1

Qui sont les complotistes dans l’attentat du 11 septembre 2001 ?

Un ami qui m’appelle au téléphone, qui me demande d’ouvrir mon poste de télévision et comme des centaines de millions d’autres individus, je verrai des personnes qui sautent des fenêtres pour échapper aux flammes, je verrai s’effondrer les tours dans un nuage de poussière, accompagné des cris de panique de ceux qui filment.

Le philosophe Alain écrivait : « Rien de plus difficile de voir ce que l’on voit. »

Qu’avait-on vu ? En fait, un spectacle extraordinaire pour citer Pujadas.

Mais l’envers du décor ?

Je me suis posé cette question pendant des années, et j’ai été traité de complotiste. On n’a pas le droit de s’interroger sur le 11 septembre.

La première chose qu’il faut rappeler, c’est que la CIA connaissait des terroristes, qu’elle espionnait ou qu’elle avait retournés, comme Al-Hamzi et Al-Midhar.  Ils s’étaient installés à San Diego, sous leur nom, ouvrant des comptes en banque, prenant des permis de conduire, et ils se sont inscrits dans une école de pilotage. Ils étaient supervisés par un prince saoudien, lié aux services secrets de son pays. G.Tenet, le patron de la CIA, ( la CIA n’avait pas le droit d’agir sur le sol américain, du ressort du FBI) avait alerté la Maison Blanche d’un attentat imminent en Août. Condoleezza Rice avait refilé le dossier au FBI. Les agents du FBI avaient arrêté nos terroristes en herbe, alors qu’ils faisaient des stages de pilotage d’avion et les avaient relâchés, faute de preuves !

Quant à Mohammed Atta, le plus fameux terroriste, il était connu de nombreux services, la France avait envoyé un dossier aux américains, pour les prévenir de son implication dans un futur attentat sur le sol américain.

La NSA écoutait Ben Laden au Yémen et savait qu’un attentat allait se dérouler sur le sol américain.

Comment le 11 septembre a-t-il pu avoir lieu si tous les services de sécurité étaient au courant ?

Quand la commission d’enquête chargée d’établir les responsabilités des attentats du 11 septembre se pencha sur les responsabilités politiques, elle mit en évidence qu’il y avait un personnage qui était chargé de coordonner les agences pour la sécurité du territoire américain. Cet homme était Donald Rumsfeld, patron du Pentagone.

Je retiendrai de l’audition en direct de Donald Rumsfeld ( vue sur Euronews)  , son regard perdu, la façon dont il regarde ses notes, il bafouille.  Pourquoi est-il si mal à l’aise ?  Car il est obligé d’avouer que la sécurité du territoire américain ne l’intéressait pas et qu’il était entièrement concentré sur les activités d’Al-Qaïda à l’étranger…et sur l’Irak.  Sa responsabilité a été clairement établie pendant cet interrogatoire.

Pourtant, le rapport a oublié son rôle dans le désastre. Au contraire, la commission blanchit toute l’administration Bush et accable Georges Tenet pour sa légèreté… et Bill Clinton, responsable de ne pas avoir donné suffisamment de crédits à la défense ! Tout le monde comprit que la commission avait été faite pour dédouaner l’administration Bush de ses responsabilités.

A la suite de ce rapport absurde, deux hypothèses vont enflammer les débats.

Rumsfeld déclara « voir dans le 11 septembre le genre d’opportunités qu’a offert la Seconde Guerre mondiale, celle de remodeler le monde ». Cette phrase accrédite la thèse que la clique Wolfowitz, Rumsfeld, Dick Cheney a laissé faire les terroristes pour obtenir l’autorisation d’envahir l’Irak et de mettre en place leur théorie des dominos, le remodelage du Moyen-Orient. Cette feuille de route avait été pensée par Paul Wolfowitz dès 1997, et Rumsfeld l’avait proposée à Bill Clinton pendant son mandat. Ce dernier l’avait refusée.

Comment déclarer une guerre sans avoir de raisons valables ? Il leur fallait un prétexte. Ils auraient donc laissé agir les terroristes.

La seconde hypothèse est que l’administration Bush était incompétente, et que ce fut un concours de malchances, de lourdeurs administratives et une mauvaise coordination entre agences. L’attentat n’aurait été dans ces conditions qu’un effet d’aubaine pour mettre en place leur plan d’invasion de l’Irak.

En tous les cas, nous les avons vus de manière certaine accuser Saddam Hussein d’être lié à Al-Qaïda, ce qui est faux, et d’avoir menti à la face du monde en inventant des armes de destructions massives pour mettre en place leur feuille de route.

Alors Rumsfeld, Cheney et Wolfowitz, les vrais  complotistes ?

Marquis de Dreslincourt