Qui a tué le plus grand nombre d’Arabes de Palestine ?

Je me demande parfois si les Arabes de Palestine savent au moins qui sont et ont été de toujours leurs plus grands bourreaux ? Les Israéliens ne l’ont jamais été. Bien au contraire. Par contre, leurs dirigeants, leurs coreligionnaires, dont les Jordaniens, les Libanais, les Iraniens, les Iraquiens et comment non, les Arabes de Palestine eux-mêmes, qui subissent et ont subi une manipulation flagrante dans tous les domaines, le sont.

C’est étrange, en effet, que les Arabes de Palestine aient beaucoup de mal à réaliser qui sont réellement leurs véritables ennemis et meurtriers.

À l’origine, le panarabisme de la ligue arabe, pour ses propres intérêts,  avait transformé les Arabes de Palestine en mandataires dans son projet de partition des terres de la Palestine entre l’Egypte, la Jordanie et la Syrie.

Suite aux nombreuses défaites infligées par Israël aux Arabes, la Ligue arabe s’était réunie pour décider avec la collaboration du KGB d’implémenter une nouvelle stratégie qui plafonna en la création d’un peuple palestinien avec à sa tête l’égyptien Arafat.

Et ainsi les dirigeants, élus ou imposés de ce peuple rafistolé, qu’ils soient du Hamas, du Djihad et/ou de l’OLP, n’ont cessé d’exhorter les masses d’Arabes de Palestine à employer tous les moyens, dont la terreur afin de tuer leurs prétendus ennemis Juifs et Israéliens. Il leur importait peu de faire de leurs concitoyens/coreligionnaires de la chair à canon, des boucliers humains à Gaza – positionnant sans vergogne leur arsenal dans des écoles, des hôpitaux, des mosquées, des centres commerciaux… creusant des tunnels sous les soubassements de leurs demeures…

Aucune conscience, aucun scrupule…

La guerre israélo-arabe de 1948 – fait référence aux meurtres de civils ou de soldats désarmés, Arabes de Palestine et Israéliens, qui se produisirent entre décembre 1947 et janvier 1949 durant la Première guerre israélo-arabe. La guerre causa la mort d’environ 20 000 personnes, civils et militaires réparties dont environ 5 800 Juifs (sur une population d’environ 630 000 personnes en mai 1948) et 12 000 Arabes (sur une population d’environ 870 000 personnes), soit environ 1 % de la population des deux communautés impliquées dans les combats. Sur ces 20 000 victimes, environ un millier d’individus perdirent la vie lors de massacres.

Les données montrent qu’entre les années 2008 à 2022, 5 600 Palestiniens sont morts et 115 000 blessés. Du côté israélien 250 victimes et plus de 5 200 blessés.

Mais ce n’est pas tout, les chefs religieux et/ou politiques qui se sont entre-temps bâtis des forteresses et vivent comme des nababs, incitent perpétuellement les Arabes de Palestine depuis leur berceau à mourir en kamikaze et commettre le Djihad. Et cela dure depuis plus de soixante ans.

Les casualités au sein des Arabes de Palestine résultent des nombreuses intifadas, des conflagrations contre Israël, et des attaques sporadiques en loup solitaire. Non seulement, Arafat a été le plus grand bourreau des Arabes de Palestine, le Coran n’a fait qu’amplifier ce quota, grâce à la promesse de « 72 vierges » qui attendent au paradis les martyres musulmans. J’ignore s’il existe une clause dans le Coran qui concerne la récompense promise aux femmes kamikazes ou martyres femelles ! En tous les cas personne n’est revenu du paradis pour valider cette clause…

Les Arabes de Palestine se caractérisent par leur corrélation à la violence, à l’instabilité, à l’inconstance… Ils ont été tout au long de l’histoire des éléments perturbateurs, opportunistes et sans scrupules envers leurs propres coreligionnaires et concitoyens, envers leurs propres descendants.

En Syrie : Le Groupe d’action pour la Palestine a affirmé qu’au moins 548 Palestiniens, captifs entre les mains du régime d’al-Assad – leur frère- en Syrie, sont morts sous la torture. C’est ce qui ressort d’un rapport publié par le Groupe d’action pour la Palestine. Selon cette structure, 1 748 palestiniens sont retenus par le régime d’al-Assad et subissent de multiples tortures.

Guerre civile en Syrie : 3 642 Palestiniens sont morts au cours des sept premières années de guerre, 1 651 Palestiniens ont été arrêtés et plus de 300 Palestiniens sont portés disparus. Les résidents des camps palestiniens souffrent de raids aériens, de bombardements, de sièges et de malnutrition, en particulier dans le camp de Yarmouk dans la région de Damas, assiégé par le gouvernement jusqu’en 2018, entraînant le déplacement de plus de 100 000 personnes et de nombreux décès dus à la famine et au manque d’accès aux soins. En 2019, 3 987 Palestiniens, dont 467 femmes et 200 enfants, ont été tués dans le conflit par des musulmans.

Palestiniens tués par les Iraniens : Le Cairn.info – « Laisse tranquille la Palestine et sors-nous de cette ruine ! » Sepideh Farkhondeh

L’instrumentalisation du conflit israélo-palestinien par la propagande de la République islamique d’Iran et son soutien aux mouvements extrémistes au détriment des représentants élus des Palestiniens est de plus en plus dénoncée par l’opposition et par la population iranienne. Ce qui n’empêcha pas les mollahs iraniens de les assassiner en Syrie.

Le drame ignoré des Palestiniens d’Irak et l’exode vers la Syrie…

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein, la petite communauté des Palestiniens résidents en Irak devint l’objet d’une véritable campagne de persécution. Le discours officiel, véhiculé par la propagande gouvernementale, la présentait comme favorisée par le régime. À la chute de l’ancien régime, ces soi-disant privilèges dont auraient été lotis les Palestiniens – soupçonnés bien souvent d’avoir été des sympathisants de l’ancien dictateur – ont été le prétexte d’une montée de violence à leur encontre, transformant leur existence tranquille en un véritable cauchemar. La campagne de diffamation dont ils font désormais l’objet consiste à les décrire comme des « terroristes » et à les exposer, à ce titre, à des arrestations et des détentions arbitraires. Ils assistent aussi à des irruptions impromptues à leur domicile, suivies de perquisitions aussi soudaines que brusques par les forces de sécurité et les forces d’occupation irakiennes et américaines.

Parallèlement, les Palestiniens sont également devenus la cible de milices pas toujours identifiées. Certaines agissent dans l’ombre des forces de sécurité irakiennes, d’autres, au contraire, agissent de manière autonome. Ce climat de peur est également engendré par tout un cortège d’intimidations, des avertissements, des lettres de menace ou de chantage apposées sur les portes des maisons et même d’enlèvements. À plusieurs reprises des personnes ont été séquestrées ou tuées pour la seule raison d’avoir en leur possession des papiers d’identité palestiniens. Les cadavres portaient souvent des traces d’atroces sévices corporels (cf. le rapport du Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies [unhcr] sur le site : http://www.unhcr.org/news/

Ainsi que les chroniques régulièrement mises à jour et accessibles :

Sur : http://palestiniansiniraq.blogspot.com).

Il s’avère que le nombre de Palestiniens assassinés en Irak après la chute du régime de Saddam Hussein, a atteint les 186 personnes. Cependant, selon la déclaration du Haut-Commissaire aux réfugiés, Antonio Guterres, à la conférence internationale qui s’est tenue à Genève en avril dernier, autour de la question de la crise humanitaire qui touche la population irakienne, le nombre de victimes palestiniennes de ce conflit s’élèverait à « plus de 600 » personnes. En vérité, aucun recensement réel n’a été effectué.

Au Liban

Réfugiés palestiniens au Liban, le camp de Nahr el-Bared – Ils ont fui la guerre israélo-arabe de 1948. Ces réfugiés palestiniens connaissent à nouveau une forme d’exil, soixante ans plus tard. Le camp de réfugiés de Nahr el-Bared situé au nord du Liban qui les abrite, est attaqué et détruit en ce mois de mai 2007 par l’armée libanaise. Cette dernière lutte contre le groupe terroriste Fatah al-Islam. Combien de morts – personne n’a fait de recensement…

On peut évidemment recueillir des milliers d’articles concernant les réfugiés palestiniens dans les pays arabes, mais aussi leur implication dans leurs pays d’accueil. En Syrie, ils s’étaient révoltés contre Assad, en Irak contre le Koweït, en Jordanie contre le roi Hussein… et ainsi, ces réfugiés ont été soit maltraités, incarcérés, soit assassinés dans l’ombre des dictatures, là où l’on ne procède jamais à un recensement, et où l’ONU n’ose pas poser son pied.

Cairn.info – les Palestiniens, et tant d’autres, furent emportés par la tourmente de la guerre du Golfe, suivant bientôt et dans leur grande majorité Saddam Hussein dans sa funeste aventure koweitienne. Pour les Palestiniens, Saddam Hussein allait sauver le pays et en chasser l’occupant israélien une fois pour toutes. Arafat était donc à la fois un gestionnaire (au sein de l’OLP) et un aventuriste (à l’extérieur). Il l’est resté jusqu’à la fin de ses jours. Dans le cadre de la crise et de la guerre du Golfe de 1990-1991, Arafat n’a jamais hésité : il voulait à tout prix garder l’allégeance des Palestiniens de l’intérieur. Leur loyauté n’avait pas vraiment été remise en question depuis les élections municipales de 1976 qui avaient plébiscité les candidats se réclamant de l’OLP, et jusqu’en décembre 1987.

Mais en fait, les prétendus Palestiniens ne sont autres que des « faiseurs de troubles » partout où ils posent leurs pieds. L’appât du gain, l’opportunisme créé à l’issue de démêlés justifiés ou non au sein des pays arabes et/ou occidentaux, les invitent à pêcher en eaux troubles… Ils n’ont aucun sentiment patriotique, aucune considération pour leurs futures générations… Ils apprécient la violence et y prennent part allègrement.

L’absurde est qu’importent les causes et les raisons derrière tous ces crimes, l’homme a toujours tort. Demain, ces morts seront vite oubliés. Il y aura éternellement une raison qui incitera l’homme à se munir du glaive contre son frère bien qu’il sache qu’il n’y a en vérité aucun vainqueur dans tous les conflits. La terre continuera à tourner, les saisons et les malheurs aussi… L’humanité qui se rue vers un progrès réalisera tôt ou tard que ce progrès n’en est pas un, puisqu’il le mène directement vers son autodestruction.

Alors, rengainez vos armes et bêchez la terre, c’est elle qui contient tous nos trésors, nos espoirs et nos besoins. Elle demeurera à sa place – c’est de notre chair et de notre sang qu’elle se nourrit.

Thérèse Zrihen-Dvir

image_pdfimage_print
13
1

10 Commentaires

  1. « les prétendus Palestiniens ne sont autres que des « faiseurs de troubles » partout où ils posent leurs pieds ».
    Je confirme car au Liban ils ont foutu la pagaille et la guerre civile en 1975 a démarré à cause d’eux. Ils sont rentrés dans ce pays armés jusqu’aux dents et voulaient faire leur révolution à partir du Liban sud pour revenir sur les terres palestiniennes d’Israël. C’est drôle ça me rappelle un peu ce que nous vivons ici, à savoir la revanche, la vengeance, la haine au programme.

    • C’est tout à fait juste – de nombreux libanais ont quitté le Liban à cause d’eux.

  2. C’est étrange, en effet, que les Arabes de Palestine aient beaucoup de mal à réaliser qui sont réellement leurs véritables ennemis et meurtriers.
    Mais là c’est pas pareil, c’est la consanguinité et le QI qui aveugle les culs levés….

  3. Les Palestiniens ne sont pas des Arabes, ce sont des arabophones! Déjà il y a les Palestiniens chrétiens, descendants des Juifs qui ont suivi Jésus il y a deux milles ans.

    • La Palestine n’existe pas – c’est le nom que l’empereur Hadrien a donné à Israël afin de punir les israéliens qui s’étaient révoltés…Lisez les archives vous serez mieux infirmé

      • exactement Therese , bcp SONT TRES MAL informes de l histoire de cette region , et leur propagande pro terroristes marche tres bien , etleur aveuglement est tel , qu il ne leurt fait lire que la desinformation

  4. La France vient de récupérer Salah Hamouri, un ancien du FPLP (front de libaration de la Palestine) qui s’est distingué par ses attentats aveugles et ses détournements d’avion, aidés par les allemands de la bande à Baader.
    Considéré comme un « terroriste » par Tel-Aviv, ce juriste franco-palestinien est arrivé en France dimanche 18 décembre. Sa femme française est membre de la ligue des droits de l’homme et parle pour lui.
    Il ne lui reste plus qu’à s’incrire au Barreau pour travailler comme avocat et ne pas vivre comme un assisté. Isräel aussi nous fourgue ses déchets irrécupérables.

    • pas considere du tt , COUPABLE IL A ETE DECLARE , arrte d ecrire des conneries ca parait Andouille , faire qq recherches avant d ecrire c bien , jte conseille

  5. hors sujet : la modification de certaines lois pour que la tambouille politicarde puisse régner, ça c’est fort! et même la cour suprème va l’avaliser, israel devient un véritable état « démocratique » à l’européenne

Les commentaires sont fermés.