Qu’est-ce que le Great Reset ? L’agenda mondialiste derrière le Covid-19

Le sujet de la Grande Réinitialisation, du Grand Reset, est primordial, il s’agit sans doute du plus grand événement mondial de tous les temps et nous sommes en train de le vivre.

À côté de ce problème, la lutte contre l’islam, le combat contre l’UE pour le rétablissement de la souveraineté française, la lutte contre l’immigration, tout cela est secondaire car tout cela est dépendant de ce plus grand problème, à savoir la lutte entre une petite élite mondialiste de banquiers et de multinationales et les peuples.

Les uns veulent soumettre les autres à l’esclavage éternel et c’est ce qu’ils sont en train de réaliser sous nos yeux avec tout ce matraquage médiatique autour du covid19.

Des goulags d’un nouveau genre (camps d’isolement et de quarantaine) sont en train d’être construits au Québec, Nouvelle-Zélande.

En France, le nouveau projet de loi de prolongation de l’état d’urgence sanitaire ayant été voté ces derniers jours, ils seront maintenant autorisés à nous mettre en prison sans passer par la case jugement !

Source : http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15t0494_texte-adopte-seance

*********************

Le lanceur d’alerte québécois Alexis Cossette a bien expliqué tout ce qui se trame avec cette histoire de grand reset.

Vous pouvez aller voir sa vidéo sur Périscope : https://www.pscp.tv/w/1yoJMXoQzllGQ

C’est sans doute la vidéo la plus importante à voir si vous voulez comprendre le monde infernal que les élites mondialistes sont en train d’installer sous nos yeux.

***************************

A la veille de l’élection présidentielle américaine, et au moment où la pandémie du COVID a permis l’imposition de mesures liberticides qui auraient été impensables il y a encore quelques mois, il devient moins facile de liquider comme complotistes ceux qui dénoncent le plan global de « Great reset » contre Dieu et l’homme dont les différentes formes de confinement en cours sont les prémisses sous les yeux de tous.

L’ex-nonce à Washington s’adresse solennellement à l’homme en qui il voit – peut-être contre toute attente – celui que la Providence a choisi pour être le Katechon, empêchant l’accomplissement du « mystère d’iniquité ».

***************************

Plus de renseignements sur le covid : 

  • Suivez les lanceurs d’alerte Alexis Cossette ou Silvano Trotta sur Twitter.
  • Allez voir cette chaîne telegram sur le covid façon 1984 : t.me/ReOpenCovid1984

********************************

Pour approfondir un des aspects de la vidéo d’Alexis Cossette, lisez l’article ci-dessous que j’ai reproduit du site jeune-nation. Si l’un des deux sites est fermé, une copie de cet article survivra sur l’autre site.

Qu’est-ce que le Great Reset ?

Le 3 juin dernier, Klaus Schwab et le prince Charles annonçaient en grande pompe le lancement du Great Reset (« Grande Réinitialisation »), l’occasion pour le président du Forum économique mondial de présenter le Covid-19 comme « une fenêtre d’opportunité rare mais étroite pour repenser, réinventer et réinitialiser notre monde ».

La vidéo sous-titrée en français du lancement officiel du Great Reset.

S’affichaient, le 3 juin, aux côtés de l’héritier du trône britannique et du président du Forum économique mondial :

- Antonio Guterres, ancien président de l’Internationale socialiste, ancien Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, actuel secrétaire général de l’ONU. L’ONU est étroitement associée au Great Reset via les Objectifs du développement durable rassemblés en 2015 dans l’Agenda 2030.

- Kristalina Georgieva, la directrice générale du FMI.

- L’«économiste du climat» Nicholas Stern, membre de la commission économique installée par Emmanuel Macron à l’Élysée, membre du Conseil économique sur la santé de la planète de la Fondation Rockefeller. La famille Rockefeller a en effet joué un rôle primordial dans la réduction de l’écologie à la « décarbonation » et à la voiture électrique et ce, depuis le premier Sommet de la Terre et la publication du Rapport Meadows : les limites à la croissance (1972), jusqu’à l’accord de Paris sur le climat (2015) en passant par la création du GIEC (1988). C’est encore la Fondation Rockefeller, qui, dès 2010, a établi le « scénario narratif » de l’« étape verrouillage ».

Cliquez pour télécharger le rapport de la Fondation Rockefeller
où fut établi, en mai 2010, le « scénario narratif » de « l’étape confinement »

- Ajaypal Singh Banga, PDG de Mastercard, membre du Council on Foreign Relations et de l’International Business Council du Forum économique mondial.

- Bernard Looney, directeur général de BP.

- Brad Smith qui représente Bill Gates, dont il est le successeur à la tête de Microsoft. Rappelons que le Forum économique mondial et la fondation Bill & Melinda Gates avaient coorganisé, en octobre 2019, Event 201, une étrange simulation autoréalisatrice de pandémie mondiale au coronavirus avant de lancer, dès le 23 janvier 2020, à l’occasion du forum de Davos, le programme mondial de vaccination (ARN messager). Coordonné par la Coalition pour les innovations en préparation aux épidémies (CEPI), ce programme est présidé par Richard Hatchett, qui se trouve être celui qui, au début des années 2000, a théorisé pour la première fois le confinement (lockdown) et la distanciation sociale (social distancing), alors qu’il officiait au sein de l’administration Bush Junior.

- Le démocrate « nobélisé » Al Gore et l’ancien secrétaire d’État John Kerry, qui copréside le groupe de travail sur le changement climatique de Joe Biden, ont également soutenu publiquement cet agenda, appuyé par l’OCDE via un rapport intitulé Reconstruire en mieux : une reprise durable et résiliente après le COVID-19.

- Représentée par son ministre des Finances Mohammed Al-Jadaan, l’Arabie saoudite, qui assure cette année la présidence du G20, participe également au Great Reset, via le projet Saoudi Vision 2030.

- La Chine est représentée par Ma Jun, président du Comité de la finance verte et membre du Comité de la politique monétaire de la Banque populaire de Chine

Intitulé COVID-19 : The Great Reset, ce plan de « réinitialisation du monde » a été publié au début de l’été 2020 par le Forum économique mondial chez Forum Publishing.

Il est cosigné par Klaus Schwab, par ailleurs membre du conseil international du Centre Peres pour la paix (sionisme) et ancien membre du comité de pilotage du Groupe Bilderberg (mondialisme), et par son bras droit, le consultant Thierry Malleret. Également connu sous le pseudonyme de Milton Peel, marié à l’ancienne assistante du prince Charles, Thierry Malleret est un consultant financier (The Monthly Barometer, IJ Partners, Rainbow Insight), spécialiste de la Russie qui a officié successivement au cabinet militaire de Jacques Chirac à Matignon, à la BERD auprès de Jacques Attali, puis comme principal conseiller de l’oligarque russo-israélien Mikhaïl Fridman en qualité de chef économiste d’Alfa Bank.

Sur le plan de la communication, le Great Reset repose avant tout sur la peur, puis sur les injonctions sanitaires et climatiques qui permettent d’obtenir un assujettissement de la population par le chantage compassionnel à « sauver des vies » et à « sauver le climat ». La lecture du Great Reset et l’analyse des forces en présence permettent d’établir un parallèle avec 1917. Avec une destruction contrôlée de l’économie réelle et de la classe moyenne occidentale, se dessine en effet un « bolchevisme 2.0 », où le vert a remplacé le rouge, le « social » s’est muté en « durable » et où le rôle de la Tchéka est occupé par la combinaison de l’intelligence artificielle (IA) et de la 5G. Au sommet du monde cauchemardesque du Great Reset, BlackRock, le plus gros gestionnaire d’actifs au monde détenant des intérêts majeurs dans les mégabanques, les gros médias, le Big Pharma et les géants du Web. Dictant leurs politiques aux banques centrales et aux États, ce pouvoir « fantôme » entend régner, grâce à son contrôle de l’intelligence artificielle (IA), sur une humanité drastiquement réduite en nombre, largement métissée et composée d’esclaves de la dette assignés à résidence.

D’une manière générale, le niveau d’adhésion des gouvernements au projet est strictement indexé sur leur acceptation du récit de la « pandémie de Covid-19 » imposée par les gros médias. Appliqué à la virgule près par la Commission européenne (via le Green Deal) et dans les pays du Commonwealth, le Great Reset constitue ce qu’Emmanuel Macron a pudiquement appelé « le jour d’après ». Il forme, outre-Atlantique, la colonne vertébrale du programme de Joe Biden. Une fois que l’on a pris connaissance de ce plan et qu’on l’a compris, l’action gouvernementale et les mesures Covid-19 que l’on croyait absurdes deviennent tout à fait cohérentes. Une cohérence impossible à assumer politiquement auprès du grand public.

Emmanuel Macron, promoteur zélé du Great Resetici à l’Élysée le 24 avril 2020 

Nous vous épargnons ici les innombrables mentions des termes « durable » (comprendre « malthusien »), « inclusif » (comprendre « abolition des identités et des valeurs traditionnelles ») et « résilient » (comprendre « destructeur ») qui pourraient composer la nouvelle devise de ce système politique qui, au prétexte du Covid-19, présenté comme une « menace publique, universelle et existentielle », entend « redéfinir notre humanité ». Aboutissement du projet mondialiste, ce plan tout à fait diabolique fondé sur la « destruction créatrice » (la conception kabbaliste du monde) est actuellement appliqué sous nos yeux.

En raison de l’urgence de la situation, Faits & Documents présente un bref condensé de l’ouvrage Covid-19 : The Great Reset dont aucun média français n’a fait écho malgré son importance majeure. Les origines, les implications, les non-dits et les acteurs de ce plan sont présentés en profondeur dans Coronavirus : La Vraie Chronologie la série événement de F&D (n°482 à 489). 

Quelques citations tirées
de COVID-19 : The Great Reset :

« La gouvernance mondiale est au cœur de toutes les autres questions. »

« L’hypothèse fondamentale est que la pandémie pourrait continuer à nous affecter jusqu’en 2022. […] Un retour complet à la « normale » ne peut être envisagé avant qu’un vaccin ne soit disponible. »

« Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses reviendront à la normale. La réponse est courte : jamais. […] Il y aura une ère « avant le coronavirus » (av. C) et « après le coronavirus » (apr. C). »

« Lorsqu’ils y sont confrontés, certains dirigeants de l’industrie et certains cadres supérieurs peuvent être tentés d’assimiler la réinitialisation à un redémarrage. […] . Cela n’arrivera pas parce que cela ne peut pas arriver ».

« Les mesures de distanciation sociale et physique risquent de persister après la disparition de la pandémie elle-même, justifiant la décision de nombreuses entreprises de différents secteurs d’accélérer l’automatisation. »

« Il est loin d’être certain que la crise du COVID-19 fasse pencher la balance en faveur du travail contre le capital. Politiquement et socialement, cela serait possible, mais la technologie change la donne. »

« Jusqu’à 86 % des emplois dans la restauration, 75 % des emplois dans le commerce de détail et 59 % des emplois dans le divertissement pourraient être automatisés d’ici à 2035. »

« Jusqu’à 75 % des restaurants indépendants pourraient ne pas survivre aux confinements et aux mesures de distanciation sociale ultérieures. »

« Aucune industrie ou entreprise ne sera épargnée. »

« La « tyrannie de la croissance du PIB » prendra fin. »

« La fiscalité augmentera. Comme par le passé, la logique sociale et la justification politique qui sous-tendent les augmentations seront basées sur le récit des « pays en guerre » (mais cette fois contre un ennemi invisible). »

« Le contrôle public des entreprises privées augmentera. »

« Les entreprises n’adhéreront pas nécessairement à ces mesures parce qu’elles les considèrent comme « bonnes », mais plutôt parce que le « prix » à payer pour ne pas s’y soumettre sera trop élevé en termes de colère des militants. »

« L’activisme des jeunes s’accroît dans le monde, étant révolutionné par les réseaux sociaux qui accentuent la mobilisation à un niveau qui aurait été impossible auparavant. Il prend de nombreuses formes différentes, allant de la participation politique non institutionnalisée aux manifestations et protestations, et aborde des questions aussi diverses que le changement climatique, les réformes économiques, l’égalité des sexes et les droits LGBTQ. La jeune génération est fermement à l’avant-garde du changement social. Il ne fait aucun doute qu’elle sera le catalyseur du changement et une source d’élan critique pour le Great Reset. »

« Avec le confinement, notre attachement à nos proches s’est renforcé, avec un sentiment renouvelé d’appréciation pour tous ceux que nous aimons : la famille et les amis. Mais le côté sombre à cela est le déclenchement d’une montée des sentiments patriotiques et nationalistes, avec des considérations religieuses et ethniques troublantes. En fin de compte, ce mélange toxique a fait ressortir le pire de nous-mêmes en tant que groupe social. »

« Vu en ces termes, le coronavirus a renforcé et non réinitialisé les problèmes liés à la santé mentale. […] Dans l’ère post-pandémique, ces questions peuvent désormais recevoir la priorité qu’elles méritent. Cela constituera une réinitialisation vitale. »

« La combinaison de l’intelligence artificielle (IA), de l’Internet des objets (IoT) et des capteurs et de la technologie portable produira de nouvelles perspectives sur le bien-être personnel. Ils surveilleront ce que nous sommes et ce que nous ressentons, et brouilleront progressivement les frontières entre les systèmes de santé publics et les systèmes de création de santé personnalisés – une distinction qui finira par s’effondrer. »

« L’impératif actuel de propulser, quoi qu’il arrive, « l’économie sans contact » et la volonté ultérieure des régulateurs de l’accélérer signifient qu’il n’y a plus de blocage. »

« Au fur et à mesure que la distanciation sociale et physique persistera, s’appuyer davantage sur les plateformes numériques pour communiquer, travailler, demander des conseils ou commander quelque chose gagnera peu à peu du terrain sur des habitudes autrefois enracinées […]. Si les considérations de santé deviennent primordiales, nous pouvons décider, par exemple, qu’un cours de cyclisme devant un écran à la maison ne correspond pas à la convivialité et au plaisir de le faire avec un groupe dans un cours en direct, mais est en fait plus sûr (et moins cher !). Le même raisonnement s’applique à de nombreux domaines différents comme prendre l’avion pour une réunion (Zoom est plus sûr, moins cher, plus vert et beaucoup plus pratique), se rendre à une réunion de famille éloignée pour le week-end (le groupe familial WhatsApp n’est pas aussi amusant mais, encore une fois, plus sûr, moins cher et plus écologique) ou même suivre un cours académique (pas aussi enrichissant, mais moins cher et plus pratique) ».

« L’endiguement de la pandémie de coronavirus nécessitera un réseau de surveillance mondial. »

« La recherche des contacts a une capacité inégalée et une place quasi essentielle dans l’arsenal de lutte contre le COVID-19, tout en étant en même temps positionnée pour devenir un catalyseur de la surveillance de masse. »

« Au cours des mois et des années à venir, le compromis entre les avantages pour la santé publique et la perte de la vie privée sera soigneusement pesé, devenant le sujet de nombreuses conversations et de débats animés. La plupart des gens, craignant le danger du COVID-19, se demanderont : n’est-il pas insensé de ne pas tirer parti de la puissance de la technologie pour venir à notre secours lorsque nous sommes victimes d’une épidémie et que nous sommes confrontés à une sorte de situation de vie ou de mort ? Ils seront alors disposés à renoncer à une grande partie de leur vie privée et conviendront que dans de telles circonstances, le pouvoir public peut légitimement passer outre les droits individuels. »

« À première vue, la pandémie et l’environnement peuvent sembler n’être que des cousins éloignés ; mais ils sont beaucoup plus proches et entrelacés qu’on ne le pense. […] Ils sont de nature mondiale et ne peuvent donc être correctement traités que d’une manière coordonnée au niveau mondial. »

« Plus la croissance démographique est élevée, plus nous perturbons l’environnement, plus le risque de nouvelles pandémies est élevé. »

« La fragilité des États reste l’un des défis mondiaux les plus critiques, particulièrement répandu en Afrique. […] La rupture des chaînes commerciales et d’approvisionnement causée par la pandémie provoquera une dévastation immédiate. »

« L’un des effets les plus évidents pour les parties les plus riches du monde de la misère économique, du mécontentement et de la faim dans les États les plus fragiles et les plus pauvres consistera en une nouvelle vague de migration de masse dans sa direction, comme celles qui ont eu lieu en Europe en 2016. »

Source : https://jeune-nation.com/actualite/geopolitique/quest-ce-que-le-great-reset-lagenda-mondialiste-derriere-le-covid-19

Références rassemblées par Julien Martel

image_pdf
0
0

41 Commentaires

  1. TOUT CELA EST LEUR FANTASME qui n a rien a voir avec la realite ! un tel projet peut etre le fait de leur esprit derange de grosses carpes suralimentees aux dollars … mais la carpe , c est bien connu ne voit que le grain de mais ; pas l hamecon … la carpe ne voit pas le pecheur qui l attend patiemment assis sous un arbre et lisant : essai sur l evolution de l esprit humain de CONDORCET . et c est le pecheur qui gagne !

  2. Juju’,

    j’ai lu un de tes articles sur les anti-fa’ à Vienne tabassés par des « loups gris » – non, tout n’est pas tribal…

    mais le fait est que dans un cadre inter-ethnique, tout le devient. Par contre, tout est économique : ce n’est pas pour crever de faim que les loups gris suivent erdogan mais bien pour bouffer la Libye, la Syrie… – c’est donc bel et bien tjrs économique.

    Les immigrés, c’est du prolétariat ethnique…anti-communiste et donc exclus de la Cause (les vrais communistes ne sont jamais des idiots).

    Geof’Rey, neo-communiste gaulois belge

  3. « Jusqu’à 86 % des emplois dans la restauration, 75 % des emplois dans le commerce de détail et 59 % des emplois dans le divertissement pourraient être automatisés d’ici à 2035. »

    ça n’a rien à voir avec le covid, c’est l’effet robotisation !!!

    le Kapitalisme est virtuellement mort…vive le communisme démocratique (l’Urss étant la version dictatoriale)..ou alors ne vous plaigniez plus de la privatisation des autoroutes.

    Geof’Rey, neo-communiste gaulois belge

    • Normal la robotisation
      pourquoi payer des humains !!!
      Ils font grève , faut payer les salariés malades, dépressifs, les congés paternités, les grossesses, les retraites
      En plus les salariés ne travaillent pas 24h sur 24 ni 7j sur 7

  4. Lisez le livre ! Après, vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas prévenus !

    • Pas facile d’acheter un livre avec l’emprisonnement actuel quand on ne veut pas, précisément avoir affaire à cette saleté d’amazone : comment faites-vous ?
      Article qui donne froid dans le dos, oui le mondialisme, le N.O.M. et ses serviteurs zélés macron veran buzzin attali sont notre problème n° 1. véran vient encore aujourd’hui de faciliter l’avortement pendant la seconde vague de l’épidémie. Les femmes enceintes pourront se faire prescrire à distance une IVG médicamenteuse avec une extension dérogatoire du délai à 7 semaines de grossesse (contre 5 prévues par la loi.) On tue allégrement aux 2 bouts de la vie, les bébés et les vieux.

  5. Malheureusement, sur ce site Riposte Laique, presque personne ne comprend que l’islam et l’islamisation ne sont qu’un problème subalterne et périphérique. Une personne comme Christine Tasin a encore écrit noir sur blanc il y a quelques jours dans je ne sais plus lequel de ses articles ou de ses commentaires, que l’islam était notre plus gros problème (et on sentait qu’elle voulait dire le seul) !

    Le problème n° 1, le vrai problème, celui qui est à la base de tous les autres, c’est cette mondialisation en cours, qu’on n’a aucune chance de juguler si on ne l’attaque pas à la base.

    • mais bilout’, c’est mon article intitulé « mondialisation, ce n’est que l’Internatione Kapitaliste », ce dont tu parles – je l’ai dit à RL : trop d’articles tue la lucidité

      Geof’Rey, neo-communiste gaulois belge

    • @ Fleur de Lys. Bonjour Fleur de Lys. Merci beaucoup pour le lien captivant et tellement vrai. Jacques Ellul disait: « Jouez, jouez, nous nous occupons du reste … »

  6. Excellent article!
    Certes, la pandémie de la maladie du CO-VI2 est une « opportunité » pour la poignée de maîtres du monde occultes qui nous submerge de ses clandestins islamisés. Mais le projet de « pire des mondes à la Soros est bien plus large et « pérenne » qu’une pandémie.
    A Huxley en 1936 ne connaissait pas le numérique, l’informatique, la télé décervelante… lorsqu’il a écrit son « Meilleur des Mondes ».
    Après les télés crétinisantes, place aux GAFAMS, ces rézosocio qui volent nos informations les plus personnelles et les réutilisent contre nous.
    Bientôt plus de monnaie fiduciale. Que des échanges de données numériques entre machines, des plus petites aux plus monstrueuses.
    Terra-Sister-Bilderberg est l’outil de domination des Peuples!
    Place à l’Intelligence artificielle !

    • Le Covid-19 est bien plus qu’une opportunité pour tous ces salauds qui gouvernent le monde en sous-mains. Il n’y a pratiquement plus de doute qu’il a été voulu, prévu, sa diffusion et la façon de le traiter organisés à l’échelon mondial.
      Et l’on voit bien quel but – largement dévoilé dans les extraits de ce rapport-programme publiés par Julien Martel – était poursuivi.

      Le Covid sert d’accélérateur. L’étape suivante sera la vaccination obligatoire et universelle, qui consistera – sous couvert de protéger les gens – en un gigantesque fichage destiné à mieux les surveiller.

      Et le but final est l’esclavage définitif de toute la population mondiale grâce à un gouvernement mondial qui ne doit plus pouvoir être renversé.

      • Le grand village mondial de consommateurs, avec le cul, la drogue et les loisirs, c’est en effet cet objectif, si bien dépeint dans « Le meuilleur des Mondes ». Que le virus ait été importé par la CIA avec l’alibi-explication de Wuhan à côté, c’est possible, mais non prouvé. C’est le contaminateur contaminé. Avaient-ils pesé les risques? Il est vrai que la CIA n’est plus à un million de morts près, ni à une manipulation de masse près.
        Et pour les puissants, à l’instar de Trump, il y aura, toujours prêt à servir, un mélange d’anticorps salvateurs.
        30.000$ la dose et il en faut plusieurs, Soros et ses amis sont tranquilles.

  7. Désolé mais… Théorie délirante! Que certains dirigeants aient une volonté (secrète ou non) de toute puissance est une chose, d’imaginer qu’ils pourront l’assouvir en est une autre. Cette théorie du « grand reset » s’adapte remarquablement, on y ajoute la 5G, puis le coronavirus, demain il y aura autre chose que les théoriciens malades y ajouteront! La vérité est plus simple: Certains dirigeants et hommes d’affaires se découvrent des velléités de dictateurs mais ça ne reste que des rêves dans leur esprit dérangé. Aujourd’hui Gates a émergé, qui n’a rien fait de bien utile dans sa vie à part son Windows. Qu’il reste sur ses platebandes. Ce qui fait le « succès de cette théorie » n’est pas sa réalité mais la publicité que lui en font des théoriciens aussi malades que ceux qu’ils dénoncent!

        • On savait déjà que les noirs courent plus vite et les Blancs réfléchissent plus vite et mieux, on a maintenant également compris que le QI des LGBT est largement inférieur à celui des gens normaux. Merci batigoal!

        • Vous voulez que je vous fasse un petit cours d’architecture du could Azure peut être? Je peux vous faire passer la certif niveau 1 si vous voulez mdr

    • Réalité tangible, etayée par de nombreux faits concordants et qu’on ne peut plus nier. Et c’est pourquoi vous essayez de les balayer d’un revers de la main (preuve d’ailleurs de votre mauvaise foi) : en effet il vous serait difficile de les réfuter si vous deviez les passer en examen, faute d’arguments… ce pourquoi aussi vous vous borniez à citer Bill Gates… C’est tellement plus commode.
      Malheureusement il y aura toujours des gens comme vous, idiots utiles et inconscients d’un problème qui les dépasse complètement et dont ils seront eux aussi les vicitimes, mais qui sont incapables de comprendre, quoi qu’on dise et quoi qu’il arrive, parce qu’ils ne veulent même pas comprendre.
      S’enfouir la tête dans le sable n’a jamais été que la solution des idiots et des lâches.
      Dormez bien !

      • Au lieu de blablater dans le vent, citez quelques noms autres que Gates et expliquez en quoi ils favorisent un « grand reset ». Avec votre pseudo ça devrait vous être facile non?

        • Gates, Soros, et tous les types cités par J. Martel ne favorisent pas le « grand reset », ils y travaillent. Les explications, on vous les a déjà données, mais le problème c’est que vous ne voulez ni entendre, ni comprendre.

  8. Le complot du grand reset est une chimère explicative complètement délirante qui convient très bien à des esprits dogmatiques ignorants des véritables notions de preuves juridiques et scientifiques.
    Les preuves du danger de l’islam et de l’immigration sont faciles à démontrer mais pour ce qui est du juridique et de la science , celà demande de consulter des experts des notions de preuves de ces 2 domaines de la connaissance pour porter un jugement éclairé.
    Riposte Laïque est en manque de discernement en dehors du sujet de l’islam et l’immigration.
    Celà frise la maladie mentale et pire le malade se croit sain d’esprit.
    Tristesse….

      • Comme dit plus bas: ca sera tres interessant pour Bill Gates ce scenario de « collapse »: sa fortune qui sert plus à rien, plus d’utilisateurs pour ses produits. Pareil pour Amazon et les autres. Plus de consommateurs. Vraiment ce scenario apocalyptique est super intéressant pour eux. Une fois encore, au lieu de chercher des « infos » sur des sites obscurs, utilisez votre propre logique pour juger si c’est crédible ou pas. Provoquez des exemples n’allant pas dans votre raisonnement pour les challenger. Bref soyez sceptique, mais pas délirant 🙂

    • quiditfaux, le frère-jumeau de Batigoal sur ce site.
      Oui, on peut bien parler de « tristesse » !…
      Moi, j’aurais dit « affligeant » !

    • Arrêtez avec votre style ampoulé et vos airs de « monsieur je sais tout ». Vous n’êtes qu’un abruti venu troller sur ce site.

  9. ouf, je pensais que le but était de détruire 80% de la population mondiale, me voilà rassuré…

    • pour atteindre le score idéal de 500 Millions d’habitants sur la PLANÈÈTTT, il faut une diminution de la population de 93% environ..
      Moi je dis que c’est bien, on n’aura plus de problème de pollution et une diminution drastique des migrations, il n’y aura plus personne à migrer. du coup ça rendra inutile les déconogistes et la gauchiasserie… pas si mal en fait ce grand reset, surtout si on est du bon côté du manche.

      • Bill Gates est du bon coté. Une fois le reset fait, sa fortune enorme ne servira plus à rien, Microsoft sera sans utilité, tout comme Amazon, Google, vu qu’il y aura personne pour utiliser… Bref une fois qu’on a ecrit ca, on se rend bien compte de la connerie de cette histoire…

        • Si, il y a une possibilité : la robotisation massive des activités humaines évoquée dans l’article il me semble. Ce n’est pas la fortune financière qui fait la richesse mais ce qu’elle permet de faire. Si des familles se partagent le monde et disposent de la puissance technologique pour exploiter les ressources naturelles, les transformer en masse, … elles seront dans une abondance jamais vue. C’est un raisonnement simpliste néanmoins et ça relève de l’anticipation aujourd’hui.

          • Denys, on est dans une société de consommation. On consomme tout, du materiel, des ressources , de l’information. Et le but des gafas, c’est de vous faire consommer encore plus, certainement pas d’eliminer des consommateurs potentiels. La robotisation? l’IA? ca reste bien plus limiter qu’on ne le croit. J’en bouffe des « data scientists » et autres joyeusetés dans mon job. Julien Martel prends 10 phrases d’un sorte de livre blanc, sans aucun contexte, et veux prouver un truc. Procédé malhonnete habituel. Par exemple, la dernière phrase: peut etre que l’objectif est d’eviter cela au contraire. Mais on en saura rien 🙂

        • Sauf que, ducon, c’est beaucoup plus facile de surveiller et maintenir dans l’esclavage une population réduite, quand le cadre d’action est le monde entier, qu’une population en progression démographique incontrôlée et effrénée. C’est pourtant pas compliqué à comprendre…
          Comme il n’est pas compliqué de comprendre que la fortune et les bénéfices ne sont plus ce que recherchent les candidats à la gouvernance mondiale, mais l’ivresse d’un pouvoir illimité et sans partage.

          • vous en savez des choses vous alors, ca sent le haut niveau d’etudes, la lecture de livres, et la reflexion intense.

      • Il faudrait peut-être lire jusqu’au bout…

        « L’un des effets les plus évidents pour les parties les plus riches du monde de la misère économique, du mécontentement et de la faim dans les États les plus fragiles et les plus pauvres consistera en une nouvelle vague de migration de masse dans sa direction, comme celles qui ont eu lieu en Europe en 2016. »

        • Une chose est certaine, c’est qu’avec 500 millions au lieu de 7,5 milliards d’habitants, les migrations seront forcément moins envahissantes .

Les commentaires sont fermés.