1

Racisme anti-Blancs : parler de « trou noir » stigmatiserait les nègres !

Nouveau délire des racistes anti-Blancs qui infestent les universités américaines : parler de Bach, Mozart, Beethoven sans citer leurs prénoms est du « suprémacisme blanc », parce que, quand on parle de femmes ou de compositeurs « de couleur », on ne cite pas seulement leur nom mais aussi leurs prénoms !

Il est vrai que, quand on dit « Mozart », au lieu de « Wolfgang Amadeus Mozart », on se rend clairement coupable de « suprémacisme blanc »…

Et cela n’a évidemment rien à voir avec le fait que Mozart est tellement connu qu’on ne risque pas de le confondre avec « Christopher Mozart » ou « Tim Mozart »…

Notons au passage que le professeur qui répand ces délires racistes s’appelle… Chris White !

Selon le même raisonnement raciste, parler de « Proust », « Velasquez », « Copernic » ou « Pasteur » sans citer leurs prénoms serait aussi une preuve de « suprémacisme blanc ». Mais alors, parler de « Mandela » sans dire « Nelson Mandela », ou d' »Obama » sans dire « Barack Hussein Obama », c’est quoi ? Du « suprémacisme blanc » ? Du suprémacisme noir ? Je m’y perds.

L’article dénonçant cette insanité est ici :

Professor argues referring to famous composers by their last names is ‘white supremacy’

https://nypost.com/2020/10/27/professor-argues-referring-to-famous-composers-by-their-last-names-is-white-supremacy/

Autre délire des racistes anti-Blancs qui infestent les universités américaines : les trous noirs sont liés à la « noirceur raciale » et à des présupposés racistes !

Oui, ce n’est pas un canular, vous avez bien lu. Ce genre d’insanités est enseigné dans un cours officiel dans la prestigieuse université de Cornell, par un professeur d’astronomie, dans le département d’astronomie, sous le titre de « Trous noirs : la race et le cosmos ».

Voici un article sur ce sujet :

Cornell course teaches black holes could be linked to ‘racial blackness’

https://nypost.com/2021/06/23/cornell-course-teaches-black-holes-could-be-linked-to-racial-blackness/

L’éditorialiste Heather Mac Donald vient de dénoncer ce délire dans un bon article, dans lequel on apprend aussi que le département d’astronomie de l’université de Cornell refuse dorénavant de demander, aux étudiants qui veulent s’inscrire pour faire des études d’astronomie, leurs résultats au « GRE Physics Test » (test qui permet de noter le niveau des étudiants en sciences physiques au cours de la 4e année d’université, sur une échelle allant de 200 à 990)… parce que les femmes, les Noirs et les Hispaniques y obtiennent (en moyenne) des notes inférieures à celle des Blancs (et des Asiatiques, dont l’article ne parle pas) !

Are cosmic black holes racist? Take this Cornell course to find out!

https://nypost.com/2021/06/23/are-cosmic-black-holes-racist-take-this-cornell-course-to-find-out/

Jeanne Bourdillon