Qui va payer l’échec vaccinal ?

Le professeur Éric Caumes (chef du service des maladies infectieuses et tropicales à la Pitié-Salpêtrière) annonçait ces jours-ci sur le plateau de J.J. Bourdin sa déception sur le « vaccin ».

Résumons. Il constate que l’immunité n’y est pas du tout. Un prétendu vaccin qui protège quelques mois, ce n’est pas un vaccin. Un prétendu vaccin qui n’empêche ni de contracter, ni de transmettre ne protège personne. E. Caumes conclut donc à l’échec comme un nombre grandissant de professeurs de médecine ces dernières semaines. Là est la véritable actualité.

Or, si l’échec est de plus en plus patent, la dangerosité extrême est très certainement dans le renouvellement fréquent de ces injections. Nous savons tous qu’il n’existe aucune étude de multi-injection avec le recul nécessaire. La classe politique assume d’avoir contraint des personnes à multiplier l’usage d’un « médicament » par injection sans disposer du moindre recul expérimental et scientifique sérieux.

Pourtant, le risque est grand, et quelques scientifiques d’avant-garde dont Alexandra Henrion-Caude alertent déjà depuis des mois. Eux n’ont pas de conflit d’intérêt et ils sont de ceux qui avaient annoncé l’échec. Ils ne se sont pas trompés. La sur-sollicitation de l’organisme et de notre système immunitaire risque de l’épuiser, voire de le rendre progressivement inopérant. Chacun deviendrait au fil des injections de plus en plus fragile aux agressions microbiennes et virales. On note déjà des syndromes de fatigue, d’essoufflement, de choc physiologique après la nouvelle dose et des « covidés » mêmes.

Dans quelques temps, le risque induit sera de saturer nos hôpitaux, non pas de quelques récalcitrants à la « vaccination », mais de multi-vaccinés épuisés et malades en grands nombres. Mais qui va payer ? Aujourd’hui, nos États ont acheté de bonne foi (espérons-le) sur la base des études de Pfizer, un produit qui ne répond aucunement à ses promesses. Est-ce une surprise de la part d’un laboratoire multi-condamné en milliards de dollars pour publicités mensongères, charlatanisme, corruption, etc. ? Non.

Saurons-nous rappeler à certains que leurs aimables invitations à payer nos frais d’hospitalisation pourraient se retourner contre eux ? Ils ont pris un risque inconsidéré, ils ont écouté des bonimenteurs, ils ont assumé leur choix et consenti librement à l’injection. Pourquoi devrions-nous payer quand l’heure de leurs vulnérabilités va sonner ? La différence entre eux et nous, c’est que nous serons humains et solidaires, que nous savons qu’ils ont été abusés et qu’ils sont au bout du compte des victimes. Mais faudra-t-il leur rappeler quand même.

Mais si nous comptons les milliards de la vaccination plus les milliards des tests, plus les milliards des mesures de confinement, cela fait beaucoup pour un drôle de bilan. Alors qui va payer l’escroquerie dont parle, à juste titre, le professeur Claverie, virologue, directeur de l’IGS, laboratoire CNRS : « Information Génomique et Structurale », professeur à la faculté de médecine d’Aix-Marseille ? Lui aussi chez Morandini stigmatise la politique sanitaire qui n’est pas de la médecine. Il alerte sur l’inutilité de la 3e dose dont les études démontrent qu’elle a une efficacité partielle d’environ dix semaines. Il s’inquiète de ces injections sans diagnostic sur des personnes infectées : une hérésie médicale de plus.

Nos politiques se sont pris pour des médecins, l’énarque étant omniscient. Ils se sont substitués aux sachants pour décider à leur place. Ils ont succombé à des réseaux d’influences et de corruption, sciemment ou non, et cupides à souhait. Aujourd’hui, ils abusent et nous enferment dans leur entêtement tragique. En imposant le passe vaccinal, ils ôtent le renouvellement du consentement. C’est une extorsion de fait. Comme dans une secte ou un mouvement mafieux, une fois un premier consentement obtenu, c’est l’enfermement, l’impossibilité de se rétracter et de dire non. C’est l’épreuve à laquelle nos concitoyens sont confrontés. Leur liberté est morte. Pourtant, pour leur santé future, informons-les, expliquons et essayons de les convaincre.

Les Français vont donc devoir s’abonner à des doses déjà achetées et nous pouvons prévoir une par trimestre ou quadrimestre pour rassasier en milliard des laboratoires. Reste le résultat et l’addition sanitaire. La dégradation du système immunitaire est une atteinte à l’intégrité physique et à la dignité de la personne humaine. Merci à ces éminents professeurs de s’exprimer encore et encore, plus vertement. Nous voyons que les hommes de science ne suivent plus.

Alors, préparons le grand procès des laboratoires et la poursuite de leurs actionnaires. Pour ma part, je ne souhaite pas que les Français payent pour des escrocs venus d’ailleurs. Ce sera demain l’épreuve de vérité de l’éthique des affaires, de la responsabilité sociale et environnementale et des promesses des entreprises éthiques et vertueuses. Soit ces concepts ne veulent rien dire, soit il faudra très vite les mettre en œuvre. Dans ce cas, les laboratoires américains et les fonds devront payer leur corruption et leurs publicités mensongères et leurs crimes, car les morts par vaccination sont déjà légion.

Pierre-Antoine Pontoizeau

 

 

image_pdfimage_print
20

24 Commentaires

    • Kabout vous redire que chacun des desseins que vous nous faite suivre presque journellement après vos commentaires est une réjouissance .merci encore

    • MERCI KABOUT nous conservons le lien et diffusons les photos dans notre carnet d’adresses,
      mais ne le faites pas trop joli, là, il est presque attendrissant…ses 14 ans fatidiques ???

  1. « Alors, préparons le grand procès des laboratoires et la poursuite de leurs actionnaires »

    Et le grand procès des ordures de journaleux et des pourritures de politiques? Il ne faudrait pas les oublier tout de même.

  2. Personne ne paiera les dégâts monstrueux qui suivront cette mascarade. La facture financière, physique, sociale et psychologique sera pour les français et leurs enfants. Comme d’habitude les bénéfs sont privés et la dette est mutualisée. C’est la pire escroquerie que l’humanité ait jamais connue. Et comme d’habitude, la naïveté, la peur, l’obéissance criminelles l’ont emporté sur la raison. Les lendemains qui déchantent et les larmes dureront des décennies.

  3. Qui ??…mais toujours les même…le peuple français et ce tant financièrement qu’humainement.

  4. Qui va payer ? Ben nous, comme d’habitude. Ils privatisent leurs bénéfices et mutualisent leurs dettes… avec les contribuables.
    Cette technique est aussi appliquée par le pouvoir politique, comme quand ils forcent les gens à la vaccination, avec un produit foireux, et qu’ils en rendent coupable, les non-vax.
    C’est une logique d’entreprise, où le patron a toujours raison et l’employé a toujours tort… Quand ça marche, c’est grâce à moi (profit). Quand ça ne marche pas, c’est à cause de vous (perte).

  5. Votre raisonnement irénique peut laisser pantois. Comment imaginer que les décisions de vacciner massivement aient été prises « de bonne foi » quand on prend la mesure des sommes d’argent public dépensées dans les pays de l’OCDE au profit de Big Pharma, et parfaitement en mesure d’alimenter une corruption généralisée de la part des labos gavés d’argent? Nous sommes sans doute devant l’un des plus grands scandales de l’histoire moderne. Pensez-vous par exemple que Mme Van der Layen agit de bonne foi? Moi pas.

  6. Il traite les nons vaccinés d’irresponsables mais le Responsable qu’il est sera jugé, qu’il ne l’oublie jamais.

  7. Les ripoux des labos commencent à retourner leur veste suivis par les abrutis comme le montre la vidéo sur TPMP

  8. Caumes, c’etait pas celui qui voulat que les non-vaxxines renoncent par avance à être soignés par l’hopital ??

  9. Chers non citoyens n’oubliez pas de répandre la bonne parole autour de vous à savoir que les piquouses ne sont que des citoyens en CDD. Ils sont tombés dans le panneau monstrueux qui pourtant était visible comme une vache dans un couloir. Allez soyons sympa avec eux je suis assez d’accord pour dire que ce sont avant tout des victimes. Faites comme moi. Quand l’un d’entre eux traîne la patte après sa 3e injection (regardez leur tronche ça fait peur) conseillez leur un bilan sanguin complet avec D dimeres et protéine C réactive. Certains ont des surprises d’autres ont plus de chance et ont du tomber sur du placebo. Nous sommes les gentils dans l’histoire. Les sains d’esprit.

  10. oui, qui va payer les 2/3 de la population des « bannis-non-vaccinés » une fois bien entendu que la 3°injection se passe désormais en trainant des pieds et qu’un doute enfin cartésien commence à poindre son nez dans la majorité ? quoi, Descartes était bien compris par 50 millions de consommateurs et le chaos dans la structure a débuté lors du grand débordement décrété en 1984 par sos racisme.

  11. « Aujourd’hui, nos États ont acheté de bonne foi (espérons-le) sur la base des études de Pfizer ». En droit, il existe une vérité fondamentale : personne ne peut être juge et parti sinon le jugement rendu sera inévitablement biaisé. Les gouvernements se sont basés sur … des communiqués de presse de Pfizer, le fabriquant de l’inoculation génique expérimentale, pour déclarer cette expérience thérapeutique sûre ! C’est d’une négligence criminelle et quasiment personne ne bouge ! Ces menteurs assassins s’apprêtent maintenant à nous faire injecter cette saloperie génique expérimentale de force. Ne vous faites aucune illusion : les non-vaccinés sont entrain d’être trahis et lâchés par la quasi-totalité de la classe politique, médicale et médiatique corrompue. Je crains que les élections n’y changeront pas grand chose.

  12. Pour ouvrir les yeux des empaffes, n’oublions pas un autre argument. Imaginons que les « vaccins » actuels soient la solution de sortie. Quid du reste de la planète ? Comment atteindre les 100 pourcent de piquouses tant désirés par nos zèlites ? Impossible. Et comme nous sommes dans un monde « qui bouge », jamais ca ne pourrait marcher. Il y aura tjs un non « vaccine » qqe part sur terre. Rien ne tient dans leur argumentaire. Rien. Déjà ils auraient dû fermer les frontières. Au lieu de cela, on recueille tte la misère du monde sans demander de « schéma vaccinal complet ». Pour ceux que vous ne réussissez pas à convaincre, laissez tomber. Ils sont irrécupérables.

  13. Ce que tous les non-vaccinés pourraient faire : dites très clairement à votre entourage familial direct : si vous votez pour un candidat à la présidentielle favorable à l’injection génique expérimentale, cela revient à me trahir et à me vendre comme du bétail au marchand à bestiaux qui nous sert de président. Si vous me trahissez et me vendez comme du bétail, vous me déclarez la guerre et vous aurez à en supporter toutes les conséquences. Si les non-vaccinés ne se défendent pas en mettant la pression électorale sur leur famille et connaissances proches, nous seront livrés à nous-mêmes contre un gouvernement tyrannique qui fera s’abattre sur nous toute la puissance publique comme dans la défunte Union soviétique.

  14. Exemple : 4 millions de non-vaccinés (les non-vaccinés de confort sont entrain de se dégonfler et, apeurés par les éructations hitlériennes de Véreux le Miteux, courent prendre leurs injections) font pression sur leur famille et proches immédiats pour leur demander de ne pas voter pour un candidat à la présidentielle favorable à l’injection forcée. Le nombre d’électeurs potentiels touchés par cette demande, s’abstiennent de voter pour le candidat favorable à l’injection forcée. Cela peut influer sur le résultat final.

  15. N’oublions pas que demain il restera les enfants pas vaccinés. Ils seront responsables aussi de tt ce bordel ? Qd hé discute avec des triples injectés, ils me disent « on ne touchera pas mes enfants ». Mais si on va y toucher à vos enfants car vous donnez encore plus de pouvoir à ceux qui le feront en ayant accepté le chantage. Tant que le doigt seul était pris dans l’engrenage infernal ok. Mais la on y est jusqu’au coude.

  16. En procès, tous. Une fois que les prisons seront désengorgées des racailles renvoyées à leurs origines, nous les emplirons de la mafia politique dont mal nommé Jupiter qui rendra sur ses deniers les « largesses accordées quoi qu’il en coûte ».

Les commentaires sont fermés.