Qu’est-ce qui motive les apprentis-journaleux ?

Publié le 25 décembre 2016 - par - 10 commentaires

Qu’est-ce qui fait courir et con(courir) les apprentis-journaleux?

Il s’agit pour les étudiants en écoles diverses de journalisme de mettre le turbo pour perpétrer le travail d’enfumage des journaleux professionnels et de prendre très vite des positions orientées à gauche.

Sinon la carrière peut risquer d’être sans issue.

Le magazine Valeurs Actuelles du 1er décembre titrait à la une :

LA PROPAGANDE DES MEDIAS

(Mensonges, cabales et manipulations – Voyage au coeur de la pensée unique)

J’y lisais que “Dans les écoles de journalisme, les étudiants ne font pas mystère de leur positionnement idéologique : à gauche toute.”

Cela tombe bien puisque c’est la presse de gauche qui a le quasi monopole de l’information et qui empoche donc le maximum d’argent public. Seulement, il semblerait qu’il y ait un peu trop de prétendants et pas assez d’élus concernant les débouchés dans la profession convoitée.

Alors il faudra passer très vite l’épreuve du feu : prouver qu’on est digne d’être opérationnel rapidement et dans ce but montrer patte “rouge”… Pour d’abord plaire aux futurs employeurs.

Et au diable les scrupules : Sincère ? Pas la peine ! Opportuniste ? Pas de problème ! Respectueux de la diversité d’opinions ? Surtout pas !

Respectueux de la déontologie ?… C’est quoi la déontologie ?

Les apprentis-journaleux, pour s’attirer l’intérêt des maîtres entre les mains desquels il s’agit de passer et surtout d’être retenus pour obtenir le sésame, devront donc déjà lors de leurs premiers “vols d’essai”, à savoir leurs premiers écrits trouver les bons sujets à traiter. Rien de plus simple pour les répertorier : il suffit de regarder les sujets développés dans la presse largement subventionnée d’opinion… unique (en France) !

Se positionner CONTRE : le FN en général et ses élus en particulier, les populistes de tous pays, la religion catholique, Israël, la critique de l’islam, les référendums, le suffrage universel, les sites de réinformation en général et leurs responsables en particulier, les frontières…  contre ceux qui travaillent trop pour gagner plus, etc.

(sujets épuisés : Tous contre Trump, Tous contre le Brexit)

Opter POUR: la légalisation des envahisseurs illégaux, la promotion de l’islam (religion exemplaire aux nombreux mauvais exemples à ne pas citer !), le boycott d’Israël, la lutte contre tout ce qui rappelle les racines chrétiennes de la France (et là tous les coups sont permis !), ceux qui en veulent toujours plus mais en travaillant moins (et même pas du tout d’ailleurs !)… etc.

Une fois le sujet bien choisi, un grand pas est déjà réalisé. Et qu’importe le vocabulaire, la syntaxe, le style ! Seul le fond compte. Et pourquoi pas se faire aider par des pro-pensée unique faciles à reconnaître car ils “gueulent” plus fort que les autres. Cela devrait faciliter l’accouchement sans trop de peine d’une logorrhée propre à retenir l’attention des dépositaires de la pensée médiatique de gauche, les gardiens du temple de l’information, faciles à trouver car ils sont les plus nombreux. Les portes ou plutôt les colonnes s’ouvriront : il faut bien favoriser le renouvellement de l’espèce.

Ensuite, munis d’un petit article ou d’un mini-reportage vidéo bien copie conforme aux idéaux des aînés bien installés, les apprentis-journaleux auront mis les chances de leur côté et pourront se voir proposer des stages, des CDD, des piges et parfois des bourses.

Et puis, il y a possibilité de remporter un concours, clé supplémentaire pour être retenu.

Quelques exemples:

En janvier 2014, des étudiants de l’école de journalisme de Tours s’étaient intéressés à la municipalité du village de  Fontgombault dans l’Indre : bonne pioche ! Municipalité depuis longtemps à droite et qui comporte sur son sol une abbaye bénédictine où vivent, du revenu de leur labeur, des moines. Sujet d’étude à l’avance prometteur car un coup double s’annonçait : Contre la droite et contre des “cathos” ! Et sur place, une petite poignée d’agités mécontents, qui voudraient bien une place au sein du conseil municipal… Les électeurs n’en veulent pas malgré (ou à cause) de leur agitation dans tous les sens ! Mais c’est forcément la faute des moines qu’ils accusent de “voter comme un seul homme” ! “Le village est sous l’influence des moines !” pleure l’un des pauvres “Indignés de Fontgombault”, il n’y a pas de fêtes dans le pays, l’épicerie du village sur “injonction du maire ne propose pas de DVD jugés trop lestes” déplore une autre… Les Indignés ont fait tellement de bruit via la presse locale que certains médias nationaux ont repris le flambeau… surtout à gauche… bien sûr !

Le Figaro s’y est intéressé pour preuve le titre : “Un village veut radier ses moines des listes électorales”. Quelques commentaires lus sur le site du magazine à la suite de l’article :

– Faudrait-il alors enlever aux permanents des syndicats le droit de vote ?

-Intolérance et malveillance

-La guerre anticléricale est bien une réalité.

-Ils (les indignés) seraient plus heureux à Pigalle ?

-Au nom de quel principe devrait-on refuser le vote de certains électeurs en fonction de leur origine, sociale, ethnique ou religieuse ?

Pour en revenir aux 2 étudiants de Tours, Mathieu Ligneau et Guillaume Marque, on peut dire que le Ciel les a favorisés car en plus des moines gênants car “votant comme un seul homme”, un maire de cette commune aurait eu des propos qualifiés d’homophobes ! Bingo !… Les lecteurs du JDD ont voté pour leur vidéo sur Fontgombault où les moines “imposent leur loi” :

“LES INDIGNES, LES MOINES ET LE MAIRE”… (ne témoignaient que les Indignés !). Un 1er prix a été remis aux 2 auteurs du reportage en avril 2014 des mains de Bruno Jeudy alors rédacteur en chef politique du JDD.

Ensuite quelques apparitions sur FR2 pas très marquantes des lauréats.

La petite commune de Fontgombault attire décidément… Le 12 novembre dernier, dans l’article de la NR 36 “Un étudiant de Sciences Po se penche sur Fontgombault”, on apprenait que celui-ci était “chargé de réaliser un mémoire dans le cadre d’un cours de relations entre organisations religieuses et l’Etat, et il voudrait traiter la laïcité au niveau local”.

Après lecture de l’article, j’ai retenu qu’il voulait surtout traiter de l’influence de l’Eglise.

Quand on parle d’influence, on a l’habitude de parler de bonne ou mauvaise influence. Or, il ne m’apparaît guère quand je lis la presse dans son ensemble que l’on daigne parler de bonne influence en parlant du catholicisme.  Il ne m’apparaît pas non plus que ce soit pour parler de l’Eglise sous un angle positif que l’étudiant de Poitiers, Dario Garcia de Viedma, se soit déplacé si j’en juge par sa conclusion : “La situation de Fontgombault est structurelle et se répète dans d’autres communes en France où l’église est très présente en France sans que les citoyens soient au courant” ! D’autre part, il n’a rencontré lui aussi comme interlocuteurs que … Les Indignés !

Comme je le disais plus haut, il y a avantage à se faire connaître pour les apprentis-journaleux via un concours. Pourtant finalement ça ne marche pas forcément. C’est le cas pour les 2 lauréates du prix  EDJ Sciences PO-JDD 2015 du meilleur portrait :

Adèle Humbert, 1er prix pour son article “Mohamed-Ali, un imam en uniforme”

Pauline Verduzier, 2ème prix pour l’article “Pierre Cassen et Christine Tasin: de la gauche à la haine de l’islam”

Les codes tendancieux journalistiques ont été bien respectés par les 2 jeunes personnes puisque la 1ère a mis à l’honneur un “bon” musulman tandis que la 2ème s’est chargée de casser le portrait de citoyens bien éclairés pourtant sur le sujet de l’islam mais osant émettre des critiques sur cette “religion” devenue intouchable.

En lisant l’article de mademoiselle Verduzier, loin d’être conforme au réel, j’ai été étonnée que si jeune on puisse manifester autant de perfidie pour arriver à des fins de démolition, tout ça dans le but de gagner au plus vite le marigot pas trop reluisant “d’une presse volontiers oublieuse des valeurs du pluralisme, d’indépendance et d’objectivité qu’elle prétend incarner”.

Mais dans le marigot, il y a déjà pléthore et on risque d’y patauger longtemps. Adèle Humbert est passée par la rédaction du Monde où elle a commis 3 articles… depuis ? Pauline Verduzier semble être actuellement journaliste indépendante, pigiste et faire partie depuis 2016 du collectif  “Les Journalopes”…

Je me garderai bien de tout commentaire… On ne tire pas sur des ambulances.

Chercher à plaire à tout prix ne dure qu’un temps… Tout comme l’enfumage des journaleux… Nous sommes de plus en plus nombreux à chercher ailleurs que dans une presse partisane une relation de l’information conforme à la réalité des événements et non pas conforme à la vision de lignes directives des rédactions. Le succès de la presse de droite (en kiosques ou en ligne) et des sites de ré-information au détriment de la presse de gauche vivant sous perfusion ( exemple récent : La Marseillaise, qui n’en finit pas de mourir) montre bien que les Français veulent se dégager des “fumées” toxiques de la désinformation quasi officielle. Mais le combat n’est pas encore gagné, chaque jour les politiciens de tous les bords, avec plus ou moins de constance et d’insistance, naviguant à la pêche aux voix, paraissent d’accord à mettre sur la sellette la liberté d’expression… Les procès faits à ce sujet sont des plus inquiétants quant à l’avenir de la démocratie.

Françoise Lerat

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
socialodemerde

à sa plait pas mon commentaire et j en merde ceux à qui sa dérange oui ces journaliste socialistes sont des véreux pour salir ceux qui ne sont pas de leur avis et je maintiens que je ne lirais pas le ou les torchons de cette Pauline Verduzier

socialodemerde

quand cette PAULINE VERDUZIER se permet de juger Madame Tasin qui elle sait de quoi elle parle sur l islam et qui plus est très qualifié pour en parler ,cette Verduzier devrait mettre en veilleuse ces propos vs n êtes qu une petite journaliste de merde qui pour arriver à vos fins êtes prête à tout ,avez vous pas honte de se que vs faites pour détruire votre pays et être collabo avec ces putains de gauchisteislamosocialo de merde .oui un jour l islam que vs défendez vs ÉGORGERA et vous y pourrez rien défendez bien ces fous un jour sa sera votre tour .je ne lirais jamais vos commentaires de merde qui sont contre mes idées et contre notre pays ;LA FRANCE ,vs c est l islamisation que vs voulez moi pas ,dehors l islam de merde

Frantz

Propagandastafell ! Décidément ce docteur G, leur en a appris des choses !
Mais ils ont d’autres modèles : Staline, Polpot, Ceaucescu, Kim jong il, Fidel Castro, Le Che, que de beaux exemples de démocratures !

guigonet

a franceinfo2points il y a quelques minutes . le 1er ministre japonais est venu commémorer l’attaque par les forces japonaises en … 1951

zorglub

Le mieux est de ne plus lire du tout la presse écrite ,donc plus d’enfumage. De se borner à Internet ça suffit largement. Une exception , les articles d’Eric Zemmour dans le Fig-Mag chaque semaine, certains sont de vraies perles.

FLANDRE

Pourquoi donc subventionner la presse et les autres médias au même titre que les syndicats, les partis politiques et les milliers d’associations qui pullulent en France ? Si ces “machins” ont besoin de subventions c’est nécessairement qu’ils n’intéressent pas grand monde et donc que les crédits qui leur sont alloués le sont au profit d’une petite minorité bien que provenant de l’ensemble des Français !!!

ronie

Même quand on est un journaliste “pas de gauche” on doit écrire en français et ne pas confondre les verbes “perpétrer” et “perpétuer”. Cela dit, la réflexion est bonne dans cet article.

Franck

En voyant certains journaleux, on sait a quel ministere ils seront si ca leur petait… une vraie fumisterie!!!!

Jon-Erik Harper

Merci à l’article et à l’auteur de démontrer avec talent et clairvoyance la méthode et les moyens mis en place pour devenir un journaliste de propagande.

C’est tellement vrai en plus.

On parlé de respecter la laïcité en s’attaquant au christianisme et non à l’Islam qui est le plus grand violeur en matière de neutralité dans la laïcité.

Tous les politiciens sont devenus aveugle et merci aux journaux de rein formation d’essayer de leur redonner la vue.

La loi doit être respectée et tous ces journalistes corrompus sont avant tout de véritables traitres à la nation.

Ils sentent tout puissant, intouchable et surprotégé comme tous ces politiciens mais la meilleure sanction la plus pacifique à leur faire c’est de ne jamais acheter leurs journaux de propagande.

Catherine Ségurane

On ne devrait plus parler de journalistes de gauche mais de “pléonasmes”…

Lire Aussi