Rachida était-elle voilée et faisait-elle le ramadan ?

Publié le 6 juillet 2014 - par - 10 617 vues
Share

Hollande et le sabre islamique1La version officielle est désormais bien rodée. On sait que l’assassin de l’enseignante d’Albi, Fabienne Terral-Calmès, se prénomme Rachida. Cela complique déjà un peu la vie de la bien-pensance, qui aurait préféré un prénom gaulois et une militante du Front national. Encore raté ! On sait que cette femme a 47 ans est connue des services de police, et que, selon la version officielle habituellement utilisée, c’est un acte isolé, commis par une déséquilibrée.

http://ripostelaique.com/albi-quand-ils-vous-disent-que-cest-un-acte-isole-commis-par-un-desequilibre.html

On peut déjà s’interroger sur le fait que les déséquilibrés soient en liberté, quand ils sont dangereux. Mais on peut surtout se montrer surpris, quand on écoute le témoignage des voisines, par ailleurs voilées, qui affirment que la nommée Rachida était normale, et qu’elles ne comprenaient pas qu’elle ait pu faire un truc pareil.

https://www.youtube.com/watch?v=xsOiAGssE9o

Curieusement, on ne voit aucune photo de l’assassin, Rachida. Craint-on que les Français découvrent qu’elle était voilée ? Curieusement, personne ne sait si elle fait le ramadan. Craint-on qu’on puisse s’interroger sur cette pratique, et sur la montée de la violence qui lui est inhérente, comme on vient de le constater à Casablanca ?

http://le360.ma/fr/societe/ramadan-une-journee-sanglante-a-casablanca-17685

Mais cette réalité se retrouve dans tous les pays musulmans où on pratique le ramadan.

http://resistancerepublicaine.eu/2012/le-ramadan-sans-dangers-et-sans-effets-ce-nest-pas-ce-quon-dit-dans-les-pays-musulmans/

Des journalistes curieux auraient pu approfondir cette question. Curieusement, personne ne fait le rapprochement entre l’arme du crime, le prénom de l’assassin, et sa possible appartenance à la religion d’amour, de tolérance et de paix. N’y a-t-il vraiment aucun rapport, entre le fait de se promener sur soi avec un couteau d’une lame de 16 centimètres, et l’appartenance à la religion musulmane ? Est-il interdit de constater que, bien souvent, les musulmans agressent ou tuent avec un « objet tranchant », comme le rappelle dans cet article Caroline Alamachère ?

http://ripostelaique.com/un-musulman-qui-passe-a-lacte-devient-pour-la-presse-un-desequilibre.html

Faut-il rappeler, hors de France, les assassinats de Théo Van Gogh, du militaire londonien décapité, et le nombre d’agressions gratuites, dans l’Hexagone, au niveau de la gorge, de la part de ceux qui constituent la première communauté dans nos prisons ? Bien évidemment, l’immense majorité des musulmans et musulmanes ne sont pas  des psychopathes se promenant en permanence avec des crans d’arrêt, mais force est de reconnaître que le sabre et le couteau, les traditions d’égorgement d’animaux, mais aussi de ce qui n’est pas musulman (lire le Coran) font que les musulmans ont dans leur quotidien une habitude du couteau que les « mécréants » n’ont pas et que, de ce fait, celui qui veut commettre un assassinat, s’il est musulman, usera sans doute plus volontiers du couteau qu’un athée ou un chrétien.

De même, la question du respect de l’autorité des enseignants ne sera pas abordée. Bien évidemment, nombre d’abrutis, indignes d’être parents, considèrent que leur enfant est roi, et interdisent à un instituteur de réprimer le petit chéri, n’hésitant pas à prendre fait et cause pour lui. Mais dans la culture musulmane, il est formellement interdit à un non-musulman de se permettre de faire la leçon à un musulman, fût-il un enfant, tout simplement parce qu’ils sont considérés comme « la meilleure communauté jamais envoyée sur cette terre ». En toute logique, ce qui n’est pas musulman est considéré comme inférieur. On ne compte plus le nombre d’enseignants agressés, le plus souvent par des pères, pour avoir oublié ce principe de base, et avoir réprimandé un élève turbulent. On rappellera que selon les témoignages, la nommée Rachida, au moment de son assassinat, aurait crié que l’enseignante parlait mal à sa fille….

Mais à quoi bon se poser ces questions, puisque, on l’a compris, l’assassin est une déséquilibrée et que c’est un acte isolé…

Martine Chapouton

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.