Rachida Tir et sa famille : une chance pour Marseille ?

Publié le 13 janvier 2018 - par - 28 commentaires - 3 271 vues
Share

Jusqu’à ces derniers jours on n’avait pas entendu prononcer son nom, tout au moins au niveau national car, pour le régional, dans la région marseillaise, il en va tout autrement.

Rachida TIR est l’assistante parlementaire de Saïd Ahamada, député LREM des Bouches-du-Rhône. Elle est également présidente de l’Alliance Savinoise, une association des résidents de la cité « La Savine », dans les quartiers nord de Marseille.

Elle a cru nécessaire de se faire remarquer par un message, le 1er novembre, rendant hommage au 63ème anniversaire du début de la révolution algérienne.

Si cela pouvait se comprendre pour une Algérienne, en revanche ce n’était pas une excellente idée pour une binationale, parfaitement intégrée, paraît-il, sachant ce que cette révolution a coûté de morts au pays qui l’accueillit mais également aux Algériens qui s’y sont opposés, et ils furent nombreux !

Parfaitement intégrée, la famille Tir, ai-je dit ! En effet, le patriarche, Mahboudi, originaire de Bourderhem, où il est né en 1915, près de Kenchela, dans les montagnes des Aurès, est venu s’installer à Marseille, dans le quartier Saint-Barthélémy, juste avant l’indépendance de l’Algérie. Il fut un commerçant reconnu et honoré par tout le quartier nord et ce quatorzième arrondissement qu’il n’a jamais quitté. Une portion du Boulevard Jourdan a été rebaptisée « rue Mahboudi-Tir ».

Le « clan TIR » se compose d’environ 300 membres et nombreux sont ceux qui ne sont pas connus des services de police mais surtout nombreux sont ceux qui ont défrayé la chronique criminelle marseillaise au cours de ces dernières années.

Cela a débuté avec Saïd, originaire également de Bourderhem et arrivé à Marseille à l’âge de 9 ans. Il s’intègre parfaitement auprès du caïd Farid Barrahma, surnommé « Le rôtisseur », à cause de son goût de faire flamber ses victimes dans leurs voitures (Il a fait des émules depuis sur tout le territoire national).

2007 – la police interpelle une vingtaine de trafiquants de drogue dans le quartier de Font-Vert. Parmi eux plusieurs parents de Rachida Tir, deux de ses frères, Hichem et Karim et un neveu Eddy.

Le commissaire divisionnaire, Nicolas Hergot, chef de la brigade des stupéfiants, déclare « A la tête de ce réseau se trouve les TIR ».

Dans son réquisitoire, le procureur de la République affirme : « L’épicerie familiale, celle de feu Mahboudi, est connue comme l’un des lieux essentiels du trafic de drogue, là où se ravitaillent les vendeurs et les guetteurs ».

Hichem est condamné à 8 ans de prison, son frère, Karim, à 5 ans et le neveu, Eddy, mineur à l’époque, à six mois de détention.

Selon la police, le vrai patron serait Farid, le frère ainé. Ce serait lui le « Boss » de Font-Vert. Discret commerçant dans le quartier du Prado, il tombe sous les balles d’un commando de tueurs

Karim, une fois libéré et exilé à Paris, se reconvertit, soi-disant, dans la musique mais il sera abattu le 12 juin 2014 à Asnières (Hauts de Seine) par deux hommes en scooter, qui n’appréciaient probablement pas ses disques.

Saïd Tir, 59 ans, exécuté au volant de sa « Clio », près du port, dans le quartier de la Cabucelle, le 27 avril 2011.

Deux mois plus tard, en juin, son beau-frère, Akim Grasbi, 42 ans, fauché par une rafale de kalachnikov, Bld national, devant une boucherie.

Le 11 avril 2012, Farid Tir, 39 ans, est criblé de balles dans le quartier de saint-Mauront.

Enfin, dans la nuit du 24 au 25 juin 2016, le cadavre de Yanis, 24 ans, est découvert sur le parking de la Consolat.

Hichem a échappé, par miracle, deux fois aux tueurs, notamment en mars 2014, à Beauvais (Oise), quant à Eddy il est sorti indemne d’une rafale de kalachnikov, devant un snack de la cité des Flamants, à Marseille, le 24 septembre 2011.

« Les TIR, ce n’est pas une famille de voyous, mais il y a de très nombreux voyous dans cette famille »…enfin, ce qu’il en reste !

Cinq morts : Saïd, Akim, Farid, Karim, Yanis.

Deux miraculés : Eddy et Hichem.

Décidément la famille Tir a fait beaucoup pour la renommée de Marseille.

Selon Eric Arella, patron de la PJ marseillaise, déjà 22 morts depuis 2010, dans ce que l’on peut appeler « Une vendetta algérienne » (Titre de mon prochain livre).

Rachida Tir aurait été bien inspirée d’éviter ce message le 1er novembre, qui n’a eu pour effet que d’attirer les projecteurs sur sa famille.

Nul doute que la ville de Marseille aurait été reconnaissante à la famille TIR de ne pas avoir quitté « Les Aurès », en Algérie, pour s’intégrer aussi pleinement, mais certainement pas comme l’aurait désiré le père, Mahboudi, dans l’histoire de la capitale provençale !

Manuel Gomez

(Source : https://www.lexpress.fr/actualite/societe/banditisme-la-famille-tir-une-sanglante-saga-marseillaise_1807041.html)

Share

Poster un Commentaire

Notifiez de
800

Sacré famille ces Tir et en plus elle l’a ramène. Qu’on renvoie cette vieille peau chez elle dans les Aurès. Ces gens n’ont vraiment aucune dignité, moralité néanmoins ils animés d’une arrogance putanière et d’une prétention suffisante.

Dans ma famille, depuis 1915, nous ne sommes pas plus de trente, soit dix fois moins. Ca fait vraiment peur ! Mais aucun de nous n’est connu des services de police…

une sale traite au pays qui l’a fait vivre et fait faire des études ! aucune reconnaissance à attendre de ces gens là qui nous détestent et le macron n’a vraiment rien compris dans son recrutement de collaborateurs d’EM ou pire il en est bien conscient !!! et quand on voit le pédigré de la famille, on comprend !

Mais non, Macron a très bien compris et recrute ceux sur qui il peut s’appuyer pour
détruire la France…

Tir ailleurs !

La République En Marche…vers quoi, d’ailleurs ? Le gouffre probablement. Ces gens sont les mêmes que l’UMP, les Républicains et autres du même tonneau. En bref des traîtres à leur peuple et des collaborateurs de l’invasion musulmane.
Le Président Trump aurait certainement un mot plus bref pour les définir.

Bien compliquée cette affaire…
Fêter 1954 mérite le renvoi immédiat !
Hélas « Française » !

Amies, Amis, n’attendez rien du sieur le jeune président et en même temps je t’embrouille ! Sauf si comme lui c’est de cette France là que vous voulez. Les députés Lrem sont un ramassis de .. à l’image de .. qui leur sert de demi Dieu. Allah lui est aux anges, il n’en espérait pas tant de cette bande de ..

C’est une vieille histoire , c’est le jour où deux instituteurs , un couple , Guy et Jeannine MONNEROT tombèrent sous les balles ( on peut dire sous le tir ) des combattants de la foi musulmane en Algérie .
On va les tuer comme cela tous les ans …

Bravo pour votre enquête, ça c’est du vrai travail de journaliste ! et pas d’un média de propagande criminelle de l’Etat. Maintenant place aux militaires : on rapatrie l’armée, on nettoie les banlieues, on démarre la Remigration, on expulse massivement.

Et bien voilà un beau pedigree !

Asma bint Marwan tuée par Mahomet

Nous aussi nous aurons un jour notre date fétiche…

Puisses tu dire vrai mon ami

la fuite des cerveaux du tiers monde vers l’europe!
voilà le vrai racisme!

Tir, la bien nommée grâce à ses victimes.

Ah s’il y avait seulement Rachida Tir et sa famille en France ! Malheureusement notre Pays est gangréné et si nous ne « taillons pas dans le lard », notre pays et nous avec, sommes morts !!!
Français, qu’attendons-nous ???

Ce que dit Sophie est exact. Et Marseille est une ville que les Provençaux évitent de plus en plus… On s’y rend par obligation. En dépit des efforts d’embellissement de la ville : MUCEM, etc… Quant à Rachida Tir, de face ou de profil, très peu pour moi car en la voyant je pourrais penser qu’elle n’a pas quitté le pays de ses origines… Intégration ?

 » l’histoire de la capitale provençale ! »
Pour la petite histoire, les Provençaux ne considèrent pas du tout que Marseille est leur capitale. Leur capitale, c’est Aix en Provence.
Marseille, c’est juste Marseille, même les Marseillais vous le diront. Une ville à part.

Il y a trois villes culturelles provençales appelées les 3 A. Aix, Arles et Avignon.

LREM, Macron et sa bande, font effectivement partie du complot concernant le grand remplacement. Macron vient de la gauche à laquelle il appartient corps et âme. Preuve en est une grande partie des choix de ce parti au pouvoir.

c’est donc la famille « Tir à vue » « tir aux pigeons « …et ça gouverne ???,,

a quand les milices résistantes aidees par l’etat a debarasser le pays des bandits FLN et leurs clans

Simone GUTIERREZ … Au cas où vous passeriez par là, ne me dites pas encore une fois que je suis nul et que : « des types comme vous il y en a des millions » … car effectivement nous devons être quelques millions de nuls à avoir envie que ça pète avant que les TIR ne prolifèrent … Si vous voyez ce que je veux dire !

D’où l’expression tir à vue!

Maintenant je comprends mieux pourquoi nous laissons nos frontières grandes ouvertes.
C’est pour avoir la chance d’accueillir ce genre de familles exceptionnelles.
Nos politiciens ne sont pas fous !

Algérien un jour, algérien toujours !

Ce sont nos plus grands ennemis dont le nombre croît de jour en jour.