Qu’il est loin le Montpellier de mon adolescence !

Qu’il est loin le Montpellier de mon adolescence, où l’on pouvait circuler seul, à pied, en toute sécurité, y compris la nuit ! Les personnes que l’on croisait dans la rue étaient à notre image, et leur comportement ne posait aucun problème. On ne parlait donc ni de sécurité ni d’insécurité, les seuls risques relevant plutôt de la circulation, car on pouvait toujours se faire renverser par une voiture si l’on traversait la rue sans respecter les règles élémentaires de prudence. Évidemment, les voitures étaient peu nombreuses et les rares motos ignoraient les rodéos. Mais surtout, la vue de la police suffisait à calmer les imprudents et autres intempestifs, ce qui permettait à chacun de vivre tranquillement, et même de faire de charmantes rencontres ! Se promener en ville, c’était changer de lieu sans changer d’endroit, autrement dit être toujours chez soi. Les passants n’étaient pas en situation irrégulière, n’insultaient pas les femmes et ne les chassaient pas à coups de pierres au seul motif que ce sont des femmes (!), ne caillassaient pas les voitures de police, de pompiers ou les ambulances, et ne portaient pas d’armes sur eux. Bref, Montpellier n’était pas gangrené par la violence islamique !

Maurice Vidal

image_pdf
0
0

56 Commentaires

  1. Une amie habitant une copropriété au centre de Montpellier a été agressée par un drogué dans l ‘escalier de l’immeuble. Il paraît qu’il y en a beaucoup et qu’il faut avoir un peu d’argent sur soi pour s’en débarrasser.
    C’était ainsi à New York jusqu’au maire Giuliani.

  2. Chut. J écoute Gabrielle CLUZEL…!.. S, i je n avais pas l âge de son père J en tomberais amoureux..je rigole. Appréciaton de la personne ET respect.

  3. Pareil pour Nîmes. Dans les années 70-80 c’était une super ville avant de devenir comme Montpellier.

  4. Moi, je suis à Macon (maire LR) , c’était une ville préservé, on avait des turc surtout, et pas tellement de délinquance comparé à d’autres villes.
    Il n’y avait pratiquement aucun noir jusqu’au milieu du quinquennat de Hollande, où ils ont commencé à arriver, maintenant il y en a a tous les coins de rue; Dans l’espace de 7 ans, la ville a totalement changé de visage;

  5. Je viens d’Auxerre et c’est pareil !!!
    Toutes les villes sont foutues grâce aux cons qui votent mal depuis longtemps et qui n’ont pas de cerveaux pour se rendent compte qu’on leur lave chaque jour !!!

  6. A Montpellier, à Lyon ou à Neuvy-sur-Loire, faites vous une raison : votre adolescence est loin.

  7. devant les risques de futurs scrutins, la solution la plus lâche des villes et métropoles…on ventile la jeunesse masculine surnuméraire étrangère dans la ruralité…
    qu’ils violent s’ils veulent, mais ailleurs ! on ne va tout de même pas leur payer des prostituées en ville !

    • Vous pensez vraiment que la population de jeunes migrants en ruralité est comparable à celle des grandes villes ?

      Vous êtes rigolo, vous.

  8. Je crois, hélas, que les grandes villes connaissent toutes la même situation. J’ai habité Toulouse pendant plus de 30 ans. J’en suis partie pour des raisons de sécurité en me disant ; fuyons, ça va péter ! Je suis désormais en Aveyron ; quel beau département et tranquille avec ça ! Nous sommes entre nous et c’est fort agréable.

    • -Fabre Françoise- OUI ! mais jusqu’à quand ??? Vous rêvez je crois… Lorsque la horde va arriver chez vous vous allez déménager encore ? Ou bien vous allez prendre (enfin) les armes pour vous défendre, vous protéger… non ? Pour vous dire que nous sommes très mal et que les façons de se protéger sont difficiles à réaliser, surtout dans l’urgence. Tout le monde attend que l’autre commence…hihihi…cela peut durer encore longtemps…

    • Je suis d’accord avec vous ! quel beau département l’Aveyron, mais pour combien de temps !

  9. oui, le français est apathique , du moment qu’il peut faire son tiercé le dimanche ou regarder ces matches idiots à la TV , , il vote a gauche comme les copains, ou LR , il est heureux, un imbécile heureux devrais-je dire
    il accepte tout, sans broncher, c est à pleurer

    • Votre irréductible connerie s’en prend aux français et non à ceux qui ont permis cette catastrophe, les dirigeants pourris par le fric qui ne leur appartient pas. Les français subissent et vous les insultez.

      • ôtez moi d’un doute
        ce sont bien les français qui, élection après élection, reconduisent les mêmes traitres au pouvoir ?
        et aux dernières élections les 2/3 ne ce sont pas déplacés pour voter
        les français ont ce qu’ils méritent !

      • Ce sont les Français qui votent pour ces connards qui font leur malheur…

        • Prouvencau – parce que vous croyer que parmi les lecteurs LR il n’y a pas des sans couilles et des lâches ? voir + ? Vous rêvez mon pauvre !

      • OUI ! Barral a raison ! L’histoire ne s’est pas faite par des gens comme vous, qui sont soumis à la dictature du silence (des agneaux), mais à ceux qui combattent et vous en êtes très loin… Alors, vos leçons de vieux schnock basta !!! C’est au peuple à montrer son désir de changer et à combattre…quitte en en mourir ! (alors là…plus personne…).

  10. Dans toute la France c’est la même chose, mais les « de souche » sont tellement culpabilisés qu’ils n’osent plus relever la tête de peur d’être accusé de fascisme, colonialisme, esclavagisme, anti quelque chose, phobes d’autre chose, bref ils sont dévirilisés au profit de populations méprisantes venues d’ailleurs qui, elles, ne reconnaissent que la force. On comprend mieux pourquoi tout est fait par nos dirigeants pour que la fierté d’être français ne revienne pas à la Une !

    • Cette culpabilité très excessive est une façon de dire : oh, voyez comme je suis généreux, je reconnais tous mes torts, voyez comme je suis moralement parfait, moralement supérieur : je nourris et accueille ceux que mes pères ont opprimés, même ceux qui nous en veulent à mort.
      C’est aussi une façon de dire : moi Français progressiste, qui suis moralement et intellectuellement supérieur au reste du monde, je vais apprendre, par ma générosité, à ces incultes bas du front à devenir intelligents et civilisés. La pédagogie, comme avec les voyous ordinaires, qui pourtant échoue toujours.
      C’est beaucoup d’orgueil, en fait. Et aussi beaucoup de lâcheté (qui se cache derrière cette pseudo-bonté), car beaucoup de Français sont devenus des lopettes.
      C’est une civilisation décadente, en fait.

  11. C’est bien vrai…mais ils votent qui, les gens du Claps et de sa région? et tout récemment encore….ET en 2022, ils vont voter pour qui? pour le diviseur Zemmour, idiot utile de Macron?

    • Ce qui est le plus désolant c’est de lire votre réaction de considérer Zemmour comme un diviseur alors qu’il est notre seule chance qu’un patriote, un vrai, et non une femme tendance girouette, compatible avec l’islam qui, de toutes les façons va se planter face à Macron au deuxième tour.

    • Et Marine qui elle ne divise pas mais multiplie des appels à la prière musulmane.

  12. Si ce n’était que Montpellier, mais c’est la France entière qui est ainsi.Hélas!!!!

  13. malheureusement il n’y a pas que montpellier à être gangrénée
    mais les gaulois qui ne vont même plus voter l’admettent sans broncher

  14. Et oui cher ami, idem pour tout lieu en France….le mal est arrivé avec cette pourriture venue d Afrique ces dernières décennies….Gauthier. Marseille

    • Venue d’Afrique mais pas seule et démunie, car les dirigeants vont les chercher sur les cotes de Libye.

  15. C’est valable pour la France entière , qui est devenue un pays d’Afrique ou les chances sont mieux défendues que les Français.

  16. Et pourtant, Montpellier a su naguère résister (passivement). En 1793, lorsque la Révolution a interdit et dissous toutes les universités de France, Montpellier vivait de son école de médecine à la réputation mondiale. Les étrangers s’enfuirent évidemment car le pays était devenu très dangereux, on pouvait s’y faire décapiter pour un crucifix sur la poitrine ou un signe de croix dans la rue (déjà). Mais, sauf erreur, les médecins et carabins bravèrent l’interdiction révolutionnaire de transmettre le savoir, et continuèrent secrètement de se réunir, faisant ainsi survivre, à ma connaissance, la seule faculté du pays.

    • Lorsqu’un peu plus d’un siècle plus tard la République (qui avait entretemps multiplié les grandes écoles pour ses servants) autorisa en 1896 la fondation d’universités d’Etat pour le peuple (parfois dans les locaux de vieilles universités pour en usurper la réputation voire l’ancienneté), la faculté de médecine survivante fut le socle sur lequel on fonda la nouvelle université étatique républicaine laïque de Montpellier…

  17. J’ai aussi connu Montpelier ainsi..entre 2 sejpurs au MO je passais les vacances au Cres..
    Que led montpelierains se rassurent,la securite totale reviendra,l’Occitanie sera la 1ere colonie islamiste francaise, les voleurs y seront punis,violeurs,les femmes couvertes, les bars fermes a 21hr toutes sortes de mesures vous n’avez pas idee, enfin jeunes et gauche-istes ne peuvent imaginer..les jeunes nos jeunes seront devenus sage.ils bastoneront tous ces mecreants qui marcheront droit tres droit.Leur grdes bouches fermees a jamais..rassurez vous ils apprendront des grands coups de gourdins dans les reins.Cette ville inch’hallah retrouvera sa serenite,faudra pas mous en vouloir,, a votre gauche vos rcolos oui..pas a nous, nous aurons fait que nous servir..

    • Bof , vous n’inventez rien : nous étions nombreux à prédire tout ça dès notre arrivée en 62 . Ça faisait rire les oiseaux … et chanter les cigales qui risquent bientôt de devoir apprendre à danser !

    • l’Occitanie, ( je n’aime pas ce régionalisme destructeur de la France ) , est à gauche, très à gauche !
      des restes de la guerre civile espagnole, où les « républicains » se réfugièrent en masse

      • petitjean,
        vous avez parfaitement raison au sujet des restes de la guerre civile espagnole.

  18. A Montpellier, j’ y ai rencontré Manitas dans sa Rolls, c’était bien avant G Frêche, , j’ai connu le petit train de Palavas … Effectivement , ça a bien changé. On y égorgeait pas au cutteur en centre ville !

    • Sans se limiter au centre-ville : j’ai vécu au Petit Bard puis à la Paillade à la fin des années 60 et au début des années 70 et la sécurité y était totale , même la nuit …

  19. Il suffit de revoir les films de GABIN ou de DELON, pour retrouver la France des années 1960, où nous étions entre nous, les femmes coquettes, les hommes souvent en costume et cravate. Il n’y avait pas encore l’invasion du sportswear avec le look dégingandé.
    Les gens essayaient de parler correctement devant les caméras, souvent encore intimidés. Aujourd’hui, ils ne savent plus s’exprimer, alors ce sont des langues tirées et des doigts écartés qui nous « racontent » tout, à commencer par leur grossièreté et leur dégénérescence.
    Nous sommes des Survivants de la Civilisation surnageant dans un magma de drogués hallucinés, de malades du sexe qui ne savent toujours pas CE qu’ils sont… et de politiques AVIDES de fric et d’honneurs alors qu’ils ne sont dignes que de coups de pied au cul !

    • Cela doit faire 30 ans qu’on subit la vue de ces horribles sweats gris à capuche (vissée sur la tête 365 jours par an), le comble de la laideur !

    • De coups de pied au cul ? Vous êtes bien généreuse.

      C’est dignes du tribunal qu’ils sont : de la Haute Cour de Justice, pour trahison – et bien souvent, pour vol des contribuables français !

      • Jacques B. : Je suis à 100% d’accord avec vous !
        D’ailleurs si je le pouvais, je les écorcherais vifs, puis je les pendrais en place publique ou je les crucifierais tellement je les abhorre…

  20. Une ville frankistanaise de plus.. Chaque semestre une ville de plus.

    « C’est une chance pour la France –encore une CPF !!– d’être aujourd’hui le premier pays musulman d’Europe »
    Je ne sais plus quelle gauchiasserie a sorti ça, mais à part le fait que ça soit une chance pour la F., il a raison au niveau du constat.

  21. Votre article s’applique à TOUTES les villes de France, hélas.
    Mes premiers souvenirs de Montpellier, c’est le petit train de Palavas vers 1956 ou 1957 pendant les vacances. De grands moments de joie pour un enfant.
    Mes derniers souvenirs datent de fin 2020 où le tramway maghrébin me ramenait depuis Lattes jusqu’à mon hotel près de la gare Saint Roch.

    • Mantalo, bravo , bien rédigé, on peut dire pareil pour cette putain de marseille ,..f ailleurs je ne mets plus les pieds en centre ville…trop angoissant….amitié. Gauthier 13009

      • J’en suis bien triste pour toi Gauthier. Tu n’es même plus LIBRE de profiter de TA ville. C’est dégueulasse.
        J’ai vu Marseiile pour la première fois en 1964. J’y suis retourné de nombreuses fois pour diverses raisons.
        Être en haut de l’escalier de la gare Saint Charles, voir au loin Notre Dame de La Garde, entendre la rumeur qui monte de la ville, c’était magique…
        Mais mes derniers passages m’ont dissuadé de revenir. Hélas.

  22. Je me souviens du regrette George Freche qui fût longtemps un grand maire de Montpellier,un visionnaire passionne aux méthodes très directives, qui avait su impulser à la fois modernité et prospérité.a sa villeJ’ai beaucoup aimé Montpellier dans ces années la.

Les commentaires sont fermés.