Quinze antifas loupent leur agression contre Richard Roudier

Publié le 17 décembre 2013 - par - 3 592 vues
Traduire la page en :

Ils se disent antifascistes, et continuent à se comporter comme de vrais fascistes. Il suffit de lire le texte de la Ligue du Midi, au bas de cet article, pour voir les pratiques de ceux que Pierre Cassen n’hésitait pas à qualifier de milice politique au service de Manuel Valls.

http://www.bvoltaire.fr/pierrecassen/antifas-une-milice-politique-au-service-de-manuel-valls,35439

Ils ont donc vaillamment attaqué, à quinze contre quatre, Richard Roudier, ses deux fils, Martial et Olivier, et une quatrième personne, à la dispersion d’un rassemblement de La Manif pour Tous, à Montpellier. Et le pire est que, bien que sur les quatre agressés, deux avaient plus de soixante ans, ils ont réussi à rater leur coup ! Aucun des quatre n’est blessé, preuve que chez les Roudier, on n’est pas des adeptes de Gandhi !

Au-delà de cette anecdote, il faut reconnaître, tout de même, malgré l’efficacité des policiers de terrain, que ces apprentis SA bénéficient d’une complaisance pour le moins curieuse de ce régime. Esteban et Samuel sont en prison, depuis six mois à présent, alors que les véritables agresseurs sont toujours en liberté. Récemment, dans les rues de Paris, les antifas agressaient des Veilleurs qui prenaient un pot tranquillement en terrasse. En Bretagne, ils ratonnaient tout ce qui avait les cheveux trop courts à leur goût. A Montpellier, ils multipliaient insultes et provocations contre de paisibles Veilleurs. Ils harcèlent toutes les manifestations qui leur déplaisent, certains de la non-violence de ceux qu’ils agressent, et de bénéficier d’une impunité totale de ce gouvernement, pour qui il exécute les basses besognes, et notamment l’intimidation des patriotes. Clément Méric est mort, il y a six mois. C’est terrible de mourir à moins de vingt ans, mais il est le principal responsable de son malheur.

Les antifas, bien souvent, à son image, fils de bourgeois, en mal de radicalité, croyant combattre un système à qui ils servent la soupe, vont-il continuer à agresser gratuitement des patriotes certains, eux, de se retrouver en prison s’ils ont le malheur de se défendre ? Ou bien, à force, recevront-ils un jour la correction qu’ils méritent ? A suivre, mais cela ferait plaisir à beaucoup de monde, et pas seulement à ceux qu’ils présentent comme les représentants de la Bête Immonde…

Martine Chapouton

Agressionroudier1 Agressionroudier2Agression manquée contre Richard Roudier, président de la Ligue du Midi

Ce dimanche 15 décembre, je participais, accompagné de membres de la Ligue du midi, au défilé de la Manif pour tous qui a connu un vif succès et qui s’est déroulé dans une atmosphère bon-enfant. Cependant, durant l’après-midi,  un “Collectif Anti-Fasciste 34” n’avait cessé de provoquer des incidents tout au long du parcours. Chacun avait pu voir ces éléments radicaux, le visage complètement masqué (ce qui est interdit par la loi-voir photo jointe) qui poursuivirent leurs provocations jusque sur la place de la Comédie et ce malgré la présence de deux équipages de la BAC stationnés à quelques dizaines de mètres.

Lors de la dislocation, accompagné de 4 personnes et de mes 3 petits enfants (2 ans, 3 ans, 5 ans) j’empruntais la rue de la Loge pour regagner  l’esplanade du Peyrou.  A l’angle de la rue Jean Moulin, je tombais nez à nez avec un groupe de 15 à 20 individus dits “anti-fascistes” tous porteurs de masques ou de cagoules et vêtus de noir  qui  tentèrent de me tomber dessus aux cris de “C’est Roudier”. Heureusement que la culture de la défense étant pour nous une pratique spontanée, nous nous mîmes en ligne, le dos à la devanture d’un magasin et nous fîmes face à nos agresseurs qui, après une première tentative manquée, se mirent à refluer en désordre.

Il faut reconnaitre que les forces de police, stationnées à proximité, sont intervenues avec promptitude et efficacité, mais nous devons dénoncer la mansuétude de la justice pour les agresseurs clairement identifiés dans ce genre de violences. Signalons que parmi eux, j’ai reconnu un voyou qui avait déjà tenté de m’agresser en 2010 avec un complice. Je tiens également à évoquer la condamnation à une peine ridicule de 15 jours de prison avec sursis du coordinateur départemental des Jeunesses Communistes de l’Hérault, Jean Sanchez dit Yahya,  pour des violences à agent lors d’une attaque contre les Veilleurs. Gageons que cette condamnation minime aura eu un effet direct sur le sentiment d’impunité de ses camarades et que l’agression que je viens de subir n’en est que la première illustration.

Nous demandons la dissolution des groupes armés d’extrême gauche qui jouissent d’une impunité quasi absolue. Nous demandons la fermeture de tous les squats politiques en France qui sont des zones de non-droit et des bases arrières pour tous les marginaux et les éléments les plus incontrôlables de cette mouvance. Sur Montpellier même, nous demandons qu’une véritable enquête soit diligentée pour constitution de groupe armé ainsi que la dissolution du Collectif Antifasciste 34 et celle de tous les groupes en faisant partie.

Richard Roudier

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi