Qui fait taire l’horrible mégère Chantal Perrichon ?

Publié le 9 janvier 2012 - par - 23 156 vues
Share

J’avais eu le plaisir d’interviewer, pour Riposte Laïque, Jean-Luc Nobleaux, auteur du livre « Radars, le grand mensonge ». J’avais aimé ce livre, qui traduisait, avec maints exemples, ce que je ressentais, sans savoir l’exprimer.

J’avais surtout beaucoup apprécié l’expression de l’auteur, qualifiant la présidente de la Ligue contre la Violence routière, Chantal Perrichon, « d’horrible mégère ». Je l’avoue, je ne supporte plus cette rombière, et, chaque fois qu’elle passe à la télévision, je me surprends à utiliser, à son égard, des grossièretés qui, au quotidien, me sont totalement étrangères.  La mégère se plaint de menaces de mort. Loin de moi cette idée, et j’avoue que réprouve l’action de personnes qui, même sous le couvert de l’humour, ont ouvert une page facebook intitulée « Moi aussi je rêve d’écraser Chantal Perrichon ». Ce n’est pas bien, mais au lieu de gémir que les gens sont méchants, et de multiplier les plaintes, elle devrait plutôt s’interroger sur les raisons qui font qu’elle est sans doute la femme la plus détestée de France.

[dailymotion xjd0tq]

http://www.dailymotion.com/video/xjd0tq_securite-routiere-perrichon-menacee-de-mort_news#rel-page-2

Quoi que fasse le gouvernement, qui multiplie les mesures répressives particulièrement douloureuses pour le porte-monnaie des Français ce n’est jamais assez ! On limiterait la vitesse sur autoroute à 60 km/h, sur les nationales à 40 km/h, et en ville à 20 km/h, on triplerait le montant des amendes, elle en réclamerait encore davantage ! Je la soupçonne, malgré son aspect peu épanoui, d’éprouver un orgasme à chaque nouvelle mesure répressive du gouvernement, contre ces salopards d’automobilistes. Elle a dû être comblée, en ce début d’année. Les racketteurs du gouvernement Sarkozy, avec l’alibi de la sécurité, n’y sont pas allés de main morte. Si vous avez un GPS qui vous avertit de la présence de radar, 1500 euros d’amende, et 6 points en moins ! C’est vrai, c’est dangereux de rouler avec un outil qui vous avertit de la présence d’un radar ! Un salaire mensuel, et la moitié d’un permis de conduire ! Et que glapit Perrichon ? Aaaah, cela est bon, mais cela ne suffit pas, encore, encore ! Si vous êtes surpris avec un téléphone portable à la main, on passe de 35 euros à 135 euros, et de 2 points à 3 points en moins. Perrichon : Aaaaah, encore, encore !

Telle les illuminés verts, cette intégriste est donc partie en croisade contre les pires salauds de la société française, les automobilistes. Pas les racailles qui, avec de belles bagnoles,  pourrissent la vie de leurs concitoyens avec des rodéos nocturnes, s’amusent à griller des feux rouges, à monter sur les trottoirs, à bloquer un carrefour parce qu’ils ont envie de discuter avec un ami, pas ceux qui par leur incivilité, ne respectent pas le « vivre ensemble » et la sécurité d’autrui ! Elle s’en fout de ceux là ! Ces cibles, ce sont les gens comme vous et moi, les assassins en puissance, ceux à cause de qui il y a encore 3000 morts par an sur la route.

Telle une nouvelle Torquemada, elle veut des bûchers, encore davantage de bûchers. Hier, les inquisiteurs nous culpabilisaient parce que nous osions ne pas croire en Dieu, et d’aimer les plaisirs de la vie. Perruchot nous culpabilise, aujourd’hui, d’oser prendre notre voiture, voire d’avoir du plaisir à la conduire, et à rouler vite. Ils sont faits du même moule, ce sont des répressifs dans l’âme. Il faut à Perruchot ses victimes expiatoires ! Le bobo friqué, voilà l’exemple du bon citoyen version Perrichon ! Il a de l’argent, vit en centre-ville,  fait du vélo, prend les taxis, vote souvent écolo, et reproche aux banlieusards de prendre leur voiture, au lieu de fréquenter les transports en commun ! Une personne comme moi, je suis, par contre, la délinquante idéale, celle qui motive l’existence de la rombière. Je dois faire 100 kilomètres par jour, en voiture, pour vendre ma force de travail. Il ne me reste qu’un point à mon permis de conduire. Allez, je me confesse, je vais vous dire tout ce que j’ai fait de mal, et je réciterai trois « Notre Père » et deux « Je vous salue Marie » à Tatie Chantal. En deux ans, j’ai commis six infractions à un point. Je me suis faite flashée quatre fois à l’entrée d’une ville : 51, 54, 57 et 59 à l’heure, au lieu des 50 km/h exigés. Pour aggraver mon cas, je me suis faite épinglée deux fois sur l’autoroute, à 120 et 122 à l’heure, dans un passage limité à 110. Crime inqualifiable, j’ai eu le malheur de ne pas boucler ma ceinture immédiatement, après avoir démarré ma voiture. J’allais le faire, au bout de cent mètres, trop tard ! 135 euros, et 3 points. Et j’ai commis l’erreur impardonnable, sur les quais de Seine, bloquée depuis 20 minutes, de répondre à un coup de fil de ma mère, malade, sans deviner que derrière moi arrivaient deux motards. 35 euros, et 2 points en moins. Bilan : ces amendes, parce que je les ai payées immédiatement, m’ont coûtée 620 euros d’amende, et il ne me reste qu’un seul point de permis de conduire ! Je vais donc acquitter 250 euros (cela sera à présent possible tous les ans), pour récupérer 4 points, et pouvoir utiliser ma voiture pour continuer à pouvoir travailler. Sinon, il me reste le choix de perdre mon travail, ou de conduire sans permis, comme le font environ 2 millions de personnes en France. Et ce gouvernement de pleutres, incapable de protéger les Français des vrais délinquants, les racailles, qui fait croire qu’il a encore de l’autorité en s’acharnant sur les gens comme moi, et des millions d’autres, à cause de cette horrible mégère qui lui servent la soupe.

Bien évidemment, cela va sans dire, je suis pour les sanctions les plus dures contre ceux qui, délibérément, mettent en danger la vie d’autrui, et l’intégrité physique de leurs semblables. Mais cela n’a rien à voir avec la dictature des radars (630 millions de rentrées, en 2011), et le matraquage de paisibles automobilistes qu’on constate aujourd’hui. Je me souviens qu’avant que la gauche ne mette en place le permis à points, il était agréable de conduire. Aujourd’hui, pour des personnes comme moi,  c’est devenu un enfer, et une angoisse permanente. Je vis dans la hantise d’un moment de distraction, d’un panneau non vu à cause d’un poids lourd, et d’une nouvelle amende. Comme d’habitude, la droite a utilisé une mesure de la gauche pour l’amplifier, et aggraver la vie quotidienne des Français. Je voterai pour tout candidat qui s’engagera à en finir avec ce stupide permis à point, et surtout qui coupera les vivres de l’association de l’horrible Chantal Perrichon.

Jeanne Bourdillon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.