Racisme anti-blancs : Copé découvre le cauchemar de millions de Français

Monsieur Copé vient de découvrir la réalité du racisme anti-blancs et croit avoir découvert la lune ! On croît rêver. Voilà trente ans que nos élus pratiquent la politique de l’autruche et nient l’échec de l’intégration. Il est vrai que ce monsieur, comme la plupart de ces hommes politiques entourés de leurs gardes du corps, prend rarement le métro aux heures tardives et n’a pas l’habitude de flâner dans certaines banlieues, lesquelles étaient encore des havres de paix dans les années soixante, mais sont devenues des coupe-gorge où le risque de se faire lyncher, pour le seul fait d’être « blanc », n’est pas négligeable.

Monsieur Copé semble oublier que ce racisme anti-blancs existe parce que droite et gauche ont ouvert les frontières, de façon totalement irresponsable, à une immigration extra-européenne hostile à nos valeurs et à notre mode de vie. Il semble oublier que la droite a été au pouvoir ces dix dernières années et n’a strictement rien fait pour combattre ce racisme largement répandu. Il semble oublier que les associations anti-racistes, subventionnées par le contribuable, ne combattent que le racisme à sens unique et n’ont jamais donné suite à une plainte mettant en cause un immigré. Il semble oublier que de nombreux rappeurs chantent en toute impunité la haine de la France et des Français. Il semble oublier qu’il ne se passe pas un seul jour sans que des milliers de Français ne soient victimes de violence verbales ou physiques de la part de certaines minorités rebelles aux lois de la république.

J’invite donc monsieur Copé, qui a eu des hautes fonctions dans ce pays sans rien connaître, apparemment, de sa dure réalité, à aller rendre visite, sans protection, aux millions de Français qui vivent dans nos banlieues difficiles. Il y apprendra comment les « blancs« , puisqu’il faut bien leur donner un nom, qui vivaient dans des cités fleuries et souriantes il y a trente ans, ont vu leur vie transformée en enfer avec une immigration de masse dont une frange importante déteste notre pays. Il y apprendra la peur que ces Français modestes vivent au quotidien, faute d’avoir les moyens de déménager. Il y verra les ordures jetées par les fenêtres car les ascenseurs sont cassés et les vide-ordures bouchés. Il comprendra pourquoi les petits commerces ferment, pourquoi les médecins ne veulent plus y exercer et pourquoi les pompiers ne peuvent intervenir que sous protection policière. Il comprendra pourquoi les petites vieilles rasent les murs,  sans oser lever les yeux en allant faire leurs courses et reviennent vite se cloîtrer chez elles. Il y verra la République régresser à grande vitesse, avec de plus en plus de femmes voilées, de plus en plus de trafics de drogue et d’armes de guerre. Il y verra des pans entiers de notre pays devenus des zones de non droit qui sombrent dans la crasse et la violence, sous la coupe de caïds jamais condamnés. Et enfin, il comprendra peut être pourquoi Marine Le Pen est devenue l’ultime espoir des ouvriers et des Français les plus modestes, c’est-à-dire de ceux qui subissent de plein fouet la promiscuité, bien loin des quartiers chics auxquels monsieur Copé et ses amis sont habitués. Lâchement abandonnés par la république depuis trente ans, ils mettent tous leurs espoirs dans le seul parti qui entend leurs souffrances et les écoute.

Oui, les vrais coupables de cette grave fracture de la société, sont les politiques qui ont fermé les yeux sur l’échec de l’intégration et n’ont fait que légiférer pour faire taire et punir ceux qui tiraient la sonnette d’alarme. Ils  sont entièrement responsables de cette situation gravissime. Il est donc aussi hypocrite que peu crédible de s’émouvoir si tardivement du racisme anti-blancs !

Jacques Guillemain

image_pdf
0
0