Qui sont ces musulmans annonçant que la Suisse va bientôt devenir un Etat islamique ?

Publié le 2 décembre 2014 - par
Share

 drapeauislamiquesuisseNous vous avions fait découvrir la semaine dernière cette video de musulmans suisses, très importante pour comprendre ce qui se passe non seulement au Moyen Orient mais dans le monde entier et notamment en Europe. Les visées conquérantes islamiques y sont clairement affichées, avec le drapeau de l’Arabie saoudite et de l’Etat Islamique qui affiche la Loi, le premier article de leur constitution, il n’y aurait qu’un seul Dieu, Allah et Mohamed serait son prophète.

La simple conclusion de cela est que seule serait reconnue dans nos pays la religion musulmane… Les autres, chrétiens, bouddhistes, athées, agnostiques… obligés de se taire, de se convertir ou de payer la dîme.  Quant à la phrase de Illi (voir plus bas) expliquant qu’il aime l’islam parce que ce dogme lui simplifie la vie puisqu’il lui dit tout ce qu’il a à faire, même comment s’essuyer le derrière quand il va aux toilettes…

Voilà le type d’hommes libres auquel aspirent les adhérents du Conseil Central Islamique de Suisse qui ont planté un drapeau islamique sur la Suisse…

Merci à eux. Cela donne encore plus de détermination aux islamophobes que nous sommes. Nous ne laisserons pas faire cette horreur.

   ‘      

Les réalisateurs de cette talentueuse  (il faut le reconnaître) video sont  Naim Cherni, Behar Gurgurovci, Vatan Callaku…  dont voici les profils facebook. 

Naim Cherni continue de faire de la publicité pour la petite fête de Fribourg pourtant interdite depuis mercredi…

10270388_863229427054515_3660730370779385749_n-1 (justizwillkür = arbitraire judiciaire…)

Certains d’entre eux  font partie, qui s’en étonnera, de la « bande de Blancho », de là à voir dans cette video un travail de propagande dû au Conseil Central Islamique Suisse que préside ce dernier il n’y a qu’un pas…

Pour savoir qui sont les charmants personnages Blancho et Naim Cherni (entre autres), il suffit de lire un article de Caroline Alamachère sur Riposte laïque :

http://ripostelaique.com/naissance-dun-mythe-suisse-le-converti-nicolas-blancho-lislamiste-qui-monte.html 

Et deux articles de Patricia Briel, journaliste du Temps, qui abhorre les islamophobes. Elle avait fait un article sur la bande de Blancho et  sur Blancho en personne en 2010 avec une complaisance telle qu’elle ne s’insurge à aucun moment sur le fait que Blancho refuse de lui serrer la main parce qu’elle est une femme, au contraire, elle n’y voit pas malice, étant sous le charme du gourou….

Patricia Briel, portrait de Nicolas Blancho : 

 Nicolas Blancho: de l’ennui à l’islam

Samedi 17 avril 2010

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/d6a1c640-4997-11df-bfe2-04121ee168ca/Nicolas_Blancho_de_lennui_%C3%A0_lislam

On remarquera en passant quelques passages alléchants :

« Il n’y a pas eu de poignée de main. Ni au début, ni à la fin de l’entretien. Son interprétation rigoriste de l’islam lui interdit d’avoir ce genre de contact avec une femme. On ne s’en offusquera pas. Le président du Conseil central islamique suisse (CCIS) est du reste un jeune homme fort aimable. Son association, créée en janvier pour défendre les intérêts des musulmans sunnites, compte déjà 1000 membres passifs et suscite la curiosité des médias. Non sans exagération, Nicolas Blancho est décrit par la Weltwoche comme «l’islamiste le plus dangereux du pays», le «Ben Laden» de Bienne. Mais on ne va pas trembler devant un sourire aussi juvénile et affable.

Nicolas Blancho condamne la violence terroriste d’un Ben Laden – «Il essaie d’atteindre un but qu’on peut comprendre, mais avec de mauvais moyens» –, ne souhaite pas l’introduction de la charia en Suisse, affirme respecter la démocratie et le droit helvétiques, ne rejette pas l’ensemble de la culture occidentale, ne rêve pas d’établir un califat mondial. Il se distancie clairement de l’idéologie radicale des mouvements salafistes mondiaux tels que le Hizb ut-Tahrir, la Jama’at at-Tabligh et les Frères musulmans. Mais il veut que les musulmans puissent vivre dans une société parallèle où ils auront leurs propres écoles. Ainsi, les femmes pourront porter le voile ou la burqa à leur guise, et le problème de la mixité durant les cours de natation sera résolu. Cette quête de communautarisme contredit toutefois un des buts principaux du CCIS, à savoir la réduction des préjugés de la population à l’encontre de l’islam.

 

Voici ci-dessous un autre article, de la même journaliste, sur  les membres de la direction du CCIS, le mouvement de Blancho, dont Cherni.

On appréciera en passant la photo de Ill, en compagnie du Cheikh Yassine, terroriste palestinien et fondateur du Hamas…

Patricia Briel,  Les membres de la direction du CCIS

Le Temps,  Lundi 10 mai 2010

Naïm Cherni

Secrétaire général du CCIS, il s’occupe des questions administratives. Il est né à Berne, d’une mère allemande et catholique et d’un père tunisien. Agé d’une vingtaine d’années – il refuse de donner son âge exact – il étudie l’économie dans une école à Berne, dont il ne veut pas dévoiler le nom: «Le directeur me l’a interdit, dit-il, à cause de l’agitation médiatique. Il craint que cela ne cause un préjudice à l’école.» Naïm Cherni a toujours été un musulman croyant, «mais pas forcément pratiquant». C’est par réaction qu’il s’est intéressé à l’islam. Il en avait assez d’entendre des critiques contre sa religion. «Cela m’énervait beaucoup. Je prenais la défense de l’islam de manière agressive, mais je me suis rendu compte que je n’y connaissais pas grand-chose.» Naïm Cherni s’est mis à lire des livres sur l’islam. Ayant retrouvé son calme, il a tenu des stands d’information sur l’islam dans différentes villes de Suisse. Il dit que ses parents sont plutôt contents de constater qu’il a changé «dans le bon sens». Il a rencontré Nicolas Blancho en novembre 2009.

Adisin Hodza

Il est le directeur des affaires financières du CCIS. Ce Bosniaque originaire du Kosovo est arrivé en Suisse à l’âge de 11 ans. Aujourd’hui, il a 32 ans. Il a fait un apprentissage d’électromonteur et il est sous-officier à l’armée. Marié, père de deux enfants, il tient un magasin de denrées alimentaires et emploie deux apprentis. Ce qui lui plaît dans le CCIS? «Les jeunes musulmans n’ont plus de liens avec leur pays d’origine. Or le CCIS propose un islam de Suisse pour des Suisses.»

Il s’est intéressé à l’islam lorsqu’il s’est marié. Il a trouvé dans cette religion une sorte de guide pour assumer ses responsabilités. «Tout est réglé, structuré», dit-il.

Il a lu le Coran et la Sunna. Mais il ne s’habille pas comme Nicolas Blancho et Qaasim Illi. «Si je devais m’habiller comme eux, je n’arriverais pas à m’intégrer dans la société, dit-il. Je porte des vêtements Armani.» Il est conscient que le CCIS donne une image inhabituelle de l’islam. «Avec le temps, nous allons prouver que nous ne sommes pas des extrémistesA l’armée, il a obtenu de pouvoir faire sa prière cinq fois par jour.

Abdel Azziz Qaasim Illi

Patric Jerome Illi avec le “colonel” Yassin en 2003

illiyassin

http://de.wikipedia.org/wiki/Qaasim_Illi

Né à Schaffhouse en 1982, le directeur des relations publiques et de l’information du CCIS habite aujourd’hui à Berne. Il y étudie l’histoire et les sciences islamiques. Dans sa jeunesse, il a longtemps fréquenté une Eglise évangélique fondamentaliste. Avant d’entrer à l’université, il a fait un apprentissage d’informaticien. Puis il s’est spécialisé dans l’organisation de fêtes techno. Aujourd’hui marié et père de quatre enfants, il s’est intéressé à l’islam après le 11 septembre 2001. Engagé en faveur de la cause palestinienne, il a découvert dans les livres une image de l’islam différente de celle que la presse présentait. Puis il s’est converti. «Contrairement à la Bible, les Hadiths du Prophète règlent tous les aspects de la vie, dit-il. C’est ce qui me plaît dans l’islam. On vous dit comment vous devez vous brosser les dents, aller aux toilettes, faire la prière, etc. Cela donne un sens à ma vie.» Qaasim Illi apparaît comme l’idéologue du mouvement. Il affirme condamner toutes les formes de terrorisme et se distancie de l’idéologie des mouvements salafistes mondiaux.

Voir la suite de l’article et la présentation qui est tout sauf objective des membres du Conseil Central Islamique  de Suisse… 

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/09253b10-5ba9-11df-ac04-f0a41b53ef6b/Les_membres_de_la_direction_du_CCIS

 Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.