Racisme anti-Blancs : un simple “sentiment du racisme” de certains Noirs et Arabes

Publié le 10 septembre 2020 - par - 5 commentaires - 1 083 vues

Photo-montage qui reflète bien une certaine réalité française

Le racisme anti-Blancs est bien une réalité de notre société actuelle. Il se vit tous les jours et les Blancs vivant dans les départements à forte population immigrée le vivent tous les jours. Dans certains quartiers, ils rasent les murs.

Les Blancs dans leur ensemble ne réalisent pas tous qu’ils sont devenus des cibles, les objets d’une rancœur alimentée par une certaine gauche, particulièrement l’extrême gauche et par une population fraîchement arrivée en France et récemment naturalisée. 

Les raisons de leurs arrivées en France sont multiples et diverses. Certains sont venus pour trouver un avenir et la paix, et d’autres pour profiter du système. Un système qu’ils exploitent jusqu’à la corde comme les polygames, et que certains, sûrs d’eux, assument et s’en vantent.

 Le racisme anti-Blancs est une doctrine victimaire qui autorise les soi-disant victimes à se plaindre de leurs sorts et à en rendre responsables les Blancs, y compris dans leurs pays. Aucun Noir ne manifeste la volonté d’en découdre dans son pays d’origine. Aucun Noir ne se plaint qu’il y a uniquement des Noirs sur les télévisions africaines. Aucun Noir ne vient pleurer en Afrique sur le fait que les gouvernements africains sont composés de Noirs. 

Danièle Obono, femme gabonaise et naturalisée française récemment, ne cesse de cracher sur un pays où elle est députée, au nom de sa couleur, et elle ne considère pas que ce serait normal de dire “vive la France”, un pays qui en a fait une députée grassement payée pour maudire les Blancs du gouvernement.

Interrogée sur son envie de dire aujourd’hui « Vive la France », à l’occasion de son entrée au Palais Bourbon, elle soupire : « Pourquoi vive la France ? »

Que dire de cette autre Congolaise qui agresse Matteo Salvini en lui arrachant la croix qu’il avait autour du cou ?

En tant qu’Africains, qu’est-ce qui autorise cette violence verbale et physique envers des Blancs si ce n’est le laxisme des justices européennes et singulièrement la nôtre, au nom de la liberté. Essayez de faire la même chose dans n’importe quel pays africain et vous le paierez très cher.

 

Il serait temps qu’un vrai ministre de la Justice se fasse entendre. Qu’un vrai ministre de l’Intérieur agisse, qu’un vrai président de la République se décide de ne pas regarder ailleurs, et de donner des leçons au monde entier, et assume son rôle de garant de la première des libertés, celle de la sécurité des citoyens.

Fort heureusement il existe des femmes africaines comme Stella Kamnga qui ont de l’intelligence, du bon sens et sauvent toutes ces femmes et ces hommes issus de l’Afrique qui ne sont pas dans les délires racistes des indigénistes, des racistes anti-Blancs, de cette violence de type Traoré, Obono, Bouteldja.

Gérard Brazon

 

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Guy BRIAND

Que fait-elle là, cette pétasse? Et c’est bien là où le bat blesse!

FleXo

Bravo a VA, cette reponse, est imparable.

Cette jeune femme est magnifique, par ses mots, futée, et VA a trouve ici une ambassadeuse intelligente, pour contrecarrer tous ces negres bidons qui nous mordent et nous en veulent sans raison. Des comme elle se font accepter, on a envie de les respecter et de les aider a s élever, des comme les autres nous font mal, nous font haïr tous les noirs …elle l avait dit et elle avait raison.
Elle a tellement plus de verbe, de classe que les LDNA, les rappeurs de merde, avec sa décolorée braillarde..
Bravo

Marnie

Avec l’irresponsable actuel au pouvoir envisager une vraie justice relève d’un vœu pieux. Hélas !

zéphyrin

depuis que le monde est monde, c’est le nombre qui fait loi.
Aucune laicité, aucune république devenues minoritaires, localement ou en totalité, ne pourront contrarier les quatre volontés du plus grand nombre….
On espère désespérément un retour du bon sens politique….à moins qu’on préfère un suicide de notre civilisation, en pensant que l’argent permettra à certains de s’en affranchir; ici ou ailleurs.

patphil

la couleur de peau ou la couleur de l’ame, je choisis bien volontiers christine kelly (cnews) stella kamnga et autres patrice quarteron !

Lire Aussi