notre sol. Ne respectant aucunement la culture du pays, ses mœurs, son histoire, ils viennent saccageant tout d’autant plus facilement que toute l’intelligentsia les y encourage. Une nouvelle fois, la faillite des élites aboutit aux mêmes conséquences. Face à l’envahisseur, les mêmes tentatives vaines d’apaisement et de réconciliation pullulent en provenance de  tous les groupes à visée politique de l’extrême-gauche à l’extrême-droite.

L’unanimité des groupes politiques sur les stratégies qui visent à pactiser avec ces barbares ne fait que renforcer l’humiliation que subit la France face à un ennemi non assumé.

Les mauvaises leçons ont été tirées sur les causes de la Seconde Guerre mondiale. Le patriotisme a été dénoncé comme la cause de tous les maux, et le pacifisme coupable a été réhabilité tout au long de la seconde moitié du XXème siècle. Il a servi de matrice idéologique au tiers-mondisme, qui est, sous couvert du droit des « opprimés » à une légitime dignité, une acceptation de tous les abus et violences justifiés du moment qu’ils sont commis par les partisans du tiers-monde contre l’ordre Occidental. C’est ce tiers-mondisme que nous subissons aujourd’hui, les « opprimés » étant les nouveaux colons n’en gardent pas moins leur ascendant moral sur un pays dont toute velléité patriotique est vilipendée.

Le redressement de la France nécessaire après 39-45 n’a pas eu lieu, c’est aujourd’hui notre dernière chance de  l’accomplir.

Face à ces noires idéologies de résignation et d’asservissement, les Français doivent retrouver l’esprit combatif sur lequel s’est bâti leur pays, seule voie possible pour la survie de la Civilisation.

Pour cela il est impératif de ne pas s’appuyer sur une hypothétique clémence de l’ennemi, Oradour-sur-Glane nous le rappelle autant par la barbarie qui s’y est exercée, que par l’injure exprimée en 2014 par la quenelle.

Clemenceau, dans son constat de la décadence française dans l’entre-deux guerre disait :

« Nous n’avons point d’homme de génie et je n’en attends pas. Je voudrais simplement que le peuple français osât compter sur lui-même, et c’est précisément le spectacle qui m’est refusé »

« La France sera ce que les Français auront mérité. »  (Grandeurs et misères d’une victoire, librairie Plon)

User de notre responsabilité et croire en nous se trouvent être les seuls moyens de revenir dans l’Histoire que le pacifisme et l’antipatriotisme nous ont fait quitter.

Olivier Fabre

(1) http://www.youtube.com/watch?v=RMfcoWIl0lM#t=04m00s

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.